AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Kiara Mistral - Crystal Dust {83%}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
 Crystal Dust


Feuille de personnage
Rang:
Age: 17 ans
Magie: DS des Gaz (4G) - Mahō gasu

Messages : 31
Date d'inscription : 19/03/2015
avatar
Kiara Mistral
MessageSujet: Kiara Mistral - Crystal Dust {83%}   Jeu 9 Avr - 17:34

« Une citation ♪ »

 
« GLOBALEMENT »
♦♦ NOM : Mistral
♦♦ PRÉNOM : Kiara
♦♦ SURNOM : ici
♦♦ AGE : 17 ans
♦♦ SEXE : ♀
♦♦ GUILDE : Crystal Dust
♦♦ RANG AU SEIN DE LA GUILDE : Mage Lambda + Intermédiaire avec le Conseil de la magie.
♦♦ RANG MAGIQUE SOUHAITE : Le rang magique que vous aimeriez avoir pour votre personnage. Rien ne garantit cependant que vous l'obtiendrez.
♦♦ RANG MAGIQUE : A déterminer par le Staff
♦♦ MAGIE PRINCIPALE : Dragon Slayer des Gaz
♦♦ MAGIE SECONDAIRE : Magie des Gaz.
♦♦ ARMES : ici
♦♦ AVATAR : IA Vocaloid


« PHYSIQUE »

Kiara, elle est toute mignonne avec ses yeux bleus pétillants et ses longs cheveux rosés qui lui donne un air de princesse. Elle a l'air d'une adorable poupée quand vous la voyez de loin, mais ne vous fiez pas à cette première impression, conseil d'ami. Kiara est banale avec son un mètre soixante-cinq, mais ça ne dérange pas les journalistes de Sorcerer Hebdo de lui demander de venir poser pour leur magazine en tant que représentante de l'impressionnante guilde qu'est Crystal Dust. Non, non, ils ont du courage d'oser aller lui parler ; tout ça parce qu'ils se sont fiers à son physique sans rencontrer son caractère. Et que dire, sa réputation de nouveau dragon slayer en a fait des émeutes dans tout Fiore. Tout le monde veut une interview de la petite survivante de la base Delta, devenue une manipulatrice des gaz. Mais voilà, le gaz est à double tranchant comme Kiara. Bref, je m'égare. En tant que sujet d'expérience 777, un lacrymal a été planté dans son corps au niveau de son ventre permettant l'apparition d'un tatouage de vagues noires -dans le même style que Laxus- autour de son nombril. Au contraire, sa marque de guilde de Crystal Dust est dans son dos, au niveau de son trapèze droit de couleur rose.

Devenir un dragon slayer a changé pas mal son physique par rapport à lorsqu'elle était plus jeune. En effet, autrefois, elle avait des cheveux noirs de jais et des yeux noirs. Ainsi la transformation adoucit ses cheveux vers le rose en l'honneur du dragon qui l'habite et ses yeux se sont éclaircis vers le bleu. Sortant de même du laboratoire du King, elle possède de nombreuses cicatrices dû aux opérations que le King lui a faites subir pour observer l'évolution de son organisme de simple mage à DS. Elle n'aime pas trop en parler et c'est essentiellement pour cette raison qu'elle refuse de devenir top modèle pour le Sorcerer Hebdo. Elle a trop peur qu'on la prenne en pitié.

Kiara a redécouvert la vie en sortant du laboratoire et apprend tous les jours ce qui l'entoure et les nouveautés que le monde a développées pendant son écartement provisoire au sein de la base Delta. Ainsi, elle aime beaucoup faire les magasins et s'acheter de nouveaux vêtements. Kiara, elle a du style et sait se mettre en valeur. C'est pour ça qu'elle a souvent des offres d'achats de la part des commerçants plus alléchantes les unes que les autres. Kiara sait jouer de son physique lorsqu'elle veut quelque chose et en bonne mage de Crystal Dust, elle dépense sans conteste toute sa cagnotte gagnée lors d'une mission. Ainsi ne vous étonnez pas de la croiser à la ville de la mode, non pas habillé avec les dernières bizarreries que les habitants ont inventés, mais avec des vêtements simples et efficaces.

Vous l'aurez compris, Kiara prend soin d'elle, parce qu'une fille devrait toujours être au top de sa forme. Néanmoins, lorsqu'elle doit se mouiller ou rouler dans la boue, elle ne rechignera pas. De toute façon, en cas de perte d'un ensemble qu'elle aimait bien, il lui suffira juste de racheter le même. Quand on est un mage de Crystal Dust la vie est facile.


« CARACTÈRE »


Au fil des années, Kiara s’est très affirmée notamment pour ne pas se faire bouffer par les autres sujets d’expérience du laboratoire Delta. En effet, là-bas, tout est une question de reconnaissance de talent et de compétition. Ainsi, très vite, Kiara a acquis une grande gueule défiant quiconque ne la reconnaissait pas à sa juste valeur. Elle passe son temps à se la péter et elle est très hautaine. C’est sa façon à elle de se protéger des moqueries et mesquineries que pourraient lui réserver les autres sujets d’expériences. Gueulant souvent, elle s’énerve facilement face aux piques des autres et elle  tendance à foncer dans le tas sans réfléchir. Son style d’attaque, tout détruire sur son passage et penser aux conséquences après. Kiara c’est la destruction à l’état pur, elle détruit le sol, détruit les villes, détruits les maisons et après la guilde paie pour les réparations des dégâts qu’elle a créés. Et elle n’a aucun remord de vous laisser pendant un an à la rue parce que votre maison est en train d’être reconstruite en tant que palace 5 étoiles. Kiara, elle en a un peu rien à foutre des autres tant qu’il la respecte comme il se doit. C’est une gamine qui ne recherche que la gloire et de quoi expulser sa colère qui grandit intérieurement à cause de ses multiples conflits avec son dragon intérieur. Ces deux-là ne s’entendent pas des masses notamment à cause du caractère affirmée de Kiara et la mesquinerie de Kir.

Ce dragon est essentiellement grognon et à tendance a transmettre sa mauvaise humeur à Kiara qui expulse tout ça par la destruction. Cercle vicieux.

Kiara est une fille très fière, si vous ne l’aviez toujours pas compris et pour se faire respecter, elle utilise tous les moyens possibles jusqu’à vous broyer les os sans scrupules. Dit comme ça, on ne dira pas une tendre cette petite, mais comprenez-là, avec tout ce qu’elle a vécut, elle s’est créée une carapace d’acier pour ne pas être mangé par le monde.

Au fond d’elle, elle n’a toujours été qu’une petite abandonnée de tous. Elle a perdu sa famille deux fois et a dû tuer pour réussir à survivre au laboratoire delta. Connaissez-vous l’impact émotionnel du fait de tuer un autre gamin de son âge juste parce que sinon on vous tue à votre tour ? De voir tous ceux qui vous entourent disparaître dans d’atroces souffrances  juste sous vos yeux alors que vous en pouvez rien faire pour les aider ? Bah, Kiara ça la traumatisé et c’est pour cacher cette vulnérabilité qu’elle s’est construite, sous l’influence de zéphyr, un caractère de guerrière diabolique.

Avant de subir toutes ses épreuves, elle était plus douce, gentille et assez serviable. Oubliez cette vision. C’est le passé, vous ne retrouverez jamais Kiara ainsi. Vous ne verrez que cette gamine vous dévisageant comme si vous étiez une sous merde qui ne comprenait rien au monde et à peine plus important qu’un pot de fleur. Fière, narcissique, égocentrique au possible, voici Kiara Mistral dans toute sa splendeur. Elle représente bien l’ambiance de Crystal Dust à elle toute seule avec son petit sourire hautain et sa voix mesquine. D’ailleurs, il lui arrive d’être l’ambassadrice de la guilde lorsque le boss lui demande afin d’éviter qu’il ait encore une facture sur le dos à cause d’une mission qu’elle aurait prise trop à cœur. Du coup, il lui arrive de se retrouver à Era, rendre visite à Zephyr et passer les nouvelles au conseil sur ce que devient la guilde de Crystal Dust et les statistiques de celle-ci. Boulot qu’elle trouve très très chiant à faire parce que Kiara aime l’action et non faire la paperasse. Ca ne canalise pas assez son énergie et du coup, elle cherche par tous les moyens à traquer les mages clandestins parallèlement. Rien ne vaut le plaisir de voir un de ses mages en train d’hurler des insanités lorsqu’on le cloue à des chaines et l’enferme dans la Back Vox. Délicieux.

Kiara c’est une gamine qui aime la justice et ne supporte pas de retomber danss ce qu’elle a vécu dans son enfance. Du coup, elle traque autant tous les Black Viper que les mages de Red Falcon en passant par la toute nouvelle guilde noire d’Ice rock. Il faut épurer ce monde de tous ces psychopathes et elle prend cette mission très au sérieux. D’où lui est venue cette soudaine idée ? De l’influence de cette mystérieuse fille nommée Kamiko ? Peut-être, elle ne sait pas trop non plus, mais elle aime bien cette idée de justicière alors elle s’active dans ce sens.

Kiara adore avoir le dernier mot et faire en sorte qu’elle obtienne ce qu’elle veut. L’échec, elle refuse de le connaître. Elle ne peut pas échouer parce que sinon elle mourra. Pensée qui s’est transformée en règle de vie imparable pour Kiara depuis qu’elle est entrée dans le laboratoire Delta. Il ne faut jamais échouer. Jamais ! Sachez alors que si elle perd un combat, en général elle l’aurait fait exprès ne vous prenant pas au sérieux pour voir la célèbre DS des Gaz à pleine puissance. Si elle a fait exprès de perdre, ce n’est pas un échec, logique non ? Du coup, Kiara s’accroche à cette règle de vie et arrive le bien souvent à se lancer des défis intérieurs pour ne pas échouer dans sa mission ou tout simplement se sortir d’un piège à la con qui aurait pu la tuer sur le champ. Elle est une véritable machine à survie et trouve toujours un moyen de sauver sa peau sans fuir parce qu’en cas de combat qui l’intéresse vraiment la fuite est tout simplement prohibé.

La petite rosette parle très peu d’elle, elle ne parle pas de ce qu’elle a vécu dans le passé, ces expériences traumatisantes et ses peurs. Jamais ! Elle est plus têtue qu’une huitre sur ce genre de sujet. Le passé, elle n’en parle jamais et garde ses petits secrets précieusement et gare à celui qui tente de la faire parler de force. Elle n’hésitera pas à vous envoyer son poing dans votre figure pour vous faire taire. Parce que soyons logique, ce n’est pas parce qu’elle refuse d’en parler qu’elle vous laissera lui rappeler joyeusement toutes les merdes qu’elle a traversé. Cette gamine n’est pas à prendre avec des pincettes, il faut être assez franche avec elle sinon elle vous mettras dans la case des personnes qu’elle ne supporte pas et qu’elle rêve d’enfermer à la Black Vox même si vous êtes un mage officielle lambda de tout ce qu’il y a de plus sympathique.

Attention, je ne dis pas qu’avec son caractère de chiotte, elle n’a pas d’ami. Au contraire, il y a certaine personne avec qui elle s’entend assez bien lorsqu’on a compris comment l’approcher. Kiara est comme un petit tigre qui montre ses griffes pour impressionner alors qu’elle est encore un tigron en apprentissage de la vie. C’est pour ça qu’elle a quand même des amis dont Zephyr, son compatriote et celui qui la comprend sans qu’elle ait besoin de lui dire ce qu’il ne va pas. D’un côté ça la saoule parce qu’il lit en elle comme un livre ouvert, de l’autre ça lui fait du bien qu’il la comprenne si bien sans qu’elle est besoin de s’exprimer.

Il vous faudra du temps pour qu’elle vous accepte comme il se doit, mais ce n’est pas impossible. La preuve, elle s’entend bien avec la plupart des mages de sa guilde !




« CHAP 1 : Mon coeur balance entre Sparks et Mistral »

Il semble perdu dans ses pensées. Ce petit garçon aux cheveux noirs dont sa mère essaie d’attirer l’attention depuis cinq bonnes minutes. Mais rien à faire, il reste obnubilé par la petite flamme qui danse devant ses yeux.

- Mon chérie, s’il te plait, je te parle commence-t-elle à râler.

Aucune réponse ne vient lui répondre alors que le garçon semble perdu dans ses pensées. Il avait toujours été calme, mais là ça dépasser l’entendement le plus logique. Il ne pouvait pas s’enfermer dans son monde ainsi. Ca dépassait sa mère de devoir sans cesse s’heurter à un mur lorsqu’elle essayait de communiquer avec son fils.

- J’ai une grande nouvelle à t’annoncer ! continua-t-elle pensant que la dite nouvelle allait attirer l’attention de son enfant

Il ne fit rien, resta impassible, bloquer sur la petite flamme de la bougie qui servait à illuminer la salle à manger. Sa mère souffla à bout de patience, alors elle l’empoigna par les épaules et rompit de force le contact visuel entre son enfant et l’étincelle.

- Bon sang, Mitz je te parle ! il faut que tu arrêtes cette manie d’ignorer tout le monde, ça en devient malsain de t’isoler ainsi du monde réel !

Il papillonne des yeux, reprend contenance et demande de sa petite voix enfantine :

- Mère ? Que se passe-t-il pourquoi êtes-vous si énerver ?
- Tu n’as même pas remarqué que ça fait cinq bonnes minutes que je te parle ? En quoi une flamme peut-il être plus intéressant que ce que j’essaie de t’expliquer ?

Il ouvre la bouche, prêt à répondre en jetant un dernier regard à ce qui l’obsède alors que sa mère le coupe directement.

- Ne t’avise pas de recommencer en ma présence, c’est assez insupportable comme situation.

Il baisse les yeux, comprenant qu’il venait de fauter même s’il ne comprenait pas trop pourquoi.

- Enfin bon, j’en ai marre de tourner autour du pot, tu vas avoir une sœur dans peu de temps alors fait en sorte d’arrêter de continuellement rêvasser. J’espère que ça te fera grandir et que tu t’occuperas bien d’elle en tant que grand frère.

Le petit garçon ne sait pas trop comment prendre la nouvelle. Doit-il acquiescer gentiment pour que sa mère ne s’énerve pas plus qu’elle ne l’est déjà ou rester silencieux ? Elle pose ses mains froides sur ses épaules et serre les dents comme si elle était passablement énervée.

- Mitz chérie, écoute, ça va faire un grand changement dans la famille alors s’il te plait arrête de me causer du soucis et agit comme un enfant normal tu veux bien ?

Qu’est ce que ça veut dire agir comme un enfant normal ? Il aurait aimé lui demander, mais elle s’éloigne déjà de lui vers la cuisine. Et ça veut dire quoi avoir une petite sœur ?


Vers les 6 ans.

- Onii-chan !!!!!! Attend moi, tu cours trop vite !!!

Il ricane devant elle, elle le sent. Mitz se fout de sa gueule, comme à son habitude. Elle tente de le rattraper, mais comment réussir cette manœuvre alors qu’elle est deux fois plus petite que lui et possède deux fois moins d’endurance. Après tout son grand frère assume largement ses 15 années et à force de trainer dans les rues de Hosenka, il a acquis une très bonne endurance et une vitesse de pointe assez remarquable pour son âge.  La famille Sparks avait toujours été une famille qui se serrait la ceinture et même si le père de celle-ci était cordonnier, les clients n’étaient pas nombreux. Ils manquaient souvent d’argent et devait toujours se serrer la ceinture pour la fin du mois son contentant de vieux pains presque moisit comme faible repas. C’est pour cela que Mitz, aîné de la famille, avait commencé à aider ses parents en volant les poches des riches d’Hosenka. Ceux ayant assez d’argent pour aller à la source chaude spécialité de la ville. C’est grâce à ses petits défis journaliers qu’il courrait aussi vite aujourd’hui contrairement à sa petite sœur armés de ses longs cheveux noirs et lisses qui tentait de suivre la cadence derrière lui. Pas plus haute qu’une brindille, elle faisait un peu tache au milieu des autres enfants de son âge et contrairement à son frère à qui la vie de voleur avait forgé un caractère plus violent et battant, elle, elle regardait ses pieds en bredouillant des excuses à la personne qu’elle aurait percuter.

Les deux enfants montèrent sur les toits des maisons. Mitz ralentissant le pas alors que Kiara tentait de monter à une fenêtre de la même façon que lui. Il soupira et esquissa un sourire en la voyant galérer. Puis finalement, il l’attrapa par le haut du tee-shirt et la hissa sur son dos.

- Bah alors, on a du mal à suivre son grand frère ?
- Tu vas trop vite pour moi bougonna-t-elle en s’accrochant à son cou.
- C’est parce que si on restait à ton rythme on raterais tout le spectacle.

Elle s’accrocha plus fermement au cou de son grand frère en fronçant les sourcils. Elle savait qu’elle était un poids, mais elle n’aimait pas beaucoup qu’on lui rappelle aussi crument.  Mitz, esquissa un sourire et repartir rapidement sur les toits d’Hosenka. Après quelques minutes, ils s’arrêtèrent en haut d’un toit qui permettait d’avoir une vue d’ensemble de la grande place. Autour d’eux, une grande fête, des banderoles partout, des lumières, des gens costumés, une parade et des gens qui riaient à gorge déployée.

Mitz et Kiara s’assirent alors que la plus petite regarda émerveillé le spectacle. Elle n’avait jamais vu en face une grande fête d’Hosenka en faveur de l’été. A ses côtés, Mitz semblait captiver par toutes les lumières qui illuminaient la ville le soir. Puis une voix résonna, stoppant les musiques et les cris. On annonça que le feu d’artifice allait commencer et là se fut un triomphe de couleur. Ces petites fusées s’éclatant dans le ciel la scotchèrent sur place. C’était beau, c’était harmonieux, ça lui coupait souffle et captivait toute son attention. Le spectacle s’apaisa et elle continua à regarda le ciel comme si une dernière fusée allait exploser.

- Ca t’a plu ?
- Oui, c’est le meilleur cadeau qu’on a pu me faire, Nii-chan !! Merci je t’adore.

Elle sauta dans ses bras, fier d’avoir un grand frère qui était aussi cool avec elle.

O0O

Kiara avait toujours été très proche de Mitz, plus qu’avec ses propres parents pour dire à quel point la place de son frère dans sa vie était importante. Il était toujours là pour la défendre et la faire rire lorsqu’elle s’inquiétait parce qu’il y avait des hommes passablement méchants qui mettaient souvent la maison sans-dessus dessous pour une histoire de remboursement de crédit qui ne venait pas. A chaque fois qu’ils venaient, Mitz la cachait dans un coin de la maison pour éviter qu’elle ne soir prise dans le tourbillon de violence que les hommes mettaient dans la petite chaumière des Sparks. Leur vie n’était pas simple. Kiara l’avait toujours su, mais elle s’en fichait tant qu’elle restait tranquillement avec son frère.

Elle aurait du savoir que ça ne durerait pas. Que le destin en avait décidé autrement. Ce fut suite à un soir, lorsqu’elle rentra de l’école avec son petit cartable sur le dos que tout bascula. Elle entra doucement dans la maison en retirant ses chaussures lorsqu’elle avait entendu des voix gronder dans la cuisine. Trois précisément, et elle les connaissaient toutes. Celle de sa mère en train d’hurler des insultes, celle de son père qui avait le souffle lourd et celle de Mitz qui tentait de se débattre. Alors curieuse, elle entra, poussa la porte et regarda d’où provenait toute cette agitation. Elle aurait du le savoir, en croisant le regard de son frère qui ne pensait pas qu’elle rentrerais si tôt qu’elle aurait du se cacher et non entré dans cette stupide cuisine.  Il lui hurla de partir, mais trop tard, deux mains l’empoignèrent fermement alors que le chef des « hommes des crédits » avait esquissé un sourire mauvais en al voyant entré.

- Tiens, Tiens, la petite dernière de la famille. Tu es Kiara ma jolie je suppose ?

Elle voulut lui répondre, mais les mots s’étranglèrent dans sa gorge alors que les larmes montaient doucement à ses yeux. Elle avait peur. Très peur. Qu’est ce qui se passait réellement ?

Sa mère hurla en pleurant alors que son père était à l’article de la mort au sol. Il s’était battu ou avait simplement été mis à tabac par les ennemis de la famille Sparks. Kiara ne savait pas trop, ses pensées étaient confuses.

- On emmène les deux gosses, ils vont travailler pour nous le temps que vous ayez rembourser la totalité de la somme que vous nous devez. J’attend avec impatience votre argent, monsieur Sparks.

Le chef ricana avant de faire un signe vers la sortie à ses subalternes. Alors les intrus s’activèrent vers la sortie, trainant Mitz vers la porte qui se débattait comme un beau diable. Mais rien à faire, il se prit un coup à l’arrière de la nuque qui le plongea dans l’inconscience alors que Kiara pleurait toutes les larmes de son corps.  Elle hurlait le nom de sa mère, de son père, hurlait à Mitz de ne pas la laisser toute seule, d’ouvrir les yeux. Rien à faire. La famille Sparks allaient être séparés et oh jamais, ils n’allaient se retrouver.


Les deux enfants avaient été menés dans un immeuble imposant portant sur son building en grosses lettres imposantes : « Business Bank Bell’s family ». Ils étaient montés pratiquement tout en haut de la tour et Mitz n’avait toujours pas repris ses esprits alors que Kiara s’était calmé après s’être reçut deux baffes pour la faire taire. Les larmes étaient encore là, coulant sur ses joues, mais plus un seul son ne sortait de sa gorge. L’ascenseur émit un dring annonçant que le dernier étage était atteint et la porte s’ouvrit lentement laissant la bande de la famille Bell entré comme de vainqueur dans le bureau de leur patron. Ils assirent Mitz sur un siège et lui lancèrent un verre d’eau à la figure pour le réveiller, ce qu’il fit dans la seconde suivante. Kiara fut assisse à côté de son frère face au bureau du chef de la famille Bell. Le siège du patron tourna vers leur direction et les scruta froidement.

- C’est quoi ça ? demanda-t-il en désignant à peine les deux enfants qui l’avaient interpellé.
- Les enfants de la famille Sparks, nos possibles agents sauf si vous préférez qu’on les tue tout de suite ?

Le patron dévisagea plus froidement les deux gamins et réfléchit pendant quelques minutes alors que Mitz étaient prêt à partir au quart de tours en fonction de ce qu’il allait dire. Le chef esquissa un sourire mauvais :

- Tuez la file, elle est trop jeune, elle ne nous ne sera d’aucune utilité. Gardez le garçon et veiller à ce qu’il nous obéisse au doigt et à l’œil.

Kiara blêmit d’un seul coup alors que l’une des deux gardes de la famille bell l’attrapait par la peau du cou. Mitz tenta de se lever, mais des mains le retinrent de force. Il ne se laissa pas faire, la colère l’aveuglait, il ne contrôlait plus rien et peut-être fut le fait que la situation était désespéré que des étincelles flamboyantes l’entourèrent de plus en plus comme des petites braises. On lui balança un autre verre d’eau à la figure pour calmer ses ardeurs flamboyantes voyant qu’il faisait subitement plus chaud dans la pièce à cause de ce gamin.

Kiara hurla, le garde se rapprochait dangereusement de la fenêtre du dernier étage. Et après un dernier regard vers son boss qui lui répondit par un acquiescement silencieux, il lança la gamine par la fenêtre.


Kiara hurla, tomba, le vent frappant ses vêtements de paysannes. Elle allait mourir, le sol allait la tuer et elle mourrait suite au choc, ses os allaient se briser sous l’impact et elle ne reverrait plus jamais son frère. Ni sa famille. Personne, elle allait mourir.  Elle pleura, même si ça ne servait à rien. Elle pleurait tout le temps de toute façon. Elle le savait, c’était pitoyable, mais elle n’était encore qu’une gamine de 6 ans. Et à cet âge, on pleure dès qu’on est effrayé, dès qu’on se sent menacé, dès qu’on est vexée. Et là, elle allait mourir, alors autant pleurer toutes les larmes de son corps.

L’étage était haut alors la chute paru durer une éternité. C’est pour cela que même en tombant rapidement vers le sol, elle entendu le bruit d’explosion au dernier étage. Une explosion qui réduisit totalement le dernier étage à l’état de cendre, faisant naître un feu destructeur qui mangea calmement l’immeuble en descendant rapidement vers les étages inférieurs. Un feu qu’elle ne savait pas d’où il provenait. Elle eut une dernière pensée pour Mitz. Il aurait adoré voire cette démonstration de feu explosant dans le ciel teintant le ciel d’une couleur orangée et réduisant l’immeuble à l’état de feuille de papier, brulant celui-ci si facilement. Le feu était destructeur, il lui avait toujours dit ça avec un sourire et c’est parce qu’il est si beau, mais si mauvais qu’il le captivait.

Kiara ferma les yeux, imprima cette vision dans son esprit et d’un seul coup sentit un impact dans son dos. Elle était tombée. Elle avait dû mourir.

****


Bon. Elle était encore en vie. Surprise auquel elle ne s’y attendait pas le moins du monde. Elle se trouvait dans un hôpital où les infirmiers s’activaient de partout. Pourquoi déjà ? Ah oui, l’incident du building Bell’. Kiara, la bouche pâteuse, les oreilles qui bourdonnaient reconnaissait quelques mots :
« Complètement effondrée », « pratiquement pas de survivant », « feu dévastateur » « pas d’idée de comment il a démarré », « plus de 50 morts surtout dans les étages supérieurs et pleins qui seront handicapés à vie » etc.
Elle tenta de bouger, mais ses muscles étaient complètement bloqués dans le lit.  A croire qu’on l’avait immobilisé de force pour qu’elle ne puisse pas s’échapper du bâtiment médical ? Pourquoi l’aurait-elle fait de toute façon ? Bien sur que si elle le savait. Elle voulait trouver Mitz. Son grand frère. Avait-il survécut à la catastrophe d’Hosenka ? Il y avait peu de chance, il se trouvait en haut du bâtiment lorsque le feu avait démarré et d’après les dires des infirmières qui passaient à côté de sa porte, toutes les personnes se trouvaient dans le tiers des étages du dessus avaient tout simplement été réduit en poussière. Il ne restait rien du bâtiment, que des ruines et des corps sans vies, brulé au troisième degré, une odeur de brûlé qui attaquaient des habitants.

La catastrophe avait complètement plongé la ville dans la démence et la peur. Et bien évidemment, remplis les hôpitaux de blessés.

- gragrezgez

Kiara avait tenté d’interpeller une infirmière qui passait à côté de son lit, mais sans résultat, sa bouche pâteuse refusait de former des mots cohérents.  Et en plus, elle était si fatiguée. Elle n’avait qu’une envie, dormir. Etais-ce un bon signe ? En général non, ça signifiait souvent que suite à un choc on avait un traumatisme crânien. Oui, oui, elle connaissait ça du haut de ses 6 ans. Elle avait toujours été une fille très attentive à l’école et posant des questions assez ciblées sur de domaines qui l’intriguaient. De toute façon, l’école avait toujours été le seul domaine où elle apprenait des choses nouvelles. Elle aimait beaucoup cet établissement.

D’ailleurs ? Comment avait-elle pu survivre à une chute pareille ? La question lui vrilla l’esprit si fort qu’elle plaqua ses mains sur son crâne bandé en grognant. Elle retrouvait des sensations dans ses doigts, ses bras, ses jambes et elle auraient préférés ne pas les ressentir. La douleur irradiait à présent tout son corps comme s’il était réduit en bouillit par une voiture magique et tout simplement qu’on lui cassait chaque os jusqu’à ce qu’elle n’en est plus. Une infirmière passa à côté de sa chambre et la voyant réveillé, s’approcha de son lit.

- Comment ça va, mademoiselle ?
- Mal lui répondit-elle en poussant un soupire lourd dû à la douleur.
- Je vois, je vais vous rajouter plus de morphine.

Aussitôt la douleur fut moins intense que Kiara papillonna des yeux. La douleur calmé, le sommeil voulait revenir la voir. Elle se força à rester éveillé encore quelques secondes posant les deux questions qui lui brulaient la langue depuis les cinq bonnes minutes qui l’avaient fait émergé de son sommeil réparateur :

- Mitz ? Ou est mon frère ? Pourquoi je suis encore en vie ? Je suis censé être morte !

L’infirmière lui envoya un sourire doux et caressa gentiment ses cheveux, une lueur de peine au fond du regard.

- Tu devrais dormir ma chérie, le capitaine Mistral voudra te parler quand tu iras mieux.
- Le capitaine Mistral ? Qui c’est ?

Elle bredouilla les derniers mots avant de fermer les yeux. Le sommeil avait gagné cette bataille. Elle n’aurait pas de réponse avant plusieurs heures.

***

La seconde fois qu’elle quitta le monde de Morphée, l’agitation tendue des infirmières s’était calmée. C’était la nuit. La lumière de la lune laissée la pièce où la gamine dormait dans une pénombre assez froide. On sentait encore l’odeur nauséabonde de la catastrophe qui s’était déroulés quelques kilomètres plus loin. L’odeur de la mort.

Cette fois-ci ses muscles réagirent d’eux-mêmes la première fois qu’elle leur ordonna ce qui la rassura. Son cerveau semblait se souvenir qui était le maître. Elle tourna sa tête vers la gauche puis la droite observant sa chambre silencieuse et seulement à ce moment-là qu’elle aperçut quelqu’un en train de dormir dans un canapé juste à côté d’elle. Comment elle n’avait pu ne même pas le remarquer auparavant ?

Elle fut prise d’un espoir que se soit la silhouette de Mitz, mais la grandeur de l’homme la détrompa vite. Il dormait d’un sommeil profond, une mine soucieuse sur le visage comme s’il faisait indirectement un rêve qui ne lui plaisait pas des masses. Elle ne le connaissait pas et ne comprenait pas pourquoi il avait décidé de squatter sa chambre. Peut-être parce qu’il n’y avait plus de place ailleurs dans l’hôpital ? Si la famille des survivants étaient venues rendre visite aux malades ça expliquait que la chambre de Kiara qui n’avait plus personne soit devenu un refuge de squatteur. D’ailleurs où étaient son père et sa mère ? Certes ils n’avaient jamais été proches, mais ils avaient dû savoir pour l’accident et venir voir à l’hôpital, non ? Quel parent indigne laisserait penser que leur fille avait succombé à la catastrophe comme les autres sans venir vérifier une fois avant de tirer des conclusions ? Personne, leur enfant était le fruit de leurs entrailles alors ils ne pouvaient pas les abandonner comme ça, non ? Kiara ne savait pas et elle détestait ça. Ne pas avoir de réponses la laissé la plupart du temps de mauvaises humeurs surtout quand Mitz lui posait une énigme qu’elle n’arrivait pas à résoudre et qu’il refusait de lui donner la solution dans la seconde suivante.

Penser à Mitz lui vrilla le cœur une nouvelle fois et elle retient du mieux qu’elle pu les larmes montée à ses yeux. Non, elle ne voulait plus pleurer. Pleurer n’allait pas ramener tout ce qu’elle avait perdu. Elle allait devenir forte et arrêter d’être aussi fragile, ça ne pourrait que lui peser plus dans le futur si elle restait cette gamine aussi timide et pleurnicharde. Elle se fit cette promesse silencieuse en l’honneur de son frère qu’elle n’avait pas revu depuis l’accident. Elle n’était pas bête, elle savait qu’il y avait très peu de chance que Mitz soit en vie, mais cet espoir refusait de s’éteindre. Elle avait besoin de s’accrocher à quelque chose avant de sombrer totalement dans le désespoir de sa vie passablement merdique.

Un grognement rompit ses pensées. L’homme avait-il grogné comme un chien ? Elle en resta bloquée quelques secondes. C’était flippant. Qu’il sorte de sa chambre cet être passablement étrange qui lui faisait peur !

Elle souffla, elle n’avait plus du tout sommeil à force d’avoir dormis deux jours complets.  Il ne restait que sa pensée pour faire en sorte qu’elle s’occupe étant donné qu’elle n’avait personne à qui parler dans cette pièce. Elle se refusait de réveiller l’inconnu, ça se trouvait c’était un pervers psychopathe qui attendait qu’elle se réveille pour la tuer ou l’enlever et l’enfermer dans son garage. Imagination débordante ? Naaaan.  

Elle jeta un regard sur ces blessures. Elle ressemblait à une momie toute bandée de part et d’autre. Il n’y avait que ses yeux noirs qui avaient été épargnés par le massacre du bandage de l’hôpital. Elle sentait même encore la crème que les médecins avaient mis sous celle-ci. Un peu gluante et froide. Beurk.  Elle repoussa sa couette et tenta de se mettre debout. Gros échec. Ses jambes ne la soutenaient pas très bien encore. Surement parce qu’elle ne les avaient pas utilisé pendant plusieurs jours. Elle s’accrocha à son lit de fortune pour tenter de se lever et attendit que son corps se réhabitue au quotidien de soutenir le reste de sa morphologie. Il ne mit pas longtemps et elle fit quelques pas restant à proximité de son lit quand même jusqu’à ce que le destin en décide autrement.



Ptin, elle avait envie d’aller aux toilettes…

Ce fut alors tout un parcours du combattant qui démarra. Déjà atteindre la salle de bain s’en réveiller l’inconnu psychopathe grognant comme un chien. Elle avançait millimètres par millimètres à cause de ses blessures qui lui faisaient de plus en plus mal. Elle faillit tomber deux fois comme une vulgaire loque, mais se rattrapa sur sa table de nuit et s’écrasa sur le tapis qui avait amorti sa chute, la seconde fois ce fut à cause du pied de l’inconnu qui était mal placée qu’elle tomba un peu plus durement au sol. Mais heureusement pour elle le choc ne réveilla pas l’homme et elle pu alors continuer à avancé en rampant vers sa destination en grognant intérieurement des insultes envers celui qui la gênait dans sa mission « Pipi Room ».

Ce fut seulement lorsqu’elle fut sur le cabinet qu’elle s’autorisa à se détendre parce que de toute façon elle s’était enfermé dans les toilettes alors aucune chance que l’homme puisse l’enlever maintenant, non ? Elle allait se cacher dedans jusqu’à ce qu’il parte comme ça elle serait sure de survivre.

Heureusement pour elle qu’elle venait de réussir à se barricader car elle l’entendit sortir de son sommeil et bailler à s’en décrocher la mâchoire. Elle éteignit rapidement la lumière des toilettes et s’installa sur eux, armé d’un magazine de sorcerer hebdo qui trainait encore là pour attaquer au cas-où. Veille version d‘ailleurs, il n’était pas à la page dans cet hôpital.

- Merde la gamine, où elle est passée ?

 Elle perçut qu’il était en train de mettre sans dessus-dessous la pièce où elle se trouvait quelques minutes avant.

- Merde, merde, merde. Je suis dans une putin de merde. Le capitaine va me tuer.

Il passa dans ses cheveux une main, nerveux avant de les ébouriffer, soufflée tenter de reprendre son calme.

- Bon, allez Hideki calme toi. C’est pas une gamine de six ans qui va te faire péter un câble. Elle est blessée, elle pas pu aller très loin. Allez réfléchis.

Kiara sentit qu’il se rapprochait de la salle de bain et elle retient subitement son souffle lorsque la poignée tourna plusieurs fois. Heureusement qu’elle avait verrouillé, la petite futée.

Hideki sembla poussé un soupire de soulagement et l’héla :

- Hé gamine, t’es là ?
- …
- Je sais que t’es la dedans, écoute, faut qu’on parle. Je suis pas méchant, ok ? Je suis là pour te poser juste quelques questions, tu veux bien sortir de là ?
- C’est toujours ce que dises les mauvaises personnes pour appâter leurs proies. Je ne vous crois pas.
Sa mâchoire sembla se décrocher sur place. Euh  c’était quoi cette gamine parano ? Ah re merde. Hideki n’avait jamais été bon pour convaincre les autres et vu comme elle était suspicieuse, jamais elle ne le croyait s’il disait qu’il est des mistrals et qu’il est là de la part du capitaine pour qu’elle lui donne des informations sur la catastrophe qui s’était déroulé il y a quelques jours.

Pourquoi, c’était elle qu’il voulait absolument interroger ? Tout simplement parce qu’elle était tombé de la fenêtre du dernier étage avant l’explosion pardi. Oui, le groupe de chasseur de tête des Mistral étaient au courant qu’elle était passée par la fenêtre. Ca faisait plusieurs jours qu’ils espionnaient les Bell pour leurs affaires illégales. Un contrat, on leur avaient demandé de les coincés de manières légales pour les faire enfermer dans la Black Vox. C’est pour ça que les mistrals étaient justes à côté de l’immeuble lorsque celui-ci avait tout bonnement explosés plus rapidement qu’un astéroïde.  Et il avait vu cette gamine tomber lourdement de la fenêtre en train d’hurler sa peur et de pleurer les larmes de son corps. C’est pour ça que le lieutenant de la compagnie n’avait pas réfléchit une seule seconde et c’était précipité pour sauver la gamine d’une mort certaine. Il l’avait attrapé au vol grâce à ses chaussures Hermès possédant la magie d’Area et elle s’était tout simplement évanouis dans ses bras. C’est lui qui avait pris la majeur partie des dégâts étant donné qu’avec la vitesse de la chute qu’elle avait gagné, elle l’avait embarqué avec elle et ils s’étaient écrasés au sol lourdement créant une large entaille dans la route. Même l’aide des autres membres de la brigade Mistral avait presque pas ralentit leur chute. Mais ce n’est pas pour ça que le lieutenant était faible, il avait connut pire et il était très résistant. Il avait seulement été inquiet pour la gamine qui avait pris quand même un sacré choc même s’il avait amortis sa chute. C’est pour ça qu’il l’avait transporté à  l’hôpital pendant que les autres membres tentaient d’aider les personnes des étages en bas à sortir du bâtiment. Elle avait été pris en charge très vite et une infirmière avait tenté de jeter un œil sur les blessures du lieutenant, mais celui-ci lui avait vite fait comprendre qu’il viendrait se soigner plus tard étant donné qu’il devait aller aider les autres membres de la brigade.

La brigade mistral avait très vite pris en charge l’affaire et menait l’enquête pour savoir comment ça se faisait qu’un bâtiment tel que la business bank puisse exploser aussi facilement. Et la principale piste pour avoir des réponses était une gamine ressemblant à une momie qui se cachait au milieu des balais à chiottes et des papiers toilettes. Il n’avait vraiment pas de chance d’être tombé sur une mission aussi merdique. Le capitaine de la brigade lui avait dit qu’étant donné qu’il l’avait sauvé, il devait prendre ses responsabilités et voir comment elle allait et si possible récupérer son témoignage sur ce qu’il s’était passé dans le bureau du directorat quelques minutes avant que tout explose.

Il se laissa tomber dos à la porte et souffla de lassitude. Il n’avait pratiquement par dormis depuis trois jours et il s’était laissé seulement aller à un petit somme et elle en avait profité pour lui filer entre les pattes, il avait franchement pas de chance.

- Ecoute, c’est quoi ton nom ? Moi je suis le sergent-chef Hideki Mistral de la brigade Mistral. Tu connais les Mistrals ? Je suppose que non.

Il attendit qu’elle lui accorde une réponse, mais rien ne vint. Les sparks étaient tous pareils dans leur genre, le silence était considéré comme une réponse chez eux.

- Nous sommes une brigade de mages chasseurs de tête, ça veut dire qu’on traque les méchants et on les met en prison.
- Vous voulez me mettre en prison ?
- Pourquoi t’es une méchante petite fille tenta de blaguer Hideki.
- ….

Ok, elle n’a pas d’humour.  

- Nan, on va pas te mettre en prison, on voulait s’occuper de la famille Bell qui était les maîtres de la Buissness bank, le bâtiment qui s’est effondrée. Tu vois, ils étaient en train de préparer un mauvais coup avec une bande de mage très méchant nommé les Black Viper. Nous on voulait les pincer, mais cette soudaine attaque du bâtiment à compromis notre mission. On aimerait savoir ce qu’il s’est passé et d’après nos informations tu es la meilleure source que l’on ait sous la main pour l’instant.

Elle ne disait toujours rien, semblait réfléchir à la véracité des mots du sergent-chef Hideki. Celui-ci espérait avoir été assez franc pour éviter de l’effrayer encore plus et qu’elle daigne sortir des toilettes. Il attendit, une minute, deux minutes sans aucune réponse :

- T’es pas tombé dans la cuvette quand-même ?
- …
- Hého du bateau, t’es toujours en vie fillette ? Tu ne vas pas me dire qu’après t’avoir sauvé d’un immeuble qui s’effondre tu vas mourir pitoyablement dans des toilettes d’hôpital ?
- C’est vous qui m’avez sauvé ?
- Alléluia, tu me réponds enfin. Ouais, c’est moi qui t’es sauvé. Tu vois je suis un mage alors c’est mon job d’empêcher les civils comme toi de mourir. Je t’ai vu alors  bah j’ai fait ce que je fait de mieux.
- Vous avez sauvé mon frère, alors ?
- Euh…comment te dire…il n’y avait que toi qui est passé par la fenêtre à ce moment-là, si ton frère se trouvait dans la même pièce que toi auparavant, on a pas pu le sauver. Je suis désolé.

Shit. Il aurait pas du lui dire aussi facilement que sa famille n’avait eu aucune chance de s’en sortir. Elle allait rester cloîtrer toute sa vie dans ses toilettes maintenant. Mais quel con Hideki, t’es trop con.

Il entendit des reniflements prononcés signe qu’elle sanglotait. Le sergent-chef se tapa du plat de la main le front continuant de s’insulter intérieurement.

Et puis ce fut l’apocalypse. Elle pleura à s’en décrocher la mâchoire. Elle en savait même pas comment elle faisait pour pleurer autant, mais elle le faisait. Adieux les bonnes résolutions, il y a des moments où on a du mal à se retenir. Et actuellement c’était un de ces moments alors Kiara pleura.

Hideki ne savait plus où se mettre alors il se laissa tomber le long de la porte des toilettes et attendit qu’elle se calme. Il avait franchement tendance à trop parler des fois. Ca lui jouait tout le temps des tours. Tout ça c’était la faute des jeux stupides de vérités qu’il avait développé avec Hogara. Maintenant, il avait trop l’habitude d’être direct sur des choses qui ne l’atteignait pas directement. Parler à un gosse était d’un dur.

Elle ne se calma pas et pleura pendant une bonne demi-heure et même les petites blagues d’hideki ne suffirent pas à la calmer où à la faire esquisser un sourire. D’un autre côté qui sourirait en entendant :

- Hé gamine calme-toi ou tu vas nous créer un tsunami avec toutes tes larmes.

Ouais. Personne, on est d’accord. Lorsque ces pleurs commencèrent à s’estomper, Hideki hésitait à rouvrir la bouche parce qu’il se sentait coupable et avait un peu peur de relancer sans faire exprès la crise de larme de la gamine.

- Monsieur…snif… je peux vous poser….snif… une question ?
- Ouais vas-y.
- Est-ce que…snif… quelqu’un d’autre est venu me rendre visite à part vous ?

Arg. Question piège. Personne à part lui n’avait squatté la chambre de cette gamine. On ne savait pas si ces parents avaient été informés de ce qui s’était passé, mais il n’avait pas pu louper l’événement quand même, non ?

- Non, je ne crois pas. Désolé, t’es parents ne doivent pas être au courant que tu es à l’hôpital je suppose.
- Ils doivent penser que je suis morte lâcha-t-elle tristement ou ils le sont simplement eux aussi.

Euh. Glauque. Elle avait vraiment des pensées tristes lorsqu’elle était triste. Il tenta de relativiser la situation :

- Ne dis pas des choses comme ça, tes parents doivent être forts, ils doivent être en vie en train de d’attendre à ta maison que tu reviennes.
- Vous avez peut-être raison.
- Tu veux qu’on envoie quelqu’un les chercher ?
- Vous pourriez ?
- Voyons gamine, si on te dit qu’on est en charge de l’affaire de la businness bank, tu penses bien qu’on s’occupes aussi du bien être des rescapés. Dis-moi juste où tu habites et je vais les prévenir.

Le verrou de la porte cliqueta et elle passa timidement sa tête dans l’embrasure, ses yeux encore rouge de tristesse.

- Je peux venir avec vous ?
- T’es blessé, ça ne serait pas raisonnable de te laisser sortir ainsi.

Elle sembla encore plus abattue et Hideki fut pris d’attention pour cette bouille enfantine.

- Mais bon, si t’es avec moi, on peut faire une exception, non ?

Cela sembla redonner un peu d’énergie à son visage, ce qui affirma à Hideki qu’il prenait la bonne décision. Il lui tendit sa main et elle la prit. Pacte conclue demoiselle !  

***
>> Suite plus bas.



« DERRIÈRE L'ECRAN »

♦♦ PRÉNOM : Susucre / Coco / La bande à kiki, j'ai pleins de noms ☆
♦♦ AGE : 1ç ans.
♦♦ LOCALISATION : Tours vaincra.
♦♦ COMMENT ETES-VOUS ARRIVE ICI ?  Je suis la co-fonda je crois ? Faudra que je vérifie tout ça dis donc.
♦♦ POURQUOI CE FORUM ?  Parce que c'est mon bébé et qu'il faut que je le nourrisse pour qu'il survive.
♦♦ PRESENCE : all time : 7/7
♦♦ AUTRE : Héhéhé, il y a pas de code à mettre finalement ? faudra retirer les petits mots clés dans le règlement alors.






Codage par @Gaki. sur Epicode



Dernière édition par Kiara Mistral le Sam 4 Juil - 22:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Crystal Dust


Feuille de personnage
Rang:
Age: 17 ans
Magie: DS des Gaz (4G) - Mahō gasu

Messages : 31
Date d'inscription : 19/03/2015
avatar
Kiara Mistral
MessageSujet: Re: Kiara Mistral - Crystal Dust {83%}   Jeu 30 Avr - 14:32



« Chapitre 1 »

Mon coeur balance entre Sparks et Mistral



Hideki - Hogara - Tora - Yuki - Shinji

- J’habite au bout de la rue signala-t-elle installé sur le dos d’Hideki qui avait décidé de marcher avec ses chaussures hermès au lieu de voler comme à son habitude.

Il s’approcha alors lentement de la maison avant de carrément ralentir le rythme. Ca sentait le brûlé à pleins nez et cela n’annonçait rien de bon. Kiara se redressa sur son dos tentant de comprendre pourquoi il s’arrêtait si soudainement :

- Ca ne va pas ? Il y a un problème ?
- Euh, c’est à dire que… tu vois… ben…
- Je ne comprends rien à ce que vous voulez dire.

Hideki souffla et la reposa au sol. Il lui prit les épaules et la regarda droit dans les yeux. Elle ne sentait pas cette odeur de brulé qui irradiait plus fortement de la direction de sa maison, sûrement parce que son nez était à moitié bandé et qu’on sentait cette odeur depuis le début du chemin aux alentours de la BBank des Bell. Mais là c’était différent et c’était l’expérience d’Hideki qui parlait. Il allait y avoir un hic.
- Ecoute, j’ai un mauvais pressentiment, on ferait mieux de rentrer maintenant. J’y retournerait après si tu veux, mais tu ne peux pas aller plus loin avec moi. Tu devrais rentrer à l’hôpital immédiatement.
- Non. Pas question. Maintenant que je suis là, je reste.
- Ca risque d’être assez violent à voir.
- Pourquoi donc ? Ma maison n’est pas très grande, mais elle est jolie une fois à l’intérieur.
- Je ne parle pas de ça.
- Vous parlez de quoi alors.

Un rire résonna, froid, qui montrait qu’il était assez excité. Merde. On avait du les attendre et ce con d’Hideki était venu sans se poser le moindre question. Des membres de la famille Bells sortirent des rues et les entourèrent armés de battes crochetés et d’armes blanches. Le seul qui n’avait aucune arme dans les mains esquissées un sourire mauvais en se frottant les mains. Hideki mis moins d’une seconde a identifié que c’était un mage.

- C’est gentil à vous de nous amener notre dernière cible, sergent-chef Hideki, vous n’auriez pas dû ironisa le chef de la bande adverse.

Tss, Hideki se mordit la joue, réfléchissant rapidement à un plan. Il ne pouvait pas utiliser sa magie avec la gamine à côté de lui, elle serait soufflée comme une brindille par l’explosion. Trop dangereux. L’idéal serait qu’ils n’aient pas à se battre, mais vu la tête que tirait le mage adverse, ça allait être très dur d’éviter l’affrontement. Peut-être tenter de les faire parler pour retarder la confrontation ? Ouais, il était bon dans ce domaine et ça permettrait aux membres de la brigade de venir en renfort étant donné que sa magie allait poser problème s’il l’utilisait et on ne bat pas un mage sans magie.

Hideki activa discrètement l’alarme située dans sa poche qui émettait un signal à ses coéquipiers en cas de besoin d’aide. Il se rapprocha de Kiara prêt à la protéger étant donné qu’elle semblait être la cible :

- Pourquoi vous attaquez cette gamine, elle vous a fait quoi ?
- Ne fais pas semblant d’être innocent alors que tu connais surement déjà toute l’histoire.

Il montra les dents et tourna lentement sa tête vers la droite. Ah…brûlé sur toute la joue au troisième degré. Cet homme avait du survivre à l’attaque de la BBank alors qu’il était au dernier étage.

- Ah un survivant, étonnant, je n’aurais jamais pensé que vous aidiez assez dégourdit pour réussir à vous en sortir avec seulement une petite brûlure.
- Sale rat d’égout, tu paieras pour ton insolence après qu’on se soit occupés de la gamine.
- Vous êtes celui qui empêcheait mon frère de venir me sauver tiqua Kiara.
- Oh, parce que tu arrives à te rappeler de ma tête malgré ce que ton frère m’a fait.
- Comment ça ? Expliquez-vous ! ordonna Hideki.
- Hum, les Sparks sont tous des sacs à emmerde, mais qui aurez pensé que ce gamin possédait tant de magie. Personne. Il est terrifiant et maintenant il est avec nous. Vous ne pourrez rien contre nous.
- Mitz est en vie ? Mon frère est en vie ? Vraiment ? Où ?
- Parce que tu penses qu’on va te laisser le rejoindre ? Petite idiote, si tu es aussi dangereuse que ton frangin, il faut mieux t’éliminer tout de suite. Toi et tes parents, même si l’une des missions est déjà faite.

Merde, merde, merde. Tss. Hideki le savait. Ces enfoirés s’étaient déjà occupés des parents de la gamine juste pour une histoire de vengeance. Il ne restait que Kiara et son frère. Mais le frère semblait avoir rejoint leur camp. Etonnant sachant que la famille Bell avait pratiquement été décimée lors de l’explosion de la BBank. Avait-il loupé un détail ? Il allait devoir enquêter un peu plus.  Mais avant ça, il devait continuer à faire parler leur adversaire qui s’impatientait.

- Et euh sinon ça va la famille, les amis, les amours ?

Hahaha. Il était à court d’idées. Et ce n’est pas son sourire niais qui allait le trahir, Non. Jamais voyons. C’est pas pour cela que le chef adverse lança d’une voix énervée :

- Tuez-les et qu’il ne reste que leur os qu’on donnera au chien.
- …Merde ?

Hideki attrapa sa partenaire mademoiselle momie et la coinça sous son bras comme un paquet avant de se mettre à courir à travers les rues de Hosenka poursuivie par des assoiffés de sang.

- Vous fuyez alors que vous vous l’a pétiez tout à l’heure déclara déçue ladite momie.
- Il y a des situations où il faut mieux fuir pour garder sa vie intacte jeune fille rétorqua Hideki en esquivant un couteau qu’on lui lançait de derrière.
- En fait, vous êtes nul ? C’est pour ça que vous fuyez.

Enfoiré de gamine qui n’a aucun respect pour son sauveur.

- Je ne suis pas nul come tu dis, je m’inquiète des conséquences que ma magie pourrais avoir sur l’environnement.
- Vous êtes écolo ?
- Roh tu commences à m’emmerder sérieusement, tu ne peux pas te taire et me laisser courir tout simplement ?
- C’est une question rhétorique ? Parce que sinon la réponse est non.
- Faudra que tu m’expliques pourquoi tu me réponds maintenant qu’on est en situation de crise alors que c’est limite si tu ne me prenais pas pour la terreur de l’ouest dans cet hôpital.
- Vous n’êtes plus aussi intimidant que je le pensais.
- Parce que tu me trouvais intimidant en train de dormir ?
- On ne sait jamais avec les inconnus, vous auriez pu être un dangereux psychopathe qui attendait que je me réveille pour m’assassiner.
- Si j’avais voulu te tuer je l’aurais fait pendant que tu dormais.
- Sauf si vous êtes sadique et que vous vouliez voir ma tête pendant que je me vidait de mon sang.
- Wow pour une gamine, t’es glauque.
- C’est mon frère qui m’a toujours dit de me méfier des inconnus.
- Et bien ton frère est très intelligent.
- Il disait aussi qu’il fallait pas montrer son dos à l’adversaire parce qu’on reconnaissait être plus faible que lui sinon. Vous êtes faible.
- Tss tu me saoules gamine.

Il tourna brusquement dans une ruelle et tomba sur un marché aux puces remplies de monde.

- Laissez passer ! Poussez-vous ! Pardon madame, on remboursera ! Joli chapeau mademoiselle ! Hé Charlie, je passe te voir plus tard !
- Reviens ici sale gamin ! hurla à l’arrière ses poursuivants alors que le dénommé Charlie soufflait de lassitude.
- Encore les emmerdes de ton boulot Hideki ? lui hurla-t-il en évitant les sbires rescapés des Bells qui continuaient de les poursuivre.
- Je te raconte plus tard !

Hideki avait une bonne endurance et il ne fatiguait pas trop malgré toutes les cascades qu’il exécutait. Kiara même si elle le trouvait passablement stupide, le trouvé très agile et il ressemblait à un peu à un expert de survie. Va savoir pourquoi elle pensait ça d’un jeune homme de 20 ans ayant des cheveux verts. Ouais, il y a des cheveux verts. On se passera des remarques du pourquoi cette couleur de cheveux. Il sauta sur un toit en altitude et continua rapidement de semer ses poursuivants avant de finalement ralentir le rythme et se laisser tomber dans une cour ouverte.

- Terminus, tout le monde descend !

Du coup, il lâcha Kiara au sol sans se soucier qu’elle était encore blessée. Voilà pourquoi la chute des bras de son « sauveur » fut un peu brusque.

- Aie. Bon sang, fait attention !
- Pardonnez-moi gente damoiselle, je n’ai pas le temps pour me soucier de votre confort.

En effet, à ce moment-là leurs poursuivants les rejoignirent dans la cour légèrement essoufflée suite à la course éreintante qu’il venait de parcourir.

- Vous êtes finis tous les deux râla le chef des ennemis entre deux respirations.

Hideki, porta ses mains dans ses poches et se mit à siffloter avant de bailler comme s’il se fichait royalement de ce que ses ennemis pouvaient bien dire maintenant.

- Tss toujours aussi arrogant Hideki, même quand tu travaillais pour nous, tu te prenais toujours pour le roi du monde.
- T’as travailler pour les Bell ? lui demanda Kiara en confirmation haussant un sourcil inquisiteur.
- Ouais, c’était l’ancien temps, maintenant je suis un mistral et les Bell je les emmerde et les enferme en prison.
- Dit-il en prenant une pose de héros rétorqua une nouvelle voix assise en hauteur, les pieds balançant dans le vide.

Hideki esquissa un sourire alors que le nouveau jeune homme aux yeux vairons tomba à côté de lui.

- Vous rentrez à la base avec une escorte maintenant Sergent-chef Hideki ? La célébrité vous ait monté à la tête.
- Hogara, tu tombes bien j’avais justement besoin de ton aide pour donner une bonne leçon à mon escorte.
- Bien sur sergent-chef, par contre qu’elle est cette étrange chose à vos pieds.

Kiara lui jeta un regard blasé en voyant qu’il parlait d’elle, ce qui le fit battre des paupières rapidement avant de hurler comme une fillette :

- Une momie ! Oh putin, on a une momie ici, pourtant on n’est pas à Désertio ? Hideki, t’as foutu quoi ?

Kiara amusé lui envoya un sourire innocent qui se perdit dans ses bandages lui donnant un air encore plus flippant.

- Hahahahahhahah.
- C’est pas finit ce boucan les gosses ? grogna un autre homme ayant dans les environs de la trentaine, en train de bailler et de passer une main dans ses cheveux chocolat pour les ébouriffer.
- Lieutenant Tora, vous venez de vous réveiller ? railla Hideki en le lorgnant une risette moqueuse au coin des lèvres.
- Il est sept heures du matin et c’est à cause de vous que je n’ai pas pu dormir jusqu’à midi sales merdeux. Vous allez le payer cher.
- Tora-kun est toujours de mauvaise humeur le matin signala Hideki à Kiara en la mettant dans sa petite confidence.

Une lame vola vers eux avant de s’immobiliser dans la gueule d’un tigre largement plus gros que la moyenne.

Kiara resta bloqué en désignant sans comprendre le tigre. Hideki vit son geste et hocha la tête en répétant :

- Très mauvaise humeur.

Et alors ce fut un combat rapide et chirurgical de la part de la brigade Mistral. Entrainé à travailler ensemble, la bande de la famille Bell ne tenu même pas quelques minutes et sitôt le combat terminé, les ennemis de la famille Bells étaient saucissonnés et rassemblés dans un tas. Aucun des membres n’avaient été épargnés et tous présentés à présent des contusions et des bleus, hématomes, de partout. Seule Kiara avait été déposé sur le côté afin de ne pas être blesser, juste à côté d’un nouvel observateur ayant des cheveux blanc et des yeux dorés préférant siroter sa tasse de thé que de participer à cet échauffement matinal comme le disait le dénommer Hogara.

Une fois tout le monde maîtrisé, la famille mistral repartir papoter gaiement comme si c’était leur quotidien. On invita Kiara à la suivre dans la cuisine et le gars aux cheveux blanc lui proposa un thé qu’elle n’osa pas refuser. Après tout, il avait toujours ce petit sourire suspect sur son visage qui devait trahir qu’il n’avait pas toujours de bonne intention. Instinct Sparks chercher pas. Chez eux tout le monde est suspect de traitrise et de tuerie.

Elle porta la tasse à ses lèvres alors qu’Hideki se faisait engueuler par Tora-sama qui l’obligeait à faire des pompes en devant être utilisé comme porte pied par Monsieur tigre.

- Donc tu es la petite qui est passé par la fenêtre de la Business Bank ? demanda intrigué celui qui cheveux blanc qui était bien plus calme que ses congénères.
- Je m’appelle Kiara Sparks lui répondit-elle poliment. Elle avait la drôle impression qu’il pouvait être nettement plus dangereux qu’Hideki alors elle préféra garder un ton très respectueux tout en sirotant doucement sa boisson en gardant un œil sur les étranges personnes qui l’entouraient.
- Enchantez, je suis le Major Yuki Mistral.

Il lui tendit sa main qu’elle sera timidement.

- Voici, le lieutenant Tora Mistral, tu connais déjà le sergent-chef Hideki-kun et voici Hogara-kun, il nous a rejoint il y a pas longtemps.

Hogara lui lança un hochement de tête en signe de salutation alors qu’Hideki pleurait sur sa punition et que Tora, pour se venger, continuait de lui rajouter de nouvelles pompes.

- D’ailleurs, ou est le capt’aine ? demanda Hideki cherchant du regard le supérieur hiérarchique de toute cette bande.
- Il est parti à l’hôpital te chercher Hideki-kun vu que tu ne rentrais pas lui expliqua en gardant son sourire bienveillant Yuki-sama.
- Hein ? Ah merde.
- Et vu que t’as activé ton traceur, il a pensé que t’avais des emmerdes et a dû tenter de te retrouver. Mais vu que t’as courut comme un con à la maison, bah il doit encore te chercher continua Tora connaissant par cœur son capitaine.
- Attend-toi à te faire défoncer lorsqu’il rentrera Hideki-kun lui lança Yuki en gardant son petit sourire.
- Re merde.
- Langage sale gamin gronda Tora.
- Pardon, zut de flute ?
- Mieux.

Il ressemblait vachement à une famille à les regarder se chamailler entre eux. Une bonne bande de potes soudés. C’était chou à voir. Rien à voir avec sa propre famille à elle. Il n’y avait qu’avec son frère qu’elle était proche. Ses parents l’avaient toujours considérés comme une ultime bouche à nourrir qui était un peu tombé au mauvais moment. Autant dire que sa mère avait souvent son petit regard supérieur qui la regardait comme la dernière des ordures lorsqu’elle était en présence de sa dernière.

Ca lui fit du bien de voir un peu de joie après ce qu’elle venait de vivre. Sortir un peu de son agonie silencieuse et se nourrir du bonheur des autres. Mais ça ne durait pas. Non. Elle savait à présent qu’elle était seule. Et même si Mitz avait survécu, ce qui n’était pas sur, les monstres de la famille Bell avaient très bien pu mentir pour la faire espérer avant de la laisser retomber au sol comme un oiseau à qui on arrache les ailes. C’était une possibilité à ne pas écarter.

- Kiara-chan ?

Elle sortit de ses pensées et tourna ses pupilles noires vers Yuki-sama.

- Tu veux bien nous raconter ton histoire ? Ce qu’il s’est passé avant que tu ne tombes de cette fenêtre et qu’Hideki-kun soit venue à ton secours ?

Elle hésita. Elle ne les connaissait pas vraiment après tout, mais il dégageait une telle aura familière, une telle aura de confiance qu’elle commença à bredouiller des mots.

- Les hommes sont venus chez moi. Je rentrais de l’école. Ils ont frappé mon père et ont frappé mon frère. Il s’est évanouis, alors ils nous ont emmené de force comme compensation le temps que ma mère rembourse ce qu’elle leur devait. Ils nous ont trainer, mon frère et moi dans cet immeuble et on est monté dans un ascenseur. Une fois en haut, on s’est retrouvé dans un bureau. Il y avait un homme déjà assis dans un siège qui regardait la vue de sa baie vitré donnant sur la place d’Hosenka et le quartier des affaires.

Elle fit une pause, ferma les yeux et se remémora les détails qui lui avaient semblés insignifiants sur le moment.

- Il y avait un autre homme quand on est entré dans le bureau. Il était affalé sur le côté de la pièce. Il était blond, grand et avait des yeux gris. Il nous a sourit avec une telle froideur que ça m’a fait frissonner sur le coup.

Elle ne s’était pas rappelée de ce détail insignifiant lorsqu’elle avait repensé à la scène la première fois dans l’hôpital. Bizarre. Elle continua alors que l’image de son passé était aussi nette que si elle le revivait.

- Vous pensez à la même chose que moi coupa Hideki en regardant ses partenaires étrangement calme d’un seul coup.
- Ouais, homme blond en train de trainer dans les affaires de la famille Bell, ça devait surement être Haztar analysa Tora en réfléchissant profondément.
- Drakon Haztar, il est de plus en plus actif ces temps-ci. Mais pourquoi aurait-il été intéressé par deux gamins venant des bas-fonds d’Hosenka ?
- Surement parce que l’un deux avait du potentiel et qu’il a dû le recruter dans sa bande de malfaiteurs louches répondit une voix que kiara ne connaissait pas.
- Patron, vous êtes de retour pépia Hideki avec son sourire niais.

L’homme qui se tenait dans l’encadrement de la porte avait des cheveux noirs et un œil doré, l’autre étant recouvert par un bandeau. Il désigna en soufflant de lassitude la cour de la demeure des Mistral :

- T’as encore fait des dégâts, Hideki ?
- Ah non non, c’est Tora-sama qui a tout cassé.
- Répète un peu pour voir grogna Tora en empoignant Hideki par la peau du cou et frottant violemment son poing sur le crâne de celui-ci.
- Pardon, pardon sempaï, c’est de ma faute, ma faute…
- Bien si t’as compris la leçon, tu ira les emmener au poste des chevaliers runiques de la ville tu veux bien ? résuma le chef des Mistral en se massant les tempes, fatigué.
- Compris Capitaine Shinji-sama !

Le dénommé Shinji laissa tombé son regard sur Kiara et l’invita d’un signe de tête à continuer son histoire. Alors, elle reprit en jetant des regards curieux en direction du chef.

- Cet homme a surtout regardé mon frère comme si c’était ce qu’il attendait depuis longtemps. Mais après j’ai vite détourné l’attention lorsque le chef de la famille Bell a parlé. Il a dit qu’on allait travailler pour lui le temps que nos parents aient la somme du remboursement du crédit. Sauf que mon frère ne voulait pas et moi non plus. Du coup, ils nous ont frappé, enfin surtout mon frère parce que c’est lui la grande gueule de la famille.
- Va savoir pourquoi ça m’étonne rétorqua Hideki qui se prit un coup sur la tête de la part de Tora qui lui balança un « Ta gueule la pelouse sur patte ».
- Ensuite, il a dit que je serais inutile et qu’il fallait mieux me tuer. Alors mon frère s’est encore plus énervé alors qu’on m’empoignait de force. Et avant que je m’en rende compte, j’étais à côté de la fenêtre ouverte du bureau. Le vent frappait d’or et déjà mes vêtements et j’étais paniqué.

Elle sentit à nouveau les larmes monter le long de sa gorge et la peur qui lui avaient vrillé tous ses sens la saisir une nouvelle fois. Elle baissa la tête, regarda son reflet dans sa tasse de thé. Reprit une respiration et continua en essayant de mettre sur le côté sa peur et ses sentiments.

- Mon frère a paniqué. Tout autour de lui il y avait des étincelles flamboyantes. Je ne l’avais jamais vu dans cet état. Ces étincelles semblaient danser autour de lui comme s’ils les avaient apprivoisés. C’est lorsque j’ai hurlé et tourné la tête en direction de celui qui avait annoncé cet ordre que j’ai croisé une dernière fois le regard de l’homme aux yeux gris. Il me faisait un salut d’adieux et j’ai clairement lu sur ses lèvres : « Passe le bonjour en bas ». Je n’ai pas compris sur le coup, je me suis juste dit que c’était un malade, que j’étais condamné et lorsque j’ai croisé pour la dernière fois le regard terrifié de mon frère, j’ai sentit que c’était la fin. Je suis tombée par la fenêtre et après tout a explosé la seconde qui suivait. Je ne sais pas trop ce qui a déclenché cette explosion. Je suis juste tombée en voyant ce feu d’artifice dans le ciel, ces couleurs zébrés le ciel. Le teindre de leur couleur orangée. Après je n’ai aucun souvenir de la suite.
- C’est déjà très bien tout ce que tu nous a dis lui affirma Yuki en lui caressant gentiment le haut du crâne.
Elle ne sentit pratiquement rien à cause des bandages, mais apprécia le geste. Il la consolait à sa manière. Elle termina en silence son thé alors que plus personnes ne prononçait un seul mot. Seul Yuki continuait de lui parler avec sa voix si douce et apaisante :

- Tu dois encore être fatiguée à cause de tes blessures, tu peux aller te reposer dans la chambre à l’étage si tu veux. Hogara va te montrer où c’est.

Elle acquiesça et suivit le jeune homme aux yeux vairons. Elle avait compris que la brigade mistral souhaitait rester seule pour parler d’informations leurs semblant confidentielles. Mais étant bien ancrée dans la situation à présent, ça la vexait de ne pas avoir le fin mot de l’histoire. C’est pour cela que sitôt laissé une fois seule dans la chambre, elle s’empressa de ressortir et de se faufiler dans l’escalier et écouter les voix provenant du salon discrètement. Elle faisait ça régulièrement lorsque ses parents se disputaient lorsqu’elle était chez elle. Elle avait toujours été un peu curieuse comme tout enfant normal et les conflits étaient toujours sources d’informations confidentielles.

- Ces enfoirés de Black Viper rassemblent de plus en plus de membres ! Bientôt ils constitueront surement une guilde noire qui fera des ravages, on devrait se méfier des coups tordus des Haztar commença Hideki beaucoup plus calme qu’à son habitude.
- En tout cas, ça ne fait aucun doute que c’est Drakon Haztar le chef de ces petites expériences. Ca va faire la combientième personne qu’il recrute ? Trois ? Quatre ? demanda Hogara une fois revenu auprès de ses camarades.
- Cinq, il s’entoure de plus en plus, mais je ne vois pas vraiment le lien entre elle sembla perplexe Tora.
- Donc on récapitule, il y avait les trois Parker, l’espèce de scientifique timbré et la lady, lista Hogara
- Et maintenant le gamin du feu, termina Hideki.
- Tous provenant d’endroits différents, mais ils ont été choisis ça ne fait aucun doute là-dessus continua Tora.
- Rah ça me saoule de pas comprendre grogna Hideki en s’ébouriffant les cheveux à bout de nerf.
- Tu n’as jamais été très patient Hideki-kun répliqua Yuki gardant son sourire calme.
- Et on va faire quoi de la petite ? questionna Hideki qui se rappelait soudainement de l’existence de Kiara.
- Mms bonne question. Elle n’a pas de la famille dans le coin ? demanda Shinji qui avait tendance à peu participer aux conversation de la brigade préférant échafauder ses propres hypothèses à part.
- Je ne crois pas, d’après les dires des membres de la famille Bell, ses parents viennent d’être assassinés et son frère est porté disparu techniquement. Sauf s’il a vraiment rejoint Drakon Haztar et là, c’est pas un bon plan de les rassembler je pense signala Hideki.
- Et côté grands-parents ? postula Tora.
- Elle n’en a pas parlé du tout, c’est limite s’ils n’existaient pas.
- Hum, il ne reste que deux possibilités alors, Soit on envoie Kiara-chan dans un orphelinat soit…
- Quoi vous n’allez pas laisser ce petit chou trognon dans un orphelinat de merde quand même ? s’insurgea Hideki en se levant de son canapé.
- Langage gamin grogna Tora en le rasseyant de force.
- Pardon Pardon Tora-sama. Mais vraiment, on ne peut pas laisser faire ça. Je peux vous en parler moi de l’orphelinat, c’est remplis de sale gosses qui se font des coups de putes entre eux pour être choisis à l’adoption et quitter ce trou à rat qu’est l’orphelinat. On est traités comme des serviteurs par le directeur de maison et on mange à peine des brindilles d’herbes. C’est pire que la Black Vox !
- J’ai dis langage sale gosse ! gronda cette-ci Tora alors que ses pupilles brunes se métamorphosaient lentement en des pupilles de tigres assoiffés de sang.
- Arg, je….je…. Tora sama ne me faite pas de mal !!!! Je m’excuse de mon langage déplacé en votre présence, oh grand lieutenant !

Tora remua la tête alors que ses pupilles redevenaient normaux en regardant Hideki en lui montrant ses petits crocs menaçants.

- Que je ne t’y reprenne pas le sale gamin.
- Oui, oui, je me tiens à carreaux pépia Hideki.

Yuki souffla de lassitude avant de reprendre calmement :

- Je disais donc qu’il y a une autre solution. Hideki qui a l’air de particulièrement l’apprécier, à cas l’adopter.
- Euh on parle bien d’une fillette, pas d’un animal, hein ? sembla perdu Hideki pendant quelques minutes.
- Reste à savoir ce qu’en pense le Shinji-sama.

Tous les regards se tournèrent à l’unisson vers le capitaine toujours affalé sur le coin de la porte, les bras croisés sur son torse.

- Développe.

Yuki énonça alors en listant sur ses doigts les différents arguments :

- Une présence féminine ferait un bien fou à cette maison d’une part parce qu’étant donné qu’elle est encore jeune, elle pourra s’occuper de la base lorsqu’on est pas là. C’est à dire que plus jamais on ne retrouvera de pizza moisis sous le canapé ou de vieille bière périmée en train de colorer le nouveau tapis. Ensuite, elle sait peut-être cuisiner ce qui évitera à Tora-sama de faire continuellement cramer la bouffe. C’est peut-être une nouvelle ère qui commence dans la gastronomie des Mistral. Adieu les commandes de dernières minutes aux fast Food où aux pizzerias du coin parce que finalement on a rien à manger !
- Ouais, mais on pourra plus se balader à poil contra Tora en grognant à cette idée.
- Il y a que toi qui a des tendances nudistes de toute façon, signala Hideki en lorgnant son lieutenant d’un air blasé.
- Pas de ma faute, c’est le côté animal qui ressort argua-t-il comme si ça coulait de source.
- Ouais faudra que tu pares à cette habitude parce que tu risques de traumatiser la petite Kiara-chan confirma Yuki.
- Mais nos ennemis risque de s’en prendre à elle pour tenter de nous atteindre, elle a pas l’air très forte pour survivre expliqua Hogara.
- Pas de problème, Hideki-kun s’occupera de son entrainement lorsqu’il aura le temps contra immédiatement Yuki en lançant un regard complice à Hideki qui comprenait tout doucement qu’il allait avoir plein de nouvelles responsabilités peu amusantes.
- Tu veux dire que je devrais faire le baby-sitter et la maitresse d’école ?
- Non, voyons juste le maître d’arme, on l’enverra à l’école des coins selon la mission où on se trouve, ça devrais être facile, j’utiliserait le nom Niiya pour ouvrir toutes les portes dont on aura besoin rétorqua Yuki comme si ça coulait de source.

C’était rare qu’il parle de ses anciennes origines aussi insouciamment. Peu de personnes savaient qu’il avait été exclus de la famille il y a peu de temps parce que son père le jugeait de bon à rien et d’incompétent, d’honte des Niiya. Bref, c’est ses vieux potes Shinji et Tora qui l’avaient sortis de sa situation familiale et tous les trois avaient construit la brigade Mistral avant de finalement être rejoint par Hideki puis par Hogara.

- C’est sur qu’il va falloir changer pas mal de nos habitudes si on la fait entrer dans la brigade sembla perplexe également Hogara.
- Ben, c’est un peu comme si on avait une nouvelle petite sœur, non ? contrattaqua Hideki.
- Bah du coup, on fait quoi demanda Hogara pour mettre un terme à ce débat qui commençait à le faire chier.

Tous les regards convergèrent vers Shinji qui n’avait rien dit depuis le début. C’était souvent dur de comprendre à quoi il pensait étant donné qu’il ne confiait jamais rien à personne. Néanmoins, il était toujours là pour mettre un terme aux conflits au sein de la bande et en autres les interminables débats entre eux. Il souffla, et tomba dans le dernier siège qui était vide avant de demander :

- Pourquoi ne pas demander à l’intéresser qui écoute depuis tout à l’heure notre conversation dans l’escalier ?
- Ah parce qu’elle dormait pas ? tomba des nus Hideki.
- Nan, t’as pas sentit qu’elle était là depuis le début ? Franchement t’es nul en repérage magique Hideki se moqua ouvertement Tora sans retenue.
- Comment tu veux que je repère une fille sans magie ? Les simples mortels n’apparaissent pas sur mon radar personnel de détecteur d’ennemi potentiel nuança Hideki, de toute façon Hogara non plus ne l’avait pas repéré !
- Ouais vous avez encore des progrès à faire dans ce domaine les gars fit Tora avant de bailler à s’en décrocher sa mâchoire.

Lui il était un mage de la nuit et pas un mage du jour. Il avait encore sommeil.

Kiara hésita à remonter discrètement dans sa chambre, mais le fait qu’elle est été repérée contredisait son plan de fuite. Ca ne servait à rien si le capitaine savait qu’elle était là depuis le début, retourner comme si de rien n’était dans la chambre qu’on lui avait attribué serait juste une manière de se moquer d’eux. Et bon, elle ne voulait pas trop se mettre le capitaine et le lieutenant Tora à dos. Alors, elle se leva et se dirigea timidement vers la pièce qu’elle avait quittée quelques minutes à peine. Elle passa sa tête anxieusement à travers la porte et fixa les cinq compères affalés sur leur canapés la regardant avec des mines tous différentes. L’indifférence pour le capitaine, la volonté de manger, jouer mélangés à une mine fatiguée pour Tora-sama, le sourire gentille imprimé sur le visage de Yuki-sama, la figure encore choquée de Hogara de ne même pas l’avoir remarqué et l’arrogance toujours intacte sur le visage de Hideki.

A côté, elle n’était qu’un petit oiseau terrifié par ses mages qui pourraient la manger à n’importe quel moment et de la plus cruelle des manières bien évidemment. Elle les avait vu à l’œuvre plus tôt face aux membres de la famille Bell et oh jamais elle n’espérait tomber face à eux.

- Je… euh…

Elle ne savait même pas quoi dire pour justifier sa tentative d’espionnage.

- Tu as tout entendu, non ? lui lança Shinji sans détour.
- Euh…oui.
- Bien alors ça t’intéresses de vivre avec nous où tu veux aller dans un orphelinat avec d’autres gamins de ton âge qui ont aussi perdu leur famille lors de la destruction de la BBank ?
- Je…euh…

Elle regarda tous les visages autour d’elle. Un peu craintive, elle aurait préféré intérieurement aller à l’orphelinat, mais vu ce que venait de dire auparavant Hideki à propos de cette endroit, elle avait été un peu décourage par l’établissement qui semblait si chaleureux. Et quelle était son autre option ? Devenir une demi-membre de la brigade mistral et habiter avec cette bande de fous furieux traquant les méchants, se menaçant à tout bout de champ, ayant des tendances nudistes, nulle en cuisine et en nettoyage et qui migrait tous les quatre matins dans une nouvelle ville de Fiore. Ouais, tout ça n’allait pas être stable pour une petite de 6 ans. Mais elle se sentait quand même en sécurité avec eux. Il avait cette aura bienveillante que dégageait surtout Yuki-sama, mais les autres aussi en quelque sorte. Et puis s’ils voulaient la tuer, il l’aurait fait depuis longtemps, non ? Donc elle décida de pour une fois suivre son instinct et finit par leur répondre :

- Je veux bien rester avec vous, je serais être discrète et je ne vous dérangerais pas.

Les cinq garçons se regardèrent et Hideki laissa apparaître un sourire satisfait sur son visage :

- Bien maintenant qu’elle a dit oui, il est temps d’en faire notre esclave personnel !

Elle ne s’étonna même pas que Tora lui ait donné un coup de poing pour qu’il arrête de raconter des conneries. La petite fille esquissa enfin un sourire depuis bien longtemps. Le début d’une nouvelle vie.

***

Les quatre années qui suivirent son insertion dans la brigade mistral fut intense et elle ne les vit même pas passé. Son quotidien avait vite changé. Elle continuait d’alterner les différentes écoles du pays et les entrainements de self défense en compagnie d’Hideki qui prenait son rôle de formateur plutôt sérieusement. Elle avait perdu le nom de famille Sparks pour prendre celui de Mistral comme le voulait la tradition instaurer par la brigade. Prendre le nom de Mistral signifiait perdre toute allégeance à ses anciennes factions et se lier cœur et âme à la brigade. Intégrer une nouvelle famille non lié par les liens du sang. Voilà pourquoi à présent elle arborait fièrement le nom de Kiara Mistral.

Finalement, elle s’était très vite intégré à la petite bande et était devenue un membre vraiment présent. Tout le monde l’avait également très bien adoptés. Surtout au moment où elle leur avait dit qu’elle savait un peu cuisiner. Alors là ce fut un alléluia général excepté venant de Tora qui ne comprenait pas pourquoi personne ne voulait jamais manger sa nourriture cramée.

Les années passèrent et elle fut de plus en plus mise dans la confidence de la petite bande. Ils lui faisaient confiance à présent et elle les remerciait pour ça. Faire le tour du monde en leur compagnie permettait de faire des recherches parallèles sur la mystérieuse disparition de son frère et sur les agissements louches de Drakon Haztar. Il était vraiment la cible à abattre des membres de la brigade Mistral. Leurs enquêtes de plus en plus poussées leur apprenaient de plus en plus de choses compromettantes sur Drakon Haztar et sa petite bande. Par exemple, qu’ils étaient en train de ramasser une coquette somme d’argent dans le but surement d’avoir accès aux dernières technologies sur le marché.

Vous l’aurez compris, la brigade Mistral rassemblait vraiment une multitude d’indices sur leurs cibles et ils étaient pratiquement sûrs à présent sur le pourquoi des agissements des Black Viper. Drakon Haztar visait la création d‘une guilde noire, rassemblant de plus en plus de membres au passé sombre où aux capacités magiques assez spéciales. Très vite, la conclusion sur le cas Mitz Sparks était tombée. Il avait été présélectionné par Drakon qui suite à sa prise avait jugé préférable d’éliminer toutes les preuves en détruisant ses anciens partenaires de marchés et les preuves matérielles de la BBank. Seul hic, il n’avait pas imaginé un seul instinct que la sœur de Mitz puisse survivre et c’est grâce à cette information cruciale que les informations se regroupaient peu à peu pour former une solution à l’équation des membres de la Brigade Mistral.

Mais, il aurait dû savoir que s’intéresser trop près à Drakon Haztar était un mauvais plan. 4 ans après l’arrivée de Kiara, ce fut le début d’une descente aux enfers.

Ce jour-là, la petite brigade prenait le repas au soleil sur la terrasse de leur repère situés dans la ville de Cédar. Il fêtait encore leur victoire de la veille où ils avaient réussis à coincer une bande de malfrat et les avaient envoyés à la Black Vox sans détour. Et aujourd’hui riche comme crésus par la victoire de leur mission, ils dépensaient sans conteste ce qu’il venait à peine de gagner en nourriture et de quoi faire la fête comme il se devait. Ils n’attendaient plus qu’Hogara et Hideki partit faire les dernières courses de dernières minutes au marché. Mais ce fut lorsque que l’un d’eux en sang et passablement amoché tomba dans la cour intérieur qu’on comprit qu’il y avait un problème. Un gros problème.

Hogara était essoufflé et il perdait beaucoup de sang. Tora bondit de sa chaise en même temps que Kiara pour courir dans la direction du soldat.

- Hogara-kun qu’est ce qui s’est passé ? demanda Kiara alors qu’elle sortait le matériel de soin.

Oui, elle avait été également formée comme infirmière de la bande en plus de cuisinière. Elle commença à nettoyer les plus grosses plaies qui étaient assez profondes quand même alors que Tora avait pris le relais dans le questionnement de la situation. Hogara au bord de l’évanouissement réussit tout de même à sortir quelques mots : « Black Viper », « nous attaque », « ont capturé Hideki ». Et là ce fut un gros blanc alors qu’Hogara rejoignait le monde de Morphée.
Les Black Viper les avaient attaqués. Rien que cette nouvelle sembla chauffer les esprits et serré les dents de rage. Ils allaient le payer et très cher. Très vite les membres montèrent un plan de rescousse et on ordonna à Kiara de rester à la base étant donné qu’elle ne serait d’aucune utilisé sur le terrain n’étant comme le disait Hideki, qu’une simple mortelle. Ce fut donc Shinji, Tora et Yuki qui partirent dans la direction du traceur d’Hideki qui brillait encore sur le radar de poche.

Kiara se retrouva donc seule et attendit le retour sain et sauf de ses compagnons.

***

L’un des membres de la brigade mistral avait été capturé comme le stipulait la mission que leur avait demandé Drakon. Mitz se faisait grave chier à le surveiller, tout ça parce que Caius était parti de son côté comme à son habitude. Mitz était donc là avec deux trois autres sbires qu’on leur avait gentiment prêtés pour la mission « Elimination des enquiquineurs ». Il souffla.

Quatre ans qu’il trainait avec les Black Viper et quatre ans qu’il s’amusait comme un petit fou. Il avait plus ou moins appris à contrôler sa magie et savoir qu’il maîtrisait l’élément du feu l’avait rendu complètement gaga de lui-même. Priam, un  scientifique fou qui se trouvait déjà dans la bande lorsqu’il était arrivé, lui avait dit avec un grand sourire psychopathe qu’il devait avoir le syndrome du pyromane pour être aussi niais et complètement dans son monde devant une petite flamme.

- On attend quoi ? Questionna un sbire qui se faisait aussi chier à monter la garde dans la décharge de véhicule magique où il avait établi leur campement.
- La neige rétorqua Mitz en se moquant ouvertement de son sbire.

Celui-ci se vexa mais ne répondit pas. Mitz avait gagné sa petite réputation à fréquenter les tréfonds des bas-fonds en compagnie de Caius et Drakon. Il s’était imposé comme la nouvelle brute de la bande des Black Viper qui ne cessait de s’agrandit au fil des années. Drakon avait ciblés des personnes qu’il avait en premier examinées et espionnées quotidiennement avant de décider s’il souhaitait ou non les intégrer à son projet de grande envergure. La résurrection du mage noir Zeleph. Un mage noir à la limite d’un dieu ayant le pouvoir de vie et de mort. Bizarrement, Mitz avait assez bien accroché à cette idée pour plusieurs raisons. Parce que ressusciter un dieu scellé semblait mortel comme mission, la seconde parce que comme ça, cela mettait des bâtons dans les roues des membres du conseil et des brigades qui les poursuivaient, parce que ça leur permettrais de diriger le monde comme les mégalomanes qu’il était et bien évidemment il pourrait peut-être revoir sa sœur dans le monde des morts. Si Zeleph avait le pouvoir de la vie et de la mort alors ramener Kiara parmi les siens devait pouvoir se faire, non ?

Il savait qu’elle était tombée de cette fenêtre ce jour-là et qu’il n’avait pas été assez rapide et agile pour la sauver de sa chute. C’est après qu’il est détruit la Businesse Bank qu’il avait parlé à Drakon et cherché les restes du corps de Kiara sans résultat. Alors il avait compris, elle avait dû mourir écrasée ou pire encore, peut-être l’avait-il carbonisé avant qu’elle ne tombe assez bas de la fenêtre du directorat ? C’était bien possible étant donné que personne n’avait retrouvé son corps alors qu’il avait fouillé les cadavres et les détritus pendant trois jours complets. Il était aussi allé à l’hôpital dans un élan ultime, mais ne l’avais pas trouvé lorsqu’il avait demandé des renseignements à l’accueil sur une petite ayant des cheveux noirs, de six ans et de grands yeux noirs. Rien, la femme au regard à moitié vide avait à peine regardé ses papiers et son ordinateur magique avant de lui dire que non, il n’y avait aucune gamine correspondant à ses critères de recherches. C’était Caius qui était venu avec lui à ce moment-là étant donné que Drakon avait jugé bon d’aller faire autre chose et de les rejoindre plus tard si Mitz décidait de les suivre. Ce qu’il avait finit par faire comprenant qu’il n’y avait plus rien qui le retenait à Hôsenka. C’est aussi parce qu’il n’avait plus de lien fixe qu’il s’était raccroché à la seule chose qui le rendait vivant. Sa magie de feu. Caius l’avait aidé à comprendre comment l’utiliser et la dompter et il s’était amélioré assez rapidement.

A présent, sa magie avait presque plus de secret pour lui et il redoublait de plus en plus d’ingéniosité pour la faire encore évoluer et chercher de nouvelles manières de l’utiliser au quotidien pour faire son job de mage clandestin.

- Mitz-sama, des intrus entre par la porte Sud, ils sont trois. Je pense que ce sont que nous attendions.
- Parfait, on fait comme Caius a dit.

Mitz rangea son couteau dans sa poche arrière et atterrit à côté des autres sbires qui s’étaient empressés d’encadrer leur otage.

Quelques minutes plus tard, Shinji, Tora et Yuki leur faisaient face. Mines froides, déjà prêts à se battre. Ils laissèrent tomber leur regard à l’unisson sur Hideki inconscient et saucissonné contre une voiture magique. Il était salement amoché et on reconnaissait à peine sa figure sous les hématomes qui parsemait à présent son visage.

Tora fut rouge et croisa le regard moqueur de Mitz qui leur faisait un signe de la main ressemblant à un salut. Ils se foutaient ouvertement de leur gueule et ça faisait franchement chier Tora. A ses côtés Shinji avait commencé tout doucement à augmenter sa magie. Il comptait surement se battre à fond dès le début étant donné qu’habituellement il préférait rester en arrière dans les combats et laisser la brute de Tora faire le plus gros et la tactique de Yuki faire le reste. Mais pas aujourd’hui, oh non les Black Viper avait déclaré la guerre et il allait gagner cette manche.


- Bienvenue !  Les salua Mitz toujours avec son air de psychopathe supérieur imprimé sur son visage. Vous êtes la brigade Mistral ?
- Tss à ton avis gros merdeux gronda Tora qui se retenait de ne pas lui rugir à la figure des insultes bien placées.
- Bon bah je vais prendre ça pour un oui alors chantonna Mitz pas du tout impressionné par les trois brigadiers en face de lui. Je suppose que vous êtes venu pour lui dit-il en désigna à peine du pouce ce qu’il restait de la carcasse d’Hideki qui se trouvait derrière lui.
- Rend le nous gentiment et nous te feront aucun mal tenta de parlementer calmement Yuki alors qu’il attendait un seul signal de Shinji pour tout simplement aller défoncer le Black Viper aux cheveux noirs avec son air supérieur.
- Pourquoi je ferais ça ? je ne suis pas bête au point de vous rendre notre otage ricana Mitz. Par contre vous auriez peut-être dû réfléchir à un plan avant de venir nous voir, non ?
- Qui te dis qu’on n’en a pas grogna Tora.
- Mmh bonne question, vous cherchez à gagner du temps ?
- Non rétorqua Shinji sortant enfin de son silence. On voulait juste voir à quoi rassembler ceux qu’on allait envoyer à la Black vox.

Mitz esquissa un sourire mauvais alors que les trois brigadiers bondirent en chœur sur des cibles qui se trouvaient à leur portée. Tora sous sa forme de tigre mangea sans retenue les têtes des sbires qui passaient à coté de lui et Shinji quand a lui avait ôté son bandeau pour transformer en pierre ce qui se trouvait en face de lui et les détruire par sa magie des chaînes. Il tenta de réduire à l’état de statut Mitz, mais celui-ci c’était caché derrière un mur de feu qui le rendait invisible à la magie de Shinji.

Yuki profita de la confusion pour se précipiter vers Hideki et il tenta de le réveiller. Sans résultat, Hideki était comme dans un état second, ses yeux étant vide de vie comme s’il n’était plus à l’intérieur de son corps à ce moment là.

- Hideki-Kun Hideki-Kun réveille-toi, on doit partir de là maintenant !

Hideki sembla reprendre peu à peu ses esprits et reconnu la forme de Yuki.

- Yuki-sempaï…der-derrière vous tenta-t-il de faire comprendre à son major d’une vois épuisée.

Yuki lança un regard derrière lui et esquiva un coup de hache que le sbire des Black Viper avait tenté de lui porter dans le dos. Il esquiva un autre coup et utilisa ses techniques de self défense made in Niiya pour désarmer son adversaire et le trancher avec sa propre arme. Ouais ils sont sanglant chez les Niiya quand il faut.

Yuki retourna donc auprès de Hideki et il l’épaula pour le faire sortir du champ de bataille qu’était devenu la casse de voiture. A côté de lui, Tora et Shinji s’étaient allié pour s’en prendre à Mitz qui contrait de plus en plus mal les assauts des deux brigadiers, si bien que la chaîne de Shinji finit par totalement l’enroulé et le ligoter. Alors Tora grogna autour de Mitz prêt à le manger tout cru si celui-ci utilisait encore une fois sa magie pour se sortir de cette situation.

Tous les sbires avaient été maîtrisé et Tora et Shinji arborait que des blessures mineures qui seraient facilement guérissables. Tora gronda à côté de Mitz :

- Une dernière volonté, petit ? Parce que t’as bande est cuite, tu vas aller rejoindre les criminels à la Black Vox d’ici peu.
- Vraiment ? nargua Mitz qui avait gardé son sourire moqueur. Si j’étais vous je réfléchirai encore un peu à votre situation.

Cela stoppa Tora dans sa tentative d’intimidation pris soudain à un élan de réflexion. Qu’avait-il oublié de si important pour que le gamin du feu semble si sûr de son coup ?

Mitz remarqua que sa remarque avait semé la confusion chez l’animal qui était prêt à lui arracher la tête à tout moment, mais il n’hésita pas à continuer son petit manège.

- Voyons, savez-vous où on se trouve ?
- Dans un casse de voiture lui répondit Yuki qui soutenait toujours Hideki.
- Bien, bien, vous savez de quoi sont faites les voitures ? De magie inflammable. C’est à dire que si l’une explose par une petite flamme, toutes les autres suivront et ça fera une grande explosion qui ne vous laissera pas survire.
- Parce que tu penses qu’on va te laisser utiliser ton feu pour exploser une seule de ses voitures grogna Tora en le dévisageant froidement.
- Utiliser mon feu ? Non voyons, si j’avais voulu le faire, je l’aurai fait dès le départ, mais mon plan aurait raté sinon.
- Comment ça ? fit perdu Yuki qui commençait à blanchir dangereusement.
- Voyons, je ne suis pas le seul être capable d’exploser une voiture ici dit-il en esquissant un sourire mauvais en direction de Yuki et Hideki.

Tora et Shinji suivirent son regard et d’un seul coup tous les trois comprirent le problème. Hideki et sa magie des explosions. Mais jamais Hideki allait les trahir c’était impossible, non ?
- Je pense qu’il était temps de se dire au revoir finit Mitz en re-captant leur attention.
- Si tu fais ça tu y passera aussi signala Shinji renforçant l’action de ses chaines autour du corps entortillé de Mitz. Cela ne fit que agrandir son sourire mauvais.
- Qui a dit que j’étais réellement ici ? rétorqua-t-il Au plaisir de ne jamais vous revoir. Echec et mat les Mistral.

Dès qu’il eu prononcé les mots « Echec et Mat les Mistral », Hideki ouvrit grands les yeux et commença à crier en tombant au sol. SA magie augmenta soudainement et alors que Mitz disparaissait dans un nuage de fumée, les trois autres mistrals eurent juste le temps de croiser le regard d’Hideki qui semblait désolé intérieurement. Et puis tout explosa. Une explosion qui résonna dans tout Cedar.

Une explosion qui sortit Kiara de sa prière silencieuse, à la base des Mistral. Et lorsqu’elle leva la tête vers la zone qui avait soudainement disparue de la surface de la terre, elle fut arrosée par une pluie de cendres. Une pluie qui n’annonçait rien de bon.

o0o

Kiara se leva de sa position et refusa de rester assisse à ne rien faire. Elle était une mistral bon sang et même si elle ne servirait à rien dans un combat de mage, elle pouvait apporter son aide d’une manière ou d’une autre. L’état de Hogara s’était stabilisé, elle pouvait donc s’absenter un petit bout de temps sans que celui-ci soit en danger. Elle pris son sac de soin et sortit de la propriété des Mistral avant de percuter violement un homme. Blond, les yeux gris, un air ressemblant à Drakon étrangement, mais ce n’était pas la même personne. Elle se releva et fit un pas en arrière, suspicieuse.

- Vous êtes qui ? Vous voulez quoi rétorqua-t-elle sur la défensive rapprochant son sac de soin prêt de ses mains.

On ne sait jamais, s’il fallait sortir de toute urgence un scalpel elle était prête.

- T’habites ici toute seule ? lui demanda-t-il en jetant des regards curieux vers la porte et ainsi vers la cour que Kiara venait de quitter.
- Pourquoi je vous le dirai ? Vous êtes un psychopathe qui cherche à savoir si je suis seule pour pouvoir m’enlever et me torturer ?

L’homme en face d’elle haussa un sourcil face à ce qu’une gamine de son âge était capable de sortir.

- Euh non.
- Alors je ne vois pas de raison de répondre à vos questions. C’est plutôt à vous de me dire pourquoi vous trainez sur le bas de ma porte.
- Je cherche la maison des Mistrals pour leur donner une mission de la plus haute importance, mais j’ai dû me tromper d’endroit.
- Quel genre de mission ? Vous êtes du conseil ?
- Oui, je me nomme Marcel. Je viens parler au capitaine Shinji Mistral. Il est là ?
- Non. Il est partit en mission lui répondit-elle. Revenez plus tard.

Et elle re rentra dans sa maison avant de lui claquer la porte au nez sans ménagement. Sauf qu’elle n’avait pas prévu que l’homme qu’elle venait juste de rembarrer refrappe à la porte plus violement.

Elle grogna et rouvrit avec force en lui criant :

- je vous ai dit qu’ils ne sont pas là.
- Et moi je voulais juste savoir où ses enfoirés habitaient lui répondit-il froidement avant de rentrer de force dans la maison.

Il percuta sans ménagement Kiara qui roula au sol sous le choc en grognant.

- Qu’est ce que vous faites, c’est une violation du domaine privé, je vais appeler la brigade de chevaliers runiques si vous ne sortez pas immédiatement !
- Voyez-vous ça, comme si des chevaliers runiques pouvaient m’effrayer ricana-t-il en ouvrant toute les portes possibles et  inimaginables.

Kiara lui courut après mais elle ne pouvait rien faire de congrès face à cet homme qui n’avait même pas peur d’elle. Même lorsqu’elle le menaça avec un scalpel et essaya de lui enfoncer dans le dos, elle passa à travers comme s’il n’était constituer que d’air. Fantôme ? Il fit à peine attention à elle et débarqua dans la chambre où se reposait Hogara.

- Trouvé !

Il se tourna vers Kiara et ramassa son scalpel qui avait roulé au sol lorsqu’elle avait raté son coup.

- J’avais justement besoin de ça, t’es bien gentille fillette.
- Pourquoi qu’est ce que vous allez faire ?!

Et avant qu’elle n’ait pu émettre le moindre mouvement, il trancha la gorge d’Hogara froidement. Elle hurla se précipita au chevet de son sempaï et tenta de stopper le sang qui coulait abondamment sur elle.  Mais rien à faire, Hogara était mort. Le blond avait tranché juste là où il fallait come un expert. D’ailleurs, il bailla comme si c’était ennuyant de tuer quelqu’un de sang froid.

Kiara lui lança un regard de haine et reprit le scalpel qu’elle essaya de lui enfoncer dans le torse, mais comme la première fois, elle passa à travers bêtement.  Elle retenta et enchaîna toutes les parades et attaques que lui avaient enseigné Hideki sans résultats. Cet homme était tout bonnement intouchable.

- Pourquoi vous avez fait ça ?! lui hurla-t-elle alors qu’elle sentait que la colère et la rage la submergeaient peu à peu.

Il daigna tourner son regard gris acier vers elle.

- Tu n’as toujours pas compris ? Je pensais que t’étais plus intelligente, mais j’ai du me tromper. D’ailleurs tu me fais penser à quelqu’un, mais je ne saurais pas dire qui.

Il sembla réfléchir un court moment avant de lâcher innocemment.

- T’es une Sparks ?
- Non, je suis une mistral lui répondit-elle aussi sec.
- Oh, je vois. Il reste encore un mistral en vie.
- Non, on est plusieurs lui rétorqua-t-elle comme pour se rassurer.
- Si tu parles de ton capitaine, ton lieutenant, ton major et sergent-chef viennent tous d’être décimés il y a quelques minutes à peine.
- Quoi ?! fit-elle d’une toute petite voix.
- L’explosion d’il y a quelques minutes, tu pensais pas que c’était pour faire jolie tout de même. Ils ont tous finit en cendre, je peux te le garantir. Notre mission est d’éliminer tous les Mistral. Et comme il en reste une, il va falloir que je t’élimine aussi.

Elle recula contre la porte, gardant son scalpel pleins de sang collé à sa poitrine, livide. Il allait la tuer. C’était un mage, elle n’avait aucune chance. Elle devait fuir.

Alors, elle se précipita en dehors de la chambre d’Hogara et courut vers la porte d’entrée, mais l’homme était plus rapide qu’elle, il la plaqua au sol sans ménagement et le scalpel qu’elle tenait quelques secondes auparavant, roula au sol dans un bruit de ferraille.

Elle hurla et tenta de se débattre, mais il lui attrapa les bras et lui en cassa un en cinq seconde à peine. Elle hurla encore plus alors que son bras retombait au sol comme si c’était un tentacule dépourvu d’os.

- T’es fragile lui signala l’homme en se relevant et l’attrapant par la peau du cou comme si elle était aussi inoffensive qu’un bébé animal que sa mère promenait partout.
- J’espère que vous crèverez dans d’atroces souffrances lui souffla-t-elle haineuse.
- J’ai peur que ta prière ne soit pas entendue.
- On en reparlera quand je vous aurai retrouvé dans l’ordre monde.
- Mais qui te dit que je vais te laisser passez l’arme à gauche aussi facilement ?
- Hein comment ça ?
- T’as quel âge ?
- Je ne vois pas le rapport de la question.
- Ecoute je pose les questions et tu réponds sinon je te pète l’autre bras aussi sec, compris ?
- J’ai 10 ans.
- Parfait, tu feras un bon cadeau d’anniversaire pour l’autre fou furieux.
- Pardon ?

Et avant qu’elle ait pu comprendre ce qui lui arrivait, elle se prit un coup sur la tête. Et ce fut le néant.




Drakon -Mitz - Caius


Dernière édition par Kiara Mistral le Dim 3 Mai - 16:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Crystal Dust


Feuille de personnage
Rang:
Age: 17 ans
Magie: DS des Gaz (4G) - Mahō gasu

Messages : 31
Date d'inscription : 19/03/2015
avatar
Kiara Mistral
MessageSujet: Re: Kiara Mistral - Crystal Dust {83%}   Ven 1 Mai - 19:35



« Chapitre 2 »

Je suis un rat de laboratoire qui a évolué comme un pokemon


Lily - Zephyr - Priam the King - Owen - Selene


Le protocole de la base delta avait décrété que tout nouvel arrivant au sein de ces murs, se verrait enfermé dans la salle d’isolement pendant une longue période afin que le sujet se calme et accepte sa situation.

Kiara n’y avait pas échappé. Elle s’était réveillée dans cette pièce sombre où aucune lumière ne filtrait. Elle ne voyait même pas le bout de ses doigts. Sa première réaction avait été de se lever et de chercher une sortie, mais après plusieurs heures, elle s’était résolue. Il n’y avait pas d’échappatoire possible dans cette boîte noire. Elle s’était alors rassit dans un coin scrutant le mur en face d’elle sans but. Elle se sentait en sécurité dans le coin, elle pouvait avoir une vue d’ensemble de la pièce et ainsi se préparer à réagir au quart de tour si quelqu’un débarquait. Mais il n’y avait personne. Jamais personne. Pourtant elle savait qu’elle était observée. Elle avait remarquée qu’à certain moment de la journée après une courte sieste de sa part, elle recevait un repas pour ne pas mourir de faim et un verre d’eau. Il faisait en sorte qu’elle puisse survivre, mais elle ne voyait pas l’intérêt de la garder aussi longtemps en captivité. Tester son mental ? Plausible. Il devait attendre quelque chose.

De multiples théories se montaient et se démontaient dans son esprit sur le pourquoi de son emprisonnement prolongé.  Après tout, elle n’avait pas beaucoup d’occupation dans cette pièce vide de vie. Elle ne pouvait que penser, marcher, faire des pompes, chanter et dormir. Bref, rien de bien intéressant. En général, elle s’asseyait dans un coin et se contenter de repenser à ce que serait sa vie si seulement la brigade Mistral existerait encore. Shinji, Yuki, Tora, Hideki et Hogara lui manquaient terriblement.  Mais elle savait qu’elle les avait perdu pour toujours. Sa seconde famille, une nouvelle fois décimée, partie en poussière. Elle était encore toute seule. Toujours toute seule. Et elle en avait marre. Elle aurait donné tout ce qu’elle avait pour parler à nouveau à quelqu’un, pouvoir recommencer à vivre une vie. Tout pour sortir de cette pièce qui la rendait particulièrement angoissée.

Elle frissonna dans son coin et retint les larmes qui commençaient à vouloir s’échapper de son corps. Non, elle n’allait pas pleurer, c’était sa promesse silencieuse. Hideki lui avait dit de ne plus pleurer parce que ça lui faisait mal au cœur de la voir ainsi alors même s’il n’était plus là pour la voir actuellement, elle n’allait pas pleurer. Non. Elle allait devenir un roc et patenter jusqu’à ce que la mort vienne la chercher.

o0o


A : Kingsama.jesuisunbigboss@labodelta.fr
De : Owensbire.jesuisunsubordonneetjemelaferme@labodelta.fr
Objet : Proposition de suite du Protocole d’isolement.

King-sama,

Je tenais à vous informer que le sujet 777, enfermé dans la salle d’isolement semble prêt pour sortir du protocole d’arrivée des nouveaux membres. En effet, elle est à présent enfermée depuis six mois depuis que Caius-sama vous l’a offert pour votre anniversaire. Les premiers mois, elle a été aussi dur qu’un roc et à aucun moment elle n’a semblé être prête à sortir, mais maintenant la barre des six mois passés, nous percevons des changements dans son comportement qui nous montre qu’elle serait prête à passer à la suite des examens prévus dans le cadre de la procédure. Je tenais donc à vous demander l’autorisation pour la faire rejoindre les autres cobayes dans le cadre du projet 4G mis en place par votre sérénissime.
Je reste à votre service et à votre demande en cas de question.

Respectueusement,

Owen Koff. Sbire en charge de la surveillance de la zone d'isolement.
 

o0o

A : Owensbire.jesuisunsubordonneetjemelaferme@labodelta.fr
De : Seconddekingsama.tumobeisoujetebute@labodelta.fr
Objet : Re-proposition de suite du protocole d’isolement.

Après visite rapide de vos locaux, nous avons décidé que vous pouvez la faire sortir de la salle d’isolement, mais qu’au moindre problème de sa part, vous la renfermer dedans sans explication. Faites attention, même si cela ne fait que six mois et que le délai est largement dépassé, elle reste une mistral et il faut toujours se méfier d’eux.

Cordialement,

Selene Turner, responsable de surveillance des cobayes du projet 4G et seconde de king-sama.


o0o

Le déclic de la porte et la soudaine lumière qui envahit la pièce sombre que Kiara n’avait pas quitté depuis, elle ne savait même pas depuis combien de temps, faillit l’aveugler dans la seconde suivante. Elle ferma les yeux n’arrivant même pas a voir tellement le changement de luminosité l’avait déstabilisé alors que plusieurs bras l’empoignaient par les bras pour la trainer dehors.  De tous le trajet, elle pu à peine comprendre ce qui se passait n’arrivant presque pas à voir ce qui l’entourait. Comprenez-là, six mois sans lumière suivit de l’opposé, ça vous ébranle un peu sur le coup.

C’est lorsque ses oreilles bourdonnèrent en reconnaissant des bruits de conversations, des bruits d’enfants, de voix en train de crier, de rire qu’elle ressentit comme une flamme se rallumer dans son cœur. Les personnes qui l’entouraient ne semblaient pas le moins du monde malheureux et lorsqu’on la laisse seul au milieu de tous ses nouveaux visages qui la dévisageaient avec curiosité, elle regretta pendant quelques secondes sa cage froide.  Ses yeux s’étaient à nouveau habitué à ce qui l’entouraient et elle réussit à déterminer qu’elle se trouvait dans un grande pièce, très grande avec des mur en verre qui laissait voir un couloir avec d’autre salle ou d’autre enfant s’entrainaient à combattre, se tapaient sur l’épaule et souriaient. C’était de voir la joie sur tous ses visages qui l’étonna le plus. Elle ne savait pas où elle était, elle avait vécu des semaines voir des mois d’enfer et on la déposait au milieu d’un monde de bisounours. Impensable. Incroyable. Terrifiant.  

- Salut.

Elle releva sa tête encore choquée vers celle qui lui avait adressé la parole. Une fille d’a peu près son âge, les cheveux blonds en bataille complet, épais qui faisait comme une touffe autour de son visage. Des yeux bleu océans qui pétillaient de bienveillance et de bonne humeur et surtout, elle portait un serre-tête avec des oreilles de chat. Où est ce qu’elle était tombée ?

- Salut répondit-elle sans conviction continuant de l’examiner sous toutes les coutures.

Après tout ça faisait plus de six mois qu’elle n’avait pas vus d’êtres humains alors une enfant de son âge c’était une denrée rare.
- Je m’appelle Lily ! lui dit-elle en lui présentant sa main comme pour l’inviter à la serrer.
- Kiara fit-elle en serrant sa main sans vraiment s’intéresser à la petite blonde qui lui parlait.
- Kiara c’est ton prénom où tu veux qu’on t’appelles comme ça ? reprit-t-elle sans lâcher sa main. Tu commences une nouvelle vie alors tu as le droit de changer de prénom si tu veux.
- Sans façon, je suis Kiara et je le resterais.
- Bien ravi de te rencontrer, Kiara.
- Hum Pareil.

Lily était ce genre de fille sui s’extasiait sur toutes les merveilles de la vie et qui savait presque tout sur tout. Du moins du fonctionnement de l’endroit où l’enfoiré aux yeux gris l’avait envoyé. Ouais, elle ne l’avait pas oublié ce sale…serpent. Elle commença à marcher avec Lily à travers la salle en observant du coin de l’œil les autres jeunes en train de se battre ou en train de faire des courses de vitesse ou d’obstacles au milieu de lames qui cherchaient à les trancher en rondelles. Elle écarquilla grands les yeux en voyant la dangerosité de leurs jeux.

- On est où ? demanda-t-elle à Lily.
- On ne sait pas vraiment, mais on l’appelle la base Delta. C’est un endroit regroupant pleins de jeunes mages où on passe des tests. Si on les réussit bien, on a des privilèges et King-sama nous offre des récompenses, on dit même que les meilleures recevront un grand pouvoir et qu’on pourra repartir dehors.
- On est donc enfermé ici râla Kiara. Qui est King-sama ?
- Tu ne l’a jamais vu, il vient de temps en temps par ici, surtout lorsqu’il y a un de ses chouchous.
- Ses chouchous ?
- Les meilleurs des meilleurs. Ils sont ultra fort et sont en bonne place pour acquérir le méga pouvoir qu’on nous a parlé.
- Pourquoi on n’est pas avec les autres enfants qui sont dans l’autre salle-la-bas ?

Elle désigna les enfants en train faire le même sorte d’activité que ceux de sa salle, mais qui se trouvait dans un autre partie du bâtiment séparé par un couloir.

- Ah, ça c’est parce qu’on est dans la salle des « Sans magies pour l’instant ». On est ceux qui ont le moins de chance de recevoir la magie promise par le king. Alors que ceux qui sont la-bas sont ceux qu’on nomme le clan de la terre parce qu’ils ont une affinité avec la terre. En général, c’est un rammassis d’intéllect qui passent leur temps à calculer toutes les manières possibles de te tuer le plus rapidement en économisant le plus de leur magie.

Kiara la regarda avec des yeux en forme de soucoupe.

- Pourquoi ils voudraient nous tuer ?
- Ecoute, ici c’est simple, c’est soit tu brilles et tu survis, soit tu es nulle et tu ne fais pas long feu. Tout le monde sait que ça marche comme ça et c’est pour ça que tout le monde s’entraine le plus possible pour développer une magie. En développer une te permettra de survivre alors que sinon, on en sait pas trop ce qui va nous arriver. Il y en a pleins qui disparaissent rapidement.
- T’as développer une magie, toi ?

Elle piqua un fard et se mordilla les joues, honteuse :

- Non, pas encore, fit-elle d’une petite voix. Mais on nous a dit que si on travaillait bien notre physique et qu’on améliorait notre endurance magique, on peut en débloquer une. C’est pour ça que tout le monde fait des efforts.
- Donc on nous mélange pas avec les autres parce qu’on a pas encore fait nos preuves, c’est ça ?
- Oui, les autres clans viennent souvent se moquer de nous et nous appeler les « sous-merdes ». C’est pas très gentille, mais on peut rien faire contre eux, ils ont de la magie alors que nous…bah on a rien.
- Il y a combien de clan en tout ?
- Il y a le clan de la terre, le clan du feu, ils ont tendance à être les plus sympa et ils sont assez chaleureux, ils aiment bien se lancer des défis et s’amuser et tout cassé, ils sont pas mal violent, mais cool donc en général on s’entend bien avec ce clan. Après il y a le clan de l’eau où sont rassemblées les personnes qui sont très gracieux et très attentif aux apparences. Bref, plus snob qu’eux, tu meurs et enfin il y a le clan du vent. Alors eux, il faut mieux se prosterner si tu ne veux pas finit comme tapisserie humaine à un mur ou le caleçon accroché à la lampe. Ils sont terriblement fiers et nous détestent. Ils passent leur temps à dire qu’on est des incapables et ils ne supportent pas la critique ou que tu leurs signalent que ce sont que des idiots, des gamins immatures alors qu’il y a en a qui ont presque 17 ans déjà. Bref, ces enfoirés de premières viennent souvent nous voir pour se moquer de nous et dans ces-là, il faudra mieux se cacher ou baisser les yeux. Ils détestent l’irrespect.
- Ouais, je vois fit Kiara pensive.
- Hé la nouvelle, une petite course pour voir comment tu te débrouilles ?

Elle lança son premier sourire depuis 6 mois au garçon qui venait de la défier. Elle allait montrer à ce king qu’elle allait être la meilleure. Fierté de Mistral l’impose. Il allait falloir montrer qu’Hideki l’avait bien entrainé et ça, promis, elle allait lui faire honneur.

***

Les quatre mois qui suivirent son insertion au sein des cobayes de la base Delta furent peuplés de batteries de tests pour déterminer si oui ou non elle était en train de développer une magie et d’entrainement intensif pour augmenter sa possible endurance magique et débloquer son circuit magique. Pourtant, le résultat restait le même. Aucune particule magique détectés. Comme lui avait signalé Lily certain de ses camarades se trouvant depuis longtemps dans cette salle avaient miraculeusement disparu alors que d’autre étaient partis rejoindre les clans après avoir développer une affiliation avec l’une des magies élémentaires. Très vite, tout autre magie apparaissant chez les sujets étant autre qu’une magie élémentaires rendait le jugement des scientifiques sans appel : échec.

C’est aussi pour cela que d’autres de ses « amis » avaient également disparu de l’expérience. Personne ne savait ce qu’il était devenu et personne ne voulait le savoir de toute façon. On préférait se bercer d’illusion sur une possible réussite qu’un échec apportant la mort. Kiara avait très vite compris les règles. On respecte les ordres sinon on retourne pour une durée non déterminé dans la salle d’isolement, cette salle froide où elle était restée au début de son arrivée pendant un long moment. Cette salle l’avait traumatisée plus qu’elle ne l’avait pensé alors elle se montré sage. Très sage. Du moins à sa manière, elle faisait l’innocente devant les sbires du king –elle refusait catégoriquement de l’appeler king-sama- alors que derrières leurs dos, elle crachait toute sa haine envers tout ceux qui contrôlait se projet unique et passablement mystérieux. Tous les cobayes parlait d’un grand pouvoir, mais personne n’était capable de le décrire ou d’expliquer la manière dont ils choisissaient les élus pour le test final. Ne parlons pas des raisons de cette expérience, tout le monde restait enfermé dans son cocon de sécurité que chaque enfant avait créé lorsqu’il s’était retrouvé en salle d’isolement. Kiara n’était pas comme eux, elle, elle était dérangeante parce qu’elle se posait des questions qu’elle n’aurait pas dû. Mais personne n’avait encore vu qu’elle était trop curieuse pour son bien car même si elle se posait des questions jamais elle n’agissait concrètement. Elle n’avait pas encore la force pour faire face à cette grande plaisanterie qui se déroulait au sein de la base delta.

- Et tu vois, Crystal Dust est une guilde formidable. Ma maman me parlait de leurs exploits avant de me coucher. Ils paraient qu’il n’y a que la crème de la crème là-bas et qu’il y a un test super dur pour y entrer comme un spectacle de magie.
- Hum hum fit Kiara qui écoutait à moitié sa meilleure amie Lily.

Elle s’était assez bien entendue avec elle parce que Lily était une file bien qui se souciait beaucoup des autres. Elle faisait toujours passer la bonheur des autres avant le sien et elle était toujours la première à sortir la trousse de soin lorsque l’un de leur compagnon se blesser. Tout le monde la trouvait adorable et elle était devenue très proche de Kiara qui était plus la brute de la bande, la forte tête. L’entrainement qu’Hideki lui avait enseigné pendant ses quatre ans au sein de la brigade mistral lui avaient permis de vite s’imposer parmi ses compères. Elle était rapide, agile et assez endurante pour son âge. Beaucoup de personne l’avait très vite classés dans les espoirs, mais voyant qu’elle n’avait pas développé encore de magie, on se posait des questions. Kiara en général les ignorait et se contenter soit de parler dans un coin avec Lily qui n’était pas spécialement sportive et qui préférait courir sur le tapis de course que de faire les courses de vitesse face aux garçons soit elle se contentait juste de remporter les paris qu’on lui lançait avant de repartir dans son coin. Lily était toujours impressionné des prouesses de Kiara qui n’était pas spécialement extraordinaire selon la gamine aux cheveux noirs.  De toute façon, Lily s’extasiait tout le temps des talents de tout le monde.

- Et tu vois, il paraît qu’il y a pratiquement tout le clan Niiya là-bas, ils ont accomplis pleins de missions à hauts risques, arrêtés pleins de méchants et il paraît qu’ils ont même décimé une guilde clandestine à eux tout seul. Ils sont extraordinaires tu ne trouves pas ? franchement, j’aimerai bien en rencontrer un lorsque j’irai à Crystal Dust.
- Faudrait-il que tu développes déjà une magie sous merde, lâcha négligemment une voix d’un garçon hautain.

Cela mit un grand froid dans la salle alors que tous les regards se tournaient vers l’interlocuteur qui avait insulté la gentille Lily au grand cœur. C’est un garçon qui avait l’âge de Kiara, des yeux vers l’ambré et des cheveux châtain cuivré caché sous un bonnet, un casque de musique autour de son cou. Elle plissa les yeux le dévisageant froidement. Lily à ses côté semblait l’avoir reconnu et elle baissa les yeux instinctivement en prononçant d’une petite voix terrifié :

- Zephyr-sama….
- Ne dis pas mon prénom bêtement ca ma saoule.

Elle se prosterna encore plus en se recroquevillant sur elle-même alors que tous ses camarades regardaient en silence la scène se déroulant devant leurs yeux. La nouvelle cible des membres du vent n’était d’autre que Lily. A ses côté, Kiara ne fit pas comme les autres. D’une parce que c’était la première fosi qu’elle rencontrait les méchants membres du vent dirigé par leur chef Zephyr Sparrow et de deux parce qu’elle ne voyait pas pourquoi elle se prosternerait devant un mec hautain qui a le même âge qu’elle. Et ce n’est pas son statut de chouchou du king qui lui donnait une ascendance hiérarchique sur elle qui allait la faire changer d’avis.

- Tu veux qu’on t’appelle comment alors ? Le tortionnaire à la grande gueule ? lui lança-t-elle méchamment.

Oui, elle n’appréciait pas que Lily soit aussi soumise à un sale gosse qui se croyait tout permis.

Toute la salle retient un « Ohhh » choquée et d’horreur après ce qui était sortit de la bouche de Kiara. Quel blasphème venait-elle de faire en la présence de sa sainteté Zephyr Sparrow ? Lily encore plus pâle tenta de lui tirer doucement le tee-shirt pour la faire passer la tête en l’empêcher de se donner encore plus en spectacle.

Le garçon tourna sa tête lentement vers elle et la dévisagea en la jaugeant.

- T’es qui toi ?
- Kiara lui répondit-elle sans se démonter le regardant avec froideur dans les yeux.

La soumission et elle, très peu merci. Elle était une mistral et un mistral ne s’écrase pas devant l’adversaire. Et rien à foutre des règles et coutumes du clan des sans magie.  Zephyr se tourna complètement vers elle et continua son examen de vue.

- Qu’est ce qu’il y a, t’as jamais vu une fille de ta vie ou quoi ?!
- Bah une fille irrespectueuse qui ne connaît pas sa place, non je n’en n’avait jamais vu, sous-merde.

Le coup partit tout seul, elle lui envoya son poing dans sa gueule qu’il évita à la dernière minute. Le fait étant que le poing de Kiara ne s’écrasa pas sur le visage de Zephyr, mais sur l’un des mages du vent qui se situait derrière lui et qui ne s’y était pas du tout attendu. Il grogna en la traitant de tous les noms.

- Et surtout pas une fille aussi violente.
- Félicitation alors, tu n’aura pas raté sa vie maintenant que tu en a vu une railla-t-elle. Et je t’interdis de m’appeler encore une fois sous-merde.

Ils se regardèrent froidement, on pouvait presque percevoir les éclairs qu’ils se lançaient l’un l’autre en se retenant de se sauter à la gorge.

- Si tu ne veux plus que je t’appelle ainsi tu as cas me prouver le contraire.
- Bien que proposes-tu alors ? lui lança-t-elle prête à défendre son honneur.
- J’aurais bien dit un combat de magie, mais je suppose que tu n’en a développé aucune.

Il fit une pause et arbora un sourire moqueur qui faillit sortir de ses gongs une seconde fois Kiara.

- Que dirais-tu d’une simple petite course alors ? lui proposa-t-elle.
Avec tous l’entrainement qu’elle avait fait, elle ne pourrait pas perdre comme cet enfoiré de salle gosse qui se croit tellement supérieur au monde. Lily lui attrapa le bras et la regarda avec des yeux terrifiés :

- Kiara ne fait pas ça, tu ne vas pas défier un mage du vent à la course, ils sont plus rapides que la moyenne et en plus, on parle de Zephyr. C’est un génie de sa catégorie, il ne va faire qu’une bouchée de toi.
- La ferme, content-toi de m’encourager au lieu de tenter de me raisonner, c’est trop tard, il m’a déclaré la guerre, c’est devenu une affaire personnelle.
- Ecoute tu n’es pas obligé de faire ça, c’est psa grave qu’il m’ait insulté, j’ai déjà oublié…Zephyr-sama pardonnez-là, elle est encore nouvelle, elle connaît pas encore les codes et les règles.
- Lily ! hurla Kiara, ce n’est plus une histoire d’insulte, c’est ma fierté qui est en jeu maintenant, je ne le fait pas pour toi ou pour l’un de nos camarades, je le fais juste pour me plaisir personnel, je veux voir la tête de cet enfoiré lorsqu’il aura perdu.
- Tu vois blondinette ça ne sert à rien de la raisonner, elle est trop bête pour voir l’erreur qu’elle est en train de commettre lui lança négligemment Zephyr avant de se retourner vers Kiara un sourire espiègle et toujours aussi hautain au coin des lèvres. Et pui sache, que c’est toi qui va perdre et si jamais c’est le cas, tu devras te prosterner devant moi et m’appeler Zephyr-sama comme les autres. Non, mieux, tu deviendras mon esclave personnelle.
- Et si je gagne, tu devras montrer du respect envers tous les membres du clan sans magie et nous servir à ton tour.
- Marché conclu.
- Marché conclu.

Ils se serrèrent la main pour sceller ce pacte sans oublier de réduire la main de l’autre en bouillie au passage avant de s’approcher du parcours de course d’obstacle.

La course d’obstacle était une cours conçu par le King lui-même. Les obstacles à franchir n’étaient pas de simple barrières, non non. Les obstacles étaient de véritables pièges allant de lames de couteaux lancés à travers le mur au trou donnant sur des piques où à la pierre qui t’écrabouille si tu ne coures pas assez vite. La course d’obstacle made by King était une course de survie. Soit tu réussissais, soit tu mourrais.  Tout simplement. Kiara en était bien consciente, elle avait déjà expérimenté le parcours et le connaissait comme sa poche. Elle savait quand était chaque piège, l’ordre de leur apparition et comment les éviter le plus rapidement possible. Elle s’était entrainé dur et avait un avantage considérable sur Zephyr. Et en plus, il n’avait pas le droit d’utiliser une seule particule de sa magie de vent pour gagner dans un souci d’égalité entre les concurrents. Il avait accepté d’un air blasé comme si de toute façon, il n’en avait pas besoin pour battre Kiara de toute manière.

Il allait voir se sale merdeux qu’un mistral ne perdait jamais. Jamais !

Pan, le coup de feu donnant le départ fut lancés et les deux concurrents partirent à vive allure vers le premier tunnel. Le fait était que le parcours d’obstacle made by king de survie avait été installé dans les sous sols de la base delta de tels sortes que les cobayes se déplaçaient dans des couloirs sombres où les pièges pouvaient aisément être déposés. C’était une longue course qui permettait également de travailler son endurance et son instinct de survie. Tout ce qu’il fallait pour améliorer ses capacités physiques qui a simili permettait d’améliorer l’endurance de son propre système magique.

Kiara entra donc dans le premier couloir et évita d’instinct le couteau lancé derrière elle. Zephyr fit de même sans même se soucier de ce qui s’était passé. Il avait un bon instinct. Il courrait à vive allure, mais pas à leur maximum, chacun des deux savaient que ca serait seulement lors du sprint final qu’il allait falloir se donner à fond. A aucun moment de la course, Zephyr passa radicalement devant Kiara où Kiara devant Zephyr. La jeune fille avait beau accélérer son rythme pour le distancer, il faisait de même et resté à la talonner sans vraiment se fatiguer. Ca l’agaça profondément. Et même les pièges qu’il n’était pas censé connaître les emplacements ne lui posaient aucun problème à éviter. Ce type était une machine à survie.

Et puis finalement ce fut l’ultime ligne droite alors Kiara donna son maximum et couru plus rapidement qu’elle ne l’avait jamais fait. Zephyr fit de même et la tallona juste derrière cette fois-ci. Elle allait gagner. Elle allait gagner et voir la face de ce gamin l’appeler Kiara-sama en se prosternant devant sa grandeur et elle allait savourer ce mome…

Bam, elle tomba. Voilà, tout simplement et bêtement à quelques mètres de l’arrivée alors que Zephyr un sourire mauvais au coin de ses lèvres passait la ligne d’arrivée acclamé par ses compères du vent. Elle avait perdue ? Parce qu’elle était tombée ? Comment elle avait pu tomber à ce moment aussi cruciale de toute sa vie ? Comment ? Elle n’avait jamais eu de problème d’équilibre et ses pieds ne s’étaient pas emmelés entre eux lors de sa course. Non, elle avait percuté quelque chose d’invisible, de dure, juste au niveau de sa chaussure. Quelque chose qui ‘avait fait tomber délibérément. Elle râla, le sale merdeux. Elle se releva alors que Zephyr lui lançait un regard triomphant.

- J’espère que t’es prête à devenir mon esclave chérie !
- T’as triché ! T’as utilisé ta magie pour me faire tomber !
- C’est tout ce que tu as trouvé pour expliquer ta défaite ? Je suis déçu et blessé par ce que tu insinues.
- Fumier, arrête de faire l’innocent. Ca ne marche pas avec moi !

Son sourire insolent disparu un court moment alors qu’il recommençait de l’examiner comme si elle était sa nouvelle découverte.
- Pff, t’as aucun honneur, tu respectes même pas tes promesses, tu me déçois.

Il souffla désespéré avant de faire signe à ses gars qu’il était temps de partir. Et ce n’est pas les cris de la sorcière qui allait faire en sorte qu’il se retourne et lui adresses ses dernières paroles. Non, même si elle avait une très bonne condition physique et un très bon instinct, elle restait un membre du clan sans magie, une nulle par définition. Elle avait eu raison, elle était bien tombée à cause d’une magie du vent, mais pas la sienne. Celle de celui à qui elle avait mis un coup de poing dans la figure il y à peine quelques minutes. Il avait reconnu la signature magique de son bras droit. Elle par contre n pouvait pas savoir. Elle était encore trop expérimentée et il ne su même pas pourquoi sur le bas de la porte, il se stoppa et lui lança ses dernières paroles :

- T’as intérêt à plus t’entrainer si tu veux survivre, fillette parce que vu ton niveau actuelle, tu es loin du compte pour survivre parmi nous. Dans tout juste un an tu seras morte.
- Dans tout juste un an, j’aurais développé une magie, je serais dans la classe supérieure et je viendrai mettre mon poing dans ta gueule et cette fois-ci je ne te raterais pas Zephyr-sama.

Il laissa échappé un rire amusé et se mit à sourire sarcastiquement :

- J’attend de vois ça impatiemment.

Il quitta alors la pièce du clan des sans magies et fit signe à ses gars de retourner dans leurs propres salle. Dans un coin du couloir, un homme armé de lunette en train de chantonner et feuilleter des papiers l’aperçut :

- Zeeeppphhhyyyyyrrrr !!!
- Arg King-sama.

Le king lui fit un gros câlin comme à son habitude. Ce n’était pas pour rien que son petit champion du vent était son chouchou préféré depuis plusieurs mois maintenant. Un génie en herbe ça ne courra pas les rues.

- Tu as remplis la mission que je t’avais demandé ?
- Oui.
- Alors que penses-tu des actuels membres des sans magies ? T’as détecter des cas intéressants ? Des futurs mages comme toi ? Des génis cachés ?
- Non, il n’y a personne d’intéressant et aucun espoir pour eux de développer une magie.
- Ah je vois fit déçu le king en mâchonnant son crayon en pleine rélfexion. Je suppose qu’il va falloir faire un peu de ménage alors surtout les plus vieux, ceux qui sont là depuis à peu près un an.
- Faites ce que vous voulez j’en ai rien à faire des autres.

Sur ses mots, il mis ses mains dans ses poches et partit à travers les couloirs de la base delta.  

***

Le lendemain un sbire du King entra dans la salle du clan sans magie. C’était inhabituel. Habituellement lorsqu’il y avait des tests médicaux, on les convoquait et jamais ce n’était les sbires qui se déplaçaient pour venir les voir.

Tous les plus vieux furent convoqués, c’est à dire ceux qui se trouvait au laboratoire depuis plus de 6 mois voir pratiquement un an sans changement dans leur organisme magique. Kiara fit partit d’eux ainsi que Lily. Les deux fillettes à peine âgées de 11 ans se regardèrent intriguée par cette étrange procédure. C’est en bon petit soldat et pratiquement en rang comme s’il était à l’école que les enfants suivirent le sbire à travers les couloirs de la base Delta.

Kiara ne connaissait pas cet itinéraire, ils se dirigeaient dans des couloirs parrallèles aux différentes salles d’entrainements des autres clans. Sur sa droite, ils passèrent à côtés du clan de l’eau qui s’amusait à créer du maquillage avec leur magie aquatique, va savoir comment ils faisaient. A côté, il y avait le clan de la terre, qui jouaient avec un échiquier géant ou chaque joueur était un représentant de d’un pion et selon les ordres de leur capitaine, ils s’attaquaient les uns les autres. Ainsi même si les règles étaient un peu changé, il arrivait qu’un pion attaquait pas un autre qui aurait du se faire manger repoussait son adversaire et le mangeait à sa place renversant le jeu. Il fallait prendre en compte les caractéristiques personnelles de chaque pièce qui pouvait changer la stratégie a adopté à tout moment. « C’était bien un jeu d’intellect » pensa-t-elle en les regardant s’amuser avec leur élément.

Ils continuèrent à marcher et Kiara sentit une odeur de brûler sur sa gauche. Le clan du feu qui jouait aussi. Mais pas aussi pacifiquement qu’on aurait pu le croire. Il faisait une bataille de boule de feu. De véritables suicidaires en puissance. Et peu importe si l’un d’eux s’en prenait une en pleine tête et se faisait brûler de plusieurs degrés. Rien à foutre. Ils étaient fous alliés. L’un lança une énorme boule de feu qui assomma trois autres adversaires et tout le monde se mit à applaudir le lanceur surement parce qu’il venait de remporter la partie. Il se laissa acclamer et semblait très apprécié de ses camarades.  Kiara détourna le regard et continua le petit chemin à travers les couloirs.

Elle aurait dû s’en douter que suivant cet itinéraire un peu bizarre, elle allait également tombé sur le clan du vent tous en train de s’entrainer sérieusement. Eux en semblait pas spécialement s’amuser et tout le monde se pavaner fièrement et essayant de faire du mieux qu’ils pouvaient. Il n’y avait que su un côté que deux garçons jouaient avec une balle sans bouger. Il la lançait pas télékinésie en jouant avec les courants d’air qui les entouraient. L’un d’eux était Zephyr qui venait de bailler à s’en décrocher sa mâchoire et qui avait l’air de passablement se faire chier. Son regard ennuyé tourne dans la direction de la marche des sans magie et il suit rapidement des yeux leur direction. Il semble comprendre quelque chose qui échappe à Kiara et finalement il capte son regard. Cela semble redonner un peu d’énergie à sa mine blasé et aussitôt son sourire figé par l’ennui reprend sa forme habituelle. Egocentrique, moqueur et hautain. Zephyr en puissance. Kiara plisse les yeux menaçants. Ils étaient bien une bande de gamin pour oser faire un duel de regard dès qu’ils se voyaient. Zephyr esquissa un sourire mauvais et ouvre sa bouche en mimant de ses lèvres lentement afin que sa cible comprenne bien le sens de ses paroles. Kiara plisse encore plus les yeux pour déchifrer et marmonne en décryptant :

- Adieu sous-merde sans espoir.

Quel enfoiré ! Elle grogna et lui fit un signe grossier afin de répondre comme il se devait à sa petite provocation sans oublier de lui tirer la langue.  Zephyr esquissa un sourire satisfait et reprend son jeu avec son pote sans accorder plus d’attention à Kiara qui de totue façon continuait de marcher avec les sans magie et qui n’avait plus de visuel sur le clan du vent.

Ils finirent par s’arrêter devant une salle fermée comme si c’était un coffre fort rempli de bactérie.

- Voici la Rumu saigo no chansu leur présenta le sbire en tapant un code pour ouvrir la porte. Aussi appelé chambre de la dernière chance dans notre jargon.

Dernière chance ? Oulla, ça sentait mauvais, très mauvais. Toutes les figures des enfants pâlirent dangereusement à l’entente de la salle qu’on leur ouvrait. Certains se regroupèrent en petit groupes et se serrèrent terrorisés. Lily attrapa la main de Kiara, elle aussi se sentant malade et s’imaginant le pire. Kiara resta droite. Le visage fermé. Pourquoi être effrayé par une porte et une salle avec un nom bizarre ? Aucune raison. Et de toute façon, elle n’y pensait pas vraiment étant donné qu’elle était encore bloquée sur Zephyr et ses paroles blessantes. Ce gamin hautain qu’elle voulait anéantir de ses propres mains.

- Personne n’est pratiquement jamais sorti de cette chambre en restant la même personne continue le sbire appréciant grandement de terroriser les gamins. Voter avenir va se jouer aujourd’hui.

Des débuts de pleurs commencèrent à se faire entendre et le sbire finit par totalement leur ouvrir la porte en les regardant, moqueur :
- Pff que vous êtes pitoyables.

Kiara ne baisse pas les yeux en croisant le regard du sbire qui les passaient tous en revue. Elle était fière et elle n’allait pas mourir peu importe ce qu’ils avaient préparé pour les tester. Et puis mourir à 11 ans c’était un peu la merde, alors elle allait survivre et gagné son pari face à Zephyr. C’est à dire débloquer cette foutue magie de merde, aller dans la classe supérieur et lui défoncer le portrait.

- Vous savez ce qui se passera si vous ne développer pas de magie ? Si vous ne réussissez pas cet ultime épreuve ? Non bien sur que vous ne savez pas. Je vais vous le dire moi.

Il regarda chaque enfant prêt à faire dans son pantalon et dit d’une voix calme, contrôlé. Ce genre de ton qu’on prend lorsqu’on raconte une histoire d’horreur autour d’un feu de camp la nuit pour se faire peur.

- Si vous échouez, trois choix vont s’offrir à vous. Soit vous deviendrez des pruneaux, des légumes lorsqu’on vous aura absorber toute votre énergie vitale et magique si vous en aviez un peu pour alimenter la base. Mais bon étant donné que vous ne semblez même pas avoir d’affinité avec la magie, ça ne risque pas de vous arrivez, vous serez surement tué d’office.

Les enfants frissonnent les reniflements terrifiés redoublent.

- Sinon, on vous fera un lavage de cerveau qui feront de vous de bon petits toutous, vous serez dans un état quasi végétatif à la limite du robotique et vous exécuterez tous les ordres de King-sama ou de nous, ses sbires personnels.

Il fit une pause.

- Sinon il y a la troisième solution, mais je ne pense pas qu’elle vous sera proposée. Vous pourrez peut-être devenir des surveillants de la base Delta se contentant de veiller sur des petits merdeux comme vous qui sont tous des incapables.

Un rire éclata. Pas un rire nerveux, non un rire joyeux comme si c’était une très bonne blague. Et ce rire, il venait de Kiara. La rebelle du groupe. Le mouton noir des sans magie. Celle qui ne paraissait pas effrayé le moins du monde depuis le début de speech du Sbire Owen. Il se rappelait de cette gamine, c’était le cadeau de Caius-sama, le sujet 777. Elle n’était pas spéciale contrairement à ce qu’avais pu espérer le king venant d’un cadeau personnel de Caius. Du coup, le king s’était vite désintéresser de cette gamine sans importance. Elle était tellement une sans espoir qu’elle se retrouvait avec les sans magie pour l’ultime test. Elle était cuite.
La gamine reprit contenance et cessa de rire à en pleurer des larmes de joie en expliquant ce qui l’avait fait bien rire :

- Donc si je suis votre raisonnement, vous êtes un surveillant donc vous avez échouer aussi à l’entrainement ? C’est vraiment bête pour vous.

Bam, elle s’écrasa contre le mur du fond de la salle de la dernière chance. Elle ne s’y était pas attendue. Ca va été rapide et elle n’avait même pas vu venir le coup. Une main lui tient la gorge et la serre doucement. Il veut l’étrangler, ce sbire qui lui fait un grand sourire innocent alors que ses doigts se referment lentement autour de son cou :

- Vois-tu fillette, je n’ai pas vraiment échoué. J’ai été nommé surveillant parce que je n’avais pas une magie élémentaire comme le veut la procédure. C’est parce que j’avais de très bon résultat qu’on a jugé que me tuer serait une erreur. Par contre, te tuer toi, une incapable ne gênera personne.
- Cela suffira Owen déclame une voix féminine à travers un haut parleur.

La salle de la dernière chance s’allume et on aperçoit une vitre en hauteur ou il y a des scientifiques qui s’activent. Il y avait comme une impression de bloc opératoire où les scientifiques pouvaient observer leurs cobayes en toute sécurité dans leur pièce protéger par une vitre par balles donnant une vision globale de la pièce. La femme qui avait parlé portait des lunettes et un tailleur impeccable, des dossiers coincés sous son bras, son visage barré par une mine sérieuse. Elle ne devait pas rire souvent.

Elle semblait avoir une ascendance hiérarchique sur le sbire Owen car suite à ses ordres, il relâcha la pression autour du coup de Kiara qui s’écrasa lamentablement par terre tentant de reprendre de l’air. Lily se précipita vers Kiara et tenta de l’aider à se remettre debout, mais Kiara se releva seule en dévisageant froidement le sbire qui avait détourné son attention d’elle. Elle ressemblait à une bête prête à sauter sur sa proie. Et ce n’est pas l’hématome au niveau de son œil droit et le sang coulant de sa tempe qui atténuait cette impression.

- Kiara, regarde, c’est king-sama, lui chuchota Lily en désignant la salle en hauteur cachée derrière la vitre où s’activaient les scientifiques armés de feuilles, de crayons et pleins d’autres matériaux.

En effet, il était là. Sur un trône, un vrai trône, en train de manger des chips et regarder des écrans remplis de données que Kiara ne voyait pas du tout. C’était la première fois qu’elle voyait en personne le king. Ces cheveux noirs, son air débraillé et passablement désordonné, sa nonchalance, ses lunettes carrés qui tombait un peu sur son nez et ses cheveux en bataille qui montraient qu’il n’avait pas pris le temps de se coiffer.

C’était à la fois bizarre et intriguant de voir celui qui dirigeait toute la base Delta aussi…à côté de la réalité. Il avait l’air de vivre dans son petite monde de scientifique.

- Met ça lui ordonna froidement Owen.

Il lui tendait un bracelet. Tous les autres portaient déjà le leur et on attendait plus que Kiara la rebelle. Elle l’attrapa avec fureur et l’accrocha à son poignet. Que pouvait-elle faire d’autre de toute façon ? Rien.

Alors Owen quitta la pièce et les enferma tout simplement. Tous les enfants se regardèrent, les yeux rouges bouffis et le stress à son comble. Tout le monde regardait Kiara qu’il avait tous pris s’en rendre compte pour leu chef à cause de sa fougue et ses attitudes de grande gueule. Kiara regarda froidement dans la direction du King. Elle n’aimait pas du tout ce test qui se préparait. Elle avait un mauvais pressentiment. Un très mauvais pressentiment.

- Tout le monde a un cobaye à observer ? demanda Selene, la seconde du king qui dirigeait l’expérience pendant que Priam se gavait de chips attendant le spectacle.

Tout le monde acquiesça. Chaque scientifique avait toutes les données d’un cobaye retransmis sur leur ordinateur selon le bracelet de celui-ci. La partie la plus importance du bracelet était qu’il permettait de mesurer le taux de magie émit par le corps et c’était un élément clés pour le test de la dernière chance. En général, le test était toujours un échec, mais le king continuait à dire que ça pouvait marcher alors on continuait de le mettre en place lorsque le king le demandait.

- Tout les capteurs sont en place madame annonça une scientifique.
- Bien, King-sama ?

Le king attrapa un micro que lui tendait sa seconde et se racla la gorge.

- Allo, allo, tout le monde m’entend ? Bien Bien, dans ce cas-là que la battefied survivor commence !

Aussitôt ses paroles lancées, les murs s’ouvrirent et laissèrent de mitraillettes apparaître. Et ce fut un massacre !

- Tous à terre leur cria Kiara alors qu’elle se jetait à même le sol afin d’éviter les balles qui volaient au dessus d’elle.

Les moins rapides furent tués dans la seconde qui suivit. Tout le monde hurla, tenta de se cacher, mais ça ne servait à rien, il n’y avait aucun endroit pour se cacher des balles. Lily au côté de Kiara pleura alors que les balles vollaient à quelques millimètres de ses cheveux.
La tuerie se calme, les mitraillettes n’avaient plus de balles. Kiara releva la tête et aperçut, le plafond de la pièce s’ouvrir juste au-dessus d’elle.

- Lily attention !

Kiara se leva rapidement et poussa Lily de sa place d’origine. La lame qui tomba du plafond la toucha à la cuisse suivit d’une autre qui la toucha en plein dans le dos. Le sang gicla encore plus que d’habitude. La lame avait touché un point vital. Merde râla Kiara. Sa vision se brouillait, elle distinguait de moins en moins les formes en face d’elle. Merde, elle était cuite.
« Dans moins d’un an tu sera morte ». Merde, il avait eu raison cet enfoiré de Zephyr.

- Kiara ! Hurla Lily en se baissant à côté d’elle.

La petite blonde tenta de stopper l’hémorragie qui allait tuer sa meilleure amie.

- Il ne reste qu’un survivant, monsieur rétorqua Selene en regardant Lily en train de pleurer hurlant à Kiara de rester avec elle alors qu’elle s’éteint comme tous les autres cadavres autour d’elle.
- Tuer-là rétorqua-t-il en croquant sa chips sans émotion en voyant tous ses gamins tuer en moins de deux minutes.
- Bien King-sama.

Kiara avait al bouche pâteuse, elle sentait de moins en moins ses muscles. Elle avait sommeil. Très sommeil. Mais elle entendait encore Lily lui hurler de ne pas dormir. Elle avait chaud et froid en même temps. Etais-ce ce qu’avait ressenti Hogara et les autres Mistrals lorsqu’ils étaient morts ? Peut-être. Elle allait les rejoindre, eux et Mitz, son grand frère. Mais ça restait la merde de mourir à seulement 11 ans !

- Kiara pleurnicha Lily.

Lily, elle pleurait pour elle, c’était mignon, c’était gentil. Kiara voyait encore sa forme, du moins ses contours vaguement. Elle se força à chercher ses yeux même si son corps était lourd, trop lourd pour faire des gestes excessifs.

C’est pour ça qu’elle vu au loin les contours de la porte du plafond s’ouvrir sans bruit et la lame descendre plus rapidement que n’importe qu’elle autre pile sur sa meilleure amie. Elle recouvra une force qu’elle pensait qui n’existait pas :

- Lily attention !

Elle tendit sa main vers Lily, mais trop tard, la lame l’avait littéralement coupé en deux le crâne laissant tout son sang sauté au visage de Kiara. Kiara resta sans voix, elle en avait perdu les mots alors que Lily, prononcé ses dernières paroles :

- Ki..a…ra

Lily morte, tomba sur Kiara sans vie et cela suffit à laisser sombrer Kiara dans l’inconscience.

- Monsieur, j’ai eu un signal ! signala un scientifique en regardant son ordinateur.
- Montrez-ça déclara le king en tendant la main.

Le scientifique transmis ses informations sur une tablette et la donna au king qui regarda en diagonale les résultats :

- Hum, elle est encore vivante ? Intéressant. Soignez-là, faites en sorte qu’elle n’est aucune séquelle. Finalement, Zephyr avait tord, il y avait un sujet intéressant parmi ses morts.

Il toucha son écran tactile et fit défiler les informations sur son unique mage avec un faible potentiel magique :

- Numéro 777. Intéressant. Finalement le cadeau de Caius a peut-être un espoir de survivre.

o0o


Un scientifique en combinaison blanche sortit de la salle de la dernière chance. Il portait quelque chose sur son dos qui était en pitoyable état. Zephyr les regarda passé sans un mot. Etais-ce un cadavre ou un survivant ? Ca ressemblait plus à un cadavre qu’autre chose. Ils devaient être en train de faire le ménage maintenant qu’ils avaient tué tous les inutiles.

La balle que lui lança son second lui arriva en pleine tête et le fit sortir de sa réflexion.

- Hé Zephyr ça va ? T’es dans la lune, c’est rare, même quand t’es enfermé dans tes pensées t’arrives quand même à rattrapé la balle comme si c’était un reflexe alors que là, bah tu te l’ai prise ne pleine poire. Tu regardes quoi ?

Il suivit le regard de son chef de et aperçut le scientifique en train de trimballer la petite grande gueule du clan sans magie. Il posa sa mains sur l’épaule de Zephyr :

- Je compatis. Tu viens de perdre ton tout nouveau jouet. Mais prend ça tu bon côté, t’as encore gagner un pari !

Zephyr suivit sa silhouette de demi-morte jusqu’à ce qu’il ne puisse plus la voir avant de déclarer avec platitude :

- Ouais, la vie va redevenir d’un ennui mortel.






Dernière édition par Kiara Mistral le Lun 4 Mai - 16:27, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Crystal Dust


Feuille de personnage
Rang:
Age: 17 ans
Magie: DS des Gaz (4G) - Mahō gasu

Messages : 31
Date d'inscription : 19/03/2015
avatar
Kiara Mistral
MessageSujet: Re: Kiara Mistral - Crystal Dust {83%}   Ven 1 Mai - 19:35



« Chapitre 2 »

Je suis un rat de laboratoire qui a évolué comme un pokemon


Vince (Second de Zephyr) - Zaurak - Paris


Elle ouvrit un œil et battis des paupières pour que sa vision s’habitue à son nouvel environnement. Une pièce couverte de murs blancs et remplis de machines mesurant un rythme cardiaque et d’autres informations. Le mot fusa plus rapidement dans son esprit qu’elle ne l’aurait pensé. Infirmerie. Pourquoi elle se trouvait là ? Elle tenta de se relever, mais elle remarqua qu’elle était attachée à son lit dans une combinaison bizarroïde. Et le plus important, elle avait super mal.

Pourquoi elle avait autant mal et elle se trouvait dans l’infirmerie ? Et puis tout lui revient en bloc dans son esprit. La salle de la dernière chance, le massacre, les cadavres, les cris et Lily, son sang, son crâne qui explose, le sang qui gicle sur sa figure et Lily, encore et toujours le visage de Lily. Souillé par la lame qui la transperce, pâle comme un mort prononçant en tant que dernière parole le nom de sa meilleure amie.

Alors Kiara hurle, se débat. Elle ne veut pas rester accroché à ce lit. Elle perd complètement la boule, elle hurle, ses plaids se rouvre, les ordinateurs autour d’elle s’excitent dangereusement et les infirmiers débarquent plus rapidement qu’une tornade. Son rythme cardiaque augmente alors que les médecins s’active autour d’elle. Elle ne les voit même pas, seule le visage de Lily reste gravé devant ses yeux.

- Administrez-lui un calmant grogna un médecin qui essayait de maintenir Kiara dans son lit alors qu’elle se débattait comme un beau diable.

Alors, la tension de Kiara se calme, une soudaine fatigue l’envahit et elle retomba dans le monde Morphée.

oOo

La seconde fois qu’elle ouvrit les yeux, elle ne sut même pas qu’on l’avait enfermé dans un coma artificiel pour faciliter sa guérison. La combinaison d’accroissement de régénération cellulaire ne suffisant pas pour la remettre d’aplomb aussi rapidement que l’avais ordonner le king.

Kiara jeta un regard autour d’elle et tomba sur une silhouette assise nonchalamment assise dans le siège à côté de son lit en train de manger des marshmallow.

- Tschuss salua-t-il la demoiselle en prenant un autre marshmallow. T’as faim ? lui proposa-t-il.

Elle ne répondit rien se contentant de dévisager froidement le king. Comment osait-il se présenter devant elle alors qu’il était le directeur du massacre qui avait condamné Lily ? Comment ?

- Bon écoute numéro 777…
- Mon nom c’est Kiara pas 777 lui cracha-t-elle limite à la figure.
- Ah, c’est Kiara ton nom, ok je retiendrais. Bref, si je suis venue te voir, c’est pour te parler de ta situation. Tu es la seule qui a émit des signes de magie lorsque tu as été en situation de dangerosité extrême.

Il fit une pause et reprit presque immédiatement :

- Ta place parmi mes cobayes n’est pas encore assurée, même si tu as émit des signes de magie, c’est resté très faible alors tu as deux choix, soit tu t’améliores rapidement, soit tu meurs tout simplement comme les autres. Je n’ai pas besoin d’incapable dans mon projet. Tu comprends ta situation ?
- Oui lui lança-t-elle froidement.
- Bien alors j’en ai finit avec toi. Rétablis-toi vite et fais de ton mieux. Je te surveilles de très prêt Kiara.

Ok, elle avait donc une épée de Damoclès au dessus de la tête et elle allait devoir vite comprendre comment sortir sa magie si elle souhaitait rester en vie. Le King s’arrêta sur le bord de la porte et se frappa le front comme s’il oubliait quelque chose d’important :

- Ah oui, on a détecté que tu avais des affinités avec l’élément de l’air donc dès que tu sortira tu rejoindra le clan du vent. Donc fais de ton mieux !

Et sur ces bonnes paroles il partit en sautillant à moitié à travers ses couloirs.

Le clan du vent, hein ? Cela ne voulait dire qu’une chose. Elle allait bientôt pouvoir mettre son poing dans la gueule de Zephyr. Elle le ferait en l’honneur de Lily, en tant que dernier cadeau.

***

Ok, souffle un grand coup !

Kiara scruta la porte donnant sur le clan du vent qui se tenait en face d’elle. Elle allait devoir affronter leurs regards et s’intégrer très vite à la bande si elle souhaitait ne pas être une paria abandonné de tous et se retrouvé dépressive. Pourtant, elle savait que ses talents de rebelles qu’elles avaient démontrés lors de leur dernière rencontre étaient encore présents dans tous les esprits des mages du vent.

Rah pourquoi sa magie était liée à cet élément aussi ? Ca aurait été plus simple si elle avait été une mage de l’eau ou du feu ou même un autre élément, ceux qu’on nommait les « Rares ». Ceux n’étant dans aucune vraie catégorie et maîtrisant l’électricité, la lumière, les ombres etc. Ils étaient exclus des groupes primaires et c’est pour ça que tout le monde les nommait les rares et les mettaient à part. Lorsqu’ils les croisaient par hasard personne ne les approchait, c’est comme s’il avait la peste. Personne ne savait d’où venait ce sentiment et cette volonté de les isoler du reste des autres cobayes, mais la coutume s’était développé et personne de censé et d’intégrer dans les groupes élémentaires ne les approchaient.

Bien sur, il y avait toujours des moutons noirs dans les groupes et qui essayaient de parler avec les « rares », mais ceux-ci étaient plus asociales que des bouts de bois. Parce que oui, un bout de bois est asocial, maintenant vous le savez.

Elle souffla et ferma les yeux. Se frappa sur les joues pour se donner du courage et ouvrit cette foutue porte. Elle était une mistral quand même, elle allait pas être impressionné par une bande de gamins qui faisaient à peu près son âge et qui se la pétait à tout bout de champ ! Lorsqu’elle entra la tête haute, la réaction de la salle fut celle que ne s’attendait pas.

Un blanc. Totale, sans aucun bruit pour perturber ce silence paisible. Voir angoissant. Kiara ne sut pas trop comment réagir. Admiré son entrée parfaite ? Ou se dire que c’était la merde de foutre un silence pareil. Et puis finalement, des réactions commencent à apparaître. On commence à murmurer en petits groupes en la désignant du doigt comme un petit animal qu’on observe dans un zoo.

On laissa passer un groupe allant à sa rencontre qui semblait être les petits dirigeants actuels.

- Tu veux quoi ? On a pas que ça à faire, on a un entrainement à faire nous, c’est pas comme vous les sans magie. On doit s’améliorer.

Elle les regarda sans comprendre. Ok, ils pensaient qu’elle faisait encore parti des sans magie. Il n’était pas au courant qu’elle les rejoignait aujourd’hui. Le King avait bien fait passer le message dis donc. Avant qu’elle est pu ouvrir la bouche pour leur répondre de manière hautaine, celui qui lui parlait depuis le début la coupa impatient :
- Si t’es venu pour parler à Zephyr, faudra passer par nous en premier. T’es là pour ça, non ? Pour ton pari à la con ? Tu viens déclarer forfait ?
- Non, je suis pas là pour ça. Du moins pas tout de suite. Je suis votre nouvelle camarade. J’ai tous les droits de me trouver ici !

Le second de Zephyr éclata de rire et fut vite rejoint par ses camardes.

- T’es vraiment une comique toi en fait. Ah la vache, j’en ai mal aux côtes !

Kiara le dévisagea froidement, la seule à ne pas rire parmi ses nouveaux camarades.

- Hilarant lâcha-t-elle froidement.
- Parce c’est pas une blague ? Ok alors prouves nous que tu maîtrise la magie du vent alors !

Elle baissa la tête soudainement honteuse. Le joue monta doucement à ses joues alors qu’elle évitait contentieusement le regard du second de Zephyr.

- j’arrive pas à la maîtriser et à la contrôler fit-elle d’une si petite voix que personne ne réussit à comprendre.
- Quoi ? Répète, on t’as pas entendu ! railla le second en mettant une main autour de son oreille en se moquant ouvertement d’elle.

Elle serra les poings, rageuse et le regarda froidement avant de grommeler plus fort :

- Je n’arrive pas à la contrôler ou à la manifester !

Et les cris redoublèrent de plus bels. C’était la meilleure blague qu’on leur avait fait depuis bien longtemps. Tellement hilare le second se roula pratiquement par terre en se tenant les côtes riant aux éclats. Kiara eut envie de se cacher sous terre. C’était la journée la plus horrible de toute sa vie. Elle qui pensait que le jour où elle avait surpris Tora en train de se balader à poil à travers les couloirs était la pire journée de toute sa vie, bah elle avait tord. Il y avait pire et c’était aujourd’hui, l’année de ses 12 ans.

Et puis d’un seul coup, une voix autoritaire et vachement plsu calme que les autres mit un terme à tous les rires en une seconde :

- Comment tu sais que t’es chez nous alors et pas dans une autre faction ? T’es venue juste pour gagner ton pari, gamine ?

Cette voix, cette sonorité hautaine et tellement sur de soi, elle la reconnaissait entre tous. Zephyr le retour. Aussitôt sa haine envers se gars recommence à l’envahir. Elle serre encore plus les poings alors que ses traits de visage se durcirent alors qu’il atterrissait avec légèreté devant elle, arborant toujours son petit sourire en coin insupportable. Du moins lorsqu’elle se trouvait dans les parages, il avait toujours cette tête de mesquin.

- C’est le King qui est venu me le dire en personne ! lui sors-t-elle avec acidité prêt à lui cracher à la figure comme un lama.

Il plisse les yeux septiques.

- Je ne te crois pas. Le King ne se déplace que pour ses chouchous qui sont tous des espoirs et les meilleurs dans leur domaine. Et franchement, toi t’es plutôt l’inverse. T’es tellement nulle que t’as quand même atterrit dans « la dernière chance ».

Les spectateurs de l’altercation tant attendu entre Kiara et Zephyr ouvrirent grands les yeux en entendant le mot dernière chance.

- Ze-kun, c’est quoi la dernière chance ? lui demande une fille
- Ouais, Zephyr, c’est quoi ?

Tout le monde regarde leur chef qui n’avait pas quitté du regard Kiara. Il savait. Il savait ce qu’elle avait vécut. Il connaissait la dernière chance. Comment ? Ca ne semblait pas être le cas de la plupart des cobayes, alors comment savait-il ce qu’était ce processus ? Etais-ce grâce à son rôle de chouchou ? Le king l’avait-il prévenu de ce qu’il avait prévu ou tout simplement Zephyr était-il passé par là lui aussi ? Non impossible, le Owen avait été clair, seuls les plus nuls passaient par cet étape et Zephyr était un génie, on était loin du gamin ne maîtrisant aucun talent.

- Tu es déjà allé ? l’interrogea-t-elle tout de  même.
- Peut-être, éluda-t-il sans la quitter du regard. Je sais par exemple qu’en général tu n’en ressors pas vivant. T’as vécu quoi du coup ? reprit-t-il sans aucun tact.

Il avait perdu son sourire hautain et à présent il la regardait plus intrigué voir avec pitié. Et ça Kiara n’aima pas du tout. Mais au lieu de le dévisager comme à son habitude et froncer ses sourcils, elle trembla légèrement sur place. Les  images du massacre revenaient devant ses yeux. Elle avait pris sur elle lors de son hospitalisation pour les repousser au fond de son esprit, mais malgré elle, cela revenait sans cesse. Elle s’était fait à l’idée, elle avait dû être traumatisé par ce carnage et n’arrivait pas à passer le capte, l’oublier, le chasser. Elle jouait la comédie. Elle faisait semblant d’être forte alors qu’intérieurement elle était terrorisée par la prochaine idée du King, par la cruelle façon dont elle pourrait mourir dans quelques heurs, voir quelques jours. Après tout, elle était en période de probation, ça survie n’était pas encore acquise.

- Je ne veux pas en parler marmonna-t-elle alors qu’elle sentait de plus en plus de regards remplis de pitié se poser sur elle.

Bon sang qu’elle détestait cette situation. C’était la pire journée de toute sa vie… Elle tenta de reprendre contenance et chassa par la même occasion l’image de Lily de son esprit. Si elle commençait à penser à sa meilleure amie, elle se condamnait toute seule. Et si jamais elle s’était auto-condamnée alors elle ne pourrait pas rester aussi fière et garder sa carapace qu’elle s’était forgée. Elle allait voler en éclat. Elle ne devait pas perdre la face. Du moins pas plus que c’était déjà le cas. Elle sentit une petite chaleur traverser son corps et une très très légère brise de vent quasi invisible et inoffensif se déplacer dans la pièce.

Zephyr cessa de la regarder et rompit enfin son contact visuel qu’il avait engagé depuis qu’il l’avait vu. Il souffla, repris sa mine blasée et s’envola vers son perchoir habituel en ordonnant :

- Laissez-là, elle est des nôtres.

Tous les regards convergèrent vers leur chef qui venait d’accepter la présence de Kiara, celle qu’on considérait comme la « sans magie de la bande » et qui n’avait absolument rien prouvée. Du moins personne à part Zephyr n’avait perçu la faible magie qui s’était matérialisé pendant une demi-seconde. Ce n’était pas pour rien qu’il était un géni, il avait une hypersensibilité à la magie et même si celle de Kiara était encore enfermée dans un cocon, il ressentait qu’elle s’échappait très faiblement de sa prison. Elle était en train d’évoluer.

Kiara se retrouva donc à nouveau seule au centre de la salle, les autres mages s’étaient désintéressé de sa personne ou la regardait en biais étant donné que Zephyr avait demandé qu’on la laisse tranquille. Certain voyait d’un mauvais œil sa venue, notamment parce qu’elle était une grande gueule qui avait insulté plus d’une fois tout le clan du vent alors l’accepter gentiment. Pff.

La jeune fille s’isola plusieurs heures dans un coin cherchant désespérément comment faire sortir sa magie de son corps. Elle avait tout essayé en observant les différentes méthodes qu’effectués les autres mages du vent, mais elle, elle resté une raté et rien ne se passait lorsqu’elle les imitait. Elle souffla, la journée était passablement longue. Vivement qu’elle puisse se cacher sous sa couette. Elle jeta un regard vers un groupe de fille qui papotait dans un coin gaiement. Voyant qu’elles les étaient espionnées par Kiara, elles la désignèrent du doigt et leurs mines se fermèrent. Elles décidèrent de s’éloigner afin que Kiara ne puisse plus les voir. Bref, la demoiselle était fuie comme la peste et c’était la grosse merde. Le clan des sans magies lui manquait cruellement. Ici, c’était un ramassis de gamins asociaux formant déjà leur bande et n’acceptant pas les nouveaux venus. Tous aussi fier les uns que les autres, sûrement à cause de l’influence du comportement de Zephyr. Tout le monde essayait de lui ressembler c’était affolant.

- Tu n’aurais pas dû soudoyer les gardes du King pour gagner ce fichu pari ! railla une voix à côté d’elle.

Zephyr, évidement, quand on parlait du loup. Il avait repris son attitude hautaine et arborait de nouveau son petit sourire en coin détestable. Il s’affala contre le mur à côté d’elle regardant les autres membres s’entrainer tout en parlant à Kiara.

- Je n’ai soudoyé personne comme tu sous-entend, je suis là pour les compétences et mes capacités lui répondit-elle acerbe. Et comme tu le dis si bien, j’ai gagné donc tu me dois le respect aussi maintenant !

La remarque de la jeune fille semble le faire bien rire.

- On n’est pas sur un pied d’égalité ici chérie, tu prends trop tes airs, tu devrais redescendre sur terre avant que la chute ne soit trop dure !
- Comme c’est pratique, je ne pense pas qu’un mage du vent puisse tomber du ciel en se cassant quelque chose dans la foulée vois-tu !
- Bien répondu. Ah et sache que t’as pas encore gagné le pari, j’attend de voir quand tu me mettras ton poing dans ma gueule comme tu avait dis.

Ah ouais, c’est vrai, il y avait une deuxième partie à réaliser dans ce pari stupide. Comment elle avait pu oublier ce détail qu’elle rêvait de réaliser depuis plusieurs mois maintenant ?

- Ca ne serait venir, j’aime prendre mon temps. Je te l’enfoncerais dans ton visage quand tu t’y attendra le moins de toute façon lui déclama-t-elle en agrémentant le tout d’un sourire des plus innocents.


Hypocrite va.

- Tu ne pourras jamais me surprendre !
- On verra ça.
- Bon écoute, je vais être sympa, vu que t’as gagné la première partie du pari, même si tu étais très loin d’y arriver, je veux bien te faire un cadeau ?
- Un cadeau ? lui demanda-t-elle septique.
- Je veux bien t’aider à améliorer ta magie du vent. Il n’y a pas meilleur que moi ici et comme ça, ça te permettra de rester en vie.

Ok, la proposition semble honnête, mais pourquoi viendrais-t-il l’aidé après toutes les disputes qu’ils ont eu. Ils se détestent cordialement alors pourquoi ce revirement soudain ? Peut-être cette solidarité typique du clan du vent ou simplement peut-être parce qu’il ne veut pas qu’elle fasse honte à son clan ?

Ouais, sûrement la seconde hypothèse. Il ne pouvait pas être gentil avec elle sans avoir une idée derrière la tête.

Elle se leva, lui fit un sourire d’ange avant de répondre froidement :

- Ca ne m’intéresse pas !

Et elle s’éloigna de lui, le planta en beauté. Ah comme ça faisait du bien !!


Zephyr ouvrit grands les yeux, scotché sur place. Euh il s’était passé quoi là ? Elle venait quand même pas de le rejeter ? Personne ne le rejeter, il était un dieu parmi les siens. Quelle fille avec un caractère de chiotte, alors qu’il partait d’une bonne intention. Tss. Son second lui tapota l’épaule compatissant :

- Ton premier râteau Zeph !
- T’insinue quoi ? C’est parce que je les vexée qu’elle s’est éloigné !
- Ouais, ouais je sais.
- Pff, t’es con, comme si une fille pareille pouvait me rejeter.

C’est donc de la manière la plus royale qu’il repartit s’asseoir sur son perchoir qui dominait toute la salle. Assis en tailleurs, il jeta des regards circulaires sur les membres du clan du vent comme le chef qu’il était et parce que s’entrainer ça le faisait chier en général et de toute façon, il en avait pas besoin, lui.

Héhéhé. Il sentit un regard de haine sur sa droite. Kiara. Elle ne pouvait pas le lâcher du regard finalement. Elle devait être raide dingue de lui, c’était une évidence. C’était juste qu’elle ne devait pas se sentir assez spéciale pour le grand Zephyr. Ouais ça devait être la seule solution, mais dommage pour elle, Zephyr n’était pas intéressé. Elle était juste son nouveau petit jouet, son passe-temps parce qu’elle était la seule qui lui répondait et jouait avec lui sur des petits joutes verbales. Elle ne le respectait pas et ne le voyait pas comme le chef divin qu’il était chez les mages du vent. Elle apportait un peu de renouveau et de l’amusement. Pile ce qu’il demandait depuis quelque temps au King. Le fait qu’elle soit là montrait qu’il allait moins s’emmerder à présent et ça c’était cool ! Et c’est sur cette petite pensée qu’il esquissa son petit sourire en coin en regardant dans sa direction.


Aussitôt qu’il tourna le regard dans sa direction, Kiara avait déjà détourné le sien. Qu’est ce qu’elle le détestait ce gosse qui se prenait tellement pour le roi lion. Nan mais c’est vrai, assis sur son piédestal comme s’il dominait la savane, sérieusement ? Et dire qu’elle allait devoir le supporter tous les jours maintenant. Elle ne tiendrait pas. Ca allait la tuer à petits feux. Pff c‘était vraiment la pire journée de toute sa vie.

*****


Kiara avait très vite comprise que l’entrainement de la journée ne lui serait pas suffisant pour s’améliorer dans les temps. Voilà pourquoi, elle prit l’habitude de partir s’entrainer dans la nuit pendant les autres filles de son dortoir dormaient.

Pour cela, elle avait investit la salle d’entrainement des mages du vent parce que c’était sa salle d’entrainement de toute façon et qu’elle était sure que la salle serait ouverte lorsqu’elle venait étant donné qu’elle faisait en sorte que la porte soit toujours encore ouverte lorsque la dernière personne partait.

Bref, elle avait fait son petit plan et avait pris ces petites habitudes. Elle aimait être seule dans la salle du vent la nuit. Il n’y avait personne pour la dévisager ou se moquer d’elle sans se cacher. Elle se sentait moins tendu, moins sur ses gardes prête à fixer sans sourcilier un membre de son « nouveau » clan qui l’aurait regardé de travers. Non, elle était seule, tranquille avec seul des petits sons inoffensifs pour l’entourer et lui permettre la naissance d’un cadre paisible pour s’entrainer à son rythme. Rythme qui, était passablement lent. Cela faisait plusieurs jours qu’elle tentait de s’améliorer à ressentir le vent, le manier, mais rien à faire, elle restait un cas désespéré. Et ce n’est pas Zephyr qui venait se foutre de sa gueule dans la journée quand elle somnolait qui allait la faire changer d’avis sur ses non-résultats et sur son possible revirement d’aide de la part du chef des membres du vent. Oh non, ça fierté en prendrait un coup si elle revenait rampé au pied de sa majesté parce qu’elle n’arrivait à rien toute seule.

Elle s’écroula au sol en soufflant. Rah ça l’énervait cette situation. Comment elle allait faire pour se sortir de ce cercle vicieux ? Quelle vie de merde.

- Fait chier marmonna-t-elle alors que la pièce faisait résonner son insulte lentement.

Un bruit de porte se fermant d’un seul coup retentit au loin. Kiara se redressa rapidement et scruta la provenance du bruit attendant sans bouger. Les gardes ? Impossible, ce n’était pas l’heure de leur ronde dans ce coin du laboratoire !  Elle attendit, tendue, plusieurs minutes sans qu’un nouveau bruit viennent perturber le silence de la pièce du vent. Alors elle relâcha la pression et se rassit doucement. Puis elle recommança sa méditation en cherchant comment elle pourrait se lier avec le vent. Et comme elle ne trouvait pas et qu’elle commençait à avoir sérieusement mal à la tête, elle recommença à lancer son venin de mécontentement en se massant les tempes.

Un grognement lui répondit.

- Fait chier, on ne peut pas faire la sieste tranquillement dans ce labo, c’est la merde.

Kiara se redressa sur des pieds et dévisagea l’endroit d’où venait la voix. Un jeune homme, affalé sur un tuyau de ventilation, un pied tombant légèrement dans le vide, els bras derrière sa tête en train de regarde le plafond. Elle n’arrivait pas à percevoir sa tête parce qu’il se cachait dans l’obscurité du plafond éteint. Kiara ne le reconnaissait pas alors elle recommença à être sur la défensive, regardant à quelle distance se situait la porte de sortie de sa position actuelle. Peut-être qu’elle devrait fuir si jamais c’était un garde qui lui avait tendu une embuscade ? Tout était possible.

Il se redressa légèrement et tourna son regard vers elle. Elle ne voyait toujours pas son visage alors qu’elle savait que lui arrivait à distinguer quelques particularités de son physique à elle. La preuve, il arriva à l’identifier en quelques secondes :

- Ha, c’est la martyre.

Elle fronça froidement les yeux et lui jeta le regard le plus haineux qu’elle avait en réserve. Et encore, elle avait de l’entrainement avec les membres du vent. Le jeune homme sauta de son perchoir et atterrit au sol en face d’elle sans même en égratignure se contentant de bailler. Des cheveux auburn, des yeux ambrés, ce petit sourire en coin. Zaurak Aquila, membre du clan du feu. Elle l’avait reconnue en une seconde à peine lorsqu’il avait laissé la lumière de la lune le saupoudrer de sa lumière nocturne. Mais ce qui la laissa perplexe était le fait qu’un mage du feu soit au courant de ce qui lui était arrivé. Peu de personne savait pour la dernière chance. Après peut-être qu’il ne faisait pas référence à ça en l’appelant comme ça pourtant elle se doutait qu’elle avait dû acquérir une réputation et que cette épreuve n’était pas resté aussi tût qu’elle l’aurait souhaité. Néanmoins, elle refusa de l’interroger, ça ne servait à rien de ressasser des souvenirs qu’elle essayait d’enfermer dans les limbes de sa mémoire.

Elle remarqua qu’il la sous-estimait clairement parce qu’il avait adopté son habituel attitude nonchalante qu’il n’utilisait que quand il ne se sentait pas menacé. Kiara l’avait bien observé. Pour dire, elle avait vite compris que les regards de haines entre les membres du vent et du feu n’était pas dû à une petite querelle, mais bien à la haine mutuelle de leur deux chefs. Soit Zaurak chez les membres du feu et Zephyr chez ceux du vent. Kiara étant la nouvelle avait donc observé l’ennemi de Zaurak pour lui piquer quelques idées qui emmerderait bien Zephyr. Que dire, un ennemi de l’ennemi ne peut être qu’un ami, non ?

- Qu’est ce que tu fais ici, toute seule ? la questionna-t-il.
- Je pourrais te poser la même question étant donné que tu te trouves dans une salle appartenant aux membres du vent quand même.
- Arg Touché mima-t-il comme s’il souhaité détendre l’atmosphère face à la boule d’énergie qui était à la limite de l’exposions en face de lui. Tu ne comptes pas répondre à ma question ?
- Si tu ne réponds pas en premier à la mienne, tu peux aller crever dans un caniveau.
- Charmant pour une gamine de ton âge.
- Comme quoi, tu ne devrais pas te fier aux apparences.
- Je me disais pareil, une si jolie gamine ne peut pas être la langue de vipère qui discute en ce moment avec moi.
- La langue de vipère s’en va de ce pas alors, si tu ne daignes pas répondre.
- Hé attend, c’est bon t’as gagné, reste un peu. J’ai toujours voulu connaître celle qui rendait fou de rage Zephyr en mon absence.

Elle se tourna à peine attendant qu’il s’explique lui faisant comprendre que sinon elle se cassait sur le champ.

- Bon écoute, il y a un bazar monstre en ce moment dans le dortoir du feu. Je ne sais pas trop ce qu’il foute chez les filles, mais Ash, ma seconde est tous le temps sous tension en ce moment. Le matin, personne ne se rappelle de rien parce qu’ils nous foutent un gaz soporifiques pour nous tenir endormis profondément et du coup personne ne se  rappelle qu’ils ont été dérangés pendant la nuit où que l’un de nos camarades a été enlevé par les scientifiques la nuit. Enfin, je suis quasi sur qu’ils font des petites opérations sur Ash, mais elle refuse de m’en parler surtout qu’elle ne voit pas toujours de quoi je parle à cause du gaz qui lui foutent pour la tenir inconsciente. Enfin, du coup, je viens dormir ici la nuit parce que c’est calme. Du moins, quand tu ne râle pas parce que t’arrives à rien termina-t-il en esquissant un sourire moqueur.

Il était là depuis plusieurs jours et elle e l’avait même pas remarqué ? Comment cela pouvait-il être possible ? Elle se sentit mal pendant quelques secondes avant de tiquer sur sa petite histoire. S’ils les scientifiques laissait filtrer un gaz pour les maintenir dans un sommeil artificiel pourquoi lui n’avait-il pas été affecté ? Son regard sembla décrire sa pensée, car il souffla, passa une main dans ses cheveux en répondant :

- J’ai pas été affecté par le gaz parce que j’étais au toilette à ce moment-là. Du coup, maintenant que j’ai compris le truc, je me casse avant qu’il vienne chercher Ash. De toute façon, les scientifiques ont même pas remarqué mon absence tellement ils sont obnubilé par les ordres du king…
- C’est bizarre quand même ton récit.
- C’est monnaie courante pour les chouchous du king d’être enlevé pour subir des examens et opérations supplémentaires. T’as cas demandé à Zephyr, je suis sur qu’il sera ravi de te parler de comment le king l’a découpé comme un vulgaire animal pour voir son circuit magique avant de le recoller comme une poupée de chiffon.

Kiara ouvrit grand la bouche choquée.

- Mais c’est horrible s’entendu-t-elle dire.

Zaurak ne sembla pas surpris par la réaction de la gamine après tout, elle était encore nouvelle ici, elle ne connaissait pas encore toutes les expériences cachés par ses murs. Il esquissa un sourire et la prit dans ses bras en riant :

- Ahaha, t’es trop mignonne quand t’es choquée, on dirait une petite sœur terrorisé par une histoire d’horreur !

La rougeur montant aux joues de Kiara ne trompa personne surtout quand elle grommela en se débattant un :

- Mais arrête qu’est ce qui te prend, c’est gênant !

Zaurak relâcha son étreinte et ébouriffa les cheveux de la demoiselle amusé par sa réaction. Comme quoi, elle avait bel et bien une carapace qu’il était facile de percée si on ne la menaçait pas.

- Relax chérie, détend toi !

Kiara grommela en faisant un pas en arrière et replaquant ses mèches rebelles sur son crâne. D’où se permettait-il de faire voler en éclat sa tignasse noire ? Elle lui lança un regard d’avertissement que Zaurak ignora contentieusement :

- Du coup, qu’est ce que tu fais vraiment ici, toi ?
- Je m’entraine parce que j’arrive pas à faire ressortir mon élément.

Il plissa les yeux étonnés.

- Comment ça ne t’arrive pas à maîtriser ton élément ? Habituellement, une fois que tu l’as utilisé une fois, ça devient naturelle comme sensation.
- J’arrive pas à trouver le truc souffla-t-elle en évitant son regard.

Zaurak perdit son sourire et se mit à réfléchir alors que kiara sautait sur l’occasion pour lui demander :

- Mais tu ne voudrais pas m’aider ? T’es bien Zaurak, le chef des membres du feu, non ? Donc comment t’as fait pour maîtriser aussi bien ton élément ?

Il y avait beaucoup de rumeurs sur Zaurak Aquila. Beaucoup disait qu’il avait le niveau pour recevoir un lacrymal. Le cadeau ultime des expériences du King. Mais il semblerait que jamais le King n’avait accepté de le tester pour l’expérience finale. Personne ne savait vraiment pourquoi on avait écarté Zaurak tout doucement de l’expérience, mais cela ne sembla pas le moins du monde embêter le concernée. Non, il restait le maître du feu pour son ancienneté même si diriger n’était pas ce qu’il aimait faire. Il vivait sa vie tranquillement même si le King le gardait quand même observé. Pourquoi ? Peut-être parce que Zaurak cachait quelque chose ou qu’il y avait quelque chose qui avait interpellé le King ? Il y avait beaucoup de rumeurs, mais Zaurak s’intéressaient peu à celle-ci. LE fait était que Zaurak était un mage accomplis dans le domaine de la magie élémentaire et qu’il pourrait sûrement aidé Kiara dans sa volonté de se maintenir en vie en réussissant cette fichue amélioration tant attendue. Et puis, que dire, avoir Zaurak comme senseï personnel était forcément une bonne idée puisque ça énerverait profondément Zephyr qu’elle se tourne vers l’ennemi et non vers sa sainteté. Une pierre deux coups. Plan Parfait.

Zaurak sembla surpris de la demande de la petite gamine en face de lui. Habituellement, il n’aidait personne parce que s’occuper des petits nouveaux du clan du feu était assez chiant à faire. Certes, il continuait à être le flambeau du clan du feu en accueillant de sa bonne humeur les nouveaux, mais êtres leur tuteur, très peu pour lui.

Voyant que Zaurak ne se décidait pas, Kiara changea de tactique en adoptant les yeux de chiens battus auxquels même Mitz ne pouvait dire non. Cela sembla amusé Zaurak car il lui mit sa main devant ses yeux :

- N’utilise pas cette technique contre moi, sorcière !

Kiara esquissa un sourire coupable alors qu’un bruit résonna dans le couloir non loin de l’entrée de la salle d’entrainement du vent. Merde. Il était l’heure de la patrouille ! Zaurak sembla penser la même chose, car il lui fit signe de ne pas faire de bruit et de le suivre. Il attendit que la demoiselle est compris l’ordre avant de marcher plus silencieusement qu’une ombre en dehors de la salle. Il fut impressionné. Kiara était aussi silencieuse qu’une souris. Elle semblait habituée à marcher sans faire de bruit, légèrement sur le sol comme si on lui avait appris. Il se retient de lui demander d’où lui venait cette faculté et traversa le laboratoire en esquivant toutes les patrouilles des sbires qu’il connaissait par cœur. Kiara aussi fut impressionné par ce vadrouilleur de première classe. Il tourna dans un coin et s’arrêta d’un seul coup. Merde, la patrouille numéro 54 était en retard, ils allaient se faire choper s’il restait ici. La patrouille numéro 26 venait dans leur direction. Zaurak fit tourner ses méninges à fond à l’heure avant de finalement ouvrir une porte de placard et s’enfermer à l’intérieur avec Kiara.

Sentant un poids sur son pied, Kiara grogna tout bas :

- Tu m’écrases le pied.

Cela fit rire doucement Zaurak qui plaqua sa main sur la bouche de la jeune fille pour qu’elle se taise. Les deux sbires de la patrouille 26 passaient à côté d’eux. La porte du placard étant légèrement ouverte, Kiara put entendre quelques bribes de leur conversation :

- pff, il pourrait arrêter de tous les tuer bêtement quand même !
- Ouais c’est chiant tout ça pour éliminer les plus faibles de chaque génération
- Bah t’as vu, le gamin du vent s’en est bien sortir quand même, peut-être qu’il passera bientôt à l’ultime étape.

Au mot ultime étape, Kiara sentit Zaurak se contracter comme s’il connaissait la signification de ce mystérieux processus. Les gardes s’éloignèrent et finalement le calme du couloir se fit de nouveau. Zaurak relacha la pression et ota sa main de la bouche de kiara.

- C’est quoi « l’ultime étape » lui demande-t-elle de but en blanc.
- Ca ne te concerne pas, t’es encore loin de tout ça alors profite s’en éluda-t-il

Kiara se préparé à contre-attaquer mais Zaurak sortit d’un seul coup du placard comme pour mettre fin à cette discussion. Mais il n’avait pas prévu une chose. Paris, un sbire du King en face d’eux. Un garçon de la taille de Kiara voir un tout petit peu plus grand avec des cheveux blanc et un regard vert émeraude. Il devait avoir à peine 15 ans. Du moins c’est ce que pensait Kiara. Zaurak ne sembla pas surpris de tomber sur lui et le sourire coupable sur son visage laissait bien imaginer que ce n’était pas la première fois qu’il se faisait chopper pour escapade nocturne par Paris-sama.

- Fullbuster salua-t-il innocemment.
- Aquila répondit Paris en esquissant un sourire vainqueur quant à  sa prise de la nuit. Tu devrais diminuer ton aura si tu ne souhaites pas que je te tombe dessus la prochaine fois.
- J’en prend note lui répondit Zaurak pas le moins du monde sur ses gardes.
Le regard de Paris coulissa vers la droite et il aperçut Kiara qui se cachait encore légèrement dans le placard. Paris esquissa un rictus moqueur en reportant son attention sur Zaurak :

- Alors Zaurak, on sors la nuit pour aller voir une fille en douce, on s’enferme dans un placard, tu es bien entreprenant mon cher et que dire, tu t’attaques vraiment aux plus jeunes maintenant ça m’étonne de toi.

Zaurak prit un air supérieur et raffermit sa prise autour des épaules de Kiara de manière possessif. Cette petite joute avait l’air de particulièrement l’amuser. La seule qui semblait encore à côté de la plaque était Kiara qui ne comprenait pas les allusions au second degré de Paris.

Le sbire fullbuster mima son dégout en reprenant :

- Tu veux bien la lâcher ? Tu m’écœures profondément.

Cela sembla amusé encore plus Zaurak qui finalement laissa Kiara reprendre la liberté de ses mouvements.

- Tu connais la procédure lança avec lassitude Paris.
- Aye capt’ain répondit-il en tendant ses mains qui furent gelé par la mage de glace de Paris.

Le sbire aux cheveux de neige se tourna vers Kiara et la menaça froidement :

- C’est ton premier avertissement gamine, si tu désobéit tu vas avec le crétin dans la chambre d’isolement. Tu te rappelles ce que c’est j’espère.

Elle avala sa salive, acquiesça rapidement, jetant un bref regard vers Zaurak qui se savait condamner.

- Bien file alors lui lança Paris en tournant les talons avec Zaurak qui babillait comme un enfant pour enrager le quasi imperturbable Paris.

Alors c’est ce qu’elle s’empressa de faire. Elle courut jusqu’à son dortoir et se cacha sous sa couette.

***

Elle n’a pas réussit à dormir de la nuit. Les mots des gardes et ses interrogations n’ont cessés de venir la tourmentaient l’empêchant de réussir à ingurgiter le peu de sommeil que sa courte nuit lui aurait permis.

Voilà pourquoi le lendemain matin, elle était particulièrement sous tension et fatiguée. Les cernes sous ses yeux ne trompaient personnes sur sa mauvaise humeur. Son regard de pierre habituel dissuada cette fois-ci Zephyr de venir lui parler pour la narguer sur sa stupidité de l’avoir rejeté. Elle était lasse et ne cessait de bailler toutes les trois minutes prête à dormir contre le mur de la salle d’entrainement s’il le fallait. Même Zephyr qui passait son temps à faire des siestes lors des entrainements paraissaient moins fatiguée qu’elle qui était censé avoir fait qu’une nuit blanche. Parce que oui, plus on dort et plus on est fatiguée c’est une règle à savoir. Kiara arrêta sa stupide méditation qui la faisait somnoler et décida de regarder la salle et ses membres sans énergie. Une, deux, trois, quatre personnes. Mieux que compter les moutons, non ? A peine plus âgés qu’elle. Normal, les plus vieux dirigés en général par Zephyr n’avait que deux ans de plus qu’elle. D’ailleurs où étaient-ils ? Kiara se releva soucieuse et scruta les visages qui l’entouraient. Tous les sempaï avaient subitement disparu. Tous ceux âgés de deux ans de plus qu’elle c’était tout bonnement volatilisé. Kiara resta un moment interdite. Elle avait raté un épisode ?

Elle interpella un groupe qui s’entrainait à quelques mètres qu’elle composé d’un garçon qui discutés avant souvent avec les sempaï :

- Dig, tu es au courant pourquoi tous les sempaï sèchent l’entrainement d’aujourd’hui ?

La question sembla le prendre au dépourvue, puisqu’il se mit à blanchir d’un seul coup et de baisser la tête. Il marmonne très bas, mais assez pour que Kiara entende :

- C’est la purge.

Les deux filles avec qui ils s’entrainaient s’enterrent aussi dans un silence mortuaire sans oser regarder Kiara.

- C’est quoi la purge ?
- Dig, Melody, Jane, laissez donc l’incapable tenter de faire voler des mouches, n’allez pas être contaminé par son inutilité voulez-vous gronda avec acidité Zephyr assis sur son perchoir, le visage fermé.

Kiara lui lança un regard noir et lui fit un geste grossier alors qu’il la dévisageait encore froidement. Quoi ? Il s’était levé du mauvais pied ou quoi ? Enfoiré de Zephyr !

Le groupe la laissa tomber et elle se retrouve à nouveau seule avec uniquement ses questions pour la maintenir éveiller et son envie de vengeance et de colère qui sommeillait en elle.

Le repas au self lui fit mettre de côté sa mauvaise humeur. Manger avait cette tendance à la rendre moins énervée qu’elle ne l’était déjà. En plus, on mangeait bien à la base du King. A défaut de voir la lumière du jour, on les nourrissait avec des aliments plus ou moins sain selon les jours. Et il n’y avait pas un seul jour où Kiara ne finissaient pas son assiette allant jusqu’à saucer le reste de sauce de ses assiettes. Le seul hic dans ce merveilleux processus était l’obligation des membres de manger entre eux. C’est à dire que Kiara était obligé de se coltiner la table des membres du vent bavardant gaiement entre eux sauf avec elle. Du moins quand Zephyr avait décidé de ne pas attirer l’attention sur elle pour s’amuser. Ce qu’il faisait de plus en plus souvent, comme si déclencher un conflit lui faisait un bien fou. Et ne parlons pas des moments où ils décidaient de s’asseoir juste à côté d’elle pour lui pourrir la vie sans que les autres membres s’en mêlent.

Aujourd’hui, ce n’était pas le cas. C’était le second de Zephyr qui se posta à côté d’elle. Quelle chance cette fois-ci comme chaperon pour la surveiller contrairement aux sempaï habituels, on lui refilait Vince. Ce repas allait être d’un amusement. Youpi… Elle allait l’ignorer.

Elle regarda droit devant elle et aperçut un groupe des mages du feu dirigé par Zaurak et son sourire désarmant ainsi que sa seconde, une dénommée Ash. Ils s’assirent à une table et Zaurak se retrouva dans le champ de vision de Kiara. Il lui fit un signe de la main en souriant de toutes ses dents l’air de dire, « tu vois même si je me suis fait prendre, j’ai rien ahaha. ». Kiara esquissa un sourire et répondit à son signe sous les regards ébahis de Vince.

- Depuis quand tu pactises avec l’ennemi ? demanda Vince froidement comme si elle était en faute.

Déjà blasé par la conversation qui va suivre, Kiara se contenta de prendre ses baguettes et s’emparer du maki qui se situait devant elle.

- Je ne vois pas en quoi Zaurak est un ennemi.
- Comme c’est mignon, tu l’appelles par son prénom ironisa Vince qui avait attiré l’attention de toute la table. sérieusement qu’est ce qui s’est passé pour que tu sympathises avec ses sous merdes du feu ?

La colère et le ton de kiara montèrent face à l’insulte favorite du clan du vent. Elle détestait cette expression d’autant parce qu’elle se sentait encore insulté lorsqu’ils l’utilisaient que parce qu’elle trouvait ça révoltant que les membres du clan du vent l’utilise aussi facilement dans leur vocabulaire.

- Pourquoi tu les appelles des sous-merdes alors qu’ils sont aussi très doués dans leur domaine ? Ne serais-tu pas tout simplement jaloux du fait que ce sont des mages de feu et non du vent ? Tu voulais être un mage du feu Vince ?

Vince resserra sa prise sur sa fourchette, rouge de colère, il se prépara à littéralement la tuer sur place alors que Zephyr soudainement très intéressé par ce qui se passait se mêla à la conversation :
- Tu considères que les mages du feu, nous sont supérieurs alors ? argua-t-il innocemment en voyant qu’un nouveau conflit qui le défoulerait allait prendre place.

La jeune fille se leva d’un bond en tapant sur la table à bout de nerf. Comme quoi ne pas dormir la faisait réagir plus violement que jamais :

- Oui, je pense que les mages du feu sont supérieurs et meilleurs que vous tous réunis hurla-t-elle comme une arrangée.

Cela mit un gros blanc dans toute la salle du self. Aucun clan n’avait loupé cette petite altercation entre les membres du vent. Toujours les premiers pour le spectacle, mieux que la télévision depuis que Kiara les avaient rejoint. Une vraie tornade. La tête des membres du vent fut mémorable, on aurait dit qu’il venait d’être trahit, seul Zephyr était calme, avait reposé ses couverts et tentait de cacher son petit sourire satisfait. A croire qu’il avait improvisé ça depuis le début. Le silence fut stoppé par les applaudissements et les sifflements de Zaurak. Il leva ses pouces en direction de Kiara et aussitôt tous les membres du feu éclatèrent de rire.

- Portons un toast à Kiara lança Zaurak qui ne pouvait retenir son sourire moqueur alors que tous ces camardes le rejoignaient se moquant ouvertement de leur ennemi.

Cela sembla légèrement contrarier l’humeur de Zephyr, mais celle de son second était au bord de l’apocalypse. Il hurla à Zaurak de ne pas se mêler de ce problème interne alors que Zaurak finissait son verre d’une traite en lançant innocemment trop heureux d’emmerder ses cibles préférées :

- pour une fois que vous reconnaissez notre supériorité, je ne vais pas me gêner pour applaudir la vérité qui sort enfin de la bouche de l’une des vôtres.
- Elle n’est pas des nôtres répliqua automatiquement Zephyr calmement.
- Ah, quand l’une d’entre vous est pas d’accord avec vos principes vous la bannissez ? Ou est passé cette solidarité dont vous êtes si fiers en général ? enchaîna Zaurak

Des assiettes volèrent dans sa direction qu’il esquiva alors que les membres du feu se levaient pour porter secours à leur chef au cas où. Zaurak continua d’un ton docte :

- c’est pas très cool de virer l’une des vôtres parce qu’elle ne pense pas comme vous. Je suis fier qu’il y en ait une qui ne soit pas devenu un de vos petits moutons !
- Elle ne fait pas partie des notre officiellement car elle n’a pas montré qu’elle maitrisait le vent, non parce qu’elle pense différemment. D’ailleurs si elle pense que vous êtes tellement meilleurs et que vous êtes si fier de sa prestation, pourquoi ne pas l’adoptez ? On vous en fait cadeaux en guise de paix pour cette guerre qui est en train de naître, Répliqua glacialement le second en désignant Kiara qu’on avait plus ou moins bâillonnait à sa chaise pour qu’elle n’envenime pas encore plus le conflit.

Zephyr se redressa légèrement. Quoi ? Non. Il était pas d’accord pour qu’on lui retire son jouet lui ! Mais Le rire de Zaurak l’empêcha de montrer qu’il n’était pas totalement en accord avec Vince.

- Très bien laissez-la nous pendant un mois et elle mettra la pâtée aux meilleurs d’entre vous lança Zaurak sur de lui.
- Zephyr la réduira en bouillie sans difficulté répliqua Vince.

S’en fut trop, tous ses cris, ses bourdonnements et le manque de fatigue faisait naître un mal de crâne épouvantable dans le crâne de Zephyr. Alors il râla :

- M’incluez pas dans votre pari de merde, prenez vos responsabilités tout seuls, j’ai pas envie de jouer avec vous. C’est ton pari, tu t’occuperas d’elle seul. Après on verra si j’interviens.

Il se leva et sortit du self, il avait à peine touché à sa nourriture et Kiara se dit que c’était un véritable gâchis de laissa ça comme ça. Les autres membres du vent se levèrent tous alors, assiettes finis ou non et suivirent Zephyr sans un mot. Seul Vince réclamait à son chef de l’attendre. Personne n’oublia de lancer un regard haineux à la source de ce nouveau problème inter-clan : Kiara, qui leur rendit avec beaucoup d’amour leur regard noirs.

Une fois tous les membres du clan du vent sortit, Zaurak se leva et trottina vers Kiara qu’il détacha et ôta le baillons qu’on avait construit avec une serviette. Il lui ébouriffa les cheveux pendant que Kiara râlait. Il commençait à prendre l’habitude et ça elle était pas d’accord.

- Tu veux bien arrêter de faire ça ?
- Nan, j’aime bien la tête que tu tire à chaque fois que je touche tes cheveux lui déclama-t-il en reprenant son sourire habituel. J’ai reconsidéré ta proposition d’hier. Rendez-vous même heure, même endroit, j’ai une championne à former !

Kiara écarquilla les yeux alors que Zaurak sortaient à son tour du self avec ses potes en riant. La demoiselle se retrouve devant son assiette de maki, seule à la table du vent. Bizarrement, l’altercation ne lui avait même pas coupé l’appétit. Alors elle mangea, contente de ce qu’il s’était passé.

****

La bonne humeur ne dura pas. Mais bon sang dans quel nouveau merdier elle s’était encore foutue ? D’un côté, elle avait été contente que finalement Zaurak reconsidère sa demande, mais de l’autre, elle se sentait encore très mal de s’être mis à nouveau à dos tous les membres du vent alors qu’ils avaient daigné s’habituer à sa présence. Son repas terminé, elle n’avait pas eu la motivation de se lever de table et retourner à sa salle d’entrainement. Elle allait se prendre des pierres sitôt la porte passé si elle osait se repointer la bouche en cœur. Et que dire aller dans la salle d’entrainement du feu ne serait pas possible si les scientifiques la surveillaient. Ils remarqueraient immédiatement qu’elle se trouve dans un endroit où elle n’aurait pas dû. Et que dire, elle n’oserait pas demander à Zaurak si elle pouvait rester avec lui maintenant que ses rapports demi-cordiaux avec les membres du vent venaient de se briser aussi facilement qu’une corde.

Elle laissa tomber sa tête sur la table, déprimée. Elle avait le regard dans le vide et ne s’aperçut même pas du temps qu’elle passa à déprimer seul sur sa table. Elle n’entendit même pas les cuisinières chuchotaient en la désignant du doigt. Elles interpellèrent un garde qui passait par là en leur désignant la carcasse de Kiara d’un geste entendu. Alors le garde souffla et se dirigea vers la gamine déprimée.

Une chaise est tirée et quelqu’un s’assoit en face d’elle, mais elle ne le remarque même pas, perdue dans ses pensées et sa nouvelle déprime. Le quelqu’un assis en face d’elle racle sa gorge. Une fois, deux fois, trois fois de plus en plus fort pour attirer son attention. Et c’est qu’il y arrive cet enfoiré. Il ne peut pas la laisser pleurer sur son sort tranquillement celui-là ?

Elle relève d’un seul coup la tête en hurlant :

- La ferme !  Tu veux quoi putin ?!

Sa colère tomba d’un seul coup laissant place à un blanchissement de sa peau inattendu. Oh merde. Boulette.

- Paris-sama je ne vous avait pas reconnue fit-elle en baissant les yeux rouge de honte.
- J’ai vu lui répondit-il ce qui la mit encore plus mal à l’aise qu’elle était déjà.

Elle se mordit l’intérieur des joues nerveusement alors que Paris commençait son interrogatoire :

- Qu’est ce que tu fais encore ici toute seule alors que l’entrainement est censé avoir repris depuis trente bonnes minutes ? Tu sèches ?

Kiara regarda autour d’elle et remarqua qu’effectivement, il n’y avait plus personne. Elle jeta un regard à l’horloge et blêmit encore plus. Elle était en retard. Elle se leva d’un seul coup et commença à enjamber le banc de la table en saluant rapidement Paris pour s’enfuir le plus vite possible :

- Veuillez m’excuser Paris-sama, je n’ai pas vu le temps passer, je m’en vais de ce pas, je…
- Assis coupa-t-il comme s’il parlait à son chien.

Alors elle s’exécuta tel un robot programmé pour obéir aux ordres du sbire fullbuster. Paris croisa ses bras sur la table et la scruta tel un investigateur :

- Ton nom ?
- Kiara
- Je trouve qu’on se croise un peu trop souvent en ce moment, Kia-ra insista-t-il sur le prénom.

Elle baissa les yeux, encore plus honteuse. Paris s’autorisa un petit sourire en coin, qu’est ce qu’il aimait terrorisé les petits sujets d’expériences. C’était plaisant comme activité. Il avait reconnue la fille de la veille, celle avec qui Zaurak se baladait dans les couloirs. Chose qu’habituellement, Zaurak ne faisait jamais. Être avec une fille, cela va dire. Elle devait avoir quelque chose de spécial ou tout simplement elle était là au mauvais moment ? Paris ne savait pas et ça l’intriguait un peu alors il décida de faire plus ample connaissance et comprendre ce que cette fille avait de potentiellement spéciale.
- Tu devrais relever la tête sinon tu vas te faire bouffer continuellement par les autres membres. Ici, il faut mieux s’affirmer et être fort que faible et timide.

Kiara releva immédiatement les yeux et le scruta sans faillir. Il paraissait moins intimidant d’un seul coup, seul sa voix froide trahissait son autorité. Ses yeux verts ne l’intimidaient pas le moins du monde, ils étaient plutôt beau au contraire. Ils semblaient l’absorbé pour lire dans ses pensées.

- Vous avez assisté à la scène de toute à l’heure lui demanda-t-elle sachant pertinemment que le conseil précédent faisait référence à celle-ci.
- Oui. J’ai vu ce qu’il s’est passé de loin. Tu as faillit me briser les tympans en hurlant  comme ça.

Il fit une pause et reprit son sérieux :

- C’est jamais facile d’être le mouton noir de la bande, mais ça veut dire que même s’ils te considèrent à part, c’est peut-être parce qu’ils sentent que tu as un don caché, quelque chose qui pourrait les rendre vulnérables face à toi. Etre différent à souvent du bon, tu sais.

Elle regarda Paris différemment. Etait-il vraiment un sbire hautain et moqueur comme les autres ? Il ne ressemblait tellement pas aux autres. Après tout pourquoi lui dire tout ça, elle ‘était qu’un petit sujet d’expérience. Il y en avait des milliers comme elle alors pourquoi se casser la tête à réconforter une gamine ?

Paris esquissa uns sourire et posa sa tête au creux de sa paume.

- Je sais à quoi tu penses.

Elle le regarda surprise alors qu’il reprenait :

- Tu veux savoir comment j’en suis arrivé là parce que j’ai pas l’attitude d’illuminés et d’enfoiré des autres sbires.
- Oui c’est ce que je me demandais reprit-elle calmement hésitant à vraiment dire e fond de sa pensée.

Il esquissa un sourire mystérieux et se lève :

- Ca ne te regarde pas et tu n’en sauras rien.

Zut. Kiara le fixa dans les yeux pas spécialement heureuse de s’être fait manipulé ainsi et elle remarqua qu’il ne faisait que jouer avec elle. Très bien, elle trouverait les réponses elle-même si Paris-sama voulait jouer à action ou vérité. Elle esquissa à son tour un sourire espiègle remarquant par la même qu’elle n’est plus aussi stressée et déprimé qu’au début de la conversation.

- Maintenant, tu lèves ton  petit cul et tu vas bosser avec les autres en leur montrant que cette petite dispute ne t’as pas le moins affecter
- Oui capt’aine répondit-elle en lui faisant un salut militaire avant de prendre les jambes à son cou.  




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Crystal Dust


Feuille de personnage
Rang:
Age: 17 ans
Magie: DS des Gaz (4G) - Mahō gasu

Messages : 31
Date d'inscription : 19/03/2015
avatar
Kiara Mistral
MessageSujet: Re: Kiara Mistral - Crystal Dust {83%}   Sam 4 Juil - 22:18



« Chapitre 2 »

Je suis un rat de laboratoire qui a évolué comme un pokemon


Ash -


Zaurak se racla la gorge pour attirer l’attention de son élève du soir et pour se donner un air important.
- Bien, ce que je vais t’expliquer ce soir, est la théorie de la magie élémentaire. Il y a certaines choses que tu es censée comprendre lorsque tu possèdes une magie de ce genre commença-t-il.

Il jeta un bref regard à Kiara pour vérifier qu’elle ne s’était pas endormie sur place après avoir entendu le mot « théorie », mais remarqua que non. Elle l’écoutait comme un sage qui allait lui apprendre un secret gardé depuis des milliers d’années.  Il esquissa un sourire amusé en reprenant ses petits pas de long en large alors qu’il expliquait calmement :
- Vois-tu chaque mage élémentaire à une façon particulière d’apprivoiser sa magie. En général, on peut retrouver des similitudes chez les mages d’un même élément. Prenons un exemple. Tu connais le clan de l’eau ?
- Ceux obséder par leurs physiques qui ont peur de se casser un ongle ?
- Ouais eux. Conseil d’ami, si t’en croise un, le décrit pas comme ça, il risque de te faire passer un mauvais quart d’heure.
- Je n’aime pas mentir.
- Bah tu devras apprendre. Bref, je reprends. Les mages de l’eau sont caractérisés par leur grâce, c’est pour cela que tous les mouvements de ces mages sont souples et gracieux et ils accompagnent jusqu’au bout leur élément lors d’une création d’attaque. Tu comprends ?
- Oui. Ce n’est pas bien compliqué.
- Ouais je sais, mais j’ai besoin de te rappeler la base pour la suite. Autre exemple, les mages de la terre ont toujours besoin d’un contact avec elle pour utiliser leur magie, voilà pourquoi tu les verra rarement faire des cabrioles dans les airs comme les mages du vent.
- On fait des cabrioles ?
- Ouais, vous en général, vous avez tous des mouvements fluides, légers et adorer bondir un peu partout comme des lapins.
- Hum maintenant que tu me le dis, c’est vrai qu’à l’entrainement, les mages du vent passent leur temps à courir partout, esquiver et tenter de marcher dans les airs comme des funambules.
- Voilà, tu comprends. Enfin, les mages du feu comme moi, on a es mouvements énergiques et brusques contrairement à vous et votre gymnastique aérienne. Nous, on nous compare plus à des boxeurs.

Il s’arrêta et donna un coup de poing dans le vide qui fit jaillir une flamme au bout de son mouvement. Kiara toujours assisse en tailleur admira la flamme s’imposer dans la salle avant de disparaître une fois que Zaurak baissa sa magie. Il se tourna vers elle :

- Compris ?
- Parfaitement.
- Cool alors on va pouvoir passer à la seconde phase de ton entrainement.
- Ok, je fais quoi ?

Il esquissa un petit sourire sadique en désignant une corde qu’il avait amenée avec lui.

- Tu fais du saut à la corde. On n’apprend pas à devenir léger en restant cloué au sol.
- J’en fais pendant combien de temps ?
- Jusqu'à ce que je te dise de t’arrêter évidemment !

Elle ouvrit légèrement la bouche un peu surprise avant de ramasser la corde et de commencer à s’exécuter. Elle se doutait que l’entrainement ne sera pas de tarte, mais commencer aussi intensivement, il fallait le dire, elle ne s’y attendait pas le moins du monde. Elle savait pourquoi Zaurak lui demandait de faire de la corde à sauter. Pour travailler sa légèreté et pour voir son endurance.

Elle travailla son physique pendant une bonne heure sans s’arrêter lorsque Zaurak décida de passer à la pratique. Ils s’assirent en tailleurs et lui prit les mains :

- Ecoute, je vais faire passer ma magie à travers toi et je t’aiderait à sentir la magie du vent qui t’entoure pour que tu reconnaisses peu à peu la sensation que tu dois ressentir lorsque que tu veux utiliser ta magie.
- Ok.

Ils fermèrent les yeux et Zaurak s’exécuta. C’était étrange comme sensation. Kiara avait l’impression d’être traversé par un courant chaud qui lui permettait d’identifier les atomes qui l’entourait. Elle avait l’impression de ressentir un autre monde. Tout semblait plus fort et plus précis que ce qu’elle ressentait habituellement.

- Tu ressens le vent ?
- Hum je crois, je suis pas sur que ce ne soit que le vent.
- Normal, tu dois te concentrer sur les particules du vent et pas sur le reste. Essaie de les isoler et de supprimer ton ressenti envers le reste.

Elle tenta ce qu’il lui demandait, mais c’était extrêmement dur. Ressentir toute cette énergie lui demandait une très grande concentration et épuisait rapidement ses forces. Elle serra les dents alors qu’une migraine commençait à s’installer. Zaurak ressentit son malaise naissant à travers leur lien et décida de le rompre quelques minutes après l’avoir construit. Kiara rouvrit les yeux, surprise qu’il ne maintienne pas le lien plus longtemps, mais lorsqu’elle tenta de se redresser tout tangua autour d’elle.

- Oula tout doux chérie. Recevoir autant d’énergie pour ton corps, c’est dire à encaisser. Et vu qu’on est pas du même sang, je peux pas t’aspirer ton surplus ou convertir ta magie pour moi.
- Ca va passer tenta-t-elle de le rassurer en plaquant une main sur sa tête qui était à la limite de l’implosion.
- Pas question, c’est finit pour ce soir. T’en a assez fait, on reprendra demain. Tu ne peux pas tout réussir en seulement un jour, Kia-chan.
- Mais…
- Allez je te raccompagne.

Elle arrêta de parlementer alors qu’il décida de l’installer sur son dos pour la transporter à travers les couloirs. Il l’emmena rapidement au dortoir de la demoiselle qui était à la limite de s’endormir sur son dos tellement elle était fatiguée. Il ouvrit lentement la porte et la déposa dans son lit de camp en vérifiant que toutes les filles dormaient à poing fermé. Manquerait plus que l’une d’elle se réveille et crie au pervers. Une fois sa mission accomplie, il quitta la pièce sur la pointe des pieds et ferma la porte doucement. Il se dirigea agilement à travers les couloirs et tomba nez à nez avec Paris. Celui-ci ne fut même pas surpris de le voir :

- Ca par exemple ! Encore en train de vadrouiller en dehors des heures permise, Zaurak ? railla-t-il
- Il semblerait lui répondit le mage de feu en esquissant un sourire.
- Toujours en train de courir après ta brunette ? Ou tu as décider de l’aider à cause de ton pari stupide ?
- Hum hum, je fais du bénévolat c’est tout, fit Zaurak avec sa flegme légendaire en échangeant un regard complice avec Paris.
- Bon tu connais la procédure ?
- Aye capt’aine.

***

Travailler le soir était devenu un quotidien entre Kiara et Zaurak. Elle appréciait de plus en plus ce mage qui paraissait tellement détendu que rien n’aurait pu entacher sa bonne humeur et ses pulsions de brother complex. Ainsi tous les soirs, elle travaillait son physique pendant une heure puis il passait à la pratique. Zaurak surveillait qu’il ne donnait pas trop d’énergie à Kiara et celle-ci s’appliquait dans son ressenti de son élément et elle commença même à bouger de quelques centimètres certaines particules. En une semaine, elle avait faire des progrès monstres sous la tutelle de Zaurak qui était censé être un mage de feu à la base, pas de vent, pourtant il était un excellent professeur. En plus, Kiara trainait de plus en plus avec les membres du feu, étant exclus de son clan, elle mangeait en compagnie de Ash et des potes de Zaurak tout en lançant des sourires moqueurs au second de Zephyr qui ne manquait jamais une occasion d’essayer de la tuer à distance par un regard noir. La voir de si bonne humeur devait les rendre fou et ça, Kiara s’en délectait grandement.

Toute sa vie était au meilleur point, tout était parfait et elle avait de moins en moins peur de l’examen que le king voulait lui faire passer.

Ce soir là, Zaurak était en retard. Ca lui arrivait de temps en temps parce qu’il avait dû semer un sbire un peu trop collant selon lui. Alors en l’attendant, Kiara faisait toujours de la méditation magique pour ressentir les particules du vent qui l’entouraient. Elle arrivait à les sentir toutes seule maintenant mais pas de manière aussi précise que lorsqu’elle liait sa magie à celle de Zaurak. Néanmoins, même les yeux fermés, elle sentit une perturbation dans le flux de la pièce signe que quelqu’un arrivait. Elle esquiva un sourire en ouvrant les yeux vers la porte :

- T’en as mis du temps Zaurak, j’ai bien cru que tu t’étais fait vraiment choper cette fois-c…

Mais ce ne fut pas le sourire rieur et la bonne humeur de Zaurak qui se trouvait en face d’elle. Non c’était l’insolent Zephyr qui ne s’attendait surement pas à la croiser ici vu la tête étonné qu’il tirait. Mais son attitude surprise ne dura pas car très vite son sourire hautain traversa son visage alors qu’il scrutait Kiara comme un prédateur prêt à manger sa proie. Elle lui avait manquée ?

- Tiens la traitresse, je me demandais bien qui pouvais encore utiliser la salle à cette heure-ci, mais j’aurais dû me douter que c’était toi. D’ailleurs, ça fait longtemps qu’on n’a pas vu ta tête dans la salle d’entrainement du vent, tu as décidé de changer de camp et tu squattes chez les mages du feu maintenant ?

Aucune chance qu’elle lui ait manquée. Elle lui lança un regard froid en lui rétorquant insolemment :

- De toute façon, ce n’est pas parce que je ne vous rends plus visite que je vais forcément squatter chez les mages du feu. Même si eux au moins ça ne les dérange pas le moins du monde de me voir. Ils sont largement plus sympathiques que vous.

Zephyr qui se trouvait devant la porte fit un déplacement instantanée pour se retrouver juste devant elle. Kiara fut surprise de la rapidité qu’elle qualifia intérieurement de « courant d’air ». Elle voulut reculer car la proximité de Zephyr n’annonçait rien de bon ainsi que sa main qui se levait vers son visage. Il allait quand même pas la frapper au bout de deux échanges ? Il tenait la joute plus longtemps avant. Mais il ne la frappa pas, oh non, elle sentit un ‘poc’ sur son front et rouvrit les yeux qu’elle avait instinctivement fermé pour se préparer à l’impact. Sa tête incomprise dût amuser pleinement Zephyr car son petit rictus supérieur laissa place en un sourire franc et amical.
- Moi qui pensais que ton exclusion et cette semaine t’avaient fait réfléchir et considérablement abattu, je pense que j’ai eu tort. T’es encore plus têtu que tous les membres réunis.

Kiara grogna faiblement en se massant doucement le front en plissant les yeux méfiants du soudain changement de comportement de Zephyr. Elle devait rêver, non ? Où était passé cet être arrogant que les mages du feu surnommait le « petit roi » ou simplement « Kingu ». Est-ce que King-sama lui aurait fait un lavage de cerveau ou aurait traficoter son esprit afin de mieux le manipuler comme sa petite marionnette ? Un nouveau mystère à résoudre, mais plus tard.
- Tu veux quoi ? Si t’es venu pour perturber mon entrainement, tu peux partir demanda-t-elle hargneusement. Elle n’était pas dupe, il devait jouer la comédie pour faire genre il était gentil mais ça ne marcherai pas avec une mistral !

Zephyr haussa un sourcil interrogatif et demanda en se retenant d’éclater de rire :

- Parce que t’es vraiment en train de t’entrainer ? Moi qui pensais que tu te contenter de réfléchir en tailleur à ta vie de merde et comment reconquérir nos cœurs.
- Baka marmonna-t-elle.

Vexée, elle referma les yeux et repartit dans son exercice en ignorant complètement le petit roi. De toute façon, il allait se lasser et repartir dans son dortoir à force. Sauf qu’elle ne s’attendait pas à ce qu’il s’asseye en face d’elle ne tailleur, son coude posé sur l’un de ses genoux pendant que sa tête était installée au creux de sa main observant sans sourciller Kiara. Et sentir ce regard insistant énerva progressivement Kiara. Il ne pouvait pas aller faire mumuse ailleurs, pourquoi il venait ce soir lorsque Zaurak était en retard ? Pourquoi ? Elle rouvrit les yeux en lui hurlant à la figure :
- Tu comptes rester là encore longtemps à me regarder ?!
- Oui, je suis curieux de voir ce que Zaurak a réussi à faire de ton cas qui est rappelons-le désespérer.

Elle serra les dents et compta ses respirations pour se calmer. De toute façon, si elle lui sautait à la gorge, elle n’aurait aucune chance de gagner ce combat perdu d’avance. Alors elle se résigna d’avance à avoir Zephyr comme observateur de ses progrès qui n’étaient pas inexistant comme pouvait le sous entendre cet abruti fini.

Elle ferma de nouveau les yeux, prit une inspiration et laissa doucement sa magie circuler pour repérer les particules aériennes qui l’intéressaient. Elle fit doucement bouger les plus proches d’elle laissant un petit courant d’air lever doucement leurs vêtements. Elle esquissa un sourire vainqueur et regarda fièrement Zephyr. Après tout, elle venait de lui prouver qu’elle n’était pas si incompétente que ça. Zephyr avait perdu son sourire et semblait pensif, mais aussi déçu ? Cela rendit d’autant plus bonne humeur Kiara. Elle se sentait victorieuse dans cette bataille. Faire ravaler son petit sourire en coin à Zephyr était extrêmement plaisant. Mais sa fierté s’écroula comme un château de carte lorsque Zephyr lui demanda sérieusement :
- T’as stoppé ta magie au lieu de la laisser circuler plus longtemps, pourquoi ?
- Je…je…j’arrive pas à tenir plus longtemps avoua-t-elle en baissant les yeux.
- Arrête de me mentir, ça ne marche pas avec moi. Tu t’es arrêtée délibérément alors que tu es capable de faire bouger les particules aériennes bien plus longtemps.
- Qu’est ce qui te fait dire ça ? Ca fait des semaines que tu m’as pas vu m’entrainer ! Avant je n’arrivais même pas à manifester ma magie alors maintenant, ce que je te montre est mon maximum.

Il sembla agacer et reprit encore plus sérieusement :

- Ecoute, j’ai une hyper sensibilité avec la magie ce qui signifie que je ressens toutes les particules qui nous entoure tout le temps. Je n’ai pas de temps mort comme toi qui ferme ton circuit magique quant tu refuses de tenir plus longtemps. Je fais la même chose que toi pour ne pas m’épuiser, mais toi, t’as pas d’hypersensibilité, ce qui montre que tu ferme ton lien avec le vent délibérément au bout de quelques secondes alors que tu peux tenir plus longtemps.
- Tu racontes n’importe quoi, j’ai déjà essayé de tenir plus longtemps et je n’y arrive pas.
- Pourquoi ?
- Je…m’épuise trop rapidement lui répondit-elle après avoir cherché ses mots pendant quelques secondes.
- Et la vraie raison ? lui demanda-t-il pas convaincu du tout.
- C’est la vrai raison ! s’exclama-t-elle violement comme pour se prouver autant à elle-même qu’à son interlocuteur que c’était l’unique réponse à sa question.

Mais Kiara savait qu’il avait raison. Lorsqu’elle essayait d’utiliser sa magie plus longtemps, elle se bloquait volontairement. Pourquoi ? Un seul prénom : Lily. A chaque fois qu’elle continuait d’utiliser sa magie, son subconscient lui rappelait cruellement que c’était grâce à la mort de Lily qu’elle avait débloqué son circuit magique. En l’entendant dire son prénom de sa voix éteinte, en ayant du sang sur les mains. Elle l’entendait encore dans sa tête, sa faible voix répétant soit doucement le prénom de Kiara comme si ça lui pompait toute son énergie, soit lui dire cruellement qu’elle était morte par sa faute. Sa faute, qu’elle était une tueuse de sang froid et qu’elle n’aurait jamais de vrais amis. Qu’elle les trahiraient et les perdraient tous comme elle avait perdu ses parents, son frère, la brigade Mistral, les sans magies et Lily. Les prochains sur la liste seraient sûrement Zephyr ou Zaurak, ceux qui se rapprochaient le plus d’un contact régulier voir d’une amitié pour le mage du feu. Tous ceux qui t’approchent meurent.

Alors c’était au-dessus de ses forces, elle ne pouvait pas entendre encore cette litanie de haine lui rappeler ses crimes alors elle fermait sa magie. Elle ne la méritait pas. Elle l’avait eu par le sang. Elle ne méritait pas de survivre en l’ayant. Elle devrait mourir comme les autres de la main du king. Mais tout ça, elle refusait de l’expliquer aux gens autour d’elle. Zephyr n’en faisait pas exception. Il ne saurait rien de tout ce qui se tramait dans sa tête.

Le mage du vent, se leva d’un seul coup en lui attrapant fermement le bras et sans un mot, il la traina vers la porte. Elle tenta de se débattre, mais la poigne de Zephyr était puissante. Il évita toutes les patrouilles circulant à cette heure-ci. Aucun doute qu’il devait connaître aussi le plan des salles par cœur. Elle décida d’utiliser les mots pour qu’il relâche un peu sa poigne féroce, mais Zephyr l’ignora complètement. Il semblait compétemment perdu dans ses pensées et son monde, comme si de multiples informations tourbillonnaient dans son esprits à fond à l’heure et qu’il els traitaient tous les unes après les autres à la microseconde. Kiara arrêta donc de se débattre et se laissa trainer vers l’abattoir où l’emmenait Zephyr. Elle était quand même curieuse de voir où est-ce qu’il la trainait, mais une partie d’elle lui soufflait de se méfier. On parlait de Zephyr, l’abruti aux idées tordus pour lui pourrir la vie et continuellement l’humilié.

Elle commença à blêmir lorsqu’elle remarqua où est-ce qu’il se dirigeait. Elle reconnut en premiers les murs bordant la porte comme s’isls étaient ancrés dans son esprit puis cette porte, imposante, semblant prête à vous manger tout cru. La salle de la dernière chance. Par elle ne savait quelle force caché, elle réussit à faire lâcher prise Zephyr sur son bras et recula de trois pas en titubant et tombant sur les fesses tellement elle paraissait effrayée par la salle en face d’elle.

Elle remarqua à peine que Zephyr s’était arrêté l’observait sans un bruit puis appuya sur un mécanisme pour ouvrir la porte. Celle-ci s’écarta laissant une vue parfaite sur la salle qui avait été nettoyé depuis la dernière tuerie sanglante. Kiara avait le regard fixé, ancré sur la salle et elle ne bougeait plus. Zephyr se demanda même un moment si elle pensait à respirer, mais cela n’empêcha pas son sadisme légendaire de d’agir. Il se glissa derrière elle, la releva et la balança tout bonnement avec sa magie du vent dans la pièce alors qu’elle semblait subitement suffoquer sur place lorsqu’elle toucha les pierres du sol de celle-ci. Elle ressentait encore le sang sur ses vêtements, l’ambiance morbide, les cris de supplications de ceux qui étaient mort et Lily. Lily toujours Lily comme si son fantôme se trouvait dans cette pièce en train de la juger de son regard spectrale. Elle se sentait mal, très très mal. Aucun doute qu’il y avait un sérieux problème. Zephyr entra à son tour et se posta devant la porte afin de lui bloquer le passage si jamais elle tentait de se faire la malle avant la fin de leur petite discussion. Il la regarda encore quelques minutes admirant le passage des émotions sur le visage de Kiara et les réactions de plus en plus nombreuses de son corps. Puis sa voix sembla comme l’immobilisé subitement :

- J’en était sur.

Des multiples possibilités sur le refus de Kiara d’utiliser sa magie avaient traversés l’esprit du mage du vent. Mais une c’était tout simplement imposer par rapport aux autres.

- Tu refuses d’utiliser ta magie sur le long terme parce qu’à chaque fois que tu le fait, tu revoit la première fois que tu l’as utilisé.
- C’est faux murmura-t-elle
- Arrête de te mentir sans cesse !

Il attrapa le tee-shirt de la demoiselle et la porta à son visage pour la regarder droit dans les yeux. Elle tenta de détourner le regard, mais il décida de maintenir son visage en le coinçant entre ses doigts dans sa direction. Il ne paraissait plus aussi amical que toute à l’heure. Non, il paraissait froid, agacé, énervé.

- Dans ce cas-là prouve le moi lui susurra-t-il comme un serpent prêt à croquer sa souris.

Il relâcha sa prise alors qu’elle tombait au sol comme une carcasse vide.

Elle trembla légèrement et s’assit sur les genoux pour tenter de paraître plus digne malgré les tremblements qui refusaient de quitter son corps. Et le regard de prédateur impatient de Zephyr ne l’aidait pas des masses. Mais sa fierté en prenait un sacré coup. Laissez à Zephyr sous entendre qu’il avait raison, plutôt crever que de laisser ce jour arriver. Alors elle ferma les yeux tenta de faire abstraction de l’endroit où elle était et se concentra sur les particules aérienne. Il y en avait moins que dans la salle des mages du vent, mais elles étaient présentes. Elle respira et tenta de se calmer, mais comprenant que c’était un combat inutile, elle déploya sa magie.

Traîtresse, Tueuse, Lâche, Tu n’apportes que le malheur.

Elle tenta de faire abstraction de ce début de haine provenant de son esprit en se rappelant que Zephyr la regardait et qu’elle ne pourrait pas le leurrer comme elle le faisait souvent avec Zaurak.

Kiara, fit la voix lointaine de Lily. Tu m’as tué. Tu ne m’as laissé mourir. Lâche. Tu étais censé être ma meilleure amie. Lâche. Tu étais censée me protéger. Tueuse. Tu as mon sang sur tes doigts. Indigne. Ce n’est pas ta magie, c’est celle que tu as volée aux autres en les privant de leur vie. Sorcière. Une partie de tes parents, une partie de ton frère. Une partie de Hogara, une partie des autres membres de la brigade mistral, une partie à moi. Conasse. Rend-moi ce que tu m’as pris. Tu devrais mourir à ma place ! Sorcière Sorcière Sorcière !

- Assez ! Hurla-t-elle en se plaquant les mains sur la tête et hurlant toute sa frustration et sa tristesse.

Elle sentit les larmes monter à ses yeux alors qu’elle tombait au sol comme si un poids énorme s’écroulait sur ses épaules et voulait la clouer au sol. Elle se rappela qu’elle n’était pas seule et jeta un regard remplis de haine et de tristesse à Zephyr qui lui avait fait revivre ce qu’elle évitait de faire depuis plusieurs jours :
- Ouais, bah t’as raison ! T’es content ?! J’ai peur d’utiliser ma magie depuis ce jour !

Elle recommença à trembler alors que les mots s’étranglaient au fond de sa gorge :

- Je revois tous le temps ce qui s’est passé, le sang sur mes doigts, j’entend les cris, les voir tous en train de tomber les uns après les autres, je…

Elle recommença à sangloter alors que deux bras l’entourèrent et la rapprochait d’un corps chaud.

- Chut, chut, c’est fini. Respire ou pleure un bon coup ?

Elle sentit qu’on lui tapotait doucement le dos tout en tendant de la bercer délicatement. La seule image qui lui vint à l’esprit fut un souvenir. Son frère qui venait la rassurer de la même manière lorsqu’elle avait fait un cauchemar. Alors elle explosa, elle pleura toutes les larmes de son corps mouillant sans scrupules le tee-shirt de son coussin du soir. Lorsqu’elle sentit qu’elle allait mieux, elle se détacha lentement de Zephyr sans oser le regarder en face. Elle ne savait pas trop quoi penser. Zephyr et elle, ils ne s’appréciaient pas à la base alors pourquoi était-il là quand elle avait besoin d’un vrai ami ? Ik changeaient sans cesse de caractère en passant du hautain petit roi au garçon amical prêt à aider ses compères. Elle ne savait plus trop sur quel pied danser avec lui. Alors un silence s’installa qui fut brisé par Zephyr qui en avait surement marre de se taire :

- Bon, écoute, je vais pas passer par quatre chemins…

Elle releva la tête timidement vers lui et croisa ses iris ambrés qui semblaient la scanner sur place, à croire qu’il réussissait presque à l’intimider :

- Ici, t’es au laboratoire delta, ici c’est soit tu t’améliores et tu restes en vie, soit tu meurs. Tu devrais le savoir mieux que quiconque étant donné que t’es passé par la dernière chance. Tu dois arrêter d’être aussi émotive et aussi butée, ça va juste de tuer à petits feux. Le King ne t’aurais-t-il pas donné un délai de probation ?

Elle esquiva son regard coupable, ce qui affirma Zephyr dans sa théorie :

- C’est bien ce que je pensais. Va falloir que tu réfléchisses, tu souhaites mourir ou vivre ?
- Vivre évidemment murmura-t-elle sans oser le regarder en face. A croire que le sol était plus intéressant.
- Bien, on est d’accord, alors tu vas vite te remettre sur le bon chemin ou je te jure que je te tue de mes propres mains. A partir de maintenant, tu ne cherches qu’à atteindre ce but, tu entends ? Tu veux vivre alors mets les chances de ton côté bon sang.

Il fit une courte pause avant de reprendre presque immédiatement :

- Je savais que t’étais stupide comme fille à la base, mais pas au point d’avoir des pulsions suicidaires. Tu sais ce qu’on fait à ceux qui échouent ? On leur lave les cerveaux, on leur pompe leurs magie, il en reste de toi qu’un légume. Tu vas pas mourir alors que t’es presque jamais sorti de se laboratoire quand même ? Tu n’as pas des personnes qui te sont chères et que t’as envie de revoir ? Allez même s’ils t’ont sélectionné parce que t’es une sans famille, il y a forcément des personnes extérieurs que tu aimerais revoir, non ?

Elle ne répond pas, mais le mage du vent sait qu’il a raison. Il se releva et mit ses bras derrière sa tête avant de retenir un bâillement. Néanmoins son attitude décontractée ne dura pas. Il avait ressenti une aura magique non loin de là où ils se trouvaient.

- On doit bouger.
- Hein ? quoi ?

Plus rapide que la lumière, il attrapa le bras de Kiara, la leva du sol et referma la porte de la salle de la dernière chance. Se cacher, ils devaient se cacher. Où ? Il scanna le couloir face à lui de long en large et sélectionna une porte situé sur sa droite. Une salle d’opération, parfait. Il s’y engagea en trainant Kiara derrière lui. Ok, maintenant nouveau plan. Où allaient-ils se cacher ?

Kiara se laissa trainer n’ayant pas encore spécialement les idées en place. De plus, Zephyr savait être autoritaire et diriger ses troupes lorsque la situation l’exigeait. Ainsi même si elle n’était pas spécialement encline à entrer dans une salle d’opération, elle y entra quand même. On aurait pu penser que la salle serait clean et pourtant celui qui avait pensé cela se trompait lourdement. Dans la pièce trainait encore des taches de sang frais accompagné de son odeur nauséabonde, des bocaux remplis d’un liquide non identifié où flottait des os ternes qui ne ressemblaient pas à des os humains. Au sol et à moitié sur une table d’opération, des débris de pierres brisés qui ressemblaient à des mini cristaux rosés qu’on pourrait tenir entre deux doigts. Un chiffon roulé en boule coloré d’une poussière rose juste à côté d’une table d’opération encore sanglante. Et bien sur, cette obscurité qui rendait la pièce encore plus froide qu’elle ne l’était déjà. Ce fut les seuls détails qu’elle réussit à repérer car à peine entré, Zephyr la traina vers les tables d’opérations.

- Tu vas te cacher là dessous dit-il en soulevant le drap qui recouvrait encore le cadavre déchiquetée par le scalpel du King.
- A la place du cadavre ? Tu rigoles j’espère, c’est dégueulasse et en plus il pue.

Il haussa les yeux au ciel :

- T’es assez petite et menue pour t’allonger à côté de lui. T’as cas pas respirer son odeur si tu veux, je m’en fous, c’est la meilleure cachette possible dans cette pièce. Enfin, si tu veux qu’on te découvre en train de trainer la nuit dans un laboratoire privé du King, tu peux aller directement saluer le sbire qui patrouille. Je doute qu’il t’accueille les bras ouvert.

Il reprit son sourire moqueur alors que lui-même se cachait à côté du second cadavre de la seconde table d’opération parallèle. Il rabattit la couverture sanglante posée habituellement sur le cadavre et ralentit sa respiration pour se fondre dans le décor sanglant de sa cachette.

Kiara se retrouva donc toute seule pour prendre sa décision. Arrêter de faire sa chochotte et croiser les doigts pour que Zephyr ait raison quand à la véracité de leur cachette parfaite ou se faire coincer par le sbire qui serait sûrement bien moins sympathique que Paris.

C’est ainsi qu’au moment où la poignée de la porte commença à tourner qu’elle se décida et se cacha prestement à côté du cadavre sanglant, blanc comme un cachet d’aspirine, froid et puant. Elle tenta de calmer sa respiration qui s’était accélérée sous le feu de l’action et ferma les yeux pour calmer les battements de son cœur. Elle devait faire un avec sa cachette comme Zephyr si elle ne voulait pas être prise. La première fois, elle était en compagnie de Zaurak lorsqu’elle s’était fait prendre la nuit et on lui avait expliqué par la suite qu’en général les dissidents au règlement étaient sout simplement exclus du projet et tuer sur le champ. Elle avait donc eu de la chance en échappant à la sanction disciplinaire qu’elle aurait dû avoir. Par contre ce qu’elle ne comprenait pas, c’était que Zaurak s’était lui même fait prendre mais qu’il semblait avoir lui aussi échappé à la sanction alors que paris l’avait emmené en détention. Peut-être qu’il y avait un système d’avertissements pour certains membres ? Elle ne savait pas trop.

Elle sentit une présence à sa droite. Surement le sbire. Elle se tendit et retient sa respiration nerveusement alors qu’elle sentait qu’il vérifiait les lieux comme si cette salle faisait partie de sa ronde quotidienne. Elle l’entendit bailler et entraperçut la lumière de sa lampe torche en travers du drap qui la couvrait.

- Pff, j’étais sur d’avoir entendu du bruit pourtant siffla le sbire en grognant.

De la poussière chatouilla le nez de Kiara. Merde. Si ça continuait elle allait éternuer. Ce n’était pas bon. Elle sentit la poussière entrer dans son nez et elle se mordit les gencives fortement pour éviter d’éternuer par mégarde. Puis une voix froide et machiavélique résonna à ses oreilles :

- Je vais te manger petite humaine, tu m’as l’air succulente.

Il y avait une seconde personne ? Impossible, la voix ne semblait même pas humaine. Elle ressemblait plus à un grognement d’une créature affamé qu’autre chose. La voix l’avait littéralement figé sur place. Elle avait envie de crier d’un seul coup. Cette voix l’effrayait au plus au point. Elle ne savait pas d’où venait cette soudaine peur qui lui tordait les entrailles, mais elle la sentait comme si elle collait à sa peau. Peut-être parce qu’un tas d’émotions différentes l’avaient assaillis cette soirée et que son cocon protecteur qu’elle s’était forgée, s’était plus effritée qu’elle ne le pensait. Le fait était qu’il lui fallut une volonté monstre pour ne pas hurler alors que le sbire était encore présent dans la salle. Elle l’entendit d’ailleurs ouvrir d’un seul coup une armoire, examiner le contenu et vérifier par la même occasion si des sujets ne se cachait pas parmi les bocaux d’os de dragons et de poussière.

- Je pense que je commencerais par te déchiqueter en plusieurs morceaux. Je t’arracherais en premier tes bras et je les ferais cuir à la brochette grâce à mon feu divin, susurra machiavéliquement la voix aux oreilles de Kiara.

Elle sentit son sang bouillir lentement dans ses bras alors que sa température augmentait comme pour répondre à la recette de cuisine que prévoyait le tortionnaire de sa tête.

- Ensuite je m’attaquerais à tes jambes, il paraît que s’est remplie de nutriments succulent pour nous. Quoi que le cerveau serait peut-être une meilleure idée. J’ai toujours eu un péché mignon à manger les cerveaux des humains. C’est succulent, c’en est délectable.

Un grognement effroyable ressemblant plus à une hilarité grandissante chez la voix, traversa les tympans de Kiara.

- Tu vois, le dernier humain qui est venu me voir en est mort. Je l’ai littéralement désarticulé tout en m’assurant qu’il souffrait un maximum. Tu penses bien, tuer les humains trop rapidement ne me permet pas d’être pleinement heureux et satisfait de mon repas.

Elle ressentit comme s’il se léchait les babines en repensant à un souvenir qui lui plaisait particulièrement.

- Quelle idée a bien pu traverser la tête de cet humain de toute façon. Tenter de me dompter ? De s’approprier mon pouvoir ? Vous êtes tellement avide et égocentrique comme espèce ! J’espère que votre espèce s’éteindra rapidement et de ma main, ça serait encore mieux.

La porte du laboratoire claqua. L’un des hommes venaient-ils de partir ou un autre de rentrer ? Elle n’en savait rien, elle n’avait jamais été douée en détection magique à la base. Le fait était que la voix sanguinaire dans sa tête continuait de proférer ses menaces choquant de plus en plus Kiara alors que des images de cadavres mâchés dans la gueule d’un énorme animal apparaissait dans son esprit. Elle entendait même les bruits de mastication résonner près de ses tympans. Absolument dégoutant ! Elle avait envie de vomir en voyant le spectacle sanglant que lui montrait agréablement la voix sordide. Une fois les cadavres humains engloutis dans la bouche béante de l’animal qu’elle voyait comme une ombre, il s’approcha d’elle, se léchant les babines et nettoyant ses dents ensanglantées par la même occasion.

Elle sentit la langue gigantesque de la bête sur toute sa beau et sa bave la recouvrir. Puis les dents se rapprochèrent d’elle, l’entourèrent prêt à la croquer. Elle voulut courir, s’enfuir, mais ses pieds ne bougeaient pas. Elle avait peur, envie de hurler, mais une partie d’elle refusait de faire le moindre bruit. Pourquoi déjà il fallait être silencieuse ?

- Et bon appétit susurra machiavéliquement la voix du monstre.

Et clac, les dents se refermèrent sur elle la déchirant de part et d’autres.

Elle sentit un claque mémorable suivit d’un poids se posant quelques secondes plus tard sur sa bouche pour l’empêcher de hurler. Elle cligna les yeux. Zephyr se tenait à côté d’elle, une main couvrant sa bouche et ses pupilles ambrés lui demandant clairement pourquoi elle tirait cette tête de gamine terrorisée après un cauchemar.

Elle se sentit mal, avait envie de pleurer toutes les larmes de son corps, mais elle savait qu’elle devait se reprendre. Elle était beaucoup trop émotive ce soir, elle devait reprendre le contrôle d’elle-même. Elle repoussa délicatement la main de Zephyr comprenant qu’il ne fallait pas faire de bruit et jeta des regards alarmants autour d’elle. Ou était passé l’étrange voix qui l’avait complètement déstabilisé ?

Zephyr la scruta surpris de la voir aussi alarmée. Elle qui paraissait si forte habituellement, elle changeait complètement de caractère ce soir. Lorsqu’il avait soulevé le drap qui la recouvrait, il l’avait trouvé complètement figé, effrayé et les yeux dans les vagues, comme si elle était en train de voir quelque chose qu’elle était la seule à pouvoir percevoir. Il trouvait tout ça très étrange. On aurait dit qu’elle venait d’être frappé par un maléfice ou une illusion bien corsée, mais si c’était le cas, qui était le lanceur ? Le mage qui était venu inspecter le laboratoire n’avait pas actionné sa magie, Zephyr en était certain. Il l’aurait détecté aisément sinon. Alors qui ? Ou quoi ? Un artefact ? Zephyr jeta un regard circulaire autour de lui à la recherche de tout objet qui aurait pu ensorceler Kiara lorsqu’il avait été en contact avec elle, mais rien ne l’interpella. Rien, excepté le drap qu’il tenait encore dans sa main recouvert d’une petite tache de sang. Elle avait saigné du nez lors de sa crise de panique. Il voyait encore le liquide sécher sous ses narines. Elle ne l’avait même pas remarqué. Comment elle avait fait pour ne pas voir ça ou ne pas le sentir ? Surement le stress.

En voyant qu’il n’y avait personne, elle sembla se calmer, ses muscles se détendirent un peu même si elle restait encore sur ses gardes. Elle tourna son visage vers Zephyr qui retient un hoquet de surprise. Elle plissa les sourcils. Pourquoi il la regardé ainsi, elle avait une tache sur le visage ?

- Depuis quand tu as les yeux bleus ?
- Pardon ? J’ai les yeux noirs bigleux, t’es daltonien ?
- Non, tes yeux sont devenus bleus, je te le jure. Attend, je te montre.

Il la tira vers l’armoire remplis de bocaux renfermant des os, des cristaux et des dents afin qu’elle voit son reflet dans la vitre. Kiara écarquilla les yeux en rencontrant son reflet. En effet, ses yeux s’étaient éclaircis vers le bleu alors qu’à l’origine, ils étaient noirs de jais. Le changement état assez saisissant. Elle ouvrit la bouche surprise, mais aucun son n’en sortit. C’était inexplicable et elle n’avait aucune explication sur le pourquoi cet évolution dans son physique. Zephyr la regarda une nouvelle fois curieusement :

- Ca se trouve c’est le king qui t’as drogué ou t’as injecté un produit pour t’éclaircir les yeux. Ca se trouve tu peux voir dans le noir maintenant.
- Nan je peux pas rétorqua Kiara sans quitter son reflet du regard. Ca se trouve c’est à cause de la créature qui voulait me manger.
- Pardon ? Quelle créature ?

Elle frissonna en repensant à ses grandes dents et les images sanglantes que la bestiole lui avait montré. Elle sentit son sang se glacer et elle sentit qu’elle allait perdre de nouveau le contrôle si elle continuait à revoir ce que la créature lui avait ancré dans l’esprit. Zephyr posa ses mains sur ses épaules et ce simple contact la fit revenir à elle-même.
- Tu vas bien ?
- Non.
- Hum je vois.

Un silence gênant s’installa. De toute façon que pouvait dire Zephyr, il n’allait pas la consoler, il ne savait pas faire, tout ce qu’il était capable, c’était de faire en sorte qu’elle ne reparte pas dans son monde glauque tant qu’elle était avec lui.

Il lui prit la main et la tira vers la sortie :

- On ne doit pas rester là, si les sbires reviennent on sera dans la merde.

Elle se laissa tirer sans un mot à travers les couloirs alors que Zephyr la ramenait à son dortoir silencieux. Seuls les bruits de leurs pas résonnaient doucement dans le laboratoire endormis. Ils arrivèrent sans aucun autre incident au dortoir de Kiara et ils s’arrêtèrent sur le pas de la porte. Zephyr lâcha sa prise et sans plus de cérémonie commença à tourner les talons pour renter à son propre dortoir.

- Attend.

Kiara lui pris le bras et baissa les yeux, honteuse. Pourquoi elle le retenait déjà ? Elle ne savait même pas, elle savait juste qu’elle ne voulait pas rester seuls et que Zephyr même s’il n’y mettait pas spécialement du sien, la rassurait à rester près d’elle. Alors elle voulait simplement qu’il reste encore un peu avec elle avant de l’abandonner seule avec ses nouveaux démons. Pourquoi elle se sentait si faible ce soir… ?

Il la regarda sans un mot attendant qu’elle s’explique sur son geste, mais rien ne survient. Alors il compris tout seul pour une fois. Elle avait peur d’avoir peur. Logique imparable made in Sparrow. Il souffla et se tourna complètement vers elle alors qu’elle évitait de le regarder et tant mieux parce que ce regard bleuté l’hypnotisait beaucoup plus qu’il ne le voulait.

Ils décrocha un pendentif qui était accroché dans on cou et passa la chaîne autour de celui de Kiara. Elle releva les yeux vers lui, étonnée. Le pendentif était une médaille de baptême en argent.

- C’est un porte bonheur anti cauchemar. Je l’ai trouvé par terre un jour et il est censé te protéger contre les démons et mauvaises ondes. Tant que tu le portera, il ne pourra rien t’arriver de mauvais. Alors cesse d’avoir peur, ok ?
- Merci.

Elle serra le pendentif dans sa main alors que Zephyr partait enfin. Rien que de posséder ce présent la fit se sentir un peu mieux, protéger comme Zephyr avait dit.

- Ah oui, j’oubliais commença Zephyr sans même se retourner, c’est pas parce que j’ai été à peu près cordiale ce soir, qu’on est ami et surtout ton bannissement est toujours d’actualité, bref dors bien la martyre traitresse aux instincts suicidaires

Elle esquissa un sourire et rentra dans le dortoir. Sans un bruit, elle se changea et se cacha sous sa couette. Le noir la perturba et elle savait que les cauchemars qu’elle faisait pouvaient revenir n’importe quand. Elle avait passé une soirée mouvementée et savait que zéphyr avait raison sur plusieurs points. Elle devait survivre et pour cela, elle allait devoir se séparer de ses anciens démons, combattre les nouveaux et plus jamais être aussi faible qu’elle l’avait été ce soir. Elle allait tout accepter et renaître une nouvelle fois ? L’ancienne Kiara Mistral était morte et la nouvelle commençait sa vie. Elle se fit cette promesse silencieuse et jeta un regard heureuse vers son pendentif qu’elle fit tourner dans ses doigts. Elle avait déjà mémorisé les écritures qui l’ornaient et elle les chuchota comme une petite prière avant de dormir :

- Couvent Sainte Marie, puisse vous protéger.

Puis elle termina par le nom qui enjolivait le pendentif, celui de son gardien inconnu censé la protéger selon le pendentif :

- Quatre July.

***


- Sérieusement qu’est ce qui s’est passé hier pour que tu te soit amélioré à ce point ? questionna Zaurak un sourcil levé.
- C’est un secret lui répondit-elle avec un sourire énigmatique

Elle lui lança un sourire innocent en continuant de méditer et faire voler les objets autour d’elle.

- Tu peux les déplacer sur la longueur aussi ?
- Evidemment lança-t-elle avec un air suffisante

Sitôt la corde à sauter vola vers le mage de feu qui l’attrapa en plein vol. Il siffla d’admiration devant les nouvelles prouesses de Kiara. Il ne s’était pas attendu à ce qu’elle passe du niveau 1 de son entrainement au niveau 5 en une nuit. Qu’est ce qui avait bien pu se passer entre temps ?

- D’ailleurs pourquoi t’es pas venu hier ? Je t’ai attendu une bonne partie de la nuit !
- Haha, tu as sacrifié tout ce temps à m’attendre comme on attend le père noël, c’est trop mignon !

Il lui ébouriffa les cheveux comme à son habitude alors qu’elle tiquait de la langue l’avertissant de s’arrêter immédiatement.

- Hum Alors ? T’as foutu quoi ? Paris t’as encore chopé  et t’as même pas finit en salle d’isolement ? Sérieusement, tu pourrais faire plus attention, tu vas finir par passer à la trappe à force. Tu as de la chance que Paris-sama soit si compréhensif voir assez gentil pour ne pas t’avoir d’or et déjà balancer à King-sama.
- Je ne me suis pas fait prendre.
- Ah bon ? Alors quoi ?
- Je ne dit rien si tu ne me dis rien à propos de ton soudain power up très chère !

Kiara plissa les yeux et adopta sa moue vexée auquel en général Zaurak ne résistait pas mais cette fois-ci il ne tomba pas dans le panneau. Alors, elle souffla vaincu.

- On m’a aidé à m’entrainer hier vu que tu n’apparaissais pas.

Zaurak releva la tête, soudainement surpris. Qui pouvait l’avoir aidé pour qu’elle s’améliore aussi rapidement ?

- Qui ça ? continua-t-il de la questionner.

Au fond, il espérait qu’elle parle d’Ash mais ne voyait pas pourquoi sa seconde irait aider Kiara.

- Je ne te dis rien de plus si tu ne me donnes pas un indice sur ton propre secret.

Il détourna le regard comme pris en faute :

- Si je te le dis, tu vas me juger injustement et ne pas être contente.

Kiara sortit de sa méditation et jeta un regard encore plus intrigué à son sempaï. Il ne semblait pas spécialement dans son assiette et il avait de petites cernes sous les yeux.

- Je ne te jugerai pas promis lui jura-t-elle une main sur le cœur

De toute façon, elle ne voyait pas pourquoi elle serait mécontente envers Zaurak, jamais le mage ne lui avait fait de crasse et il transpirait toujours la sympathie à des kilomètres alors ce qu’il avait fait ne devait n’être qu’une petite bricole inoffensif.

Il esquissa un sourire peiné en jetant un bref regard en biais :

- On verra plus tard Kia-chan, au lieu de te dire, je te montrerai et tu comprendras.

Elle le questionna encore une fois du regard mais la discussion semblait close alors elle referma ses yeux, se remit en tailleur et repris calmement sa méditation même si ses pensées tourbillonnaient dans sa tête.

- A partir de demain ça fera un mois, tu sais lui lança-t-il brisant le silence qu’ils avaient instaurer.
- Déjà ? J’ai à peine vu le temps passer.
- Tu sais ce que ça signifie ? Tu vas pouvoir te venger du clan du vent en leur foutant leur plus belle déculotté de toute leur vie.

Elle explosa de rire, se frotta les mains alors qu’une lueur de détermination et de vengeance brillaient au fond de ses iris bleutés.

- J’attend ça avec impatience s’exclama-t-elle impertinente.

***


Jour J. Kiara se tenait devant le clan du vent réunis qui lui jetaient tous autant de regard hargneux. Elle leur lança le sourire le plus innocent qu’elle avait en stock. Elle n’en n’avait plus rien à foutre de l’attitude qu’ils lui portaient parce qu’aujourd’hui elle était confiante. Pour la première fois depuis bien longtemps elle se sentait en paix avec elle-même et sentait que cette-fois-ci elle allait botter des culs.

Zaurak accompagné de deux potes du clan du feu se tenait derrière elle, leurs airs décontractés et leurs sourires confiants qu’ils lançaient gaiement à Kiara. Elle se sentait soutenues et ça lui faisait extrêmement plaisir. Elle répondit à leur signe d’encouragement en levant ses pouces et en leur faisant un clin d’œil.

- Finalement tu oses te représenter devant nous sale chienne ! lui lança avec hargne le second de Zaurak qui semblait toujours pas avoir digérer le dernier écart de comportement de Kiara.
- Il fallait bien que je revienne pour te remettre à ta place Vince-kun répliqua-t-elle insolemment.

L’attribut affectueux qu’elle avait attribué au prénom du second ne lui plus pas du tout et il serra les dents, rageant intérieurement. Il avait toujours détesté cette sale peste depuis qu’elle avait osé lui mettre un coup de poing lui tordant le nez alors qu’elle était encore une sous-merde. Si Zephyr ne s’était pas pris d’affection pour cette enragé il l’aurait d’or et déjà assassiné en transformant cela en accident. Cela était courant au laboratoire delta. Certains disparaissait sans vraiment d’explication, certains mourrait par accident et d’autre se construisaient une réputation et gravissaient les échelons de la hiérarchie inter-clan.

- Essayez de ne pas faire trop de bruit pendant que vous vous tapez sur la gueule leur lança nonchalamment Zephyr allongé sur son perchoir.
- Tu ne vas même pas regarder le combat questionna Vince étonné que même son boss décide de ne pas porter attention à cette distraction.
- Pas la peine, je sais déjà qui va gagner rétorqua-t-il alors qu’un sourire énigmatique apparaissaient sur son visage.  

Kiara resta de marbre face à l’insinuation sournoise de Zephyr. Il devait penser que l’un de ses seconds allait lui mettre la pâtée. Elle allait lui prouver qu’il avait tord, il avait toujours tendance à trop la sous-estimer.

Vince et Kiara se firent face et d’un commun accord, leur combat commença. Zaurak compris dès le début du combat le manque d’intérêt de Zephyr pour l’affrontement du jour. Des coups simples furent échangés alliés à des esquives que seules le peuple du vent pouvaient se vanter. Ils évoluaient sur le terrain comme s’ils dansaient sur la terre pour Kiara et légèrement en l’air pour Vince. Zephyr devait être habitué à ce genre de vision alors que Zaurak était toujours aussi impressionné par l’agilité et la grâce au vol des membres du vent. Vince était le meilleur dans les cabrioles, mais l’anticipation de Kiara la sauvait de bien des coups.

Elle n’évita pas le poing qui atterrit dans son ventre et recula de quelques pas gracieux. Trois minutes à peine s’étaient écoulés et pas une seule seconde Kiara avait utilisé sa magie.

Vince ricana :

- Tu as fini ton échauffement j’espère ? Tu as intérêt parce qu’on va passer à un tout autre niveau ma jolie !

Kiara ne lui répondit pas alors qu’elle sentait la pression de la salle augmentait. Vince commençait donc à utiliser sa magie ventée. Elle vit à peine Vince apparaître dans son angle mort à une vitesse qu’elle ne lui avait jamais soupçonné. Elle se protégea avec sa garde alors qu’elle roulait vers le mur. Elle le percuta violement, mais se releva aussitôt évitant par la même occasion un coup de pied du second qui souhaitait l’achever. Elle tenta de lui échapper, mais Vince était bien plus rapide qu’elle alors elle sauta dans les airs, tellement haut qu’elle se trouvait à moins de deux mètres du plafond. Elle prit une respiration, battis des bras et les dirigea vers le sol d’un geste sec. Un vent violent provenant d’elle s’écrasa vers le sol et plaqua Vince vers celui-ci. Sa vitesse serait largement entravée avec la violence du vent soufflant vers le sol. Il mit ses bras en visière de ses yeux pour les protéger de la puissance de la jeune fille. Malheureusement c’est à cause de cela qu’il ne la vit pas arriver plus rapidement qu’un boulet de canon. Tout ce qu’il sentit fut sa jambe s’écraser sur le haut de son crâne et l’enfoncer dans le sol comme s’il n’était qu’un clou qui dépassait du sol. Une fissure traversa le sol à l’endroit où il avait été percuté et il mangea le béton.

Kiara se laissa tomber agilement à sa position d’origine en utilisant le vent pour amortir sa chute, un regard hautain et un sourire satisfait. La poussière commençait à disparaître laissant voir Vince qui s’extirpait du sol en crachant des débris de bétons. Il lui jeta un regard noir alors que du sang coulait lentement de sa tempe gauche.

- Tu veux bien cesser tes enfantillages ? Je n’ai pas que ça à faire lui déclara-t-elle moqueuse.

Elle lui fit signe d’approcher et cela enragea encore plus Vince. Il allait réellement buté cette gamine peut importe les spectateurs. Il forma une boule d’air concentré au bout de ses doigts et visa directement la position de Kiara sur ses gardes. Il la lâcha et celle-ci ne s’attendait pas à la vitesse du boulet de canon aérien que lui lançait Vince. Elle roula maladroitement sur le côté pour l’éviter et vit l’attaque s’enfoncer dans le mur derrière elle profondément comme une balle de fusil. Si elle s’était pris ça, elle en aurait crevé direct. Vince était vraiment effrayant. Elle se sentit monter lentement et regarda où elle avait attérit lors de sa roulade. Une tornade se forma sous elle. Vince avait profité de sa distraction pour l’enfermer dans sa prison venteuse. Elle se sentit tourner à cent kilomètre heures et une envie de vomir monta au creux de sa gorge. Elle détestait les manèges à sensation alors le tourbillon de Vince était un véritable calvaire pour elle. Et en plus, elle sentait qu’elle allait avoir la tête qui tourne pendant un bon moment.

- Alalala Kiara Kiara fit platement Zaurak une main plaque sur son visage comme s’il était désespéré par al tournure du combat.
- Je pense que tu es mal parti pour gagner ton pari, Zaurak lui signala Vince qui semblait rassuré de reprendre les mains  de son combat.

Un sourire apparut sur le visage de Zaurak, cela en disait long sur sa pensée.

- Ne souffle pas avant le vent lui répondit-il énigmatique. Tu devrais le savoir pourtant, n’est-ce pas votre refrain lorsque vous ne voulez pas qu’on vous estime ?
- Toujours aussi arrogant Zaurak, ça te perdra.

Il haussa les épaules, peu impressionné avant d’hurler en direction de Kiara :

- Hey chérie ? Tu as finit de faire le spectacle ?

Elle rouvrit les yeux et tenta de percevoir Zaurak à travers le tourbillon. Elle lui lança un sourire amusé :

- Zut, je pensais que t’aller aussi tomber dans la comédie, Zau-kun. Tu n’es pas drôle.

Elle lui tira la langue et monta ses bras à l’horizontale, touchant le vent de la tornade par la même occasion. Puis elle la frappa de deux courant d’airs perpendiculaire ce qui permit à la jeune fille de se stabiliser au centre de la tornade à l’endroit où le vent soufflait sous ses pieds, mais l’empêchait de tourner comme une dératée.

Elle remarqua Zephyr qui avait entrouvert un œil qu’il referma rapidement comme s’il ne voulait pas se faire prendre dans sa tentative d’espionnage du combat alors qu’il avait dit que ça ne l’intéressait pas. Le rire de Zaurak la ramena à regarder dans la direction de son partenaire et elle admira la tête choquée de Vince qui en disait long sur ce qu’il pensait.

- Vous savez pourquoi j’ai proposé ce pari avec Kiara comme cobaye ? Parce que chez les membres du vent, elle est celle qui a le plus de potentiel. Elle ne créé par vraiment du vent, elle prend le contrôle de vos magies, c’est là la différence avec vous autres. Elle utilise la même méthode que Zéphyr tout simplement.

A ces mots Kiara, ferma les yeux, battis des bras et pris le contrôle e la tornade de Vince puis elle la relança vers le lanceur d’origine. Celui-ci s’hâta d’en construire une autre assez puissante pour stopper celle qui volait vers son visage mais c’était sans compter la magie de Kiara qui avait fusionné avec la sienne. La tornade de Kiara absorba la seconde de Vince qui s’écrasa de toute sa puissance sur le second de Zephyr. Il se sentit tordre dans tous les sens, ses bras étant aspiré dans tous les sens comme si on le désarticulait. Il entendit plusieurs craquement que son corps produisit, il était cuit, il allait y passer. Mais deux bras l’empoignèrent par la taille et le sortit de la tornade avant qu’il soit complètement démantibulé.  Il roula au sol en hurlant de douleur. Ouvrit les yeux pour voir celui qui avait réussit à le sortir de là et entraperçut les iris de Zephyr.

- Tu vas bien ?
- Pardon chef, j’ai été trop faible.

Il serra les dents car une douleur lancinante lui broyait les côtes en petits morceaux.

- T’inquiète Vince, tu t’es bien battu lui assura Zephyr. A mon avis tu as plusieurs côtes cassées et une jambe aussi lui signala le leader des membres du vent.
- Fais chier.

Zephyr claqua l’attention d’un des plus jeunes du vent et l’envoya chercher un médecin alors qu’il se relevait pour faire face à Kiara qui avait pris place à côté de Zaurak. Il lui lança un regard noir, elle était allée trop loin pour un simple combat de défi.

- Tu es satisfaite de ta performance, je présume siffla-t-il froidement.

Kiara fut un peu déstabilisé par l’attitude distante de Zephyr. Elle qui pensait qu’ils étaient enfin devenus un peu amis.

- Je…euh…

Elle ne trouva pas ses mots et se sentit soudain moins fière de sa prouesse victorieuse.  Zaurak posa un bras sur son épaule :

- Relax Zeph’, les accidents ça arrivent, elle a encore du mal à contrôler sa force c’est tout, et puis, il est encore vivant ton gars, non ?
- Grâce à qui ?! articula toujours aussi durement Zephyr.
- On fait quoi pour le pari du coup ? lança négligemment Zaurak.

De toute façon, le mage du feu en avait rien à faire qu’il existe dans ce petit monde un mage du vent en moins.

- Pas la peine de faire un dessin, Kiara a gagné répliqua Zephyr sans adresser un regard pour la demoiselle.

Cela fit apparaître un sourire satisfait sur le visage de Zaurak qui se tourna ver Kiara. Il lui présenta sa main :

- Bien joué partenaire !
- Hum lui répondit Kiara en jetant des petits regards vers Zephyr alors qu’elle tapait dans la mains de Zaurak pour fêtait sa victoire.

Elle vit la mine de Zephyr s’assombrir encore plus.

- Qu’est ce que tu veux du coup ? questionna Zephyr à l’attention de Zaurak.
- Tu veux dire que je peux demander ce que je veux fit le mage de feu en faisant semblant de se creuser la tête alors qu’il savait d’or et déjà quoi demander.
- N’abuse pas quand même lui rétorqua Zephyr sur ses gardes.

Il jeta un regard à Kiara qui l’observait aussi. Après tout plusieurs fois elle s’était demandé ce qu’allait exiger Zaurak une fois le pari remporter. Le mage du feu reprit son sourire mesquin et lista :

- J’ai deux conditions : la première est que tu reprennes Kiara parmi les mages du vent !

La demoiselle ouvrit grands les yeux ? Pardon ? Elle ne voulait pas retourner vivre chez cette bande de macaque elle ! Elle fusilla du regard Zaurak qui se contenta de lui ébouriffer les cheveux en retour en continuant sur sa lancée :

- Ma seconde condition est qu’elle puisse faire ce qu’elle veut et qu’elle n’est pas à suivre vos règles à la con.
- C’est tout ?
- Euh ouais.
- Ok, ça marche pour nous répondit Zephyr placidement.

Zaurak tendit sa main vers Zephyr qui la serra scellant par la même leur nouveau accord. Personne ne fut trompé. Malgré leurs sourires d’anges, tout le monde savait que l’un l’autre essayait de réduire la main de l’autre en bouillie par leur simple force. Bande de gamin.
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Crystal Dust


Feuille de personnage
Rang:
Age: 17 ans
Magie: DS des Gaz (4G) - Mahō gasu

Messages : 31
Date d'inscription : 19/03/2015
avatar
Kiara Mistral
MessageSujet: Re: Kiara Mistral - Crystal Dust {83%}   Sam 31 Oct - 17:01



« Chapitre 2 »

Je suis un rat de laboratoire qui a évolué comme un pokemon


Crystal - Chef de la Terre -  


Une main se posa sur la bouche de Kiara pour l’empêcher de crier alors que d’un seul coup elle ouvrait les yeux prit d’une soudaine peur. Elle cligna des yeux et se débattit, mais une voix lui chuchota de se calmer alors elle obtempéra préférant ne pas s’attirer les foudres de son kidnappeur de la nuit. Ses yeux finirent par s’habituer à l’obscurité permanente du dortoir des filles du vent. Elle reconnue les contours du corps du sbire Owen.

Elle fronça les sourcils, mécontente. Qu’est ce qu’il pouvait bien faire là lui ? Il n’avait que ça à faire de la réveiller en pleine nuit. Il savait vraiment s’y prendre comme un chef pour l’énerver au plus haut point. Autant dire qu’une personne qui vient d’être réveillé n’est jamais de bonne humeur. Jamais !

Owen ôta la main de la bouche de Kiara et lui mima le signe du silence du bout de ses doigts. Puis il lui fit signe de le suivre et ensemble après que Kiara est pris un pull pour ne pas avoir froid, ils sortirent du dortoir. Kiara le suivit sans un bruit, le fixant méchamment du regard. Ce fut lorsqu’ils furent suffisamment éloignés des dortoirs que le sbire daigna lui adresser quelques mots d’explication :

- Alors prête à mourir ce soir ?
- Pardon ?
- Hum Tu ne sais même pas ce qui t’attend si ce n’est pas trop mignon.

Il s’arrêta et Kiara manqua de se prendre son dos en pleine figure. Il se retourna vers elle avec un sourire mesquin qui n’annonçait rien de bon :

- Tu vas découvrir les joies des examens de fin de probation ! Le king t’a préparé une vraie fête en ton honneur pour tes excellentes améliorations en terme de magie !
- Vraiment… répondit-elle avec lassitude signe aussi qu’elle ne croyait absolument pas Owen.

Normal, depuis qu’elle avait sapé son autorité lors du test de la dernière chance et qu’elle avait été la seule survivante, Owen croisait les doigts pour qu’elle meure d’ici peu. Voilà pourquoi elle était toujours d’autant plus sur ses gardes lorsqu’elle était obligée de se retrouver seul dans la même pièce que lui.  Son insolence habituelle ne perturba pas Owen qui semblait vraiment sûr de lui sur ce coup et il reprit sa marche en ricanant à l’avance de ce qui attendait Kiara. La jeune fille se méfia d’autant plus. Owen et le king préparaient vraiment un mauvais coup.

Finalement, ils arrivèrent près d’une porte que Owen débloqua par une série de code rapide. Il tourna la poignée et laissa Kiara entrer. Elle fut étonnée de la grandeur de la pièce. Grande fut le premier mot qui lui vint à l’esprit. Circulaire et tout en hauteur. Un peu comme une arène avec des gradins sur les côtés  toujours en cercle. Pratiquement au centre et toujours en hauteur, se tenaient les machines et les sbires du king entouré de vitre par balles et réfléchissantes de magie. Ils se cachaient derrière leur bouclier encore. Elle aperçut également un trône au milieu de la pièce où se trouvaient les scientifiques et sur celui-ci le King installé négligemment en train de manger des marshmallows. La dernière fois qu’elle avait assisté à une préparation semblable, c’était pour la dernière chance. Alors Kiara tenta de faire un pas en arrière. Elle voulait sortir de cette arène tout de suite. Là Maintenant ! Elle ne voulait pas rester !

Elle percuta quelqu’un dans son dos et croisa le regard mauvais de Owen qui la repoussa à l’intérieur en la faisant trébucher au passage. Puis lorsqu’elle tourna la tête vers son unique sortie, Owen lui fit un signe d’adieu et ferma la porte. Kiara se releva, couru, vers la porte et tapa dessus pour espérer l’ouvrir, mais celle-ci ne s’ouvrait que de l’extérieur. Elle était coincée et elle avait l’impression qu’on venait de la jeter dans la cage aux lions. En face, il y avait une autre dizaine de portes, mais pour l’instant elle était seule au milieu de cette arène. Elle tenta de donner un coup dans la porte avec sa magie, mais celle-ci aspira l’attaque aisément. Evidement, les murs de l’arène étaient protégés par la technologie du King. Elle ne pouvait pas s’échapper, elle allait devoir subir ce que lui avait préparé le maître de ce laboratoire de fou.

Elle pris une respiration, tenta de calmer la crise de panique qui montait en elle et compta ses respirations. Elle continua son examen visuel de l’arène et aperçut quelques personnes dans les gradins. Elle plissa les yeux pour apercevoir qui allait être les spectateurs et reconnus les cheveux auburn de Zaurak et surtout la façon dont il se tenait, les pieds sur le rang de devant, les bras croisés sur son torse en train de rire gaiement à une blague de quelqu’un à côté de lui. Elle ne connaît pas la dizaine de tête qui se tient dans un coin de l’arène, mais reconnu néanmoins le second des membres de la terre à cause de son physique que tout le monde connaissait. Des cheveux noirs bien coiffés et plaqué à l’arrière de son crâne, des lunettes carrés et un masque sur son nez et sa bouche pour éviter les microbes qui pollueraient l’air. Kiara savait qu’il ne supportait pas la saleté et tout ce qui ressemblait de près ou loin à quelques chose qui pourrait lui être toxique ou le rendre malade. C’était paradoxal de penser qu’en tant que maître de la terre, il pouvait manier cette même poussière qu’il haïssait tant. Elle resterait toujours avec lui tant qu’il se considérerait comme un mage.

Elle détourna le regard car les portes en face d’elle coulissèrent lentement laissant entrer une vingtaine d’enfants plus âgés qu’elle, se déplaçant avec grâce. En son centre, une blonde avec des cheveux assez volumineux et un regard assez hautain. Elle passa élégamment une main dans ses cheveux et les rejeta dans son dos avant de jeter un regard à sa manucure. Kiara fut un peu troublée par une apparition aussi étrange. Elle ne pensait pas tomber sur les membres de l’eau cette nuit. D’ailleurs les membres de l’eau non plus ne semblaient pas un seul instant penser qu’il allait tomber sur la grande gueule des membres du vent.

Celle qui semblait les diriger leva son regard vers le King et attendit des explications. Kiara fit de même tout en surveillant le groupe des eaux.  La seconde du King se pencha finalement vers un micro :

- Hum hum, tout le monde m’entend ?

Les plus jeunes des eaux hochèrent la tête lentement en retenant des bâillements. Eux aussi avaient été dérangés lors de leur nuit. Kiara fut tout de même étonné de leur jeune âge, certaines devaient à peine avoir la dizaine.

- Bien, si nous vous avons rassemblés ce soir, c’est pour test de fin de délai de probation du cobaye numéro 777.

Les regards convergèrent vers Kiara qui fit semblant de les ignorer toujours ses gardes.

- Ceci n’est pas une vraie purge comme certaine de vous en ont déjà vécu. Le test de fin de probation sera simple.

Elle fit une courte pause et replaça agilement ses lunettes qui tombaient sur son nez à leur place respective.

- Vous avez une heure pour tuer le numéro 777.

Kiara ouvrit grands les yeux. La tuer ? Rien que ça ! Mais il n’était pas bien dans ce laboratoire !
- Quoi ? Sérieusement lança-t-elle encore mi- choquée mi- énervée de voir qu’elle allait devoir survivre contre presque tout le clan de l’eau dont leur leader.

Ce qui était rappelons pour elle, impossible. Elle n’avait pas le talent de Zephyr ou l’assurance de Zaurak pour retourner les troupes qui devaient l’affronter contre leur propre camp. Oui, elle avait bien vu que derrière ses airs de joueur, Zaurak était en fait un grand manipulateur qui se servait des paris pour obtenir ce qu’il voulait. Mais Kiara ne lui en voulait pas. Elle considérait Zaurak comme un ami proche. Et rare étaient les vrais amis de Kiara. On pouvait les compter sur les doigts de la main.

Sélène ne se laissa pas interrompre par l’énervement du sujet de l’expérience et continua sans émotion :

- Il est actuellement 2 heures du matin. Vous avez jusqu’à 3 heures pour vous débarrasser du sujet 777 sinon vous subirez les conséquences de votre échec.
- Je pense que je tenterez d’en noyer quelqu’un lâcha négligemment le king. Tu es au courant Selene que les membres du clan de l’eau ont une meilleure capacité de respirations sous l’eau que les autres ? Mais je suis curieux de voir si cette capacité est identique lorsqu’ils sont soumis à des chocs électriques en même temps ou s’ils sont paniqués lorsqu’ils sont en apnée. Tu penses qu’on devrait lâcher des requins affamés et tous les attachés pendant l’expérience ?

Les membres de l’eau comme des sœurs se serrèrent tous dans les bras comme pour se rassurer de l’avenir joyeux qui leurs étaient annoncés en cas d’échec et notamment pour calmer les plus jeunes qui venaient de se mettre à pleurer comme des madeleines. A côté Kiara était bien lotie. Elle allait juste mourir et elle espérait de manière assez rapide.

- Bon bah commencez lança gaiement le king en piochant un nouveau mashmallow, On a pas toute la nuit.

Aussitôt, les membres du clan de l’eau se transformèrent en furies et elles se mirent en formation. Les membres liés à la glace en défense et en attaque, les membres liés à la vapeur en retrait et les membres basiques de l’eau en attaque pure. Kiara ne tenta même pas de contrer la première slave d’attaque qu’on lui lançait, elle prit ses jambes à son cou.

Elle sauta sur le côté et évita de peu qu’une lance de glace ne la perce, mais elle glissa immédiatement sur le sol qui venait de se transformer en patinoire par la leader du clan de l’eau même. Les filles des glaces formèrent des patins sous leurs chaussures et s’empressèrent d’aller danser sur la nouvelle piste qu’elle venait de créer alors que Kiara tentait de se relever sans grands résultats. Même la technique de la tortue fut un échec crucial. Une vague d’eau chaud bouillant la percuta et l’envoya valdinguer à travers l’arène. Elle frappa violement le mur et cela coupa net sa respiration. Des étoiles se mirent à danser autour de ses yeux et elle sentit du sang au niveau de sa tête. Elle avait vraiment dû cogner le mur plus fort qu’elle le croyait. La leader de l’eau leva son bras en signe de pause à son clan et patina devant Kiara qui cracha du sang et fit appel à toute sa volonté pour au moins se tenir à quatre patte et se relever.

- Pff, t’es aussi pitoyable que ça ?

Kiara ne répondit pas. D’un parce qu’elle ne voulait pas user de sa salive cette fois-ci pour une simple réponse composé d’un seul mot, mais aussi parce que la leader de l’eau venait de lui asséner un coup de pied sur le dos pour la plaquer au sol. Le fait était qu’elle venait de se mordre la langue au passage.

- Je suis assez déçue. J’avait entendu des rumeurs sur toi et je doute à présent de leur bien fondée.

Elle donna un nouveau coup de pied à Kiara qui repartir percuter le mur comme un vulgaire caillou.

- Tu es plus ingrate et insolente que ce qu’on m’avait dit. Tu n’as même pas utilisé ta magie pour te défendre ! Si ça ce n’est pas manquer de respect à tout le clan de l’eau !

Elle regarda sa bande qui hocha frénétiquement la tête en buvant ses paroles.

- Je ne t’ai jamais appréciée avec tes grands airs de conquérante lui confia Crystal. Tu avais tendance à trop attirer l’attention. Son attention surtout.

Elle avait baissé nettement le ton en prononçant ses dernières paroles en jetant un bref regard en direction des gradins. Kiara tenta de suivre son regard et reçut en même temps une gifle magistrale de Crystal :

- Ne t’avise même pas de le regarder ! lui siffla-t-elle froidement.

Kiara ferma les yeux, prit une inspiration et les rouvrit froidement vers sa tortionnaire. Elle avait raison. Pas à un seul moment, Kiara n’avait utilisé sa magie, mais c’était pour une bonne raison. Crystal ressemblait comme deux gouttes d’eau à la version adulte de Lily et ça, ça l’avait perturbé plus d’une fois.

- Hé Zeph’ t’en as mis du temps à arriver lança gaiement une fille dans les gradins en direction du leader du vent.
Zephyr ne lui répondit pas et s’installa à côté des autres spectateurs sans un mot, mais Kiara sentit son regard dans son dos et ce qu’il signifiait clairement. « Sérieusement, Kiara ? Tu vas te laisser ridiculiser bêtement après avoir faillit tuer sous mes yeux mon second ? ». Alors Kiara pris les choses en main. Elle ne devait pas se sentir coupable de mettre en danger toutes les filles du clan de l’eau si elle survivait à cette nuit. Une vie vaut autant que des milliers, n’est-ce pas Mitz ? pensa-t-elle.

Son regard bleuté se fit plus intense et elle projeta Crystal contre ses compères sans même bouger le petit doigt. Tout était une question de volonté dans ce monde. Elle se releva et se stabilisa grâce aux courants d’airs. Enfin, elle se montrait sérieuse. Crystal se releva en essuyant le sang qui coulait de sa bouche. On avait l’impression que Kiara venait de lui donner un coup de poing et non envoyer simplement valser à travers l’arène.

- Finalement, il suffisait de te rentrer un peu dedans pour que tu montres tes crocs grimaça Crystal.
- Tu ne sais même pas ce que tu viens de réveiller la menaça sans ménagement Kiara.
- Comme si tu nous faisais peur. Tu es seule contre tous les membres de l’eau !

Kiara présenta sa main droite, paume vers le plafond et récita calmement en détachant bien chaque syllabes. Elle ne savait pas si ça allait marcher, mais autant essayer.

- Takagari, la chasse du faucon.

Aussitôt un faucon se forma sous forme de vent et battit des ailes à travers l’arène en poussant un cri aigu. Il était beau, puissant et transparent, sa chair n’existant pas. Il vola en cercle autour de ses futurs victimes près à leur foncer dessus à tout instant.

- Hey, mais c’est pas censé être l’une de tes techniques, Zephyr ? questionna amusé Zaurak.

Zephyr faisait la gueule. La garce avait osé lui piquer une technique qu’il ne lui avait montrée qu’une fois pour la chasser en plus. Il avait invoqué le faucon et avait fait en sorte qu’il la course pour l’épuiser et se divertir. Elle avait finit par sortir de la salle d’entrainement en courant et fermer la porte au nez de son faucon qui avait disparu en fumée avant de réapparaître et revenir se poser à côté de son invocateur. Elle n’avait alors pas remit les pieds de toute la journée à la salle du vent. C’était le moment où elle était encore considérée comme une pestiférée par ses membres, mais bon, il était assez étonné qu’elle est pu reproduire cette technique en ne l’ayant vu qu’une fois. Mais autant ne pas se réjouir trop vite. Même si son faucon paraissait imposant, en regardant attentivement, on voyait des imperfections dans la conception de son corps venteux. Des points faibles exploitables qui n’étaient pas censé apparaître. Cela démontrait que Kiara n’avait pas encore tout à fait son talent et cela le rassura malgré lui.

Crystal éclata de rire :

- Un oiseau, sérieusement ? tu penses tous nous battre avec un simple moineau ?
- Kyuushuu (descente en piquée, assaut) ordonna Kiara sans se départir de son petit sourire en coin qui venait de naître au coin de ses lèvres.

Aussitôt le faucon cessa de tourner en cercle et fondit droit sur une cible au hasard. Celle-ci tenta de se protéger avec un bouclier d’eau, mais le faucon contourna habilement le bouclier pour changer de cible avec celle qui se tenait à côté de la fille. Il la traversa comme un fantôme et après un cri repartir dans le ciel avant de se poser sur le bras que lui tendait Kiara. La victime de l’oiseau se mit à bleuir et elle tomba subitement au sol, inconsciente. Des cris de stupeurs secouèrent les rangs de Crystal qui resta subjuguée. Elles se mirent en position de défense en même temps que tous les autres en gardant dans son champ de vision, le faucon de Kiara.

- Que s’est-il passé ? bredouilla une des petites du groupe tétanisée de voir le corps inerte de sa copine. Elle est morte ?

Personne ne lui répondit de peur de dire une vérité qui n’existerait pas. Kiara décida de les faire encore un peu paniquer avant de leur révéler que non leur camarade n’était pas morte, mais uniquement inconsciente parce que le faucon venait de lui priver assez d’air pour la faire tomber dans l’inconscience. Après avoir vu Zephyr faire apparaître ce petit bijou qu’elle avait trouvé magnifique, elle s’était entrainée à faire de même et s’était étonnée toute seule de voir les vraies capacités de cette technique. Au début, elle pensait comme tout le monde que le faucon pouvait percuter l’adversaire et le blesser, mais non c’était bien plus technique que ce que tous les mondes pensaient. Parfaitement la technique qu’il lui fallait pour surprendre ses ennemis et les effrayer momentanément.

Elle relança le faucon dans les airs :

- Alors à qui le tour ?

Crystal ne se laissa pas plus déstabiliser et hurla ses ordres tel un général de guerre :

- Formation D. Je ne veux pas que ce faucon reste en vie plus longtemps !

Aussitôt les membres de l’eau s’activèrent et se divisèrent en plusieurs cercles protégés tous par des bulles d’eaux.  Kiara ne les laissa pas tous s’organiser et d’un signe de la main, ordonna à son faucon de s’attaquer à l’un d’eux ce que l’animal fit juste avant la formation de la dernière bulle protectrice. L’un de enfants tomba au sol pendant que la bulle protectrice tentait de transpercer l’oiseau près de leur bouclier qui agissait comme un hérisson sortant ses griffes protectrices.

Il esquiva de justesse et repartit se poser dans un coin de l’arène près des gradins en hurlant de son cri aigu pour effrayer ses ennemis. Kiara allait être dans une impasse. En se protégeant dans des bulles, les membres de l’eau ne pouvaient être atteint par le sort de Kiara. Elle allait donc devoir les détruire pour s’attaquer à chaque clan formé les uns après les autres. Elle se craqua les phalanges, balança ses cheveux noirs derrières son dos.

- Bon bah plan B.

Elle surfa sur un courant d’air et s’arrêta juste devant une bulle protectrice qui se mit à sortir naturellement ses piques protecteurs pour tenter d’embrocher l’intrus. Elle recula en faisant une roue arrière parce que la garde des membres de l’eau ne rigolait pas. Les autres n’étant pas menacés décidèrent de lancer des attaques composées essentiellement d’attaque à distance, de lances d’eau ou de glace ou tout ce qui pourrait blesser. Kiara esquiva alors comme si elle dansait des les airs et décida de détourner l’attention. En se rapprochant de la bulle protectrice, elle avait pu voir leur forme, leur texture et si elle paraissait lourde ou légère. Alors elle décida de tester sa théorie. D’un coup de vent qui puisa une bonne partie de sa magie, elle envoya la bulle protectrice rouler vers une autre bulles qui les explosa en se percutant. A l’intérieur, les occupants étaient tous aussi chamboulés par ce soudain tournis qui venait de les prendre en ayant roulé dans une bulle comme s’il avait fait un tour dans un parc d’attraction.

Kiara siffla et le faucon fonça sans une seconde sur tous les mages d’eau qui étaient sonnés et qui ne voyaient plus qu’un tournis les empêchant de faire le moindre mouvement intelligent. Ils tombèrent tous les uns après les autres pendant que leurs camarades tentaient de tuer le faucon qui esquivait les assauts agilement. Ce ne fut pas le cas de Kiara qui devaient quand même procurer assez d’énergie à son faucon et assez d’énergie pour esquiver les attaques de plus en plus vicieuses de Crystal. Une lance de glace lui perfora le bras et la fit tomber lourdement au sol. Sous l’effet, son faucon devint plus transparent et fut à la limite de disparaître, mais elle refusa de perdre sa carte maîtresse. Elle n’était pas capable de le rappeler et ça lui aurait pesé un gros problème de ne plus l’avoir dans sa team du moment. Son endurance tombait rapidement et jamais elle ne tiendrait réellement le timing demandé si elle continuait ainsi à dépenser sa magie sans réfléchir. Elle devait faire trainer le combat ou en finir rapidement.

N’étant pas spécialement patiente, faire trainer le combat ne fut pas la solution qu’elle décida de choisir. Elle plaqua une de ses mains sur son bras en sang et se concentrât quelques secondes. Elle n’aura droit qu’à une chance vu que son bras allait bientôt lâcher. Elle sauta dans le ciel et tourna sur elle-même tel une petite toupie et forma autour d’elle une tornade qui souffla violement. Son faucon disparu car elle n’avait plus assez d’énergie pour l’alimenter. Elle avait mis toute ce qui lui restait de magie et de force dans sa tornade qui souffla toutes les bulles du clan de l’eau à proximité de lui. Elle déplaça rapidement la tornade pour détruire un maximum de protection et surtout parce qu’elle savait que si elle laissait cette technique en marche trop longtemps elle allait avoirs des personnes désarticulés sur la conscience et le cas Vince lui suffisait bien.

Lorsque la tornade s’évapora comme lorsqu’elle était apparue, tous les membres du clan de l’eau se tortillaient par terre en grognant des insultes à Kiara qui avait poser un genou à terre sous l’effort. Seul Crystal se tenait encore débout même amochée. Son regard était plus noir que d’accoutume et elle cracha une salve de sang par terre.

- Pourquoi te défends-tu ? Tu penses que ta vie vaut plus que celle de tout mon clan ? Si tu meurs on survivra tous, si tu survies, la moitié périra par ta faute lui hurla-t-elle rageante.

Kiara le savait. Elle se sentait déjà coupable de condamner tous ses petits qui n’avaient rien demandé et qui obéissaient juste aux ordres. Mais elle ne pouvait pas mourir maintenant. Non, elle devait survivre. Zephyr lui avait dit qu’elle devait arrêter de se soucier des autres et qu’elle devait devenir égoïste. Qu’elle n’avait pas le choix pour survivre dans ce stupide laboratoire et si elle souhaitait voir les personnes qu’elle aimait encore et qui étaient peut-être encore en vie.

Elle n’avait rien à répondre à la question de Crystal qui était tellement énervés qu’elle en avait les larmes aux yeux. Après tout, tous ses camardes venaient de tomber devant ses yeux dans des postures assez étranges pour certains. Aucun doutes que plusieurs bras et jambes avaient été cassés ce soir.

- Tu sais quoi Kiara, je t’ai toujours détesté parce que tu ne respectait jamais les codes continua en serrant les dents Crystal.

Sa figure autrefois ressemblant à une petite poupée était parsemée de griffures, de sang et de bleus, elle avait l’air d’être une poupée possédée et non ce petit ange qu’elle aimait tant afficher.

- Tu es venu tout perturber avec tes idées révolutionnaires ! Tu ne penses qu’à toi.
- Mes idées révolutionnaires ? répéta Kiara sans comprendre ce que voulait dire son adversaire.
- Oui, évidemment, tu ne t’en est même pas rendu compte que tu mettais tout le laboratoire sans dessus-dessous siffla la leader de l’eau. Avant ton arrivée, la vie était plus simple. Les mages se rassemblaient autour d’un alpha comme une meute de loup et chacun défendait son territoire et ses valeurs. Mais toi, tu es l’outsider qui a changé tous nos repères. Un mage du vent qui ne maîtrisait pas le vent. Qui s’est associé avec les mages de feu, qui monte petit à petit son propre clan. Qui ne respecte même pas les alphas, les leaders qui dirige les clans de ce laboratoire.

Elle fit une pause et grimaça de dégout :

- Tu semblais tellement débordante de charisme et sure de toi que tu en as entrainé des dizaines dans ton ascension. Sauf que malheureusement, eux n’ont pas eu ta chance. Parce que oui, si tu te tiens ici, ce n’est que parce que tu as eu de la chance et non du talent.

Kiara plissa les yeux. Ou est-ce qu’elle voulait en venir ? Puis ce fut comme une illumination :

- Tu parles des sans-magies qui ont participé à la dernière chance  avec moi ?
- Evidemment que je parles d’eux, tu les berçais d’illusions, tu leur a fait croire que tu pourrais les protéger et tu les a couvé au lieu qu’ils apprennent eux-mêmes à se défendre contre la nature.
- C’est faux, je les ai toujours encouragé à s’entrainer lui répliqua Kiara sur la défensive. Ils avaient du talent, il leur manquait que le courage d’y croire !

Les sans-magies n’étaient pas un sujet sur lequel on pouvait plaisanter avec elle. Crystal semblait l’avoir deviné car elle continua sans se retenir.

- Tu pourrais dire la même chose à ma petite sœur, Lily ? Que tu l’as protégé jusqu’à la fin et qu’elle avait le talent pour survivre ? Savais-tu qu’elle avait refoulé sa magie pour rester à tes côtés parce que toi, tu n’avais encore développé aucune magie ?

Kiara fut sans voix.

- Lily était ma petite sœur et tu l’as tué. Je le sais lui répliqua mauvaise Crystal. Elle avait développé une magie, mais elle ne voulait pas quitter sa première meilleure amie du laboratoire alors elle a bridé ses dons pour rester avec toi. C’est parce qu’elle s’était bridé et qu’elle ne les a pas amélioré qu’elle n’a pas pu se défendre. Tu comprends ? Tu l’as tué !

Kiara sentit les larmes monter à ses yeux. Elle n’était pas au courant de tout ça ! Les paroles de Crystal étaient comme des coups de poignards dans son cœur et elle ne savait même pas si elle allait réussir à ne pas exploser en larme. T’es trop sensible ma vieille s’entendit-elle se dire intérieurement. Mais ce fut la suite qui changea complètement ses sentiments :

- Mais je ne t’en veux pas tant que ça. De toute façon, Lily n’était qu’un déchet qui ne méritait que de mourir. C’était un service nécessaire aux expériences de king-sama que des filles comme elles décèdent, lâcha cinglement Crystal.

Le cœur et les pensées de Kiara furent pris dans des montagnes russes. Une rage sans borne s’empara de son esprit qui s’embrasait sous la colère. Son regard se fit si meurtrier que Crystal recula de quelques millimètres par précaution.

- Lily n’était rien. Personne ne se rappellera d’elle. Et j’en suis bien satisfaite. Je ne veux pas que mon nom soit associé à ce déchet.

Ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le verre. Kiara se précipita face à Crystal et tenta de lui donner un coup de poing au visage vu qu’elle n’avait plus assez de magie pour tenter autre chose. Crystal esquiva et répliqua de la même manière. Il n’y avait plus que les poings des deux demoiselles qui s’exprimaient dans cette arène. Kiara sentit les coups pourfendre son visage, son ventre. Mais elle rendait bien la pareille, même si elle avait l’impression d’avoir de plus en plus de mal à bouger ses muscles comme s’ils étaient peu à peu bloqués, figé, gelé.

Elle recula, tituba, remarqua que de la fumée froide sortait de sa bouche lorsqu’elle respirait, que sa peau était devenue aussi froide que si elle se promenait en maillot de bain au milieu d’une neige de trente centimètres et que ses lèvres étaient d’un bleu intense tellement son corps était en train de crier à l’aide. Même les mots n’arrivaient plus à sortir de sa bouche tellement son corps était en alerte. Cela n’étonna pas Crystal qui esquissa un sourire vainqueur.

- Hypothermie lui déclama-t-elle. Ton cœur va ralentir progressivement parce qu’il ne sera plus assez abreuvé de sang. Tu ne vas plus pouvoir bouger et mourir lentement, mais sans douleur.

Crystal donne un nouveau coup de poing dans le visage de Kiara qui sentit comme si sa peau craquait sous le choc.

- Mais bien sur, tu penses bien que je ne vais pas te laisser mourir aussi tranquillement.

Elle forma autour de sa main des griffes qu’elle enfonça sans ménagement dans le ventre de Kiara en tournant afin de la vider de son sang.

- Tu aurais du savoir que dans un combat, on ne doit pas réagir à ses sentiments. Si tu n’étais pas venu au corps à corps, jamais tu n’aurais eu à subir tout ça !

Elle ressortit d’un geste sec la griffe du corps de Kiara. Le sang coula abondamment sur le sol à une vitesse prodigieuse.

- Tu savais que le corps humain contenait environ 5 litre de sang pour une femme ? Je pense que tu en as perdu plus de la moitié maintenant lui chuchota Crystal à l’oreille alors que Kiara ne voyait plus que des formes flous et sa respiration rapide dû à la tachycardie. Laisse-moi abréger tes souffrances.

Elle reprit position, rapprocha ses mains et forma un marteau géant.

- N’oublie pas de dire bonjour à ma sœur quand tu l’a verra ricana-t-elle alors qu’elle lançait son marteau vers le corps quasi déchu de Kiara.

Kiara ne fit pas un geste et attendit l’impact, mais elle ne vient jamais. Au contraire après le bruit d’un réveil qui sonnait, tout se passa rapidement. D’un même geste rapide, Zephyr et Zaurak avait bondit de leur siège et avaient atterris dans l’arène. Zephyr étant le plus rapide, il s’était précipité sur Crystal et l’avait plaqué au sol, la déstabilisant pendant que Zaurak brulait son marteau de glace. Il lui bloqua les poignets pendant qu’elle se tortillait comme un serpent en hurlant à tut tête comme si elle était possédée :

- Mais qu’est-ce que vous faites ? Pourquoi ? Elle doit mourir pour rétablir la balance ! Tout dois redevenir comme avant ! Vous ne pouvez pas m’en empêcher ! Satané chef de vent de malheur, tu ne peux pas m’empêcher de la tuer ! Je dois l’éloigner de Zaurak ! Zaurak est à moi !

Zephyr la tenue fermement et ne se laissa pas atteindre par ses paroles. Derrière lui, Zaurak avait pris Kiara dans ses bras et réchauffait son corps doucement comme un radiateur, il devait la sortir de son hypothermie le plus rapidement possible. En même temps, il avait plaqué ses mains sur la blessure des griffes de Crystal et tentait d’empêcher le sang de trop s’écouler.

- Amène-là à l’infirmerie ordonna uniquement Zephyr alors que Zaurak l’avait déjà prise dans les bras et le menait vers la sortie de l’arène.
Il s’arrêta à la porte fermée de l’intérieur et jeta un regard en diagonal aux King et à ses sbires pendant que Zephyr fatiguait de simplement immobiliser Crystal lui pompa partiellement son air pour la rendre autant inconsciente que ses soldates.

Selene croisa le regard azuré du king qui imperceptiblement hocha la tête positivement. Elle ouvrit alors la porte laissant Zaurak et Kiara disparaître dans les couloirs du laboratoire delta.

***

Lorsqu’elle émergea, elle reconnut d’instinct la pièce où elle se trouvait. Elle y reconnu les bruits familiers des machines de l’infirmerie, l’odeur des médicaments et bien sûr la combinaison toujours aussi étrange qui l’empêchait de faire le moindre mouvement hors de ce lit. Elle aurait bien voulu toucher sa tête qu’elle sentait encercler par des bandages de part et d’autres, mais la combinaison l’en empêchait. Alors, elle prit son mal en patience et examina le décor autour d’elle, qu’elle pouvait apercevoir sans bouger de son fichu lit. Et c’est ce qu’elle aperçut qui la choqua partiellement.

Elle cligna plusieurs fois des yeux pour être sure de ce qu’elle voyait tellement ça lui paraissait bizarre. Le king était allongé en travers d’un canapé en face de son lit. Ses lunettes avaient été posés sur une petite table à côté de lui, et une couverture avec des nounours avait été enroulé autour de lui pour éviter qu’il attrape froid. Aucun doute que sa seconde Selene avait du passer par là pour s’assurer du confort de son patron. Le King dormait la bouche ouverte et un filet de bave montait et descendait près de sa bouche au fur et à mesure des respirations.

Elle le regarda encore choquée quelques secondes avant d’exploser de rire simplement à cette vision qu’elle ne pensait jamais avoir affaire un jour dans sa vie.

Son rire joyeux perturba le sommeil de son visiteur qui fronça les sourcils et rouvrit doucement ses yeux. Il remarqua que Kiara était encore morte de rire et qu’elle n’arrivait pas à se calmer et décida de se redresser dans son siège après un bâillement sonore. Il se frotta les yeux, essuya subrepticement sa bouche et attrapa ses lunettes qu’il plaça sur son nez sans se départir de sa mine fatiguée.

Kiara finalement se calma et regarda le king en cachant du mieux qu’elle pouvait la risette qu’elle avait toujours. Elle attendit qu’il lui dise ce qu’il était venu faire en lui rendant visite à l’infirmerie, mais il resta silencieux comme s’il c’était déjà rendormis la seconde suivante. Finalement Kiara perdit complètement sa bonne humeur en comprenant finalement que le king l’observait comme si elle était un animal particulièrement intéressant.

- mon premier est un poisson, mon second est un poison, mon troisième est un poison, mon tout est un membre de ta famille, qui suis-je ? lâcha-t-il d’une traite.

Kiara ouvrit grands les yeux surpris par la singulière devinette que venait de lui poser le king en personne. Elle était douée en charade parce que Mitz lui en faisait souvent lorsqu’ils étaient petits, mais là elle eut comme un trou. Elle se mit à réfléchir et passa dans sa tête tout les noms des poisons qu’elle connaissait et toutes les combinaisons possibles qui seraient possibles.

Elle fronça les sourcils, la devinette était plus complexe qu’elle en avait l’air et elle mit un peu de temps pour finalement trouver la solution. Elle s’en rappelait maintenant. Mitz lui avait déjà fait cette devinette lorsqu’ils avaient fait une soirée jeu tous les deux. Mitz l’avait eu en lançant cet ultime charade et finalement il avait gagné la mise en jeu qui n’était d’autres que les derniers cookies de la maison. En gentil frère, il avait quand même laissé la moitié à Kiara et était repartis vadrouiller dans les rues d’Hosenka après avoir couché sa petite sœur au lit. Se souvenir lui fit esquisser un sourire nostalgique alors qu’elle reportait son attention sur le king qui ne l’avait pas quitté des yeux.

- Ton tonton lui répondit-elle amusée.

Le king fut pensif et hocha lentement la tête positivement.

- Ha c’était ça la solution ?! déclara-t-il comme s’il se parlait plus à l’lui-même qu’à Kiara en face de lui.

Il se releva de son siège et se dirigea vers la sortie en chaussette en continuant sa petite tirade personnelle :

- Sacré Salamander, il a faillir m’avoir sur ce coup là !

Kiara fronça les sourcils. Il allait s’attribuer ton son honneur pour avoir trouvé la réponse à son énigme ou elle rêvait ? Le king se stoppa et sembla se rappeler du pourquoi il était venu.

- Ah oui, sujet 777, ton délai de probation est terminé et tu as réussit l’épreuve in extremis. Fait de ton mieux à présent pour grimper dans mon estime et atteindre le potentiel pour devenir un dragon.

Puis il disparu à travers les couloirs de l’infirmerie en bredouillant pour lui-même :

- Les Sparks sont vraiment compliqués…


o0o


- J’en ai marre de rester là grogna Kiara.

Elle se sentait en pleine forme depuis des heures, surement à cause de la dose de morphine qu’on lui avait administré, mais aucune infirmière n’était passé la voir et la libérée de sa camisole. Elle avait tenté de passer le temps en chantant, en comptant les pulsassions de la machine qui comptait les battements de son cœur, en déclamant des poésies ou à réfléchir à sa prochaine entrée lorsqu’elle retournerait dans la salle du clan du vent, mais cela ne servait à rien, elle s’ennuyait à mourir. Elle ne savait même pas quelle heure il était.

Elle jeta un regard las à la porte en espérant du fond du cœur que quelqu’un vienne lui rendre visite. Même Owen pouvait venir. Se regarder froidement dans le blanc des yeux l’aurait au moins occupé pendant un temps. Mais rien, personne. Alors elle souffla et fit la seule chose qui pourrait faire passer le temps plus vite. Elle ferma les yeux et tomba dans un sommeil léger.

C’est la sensation d’un poids sur le lit en plus d’elle qui la réveilla. Son regard tomba directement sur un visiteur qui daignait enfin lui rendre visite. Zephyr venait de poser ses coudes sur son lit et déposer au creux de sa paume son menton d’un air nonchalant. Il regardait dans le vide le mur en face de lui comme s’il réfléchissait à quelque chose de très important. Kiara décida donc de ne pas l’interrompre dans le fil de ses pensées tant elles semblaient l’avoir complètement transportées dans un autre monde. Et puis, elle trouvait que zéphyr dans une intense concentration et si détendu était un beau tableau. Cependant cela ne dura pas, Zephyr laissa coulisser son regard vers la patiente de l’infirmerie et ne la quitta plus des yeux. C’est à ce moment-là que Kiara remarqua un détail de changer sur le leader des membres du vent :

- Tu t’es fait ça  comment lui demanda-t-elle en désignant du menton l’hématome bleutée qui entourait l’œil droit de Zephyr.

Comme pour se rappeler de son existence, il l’effleura du bout de ses doigts avant de reprendre sa position de penseur :

- Rien de bien important, l’entrainement éluda-t-il

Kiara se doutait qu’il n’allait pas réellement répondre à sa question par fierté surement. Kiara ne l’avait jamais vu prendre un seul coup au visage depuis qu’elle le connaissait et le voir ornée d’un énorme hématome au niveau du visage l’avait un peu perturbé et étonné.

- Comment tu te sens ? la questionna-t-il
- Mal lui répondit-elle en éclatant de rire tranquillement

La morphine étant retombée, elle ressentait à nouveaux toutes les douleurs irradier de son corps dus à ses blessures de combat.

- Dis Zéphyr, je peux te poser une question ?
- Ca ne t’a jamais dérangé avant.

Elle esquissa un sourire avant de reprendre un air sérieux.

- Est-ce que c’est toujours comme ça une purge ? On désigne quelqu’un à tuer et il doit lui-même tuer tout le monde pour survivre ?

Zephyr paru repartir dans ses pensées un instant et en regardant le mur en face sans but, il déclara :

- Pas toujours. Par moment, tout le monde affronte tout le monde et par moment il y a une cible désignée. En général, le king fait exprès de te faire affronter tes propres camarades, ceux avec qui tu t’es attaché. Les combats finissent soit lorsqu’il n’y a plus qu’un seul survivant soit lorsque la nuit se termine.
- T’as fait beaucoup de purge depuis que tu es ici au laboratoire ?
- Oui j’ai participé à plusieurs et oui, reprit-il en voyant Kiara ouvrir la bouche pour poser une nouvelle question, j’ai tué beaucoup de personnes.
- C’est toi qui as tué tous les sempaï à la dernière purge du vent ?
- Oui.
- Mais la purge s’arrête si tes adversaires sont inconscients ?
- Elle peut, mais le king te punie parce que tu n’es pas allé au bout de ta « mission ».

Kiara resta pensive. Elle savait que la purge était crainte par bon nombre de sujet dans le laboratoire, maintenant elle comprenait pourquoi.

- Comment le king fait pour choisir les personnes qui vont participer à une purge ?
- Je ne sais pas trop. On peut trouver des incompétents comme des personnes très doués. En général, il n’est pas rare de trouver les leaders.
- Zaurak aussi a fait des purges ?
- Evidemment, à quoi t’attendais-tu ? ricana Zephyr. Il n’est plus aussi parfait que tu te l’imaginais n’est-ce pas ?

Kiara plissa les yeux sous la pique de son leader et reprit immédiatement :

- Je sais très bien qu’ici personne n’est parfait. Je me doutais bien que Zaurak n’était pas aussi blanc qu’il le laisse paraître.

Un silence monta dans la pièce. Zephyr ne semblant pas motivé à prendre volontairement la parole et Kiara ne sachant pas trop comment s’y prendre pour poser ses questions sans que la discussion se finisse en bataille verbale comme c’était souvent le cas avec le leader du vent.

Elle reprit d’une voix calme :

- Si on se retrouve dans la même purge, tu me tueras ?
- Tu veux que je te tues à la place des expériences du king ?

Il tourna son visage vers la blessée. Elle avait de nouveau toute son attention.

- Non, je veux savoir si je dois réellement te considérer comme un ennemi ou comme un camarade.
- Si je n’ai pas le choix, je n’hésiterais pas à te tuer lui répondit-il avec un franchise déconcertante.
- Bien alors dans ce cas-là moi aussi fit-elle d’une voix déterminée.
- Mais bon, tant qu’on n’est pas dans cette situation, je veux bien continuer à t’aider à t’améliorer.
- Pourquoi tu viens tout le temps m’aider ? Tu n’aides jamais les autres membres alors pourquoi tu fais une exception pour moi ? D’ailleurs je ne suis pas sure, mais ce n’est pas toi qui m’as sorti de l’arène par hasard, j’ai cru reconnaître vaguement ta forme.

Son corps se tendit à l’entende de ses mots et il reprit avec un calme reptilien.

- tu te rappelles de quoi exactement ?
- Pas grands, chose, j’avais froid, je ne voyais plus rien tout était flou, mais j’ai cru te voir atterrir sur le sol de l’arène. Je crois qu’il y avait quelqu’un d’autres avec toi, mais je ne suis pas sure, je me suis évanouie à ce moment-là.
- C’est Zaurak et Ash qui t’ont porté secours, je me suis contenté de te regarder te déverser de ton sang lui répondit-il sans la moindre émotion.
- Vraiment ?

Kiara plissa des yeux pour tenter de lire son visage et ses pensées qu’il devait réprimer, mais ne vit de lui que la statut de marbre qui voulait montrer à son entourage. Peut-être qu’elle s’était imaginée sa présence comme il le suggérait. Après tout il n’y avait aucune raison pour qu’il l’ai aidé, ils n’étaient pas amis contrairement à Zaurak et elle et ils passaient leurs temps à se crier dessus à tout bout de champ.

- Tu as raison, j’ai dû me tromper.
- T’es déçue railla Zephyr en esquissant un sourire en coin.
- Non. D’ailleurs tu n’as pas répondu à ma question !
- Pour le challenge.
- Comment ça le challenge ?
Il se leva, rentra ses mains dans les poches de son sweet  et se dirigea vers la porte, il se tourna vers elle une dernière fois en répétant :

- Je t’aide pour qu’il y ait du challenge lorsqu’on se retrouvera l’un contre l’autre.

Cela amusa Kiara qui souffla alors qu’il était déjà parti :

- T’es con.

****

- Tu te caches, ici ! s’écria-telle en ouvrant une porte d’un placard d’une salle du laboratoire désaffectée.

Le nécessaire de ménage lui tomba dessus et elle tomba avec eux alors que la serpillère avait décidé de remplacer ces cheveux sur le dessus de sa tête.

Kiara esquissa un sourire devant le comique de sa situation et se releva en époussetant la poussière tombée sur elle du fait de la longue non utilisation des ustensiles de ménages qui lui étaient tombé dessus. Depuis peu, elle était sortie de l’infirmerie sans grande séquelle excepté une cicatrice qui ornait maintenant son ventre à l’endroit où Crystal lui avait enfoncé sa griffe de glace. Elle avait donc repris l’entrainement non pas avec Zaurak mais avec Zephyr qui était étonnement un bon professeur contrairement à ce qu’elle avait toujours pensée. Zephyr avait décidé de lui faire travailler une autre optique de sa magie qu’elle avait complètement délaissée et qui lui faisait défaut pour traverser les couloirs de la base delta toute seule : La détection d’aura magique. Cela faisait donc quelques semaines qu’elle avait commencé à ressentir les perturbations magiques autour d’elle et d’identifier les auras de ses camarades. L’exercice avait une double fonction, celle de réussir à mieux identifier les particules magiques des individus et celle de l’atmosphère, mais aussi réussir à toujours ressentir les particules du vent qui constituent sa magie. A présent qu’elle arrivait à peu près à identifier ou du moins à sentir lorsqu’une personne maitrisant la magie se trouvait dans la même pièce qu’elle, zéphyr avait décidé de passer à l’étape deux de sa formation. C’est à dire qu’elle réussisse à pister une aura précise et qu’elle arrive à retrouver son propriétaire. Voilà pourquoi ils avaient mis en place des exercices de cache-cache. Plusieurs fois dans la semaine, lorsque Zephyr s’absentait, elle devait le pister et retrouver sa piste pendant qu’il se prélassait dans un coin.

Les premiers jours où il avait mis en place cet exercice, Kiara ne l’avait jamais trouvé. A présent, elle commençait à peu près à retenir qu’elle était l’aura de zéphyr dans le champ magique qu’elle décelait dans l’air. Kiara avait découvert que chaque personne avait une couleur qui correspondait à sa magie. La sienne était dans les teintes rosées alors que celle de Zephyr était aussi grise que l’acier. En comprenant cela, il lui restait plus qu’à identifier laquelle était celle de zéphyr parmi toutes les auras grises qu’elle percevait lorsqu’elle concentrait sa magie dans ses yeux vu qu’elle trouvait cela plus facile que de ressentir avec ses autres sens. Voilà pourquoi, elle se retrouvait dans cette salle désaffectée en couverte de poussière. Elle avait cru que l’aura qu’elle avait perçu dans le coin était celle de Zephyr, mais une fois encore elle s’était trompée.

- Qu’est ce que tu fiches ici ?

Kiara se retourna vers Paris qui se tenait dans l’encadrement de la porte l’interrogeant du regard.

- Je me suis perdue
- Alors que ça fait plus de six ans que tu habites à travers ces murs ? Me prend pas pour un con Mistral !

Kiara prise en faute baissa la tête. Paris était le seul qui l’appelait encore par son nom de famille et elle trouvait cela vraiment bizarre. De plus que devant d’autres spectateurs il l’appelait comme les autres sujets 777 alors que lorsqu’ils se retrouvaient tous les deux notamment dans ce genre curieux de situation, il daignait l’appeler Mistral. Encore un sujet qu’elle ne comprenait pas vraiment.

- Je me suis encore disputée avec les membres du vent, je voulais trouver un endroit pour réfléchir calmement.

Paris haussa un sourcil.

- Encore ? Je pensais que ça allait mieux avec tes camarades.
- Ca dépend des jours. Ils peuvent être vraiment stupides répliqua-t-elle.
- Bah, t’es grande maintenant, tu pourrais prendre un peu plus sur toi.
- C’est exactement ce que je pensais sauta-t-elle sur l’occasion.

Elle se précipita vers la porte et sortit rapidement de la pièce :

- Merci beaucoup pour tes conseil Paris !

Elle s’éloigna rapidement de l’endroit où elle ne devait pas être et Paris la regarda une dernière fois avant de refermer la porte de la salle désafectée :

- Elle m’a vraiment pris pour un con.

o0o

Assis confortablement sur un fauteuil mis à sa disposition, Mitz sirotait une bière dans la loge privée du King. Celle-ci surplombait l’immense salle où se déroulaient les rencontres mensuelles des chouchous du King. Il était revenu depuis peu d’une mission forte intéressante en compagnie de Caius et il avait même ramené un nouveau membre à la guilde. Un gamin du nom de Killick. Etant de retour à la guilde, il avait accepté de rendre visite au King et donc d’assister à l’une des habituelles réunions dont le scientifique fou furieux des black Viper étant tant friand. C’est donc sur un fond de musique classique relaxant qu’il attendit que le King daigne venir le rejoindre. Après tout depuis quand on faisait attendre les invités ! Il jeta un regard ennuyé vers les divers enfants qui étaient déjà arrivé sur leur scène de jeux. Il en reconnut certain pour leur singularité et d’autres qu’il trouvait qu’ils dégageait un potentiel intéressant. Notamment une fille maîtrisant le feu comme lui et qui se lançait dans la création animalière flamboyante. Il avouait qu’elle l’avait impressionné en faisant apparaître un tigre de feu la dernière fois qu’il était passé. Ca avait fait tilt dans sa tête. C’était une des Acani dont ils avaient été à la capture lors d’un raid d’une ville voisine où se trouvait leur cirque. Elle avait utilisé la même technique pour tenter de s’en sortir, mais elle avait quand même été capturée. Il l’a considérait un peu comme son poulain, sa représentante au sein du laboratoire delta. C’est commun que les membres des Black Viper choisissent un cobaye et se considère comme son parrain. Cela n’engageait rien, seulement de la fierté de voir que celui qui nous représentait sans le savoir montait dans les échelons. En général, il arrivait qu’ils soient source de pari entre les membres. Savoir quel gamin allait survivre le plus longtemps dans ce laboratoire de fou. Beaucoup perdait les paris en voyant leur chouchou tombé après une énième épreuve du King ou une purge particulièrement sanglante. Enfin, le fait était que Mitz depuis peu avait décidé de faire de cette fille sa représentante dans les paris qui animaient les murs des laboratoires et des guildes des Black Viper.

Il prit une nouvelle gorgée et laissa son regard se perdre. Contrairement aux autres membres de la guilde, il s’entendait bien avec le king. De toute façon, il s’entendait bien avec tout le monde. Normal, depuis le temps qu’ils les côtoyaient. Ils faisaient partis des plus anciens de la guilde, ceux qui l’avaient formé au côté de Drakon et aujourd’hui elle commençait à devenir bien plus puissante qu’une petite guilde noire de bas étages. Non, les blacks Viper s’était bien développé dans l’ombre et avaient manigancés des coups durs pour leurs rivaux tant officiels que noirs. Les black viper devenait fort et ça, ça plaisait particulièrement à Mitz.

La porte s’ouvrit sur le king sautillant sur place, toujours autant de bonne humeur suivit comme toujours par tous ses subordonnés dirigé par Selene, la seconde du King. Il s’installa sur son siège de bureau rotatif comme un gamin et touna légèrement sur lui-même avant de s’immobiliser.

- Mitz salua-t-il gaiement ! Tu viens assister à la journée des rencontres ?! Tu vas voir, on va bien s’amuser.
- Je n’en doute pas Priam répondit le salamander en reprenant une gorgée pendant que Selene criait les ordres à ses employés qui avaient les bras remplis de papiers près à tomber ou d’ordinateurs qui vacillaient entre leurs mains tant ils tentaient de frapper des donner en les portant en même temps au lieu de les poser sur une surface plane.

Mitz d’humeur taquine se tourna vers Selene :

- Toujours aussi directive, Selene. Tu es magnifique lorsque tu donnes des ordres, tu sais ?
- Mitz salua-t-elle en replaçant ses lunettes sur son nez d’un geste professionnel sans même lui adresser plus d’attention.
- Et toujours aussi peu communicative souligna Mitz en se réinstallant confortablement dans son sofa.
- Alors quoi de neuf à la guilde ? Comment va Katrina ? demanda le King en ouvrant un paquet de chips.
- Katrina ? Ca va je crois, je l’ai pas trop croisé, on est rentré tard hier avec Caius et l’avorton.
- L’avorton ?
- Ouais t’es pas au courant, Caius et moi on a ramené un gamin après avoir cherché la relique au couvent. D’ailleurs, on l’a pas trouvé, c‘était une fausse piste.

Le king acquiesça après avoir pris une nouvelle poignée de chips qu’il enfourna dans sa bouche, la moitié tombant à côté par ailleurs.

- Pourquoi caius a ramené le gamin ? Il a du potentiel ?

Le King avait une lumière dangereuse qui brillait au fond de ses yeux qui n’annonçait rien de bon. Mitz s’empressa de le tempérer :

- T’en tirera rien de bon, c’est un illusionniste.

Cela sembla attrister pendant quelques secondes le king qui reprit presque aussitôt toujours aussi dangereusement :

- Et toi quand est-ce que tu rejoins mon laboratoire ? Je rêve de voir si je pourrais faire de toi un monstre ou un dragon !
- Oula doucement,  je me trouves très bien comme ça !
- T’es sur ?
- Absolument

La tension était montée dans la pièce alors que les deux mages serpentins s’affrontaient d’un regard de mise en garde pour l’un et d’envie pour l’autre. Ce fut Selene qui mis un terme à cette atmosphère déplaisante :

- Monsieur, les sujets sont tous arrivés et attendent que vous leur disiez ce qu’ils vont devoir faire aujourd’hui.

Priam lâcha du regard l’un des sujets d’expériences qu’il rêvait d’expérimenter depuis qu’il l’avait rencontré et s’approcha d’un micro mis à sa disposition :

- Hum voyons voir ce que je vais vous faire faire aujourd’hui commença-t-il à travers son micro. Tiens je sais, on va jouer au jeu de la bombe.

Selene expliqua donc les règles. Chaque participant se voyait remettre un bracelet qui comptabilisait le temps qui lui restait avant d’exploser. Chaque temps étant différent pour chacun des bracelets donnés à chaque candidat. Afin de récupérer le temps d’autres personnes, il fallait frapper la personne. Selon la puissance de la frappe, le temps volé pouvait être plus ou moins important. Une attaque de corps à corps valant plus qu’une attaque magique. Si un candidat frappait malencontreusement un bouclier magique, le temps de la personne ne serait pas volé. Par contre s’il recevait une attaque magie directement, le temps serait volé. De même, deux attaques magiques s’opposant de permettait pas à l’individu de voler le temps des deux protagonistes. Une fois qu’une personne n’avait plus de temps, il était mis hors jeu. Sachant qu’un des bracelets donnés à l’un des participants déclenchaient une véritable bombe dans son mécanisme, les candidats ne pouvaient se résoudre à perdre exprès le vie étant potentiellement en jeu.

Le « jeu » commença donc après un « amusez-vous bien » de la part du king.  

- Qui détient la bombe ? questionna Mitz amusé par la situation diabolique qu’avait constitué le king pour l’un de ses sujets.
- Aucune idée, seule Selene ait au courant et elle ne nous le dira pas parce que sinon le jeu perd toute attractivité !
- C’est vrai.

Mitz en bon spectateur regarda le carnage qui se déroulait sous ses pieds. Les coups valsaient de partout et aucun ne se mettait plus en avant qu’un autre. On voyait bien que c’était l’affrontement pur et simple des meilleurs du laboratoire. Pusi Mitz aperçut un point noir dans ce champ de vision. Une fille qui se cachait près de la porte et observait ses camarades. Elle ne semblait pas savoir ce qu’il se passait ici et restait donc une observatrice curieuse.

- C’est qui, elle ? Elle fait partie de tes nouveaux chouchou interrogea le Sparks en montrant du doigt l’intruse qu’il avait aperçue.

Le king suivi la trajectoire qu’il lui désignait et plissa les yeux en apercevant que oui, il y avait bien une intrus dans sa petite réunion.  Il fit un signe à Selene, lui désigna la fille et aussitôt elle envoya un sbire allait cueillir la petite fleur qui ne savait pas dans quel merdier elle venait de se foutre.

o0o

Kiara ne pensait pas du tout qu’il y avait des réunions où tous les leaders des clans et d’autres personnes qu’elle connaissait moins bien se réunissaient pour jouer à des « jeux ».  En suivant la piste de l’aura de Zephyr qu’elle cherchait depuis un bout de temps, elle était arrivé à cette salle et était tombé sur ce combat sans queue ni tête qui se passait devant ses yeux. Zephyr était doué, grâce à son agilité et sa vitesse, il arrivait à donner des coups rapides à ses adversaires sans vraiment user de sa force. Il préférait utiliser la méthode du nombre et non celle de la puissance pour récolter son temps.
Elle tenta de se hisser sur la pointe de pieds pour mieux voir derrière le mur où elle se trouvait, mais une poigne forte l’en empêcha. Elle fut rapidement tourner et plaqué au sol comme une cambrioleuse.

- Tiens, tiens mais qui voyons-nous là, cette chère Kiara railla la voix d’Owen.

Elle se tortilla sur place pour échapper à sa poigne, mais s’était inutile. Owen, la releva et la força à avancer vers une porte dont il tapa le code rapidement. Celle-ci s’ouvrit dans un bruit sec et donna sur un escalier en colimaçon qui montait à la loge du king. Kiara se sentir tout à coup très mal, pourquoi elle allait vers la loge du king ? Elle fit tout son possible pour retarder sa montée, mais c’était sans compter la force herculéenne d’Owen qui la hissait comme si elle ne pesait pas plus qu’une plume. Arrivé en haut, il tapa un autre code et la porta s’ouvrit de nouveau. Kiara ouvrit grands les yeux sur le décor qu’elle découvrit. Une pièce lumineuse, aménagé comme un petit palais et divisé en plusieurs parties comme si c’était un petit studio d’étudiant. D’un côté il y avait les matériaux informatiques qui comptabilisaient les données recueillit sur les différents sujet participant au jeu et de l’autre, le salon du king où il mangeait des chips et où un autre homme caché à moitié par le haut du sofa où il était installé buvait une bière. Owen la jeta au pied du king qui fit tourner son siège dans sa direction.

- Encore toi, numéro 777 souffla-t-il avec lassitude. Je ne me souviens pas t’avoir invité à ma petite fête.

Il prit une mine pensive réfléchissant à la punition adéquate qui correspondrait à cette gamine qui décidément venait de plus en plus dans son paysage.

- Pourquoi es-tu là ? Lui demanda-t-il en prenant un marshmallow d’un paquet qu’il venait d’ouvrir en parallèle de ces chips.
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Crystal Dust


Feuille de personnage
Rang:
Age: 17 ans
Magie: DS des Gaz (4G) - Mahō gasu

Messages : 31
Date d'inscription : 19/03/2015
avatar
Kiara Mistral
MessageSujet: Re: Kiara Mistral - Crystal Dust {83%}   Dim 15 Nov - 18:59



« Chapitre 2 »

Je suis un rat de laboratoire qui a évolué comme un pokemon




o0o

Kiara ne pensait pas du tout qu’il y avait des réunions où tous les leaders des clans et d’autres personnes qu’elle connaissait moins bien se réunissaient pour jouer à des « jeux ».  En suivant la piste de l’aura de Zephyr qu’elle cherchait depuis un bout de temps, elle était arrivé à cette salle et était tombé sur ce combat sans queue ni tête qui se passait devant ses yeux. Zephyr était doué, grâce à son agilité et sa vitesse, il arrivait à donner des coups rapides à ses adversaires sans vraiment user de sa force. Il préférait utiliser la méthode du nombre et non celle de la puissance pour récolter son temps.
Elle tenta de se hisser sur la pointe de pieds pour mieux voir derrière le mur où elle se trouvait, mais une poigne forte l’en empêcha. Elle fut rapidement tournée et plaquée au sol comme une cambrioleuse.

- Tiens, tiens mais qui voyons-nous là, cette chère Kiara railla la voix d’Owen.

Elle se tortilla sur place pour échapper à sa poigne, mais s’était inutile. Owen, la releva et la força à avancer vers une porte dont il tapa le code rapidement. Celle-ci s’ouvrit dans un bruit sec et donna sur un escalier en colimaçon qui montait à la loge du king. Kiara se sentir tout à coup très mal, pourquoi elle allait vers la loge du king ? Elle fit tout son possible pour retarder sa montée, mais c’était sans compter la force herculéenne d’Owen qui la hissait comme si elle ne pesait pas plus qu’une plume. Arrivé en haut, il tapa un autre code et la porta s’ouvrit de nouveau. Kiara ouvrit grands les yeux sur le décor qu’elle découvrit. Une pièce lumineuse, aménagé comme un petit palais et divisé en plusieurs parties comme si c’était un petit studio d’étudiant. D’un côté il y avait les matériaux informatiques qui comptabilisaient les données recueillit sur les différents sujet participant au jeu et de l’autre, le salon du king où il mangeait des chips et où un autre homme caché à moitié par le haut du sofa où il était installé buvait une bière. Owen la jeta au pied du king qui fit tourner son siège dans sa direction.

- Encore toi, numéro 777 souffla-t-il avec lassitude. Je ne me souviens pas t’avoir invité à ma petite fête.

Il prit une mine pensive réfléchissant à la punition adéquate qui correspondrait à cette gamine qui décidément venait de plus en plus dans son paysage.

- Pourquoi es-tu là ? Lui demanda-t-il en prenant un marshmallow d’un paquet qu’il venait d’ouvrir en parallèle de ces chips.
- Je cherchais Zephyr articula-t-elle.

Autant jouer la carte de la franchise. Peut-être que ça atténuerait sa punition.

- Zéphyr, hein. Pourquoi tu le recherchais ?

Kiara commença à sentir l’agacement monter en elle à cause de toutes ses questions et lâcha sans même s’en rendre compte :

- Qu’est ce que ça peut vous faire de toute façon ?

Les employés arrêtèrent de frapper sur le clavier et Owen plaqua la tête de Kiara au sol comme si elle devait se prosterner devant la King qui n’avait même pas relevé l’insolence. Ce n’était pas le cas de son invité qui venait de tourner son regard vers la jeune fille assez surpris par la ton qu’elle osait prendre face au King. Il ne repéra que ses longs cheveux noirs qui barraient son visage écrasé au sol et qui ne permettait en aucun cas de décrire sa figure. Seuls ses cris de rage et de douleurs venaient troubler le silence qui avait suivi sa déclaration.

Le King resta le même malgré l’attitude provocatrice de son interlocutrice. A croire qu’il s’y était habitué ou qu’il savait cela normal chez elle de se la ramener et se croire assez importante pour prendre ce ton avec quelqu’un qui lui était nettement supérieur hiérarchiquement. Mitz la lâcha du regard et jeta un coup d’œil en diagonal au King.

- Que tu es agaçante numéro 777, lâcha négligemment le King en mâchant une chips de son premier paquet.

Il n’y avait que lui pour réussir à mélanger le sucré et le salé en mal bouffe comme si c’était un repas tout à fait normal.

- Pourquoi faut-il que tu sois si différente de tes camarades ? Que tu passes ton temps à l’ouvrir et tenter de te rebeller ?

Il se leva de son siège rotatif de bureau et s’approcha de son sujet. Il releva la tête de Kiara alors que Owen lui maintenait les bras en croix dans le dos au cas où si elle tentait quelque chose. Celle-ci avait le nez qui saignait à cause du choc qu’elle venait de subir et il la regarda droit dans les yeux.

- Peut-être devrais-je te couper la langue ?

Le regard de haine que lui envoya Kiara ne fut pas celui qu’il attendait, mais il devait reconnaître que cette gamine avait un fort caractère et une détermination à toute épreuve. Les mistrals l’avaient trop bien élevé pour son bien. Elle allait venir par se tuer toute seule avec sa fierté mal placée.

Mitz de son canapé ne voyait toujours pas le sujet rebelle du laboratoire delta et décida de détourner son attention vers quelque chose de plus intéressant. La bataille entre les chouchous du King.

La mine dure du King fut tout de suite remplacée par la surprise du scientifique qui sommeillaient en lui lorsqu’il remarquait quelque chose d’intrigant. Il s’approcha dangereusement du visage de Kiara et resta bloqué sur ces yeux. Des yeux d’un bleu saisissant comme un océan en pleine tempête. Il n’y avait jamais fait attention car il pensait qu’elle n’avait aucun intérêt, mais là, il était surpris. Depuis quand cette enfant avait-elle muté ? Et surtout comment et pourquoi ? Des tonnes de questions défilèrent dans son esprit et tout le monde fut un peu surpris du silence du King. Il venait de prendre sa position favorite pour penser et tendit la main à sa seconde en articulant dans sa barbe :

- Passe-moi son dossier

Selene s’exécuta immédiatement en bon petit soldat qu’elle était et jeta un regard en diagonal vers le sujet 777. Qu’avait bien pu voir le King à travers cet enfant pour être si soudainement pris d’une bouffée scientifique ?

Kiara quant à elle demeura silencieuse sachant qu’elle était au bord de la limite à ne pas dépasser et qu’elle devait immédiatement se contrôler pour ne pas mourir sur le champ alors elle regarda le king feuilleter son dossier avec une photo d’elle qu’il compara pendant plusieurs secondes avant d’ajouter des notes à une rubriques qu’elle n’arriva pas à lire à l’envers. En plus, le king écrivant comme une patte de mouche, cela ne l’aida pas le moins du monde à découvrir ce qu’il traficotait. Il mordilla le bout de son crayon cherchant pendant une seconde ces mots avant de reprendre son roman sans queue ni tête. Kiara tenta de changer de position et ne plus avoir mal au coup à force de lever la tête vers le King assis en tailleurs face à elle, mais la prise d’Owen qui lui maintenaient les bras dans le dos ne changea pas d’un pouce et l’empêcha de faire tout mouvement sans souffrir le martyre.

Puis le King immobilisa son crayon, relut ses notes en diagonal et lança un dernier regard investigateur à Kiara. Puis après un moment qui paru interminable, il demanda à Selene sans quitter du regard son sujet :

- Est-ce qu’il reste un bracelet pour le jeu de la bombe ?
- Oui, j’en ai encore hein, King-sama lui répondit Selene ne lui tendant l’un des bracelets destiné au jeu de la bombe auquel les chouchous du king jouaient depuis un quart d’heure.  

Le King s’empressa de le prendre et d’un claquement de doigt, il ordonna à Owen de remettre debout Kiara.  Priam se leva en même temps qu’elle et sans un mot lui ordonna de tendre le bras. Alors ne peur qu’il se vexe ou qu’il reparte dans sa folie scientifique et qu’il se mette à la disséquer dans la seconde qui suivait, elle s’exécuta. Le King enferma le bracelet autour du poignet du sujet 777 :

- Finalement, je suis bien content que tu sois venu jusqu’à moi. Tu es plus surprenante que ce à quoi je m’attendais. Puisque tu es là que dirais)tu de te joindre au jeu du jour ?

Techniquement elle n’avait pas le choix, mais elle s’empêcha de le relever et hocha la tête positivement timidement.

- Merveilleux babilla le King en sautillant sur place et tournoyant sur lui-même. J’espère que tu t’amuseras bien Kia-chan. Owen veuillez la ramener en bas avec les autres.

Owen hocha la tête, déçu que Kiara ne se soit pas fait passer le savon qu’il attendait tant et lui attrapa le bras brutalement en la trainant violement. Il tapa le code pour rouvrir la porte et commença à la traverser quand le king les interpela une dernière fois.

- Ah oui, dernière chose ! Si jamais tu refais du grabuge Kia-chan, tu iras droit en salle d’isolement pendant le temps que je l’aurais déterminée !

Kiara en avala presque sa salive de travers. Depuis le début de son insertion au laboratoire delta, elle avait tout fait pour éviter la salle d’isolement. Elle détestait plus que tout la solitude et elle se sentait mal lorsqu’elle était seule avec ses vieux démons. Elle comprit alors très bien la menace du king. Il savait comment l’atteindre et ce n’était que l’étape 1 de son plan pour la faire descendre aux enfers si elle ne sa calmait pas de suite. Elle n’était qu’une enfant et un enfant au coin se calme toujours plus facilement que s’il n’est pas puni. Et ça le King le savait très bien.

Le King heureux se réinstalla sur son siège rotatif comme un gamin qui venait de recevoir une magnifique surprise. Mitz fut amusé de le voir aussi excité :

- Tu as découvert quelque chose d’intéressant ?
- Peut-être, je ne sais pas encore trop, j’aurais besoin de plus d’informations pour en être certain.
- En tout cas, elle a l’air d’être une petite rebelle, tu devrais te méfier d’elle, non ? continua Mitz les pieds sur la table basse en face de lui et les mains derrière sa tête, décontracté devant le spectacle des mages se déchainant les uns contre les autres devant ses yeux.
- Mm, peut-être, c’est parce qu’elle est une mistral.
- Une mistral ? Sérieusement, je croyais qu’on les avaient tous exterminé lors de la mission.
- Bah Caius me l’a offerte pour mon anniversaire après le massacre donc ils sont quand même morts.
- Caius te l’as offerte ? Ahaha il devait vraiment être à court d’idée pour te donner un prisonnier de guerre.
- Bah elle est plutôt intéressante. Je suis sure que si tu la connaissait, tu l’adorerai toi aussi, elle ressemble à une petite sœur quand on s’est comment l’apprivoiser lui répondit amusé le King.
- Bof, j’ai pas besoin de petite sœur, ça apporte que des emmerdes.
- Dis plutôt que ça te brise le cœur lorsque ça disparaît continua innocemment le King qui savait qu’il s’aventurait sur un territoire dangereux.

Tout le monde savait que Mitz avait perdu sa sœur et que c’était un sujet tabou, mais Priam adorait torturer Mitz pour se venger de son refus de devenir l’un de ses sujets d’expérience.

Mitz se tendit et s’abstint de tout commentaire. Son visage s’était fermé, mais en sentait bien qu’il venait de monter d’un cran. Le thermomètre de la pièce monta en flèche alors que l’atmosphère se réchauffait violement. Une alarme informant que les ordinateurs allaient bientôt être en surchauffe sonna dangereusement.

- Tu t’énerves vraiment pour peu de chose Mitz ! Oh rappelle toi que si tu casses mon matériel, Drakon a dit que tu devrais travailler pour moi afin de le rembourser articula candidement Priam en finissant son paquet de chips.

Mitz serra les dents, se leva et se dirigea vers la porte.

- Tu t’en vas ?
- J’ai besoin de prendre l’air lui répondit-il rageusement.

Et c’est pour ça qu’il disparu et que la pièce reprit sa température normal peu de temps après.

- Si susceptible railla Priam. S’il savait que sa sœur et le numéro 777 n’était qu’une seule et même personne, il me tuerais. Mais c’est si amusant de jouer avec ces nerfs ! Tu n’es pas d’accord Selene ?
- Je suis d’accord avec vous King-sama, mais je pense que vous jouez un jeu dangereux tout de même.
- Si un jeu n’est pas dangereux, il n’est pas amusant rétorqua-t-il de très bonne humeur.

o0o

Encore trois minutes sur son compteur. Il devait se dépêcher de récupérer du temps de nouveau, sans quoi il serait disqualifié. Mais quel était l’adversaire qui se trouvait en face de lui qui en possédait le plus ? A cause des règles du jeu du king, personne ne savait jamais combien de minutes disposaient encore les candidats restants. Zephyr s’était contenté de voler quelques minutes en attaquant tout ceux qui se trouvaient à sa portée, mais les joueurs avaient diminués à présent et la bombe n’avait toujours pas été découverte. De plus à force de courir partout, son endurance s’était restreint. C’était ça le problème des réunions des chouchous du King, ils étaient tous fort et impossible de se reposer ou d’être à la traine. C’était lors de ces rencontres que tout ce jouait. C’était l’un d’entre eux qui allaient recevoir le lacrymal prochainement et Zephyr en avait marre d’attendre. Même s’il était un génie, le king le faisait attendre et ne lui proposait jamais de passer à l’ultime étape. Et s’il n’accédait pas à cette étape, il était condamné à exécuter encore bon nombre de ses camarades à la prochaine purge. Il aurait pu mettre sa main à couper que lors de la prochaine purge, le king allait trouver ça très amusant de le faire affronter Kiara. D’une parce qu’elle était une grande gueule et foutait sans cesse le bordel au sein des murs de la base delta, de deux parce qu’elle devenait bien plus efficace lorsqu’elle était en difficulté ou face à une mort certaine, sa magie devenant soudainement bien plus dangereuse et ayant un power up parfois inexpliqué et de trois parce qu’il savait que le king voyait que Zephyr trainait souvent avec elle. Le king adorait casser les groupes qui se formaient pour dynamiser ceux qui restaient encore ne lice. En ayant perdu leur camarade, leur haine se trouvait décupler et il devenait ben plus performant lors des différentes activé souhaitant sois sortir le plus vite possible du laboratoire ou obtenir une vengeance qu’ils n’auraient jamais. Voilà pourquoi il savait que Kiara serait sa prochaine cible lors de la purge du vent qui se préparait.

- Hum hum, le king tenait à vous informer qu’une nouvelle participante allait rejoindre la bataille d’ici peu. Les participants encore en lice peuvent donc en profiter pour voler son temps tout neuf informa d’une voix calme Selene
- Quitte à mettre un peu de piment, elle possède 15 minutes sur son compteur railla la voix du king qui venait de vendre la future participante aux loups que formaient les chouchous.

Zephyr esquiva une attaque de l’un de ses adversaires et profita de l’agitation qu’avait causé la nouvelle pour se percher sur l’un des côtés d’un des murs de la salle qui formait une petite plateforme en hauteur.  Il scruta l’entrée et aperçu alors qui était la nouvelle participante. Comment elel avait fait pour se retrouver là ?! Un sourire moqueur traversa son visage. Bon sang, comment elle faisait pour apparaître quand il s’y attendait le moins et dans les pires situations ? Il jeta un coup d’œil à son compteur. Encore deux minute. Il était temps de partir à la chasse !

O0o

Kiara en descendant en compagnie d’Owen dans l’escalier en colimaçon qui menait à l’arène des chouchous avait entendu comment le king avait préparé son entrée. Il l’avait véritablement vendu à ses adversaires en balançant une fausse information. En effet, elle ne disposait pas de 15 minutes, mais de 15 secondes. Autant dire qu’à peine entrée dans l’arène, elle avait 98% de chances de se faire éliminée et par la même d’exploser en possédant la « possible » bombe du king. Elle souffla, compta ses respirations pour se calmer et se préparer psychologiquement à ce qu’une bande de mages lui tombe tous dessus en l’écrasant et la frappant comme un vulgaire punching ball. Elle devait trouver rapidement un moyen d’éviter le premier assaut et de répliquer pour gagner un peu de temps et survivre encore quelques minutes.

Elle arriva en bas de l’escalier et Owen la poussa vers ses nouveaux petits camarades, la mine refrognée. Il aurait dû être content qu’elle soit de nouveau vendue aux loups, non ? Est-il déçu que le King n’est pas été de son côté et qu’elle ne se soit pas vraiment fait recadré par celui-ci ? Elle n’eut pas le temps de penser à plus, qu’un coup de poing vola vers sa droite. Grâce à un réflexe qu’elle ne pensait même pas posséder, elle l’esquiva avec la souplesse d’un chat. Un autre coup de pied vola vers sa direction, mais un souffle de vent, l’aida à l’éviter toujours aussi étonnement que la première fois. Elle profita du déséquilibre de son adversaire, pour lui donner à son tour ç un coup dans le dos et elle remarqua que son temps avait soudainement doublé. Elle esquissa un sourire et continua d’éviter miraculeusement les assauts de ces adversaires et de leur renvoyer la pareille. Elle rencontra même Zaurak qui après avoir tenté de lui donner trois coups décida de tenter de la carboniser. Mais elle s’envola avant de finir aussi grillé comme saucisse dans un barbecue. Elle atterrit sur une petite plateforme situé sur le côté du mur et ne remarqua même pas le participant qui se trouvait déjà là. C’est lorsque deux bras l’enlacèrent par derrière qu’elle tenta de réagir.

- Je prends mon dû pour t’avoir aidé à esquiver toute la première manche, chérie ! lui annonça la voix de Zephyr au creux de son oreille.
- Je me disais bien aussi que ma soudaine souplesse et mon nouveau don de prémonition n’étaient pas normaux.

Zephyr la lâcha et elle remarqua qu’il venait de lui voler la moitié de son temps acquis grâce à leur coopération soit environ 5 minutes.

- Je croyais que c’était un jeu en solo lui répliqua-t-elle en gardant à l’œil les autres candidats qui les fixaient froidement au vue de la coopération qu’ils venaient de mettre en place.
- Qui a dit que c’était du chacun pour soi ? Pour une fois qu’un autre membre du vent daigne être invité en même temps à une journée comme celle-ci je ne vais pas me gêner pour l’utiliser comme il se doit.
- Arrête de me prendre pour ton jouet grogna-t-elle.
- Je suis ton leader, je fais ce que je veux ! dit-il puérilement sans réussir à effacer son petit sourire en coin qui montrait clairement qu’il la charriait.
- Leader de merde. Quelle est la suite de ton plan dans ce cas-là ?
- On vole le temps de tout le monde et ensuite tu me donnes le tien, je gagne, et tout le monde est content.
- Comme si j’allais te donner tout mon temps ? Tu rêves éveillé !
- On verra bien à la fin répliqua énigmatiquement Zephyr.

Il se craqua les articulations et lia ses mains l’une avec l’autre. Son rictus n’annonçant rien de bon avait repris place sur son visage.

- Regarde bien, Kiara, je ne te le montrerai qu’une fois.

Kiara sentit la magie de Zephyr monter brusquement. Elle n’avait jamais senti autant d’énergie venant de lui depuis qu’elle le connaissait. Se retenait-il depuis tout ce temps ? Il ferma les yeux un instant avant de les rouvrir lentement en prononçant comme une sentence vers ses adversaires :

- Kame kuuki (la tortue aérienne).

Aussitôt un dôme d’air concentré entoura les autres chouchous les emprisonnant. Zephyr resta concentré, les mains toujours liées alors que du sang commençait à couler de ses oreilles. Kiara voulu l’arrêter, mais elle s’arrêta attendant le mot final de la technique que voulait lui présenter Zephyr. Il devait savoir ce qui lui en coutait d’utiliser cette technique et pourtant il avait tenu à lui montrer. Il était de son devoir de regarder jusqu’à la fin ce qu’il voulait tant lui faire découvrir. Les participants emprisonnés se mirent soudainement à plaquer leurs mains sur leurs gorges réclamant de l’air. Alors Kiara compris. Le dôme représentant la carapace de la tortue privait l’oxygène de la zone déterminée. Mais du coup l’utilisateur se retrouvait lui aussi en danger du fait que plus il maintenait la technique longtemps et plus l’air circulant dans son sang diminuait. La montre de Zephyr raisonna lorsque le compteur de son temps s’éleva au-dessus de 30 minutes. Il aspirait tout sans le moindre scrupule et maintenait son attaque même si la moitié était déjà à terre. Il allait les tuer s’il continuait.

- Zephyr ! L’appela Kiara pour le faire revenir vers elle, mais il fit la sourde d’oreille. Zephyr ! appela-t-elle plus fortement.

Il daigna faire coulisser un œil injecté de sang dans sa direction.

- Arrête, t’es en train de détruire ton corps ! Ta technique n’est pas encore prête !

Il sépara ses mains et la carapace de la tortue se mit à disparaître laissant les trois quarts dans un état d’inconscience. Seuls les plus endurant arrivaient encore à être conscient même s’il soufflait comme de bœufs. Zephyr n’attendit pas plus longtemps et s’empara de chaque minute qu’il restait aux participants n’ayant même pas assez d’air dans leurs poumons pour alimenter correctement leur cerveau et les faire réussir à répliquer. Zephyr se tourna vers Kiara. Il ne restait qu’elle entre sa victoire et lui.

- Pour la grande finale, nous allons faire une pause et reprendre dans une petite heure déclara le king. Afin que nos quatre derniers participants puissent se donner à leur maximum !

Quatre ? Zephyr lança un regard circulaire et chercha qui avait échappé à son massacre de masse. Il remarqua alors le clone de glace de Crystal qui s’était caché pendant tout ce temps. Elle avait dû avoir le plus de temps dès le début et avait donc préféré les laisser tous s’entretuer et intervenir lorsqu’ils seraient tous épuisés. Cela faisait donc trois alors qui était le quatrième. Il aperçu la chevelure flamboyante de Zaurak agenouillé près de l’un de ses compatriotes du feu en lui tapotant dans le dos comme pour le rassurer que tout irait bien même s’il avait perdu. Enfoiré de Zaurak comment avait-il fait pour survivre comme si de rien n’était dans la carapace de la tortue ? Seul un mage de l’air aurait pu forcer l’alimentation d’air et réussir à contrer sa technique mise en point pendant la convalescence de Kiara. Alors comment ? Bon sang, ce mage était vraiment trop chiant et trop énigmatique. Zephyr lui lança un regard noir digne d’un serial killer auquel Zaurak répliqua par un haussement de sourcil disant clairement : « Dans ton cul teme ».

Lors de la pause, on envoya à l’infirmerie les chouchous du King complètement out et au bord de la mort afin de les rétablir le plus rapidement possible vu qu’ils étaient encore considérés comme étant des espoirs par Priam. Ils se retrouvèrent donc tous les quatre à se regarder dans le blanc des yeux. Zephyr dévisageant froidement Zaurak, celui-ci lui rendant la pareille, Crystal faisant de même face à Kiara qui lui rendait également la pareille. Crystal n’avait toujours pas digéré sa semi-défaite face à Kiara et à la punition que le clan de l’eau avait subi. Le king aussi cinglé qu’il l’avait prédit, les avaient presque tous noyés soit en les faisant nager au milieu des requins ou en les soumettant à des chocs électriques. L’épreuve avait été terrible et Crystal n’était pas ressortie idem de cette expérience. Son corps était à présent parsemé de coupures, de balafres transformant son physique de reine de glace à celui d’amazone, de guerrière des glaces.

- Alors comme ça tu as même réussi à te frayer un chemin jusqu’au rencontre mensuelle des chouchous cracha-t-elle venimeusement envers Kiara. Tu me dégoutes tellement.
- Tu n’as cas arrêter de me regarder lui lança sarcastiquement la mage du vent.
- Comme si je pouvais faire ça. C’est à cause de toi que je suis dans cet état maintenant. Je te déteste, je veux te tuer.

Elle s’approcha d’un pas et se jeta sur Kiara. Elles roulèrent l’une l’autre sur le sol essayant d’étrangler l’autre en premier. Crystal grâce à une technique d’art martial que Kiara ne connaissait pas plaqua son adversaire à terre. Elle lui asséna un coup de poing au visage. La mage de vent la repoussa et lui envoya un coup de pied dans le ventre. Elle en profita pour se relever précipitamment et plaquer à son tour Crystal en lui faisant une clé de bras. Comme quoi, les cours de self défense d’Hideki lui auraient servi une fois dans sa vie. Crystal ne se laissa pas faire et forma un bouclier de pique sur son dos avec sa magie de glace. Les cristaux effleurèrent de peu la peau de Kiara qui venait d’être tiré en arrière par une poigne puissante. Elle tenta de se débattre de cette nouvelle capture, elle voulait se battre. L’adrénaline et la rage en elle embrassaient son envie de dominer son combat plus que tout. Elle voulait faire mal à Crystal, elle voulait la faire taire, qu’elle arrête de rabaisser l’âme de Lily et surtout elle voulait lui prouver qu’elle était meilleure qu’elle.  « C’est ça fillette, les humains méritent tous de mourir » lui chuchota une voix dans sa tête qu’elle ne parvint à identifier. « Tu hais cette fille, tu n’as cas la rayer de la carte » Elle ne savait pas d’où venait ce sentiment, cette fierté, cette rage et cette domination qui faisait qu’elle voulait étriper son adversaire. Elle n’avait jamais ressenti une telle émotion, mais elle l’appréciait grandement. « Oui, continue comme ça, on va les manger tout cru ♥︎ ».

- Lâche-moi gronda-t-elle à Zaurak qui l’avait emprisonné dans ses bras.

Il ne sembla nullement impressionné, mais plutôt inquiet de voir Kiara dans cet état. Le regard de la demoiselle était tellement intense qu’il se sentit attirer inexorablement dans l’océan de ses iris. Néanmoins son attitude décontractée reprit vite le dessus et il raffermit sa prise :

- Combien de fois faudra-t-il que j’intervienne pour vous empêcher de vous étripez toutes les deux ?
- Ne te mêle pas de ça lui hurla-t-elle mais une tape réprobatrice sur la tête du mage du feu sembla la faire revenir un peu à elle.

Elle cligna des yeux et leur couleur bleutée s’affaissa un peu sans perdre leur éclat bleuté plus saisissant qu’à l’accoutume. Il y avait un truc qui clochait avec Kiara et Zaurak était de plus en plus intrigué. Il ne savait pas pourquoi la couleur des yeux de la jeune fille avait subitement changé du jour au lendemain, mais il voyait clairement la corrélation avec sa subite augmentation de sa magie. A croire qu’elle était aussi dotée d’une magie transformatrice en plus de sa magie du vent. Non, ça devait être encore plus compliqué que cela.

Elle profita de la réflexion de Zaurak pour lui donner un coup de tête dans le menton et lui écraser le pied dans la foulée. Il relâcha la prise sans même s’en rendre compte et recula de quelque pas.

- Wow wow, t’es sérieuse là, Kia-chan ? lui demanda-t-il tout de même en se massant le menton.

Le regard noir qu’elle lui renvoya lui fit comprendre que oui, elle était sérieuse. Elle se prépara à revenir à la charge attaquant tout ce qui bougeait, mais soudain une force herculéenne la plaqua au sol. Ses pensées s’embrouillèrent, elle n’arrivait plus à réfléchir et cette petite voix continuait de résonner dans sa tête sans se taire. « Relève-toi, ce n’est quand même pas déjà finit ? Tu ne peux pas les laisser comme ça ! Tu dois tous les tuer ! Pour punir le grand scientifique fou de ces crimes ! ». Elle voulu se relever, mais impossible de prendre appui sur ses bras. Elle était plaqué au sol par une force non identifié et était incapable de la repousser. Quel était donc ce maléfice qui lui coupait ainsi les ailes ?

Elle sentit comme une nouvelle présence à côté d’elle et on tapota sur sa tête gaiement :

- Gentil petit sujet 777, soit gentille et attend une purge pour tuer tes camarades, d’accord ? résonna la voix du king à côté d’elle.

Ses muscles se tendirent et soudainement la petite voix sembla repartir se cacher dans les limbes de son esprit alors que sa tension et sa colère redescendaient. Elle cligna des yeux et tenta de comprendre ce qui venait de se passer. Qu’est ce qu’elle venait de fabriquer ? Elle ne venait pas d’attaquer Zaurak quand même ?

Des sbires la relevèrent de force et la trainèrent vers la sortie. Elle y reconnu Owen qui prit un malin plaisir à lui donner sa nouvelle destination :

- Direction la salle d’isolement. Toutes mes félicitations Kiara. Retour à la case départ.  

***

Elle avait été balancée dans cette même salle qui l’avait accueillit les premiers jours de son arrivé au laboratoire Delta. Cette salle sombre où aucune lumière ne filtrait et aucune particule magique ne se frayaient un chemin. Elle était seule. Seule avec elle-même, seule avec ses souvenirs et seule avec sa haine. Haine contre elle-même. Qu’est ce qui lui avait pris de péter un câble comme ça ? Elle ne se reconnaissait même pas ! Elle ne s’était même pas rendu compte de ce qui s’était passé comme si c’était la petite voix de sa tête qui avait pris provisoirement le contrôle de son corps. Mais comment cela pouvait-il être possible ? Elle se frotta les cheveux et hurla sa rage. Elle n’y comprenait rien et ça l’énervait encore plus. Elle tournait en rond, se sentait coupable envers Zaurak même s’il n’avait pas semblé réellement blessé. Et bien sûr, il y avait cette salle. Cette salle qu’elle avait toujours pris soin d‘éviter durant sa vie au laboratoire Delta. Kiara détestait être seule. Lorsqu’elle était seule, elle déprimait et se rappelait tout ce qu’elle avait perdu.

Elle était arrivée ici à cause de ce satané homme aux cheveux blond. Elle ne se rappelait même pas réellement de son visage tellement ça faisait longtemps maintenant. Elle n’y voyait qu’une forme, une silhouette floue qui lui souriait morbidement. A chaque fois qu’elle y repensait, un frisson d’angoisse la parcourait. Même dans ses souvenirs, elle se rappelait de sa dangerosité. Pourtant Hideki lui disait tout le temps qu’elle ne devait pas être effrayé par le passé mais plutôt par le futur. Le futur est incertain, on ne sait pas ce qui arrive et on en peut le prévoir et c’est pour cela qu’il peut être effrayant alors que le passé est déjà écrit et n’est plus qu’une illusion qui ne veut s’effacer de l’esprit. Repenser à Hideki lui serra le cœur. Pourtant vu qu’il avait disparut depuis si longtemps, elle s’était faite une raison et avait décidé de ne plus être aussi sentimentale en repensant à ses anciens camarades, mais là, elle se sentait redevenir la petite fille qu’elle était il y a 7 ans. Hideki et les Mistrals lui manquaient terriblement. Ils avaient été comme sa famille et avait une place plus importante dans son cœur que ses propres parents. Elle ne devait pas pleurer pour eux, ça les aurait attristés qu’elle n’ait pas avancé depuis toutes ses années à surmonter leur disparition. Elle compta jusqu’à quatre et refoula ses larmes comme elle avait pris l’habitude de le faire.

Peut-être était-ce cette salle et le fait qu’elle y soit retournée qui la rendait si émotive, mais elle ne supportait pas cela. Elle était seule avec ses démons. Et le silence plombé du couloir et de sa salle n’arrangea pas sa situation. Elle se sentit encore plus mal. Elle avait envie d’exploser, de balayer toutes ses résolution et se laisser crever tout simplement. Elle voulait retrouver les mistrals, elle voulait retrouver Mitz. Pourquoi elle n’avait pas le droit de vivre en sécurité et heureuse ? Pourquoi le destin avait décidé de l’envoyer dans ce foutu laboratoire et de lui prendre tout ce qu’elle aimait ? Elle était sure que le prochain qui disparaitrait de son horizon serait soit Zephyr soit Zaurak. Pourquoi avait-elle pensé à Zephyr en premier ? Elle se fit pensante. Zephyr avait été plus cool avec elle ces derniers temps, même s’il restait toujours aussi égocentrique et obnubilé par sa rivalité grandissante avec Zaurak. Il lui parlait de plus en plus comme un vrai membre du vent et ça lui faisait du bien, même si elle ne le montrait pas. En y repensant Zephyr avait toujours été celui qui se souciait le plus d’elle depuis qu’elle était arrivée dans ce laboratoire. Il avait toujours trouvé de moyens pour la pousser à survivre en inventant des paris plus tordus les uns que les autres. A la pousser à sortir de son cocon protecteur qu’elle s’était créée dans cette salle même. Et lorsqu’elle avait besoin d’un ami, il apparaissait toujours et daignait écouter ce qu’elle avait à dire avant de la planter aussi merveilleusement que son arrivée improbable.

Des bruits de pas résonnèrent dans le couloir et stoppa Kiara dans ses pensées. Avait-elle fait un rêve prémonitoire éveillé en s’imaginant Zephyr débarquer pour lui parler au moment où elle était plus bas que terre ? Elle déchanta vite en ne reconnaissant pas la voix de Zephyr, mais celle d’un homme en train de râler.

- Bon sang, je vais buter ce scientifique de merde !

Il donna un violent coup de pied dans la porte de la salle d’isolement de Kiara qui fit trembler les murs sous l’impact. Elle se leva d’un bon en voyant les toiles d’araignées tomber dans ses cheveux. Elle râla et hurla :

- Nan mais ça va pas ?!

Cela sembla stopper l’homme dans sa colère. Il fit quelques pas en arrière et se stoppa devant la porte qu’il venait de frapper violement.

- Heu, il y a quelqu’un là-dedans ? demanda-t-il pour se justifier qu’il ne venait pas t’entendre une voix hypothétique.
- Parce qu’en plus d’être violent, vous êtes sourd ! Quelle veine, vous n’avez pas été gâté par dieu.
- Dieu ? railla l’homme derrière la porte d’isolement de Kiara. C’est une invention pour donner de l’espoir aux gens.
- Vous ne pensez pas qu’il y a une force supérieure aux hommes qui les dirigent à travers le destin ?

Avoir une discussion avec quelqu’un la rassurait même si le sujet de conversation était nul selon elle.

- Je ne crois qu’en moi-même et en mes actions répondit-il évidence. Crois-tu que c’est ton dieu qui a décidé de t’enfermer dans cette salle ?
- Non, c’est parce que je suis punie lui répondit-elle.
- Punie ? De Quoi ?
- D’avoir frapper mes camarades si j’ai bien suivi ce qu’il s’est passé.
- Tu n’es même pas sure t’avoir frappé tes camarades reprit-il amusé.
- Vous me prenez pour une folle ?

Il sentit qu’il venait de la vexer et s’autorisa une pause. Il se laissa tomber contre la porte et regarda le mur d’en face.

- Non, je ne pense pas que tu es folle. Etre manipulé est possible sans que tu en aies conscience.
- Manipulé ?
- Ouais comme l’hypnose, l’illusion, le fait d’atteindre ton esprit et de le retourner contre toi.
- Est-ce que le fait d’avoir entendu une voix peut être le résultat d’une manipulation ?
- Qui sait, ça dépend de pleins de facteurs et je n’ai pas envie de me lancer sur une thèse relative à la manipulation.

Kiara ne répondit pas et se terra dans un silence avant de reprendre :

- Vous avez de la famille ?

Etait-ce le fait d’avoir penser à Mitz et aux Mistrals qui la rendaient si émotive et qui faisait qu’elle avait besoin d‘en parler à quelqu’un. Même un inconnu faisait l’affaire, même si elle était en territoire ennemi. Un silence lui répondit. Est-il parti pendant sa période de silence ? Puis finalement elle perçu sa respiration. A croire qu’elle avait des oreilles hyper sensible ces temps-ci.

- J’en avais une avant lui répondit-il sans rien ajouter de plus.
- Ils sont morts ? Je suis désolée.
- Peu importe, les souvenirs et les familles ne sont que des entraves à la puissance et à l’ascension répondit-il plus durement.

Cela ne trompa pas Kiara. Assisse dans le noir et sans apercevoir le visage de son interlocuteur, elle arrivait mieux à lire entre les lignes.

- Vous n’y croyez même pas vous même. Moi aussi j’avais une famille avant. Même plusieurs. C’est eux qui m’aident à rester en vie dans ce laboratoire de merde.

Elle fit une courte pause et se matérialisa les visages de ses proches dans son esprit :

- J’avais un frère. On a toujours été proches et il a toujours pris soin de moi. Il m’a toujours protégé du danger.
- Il a dû mal s’y prendre pour que tu te retrouves ici ! railla l’inconnu qui malgré sa mauvaise foi continuait de l’écouter sans un bruit.
- N’insultez pas mon frère ! s’emporta Kiara. Il n’a pas pu me sauver parce qu’on avait été pris en otage ! Il ne pouvait pas les empêcher de me jeter par la fenêtre, pourtant il a tout essayé ! S’il n’y avait pas eu cette satanée explosion, j’aurai pu peut-être le retrouver.
- Explosion ?
- Vous n’en n’avez pas entendu parler ? Le BBank de la famille Bell a explosé à Hosenka il y a quelques années et a fait des dizaines de morts !

Elle l’entendit avaler sa salive comme si un mauvais souvenir remontait dans son esprit.

- Ton frère était dedans lors de l’attentat demanda-t-il avec difficulté.
- Oui, vers les derniers étages. Il n’aurait pas pu s’en sortir.
- Je vois.

Le silence reprit place entre eux avant d’être interrompu par l’inconnu :

- C’est quoi ton nom ?
- Mistral…
- Ah t’es le sujet 777 coupa-t-il en reconnaissant le nom de famille. Je vois. Je suis désolé pour ton frère.
- Vous n’y pouvez rien…
- C’est moi qui est fait exploser ce bâtiment et tuer ton frère la coupa-t-il une nouvelle fois sans émotion.

Le cœur de Kiara fit un looping. Venait-elle de parler avec le meurtrier de son frère adoré ? Elle avait encore des questions, si c’était vraiment lui, il devait savoir ce qui s’était passé dans le bureau du chef de la famille Bell. Elle se leva d’un coup sec et tapa contre sa porte.

- Attendez ! Vous étiez-là ce jour-là ? Messieurs ?

Trop tard, elle l’avait entendu se lever et s’éloigner rapidement de sa cellule. Il avait disparu. Kiara enta de le rappeler, mais il ne revint pas.


Il marchait d’un pas rapide à travers les couloirs, il devait s’éloigner de cette fille. Elle le rendait coupable. Il n’aimait pas se rappeler de cette journée car il revoyait sans cesse Kiara tomber de la fenêtre. Il ne savait pas combien de personnes avait été exactement tué dans l’explosion incendiaire de la banque, mais il n’y était pas aller de mains mortes à cette époque. Il avait littéralement pété un câble. Tuer tout le monde et donc le frère de cette fille qui était aussi retenu en otage dans les étages inférieurs au sien. Il avait brisé sa famille, Kiara l’aurait détesté pour ça. Il devenait de plus en plus un monstre et ressentait de moins en moins de culpabilité au fil des années.

Il tourna à l’angle d’un énième couloir et tomba nez à nez ave le King qui sautillaient dans sa direction :

- Ah Mitz ! Justement je te cherchais babilla-t-il gaiement. Ca te dit de vor comment se passe une transformation en dragon slayer ? J’ai un nouveau sujet à tester pour l’étape ultime !
- Ah vraiment ?! Puisque je suis là encore pour quelques heures, pourquoi pas. Qui est l’heureux élu ?
- Le numéro 699. Sparrow Zephyr.

***

 






Dernière édition par Kiara Mistral le Sam 13 Fév - 21:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Crystal Dust


Feuille de personnage
Rang:
Age: 17 ans
Magie: DS des Gaz (4G) - Mahō gasu

Messages : 31
Date d'inscription : 19/03/2015
avatar
Kiara Mistral
MessageSujet: Re: Kiara Mistral - Crystal Dust {83%}   Sam 6 Fév - 22:18



« Chapitre 2 »

Je suis un rat de laboratoire qui a évolué comme un pokemon




Elle sifflota une musique que son frère lui avait appris étant petite et sa voix se répandit lentement à travers les couloirs des salles d’isolements qui étaient bien trop silencieux à son goût.  
Kiara ne comptait plus les heures et attendait qu’on vienne la sortir de sa prison. Elle s’ennuyait à mourir, mais avait fini par passer l’étape de la peur et de la tristesse que lui inspirait le fait d’être enfermé dans cette cage. Maintenant, elle n’était plus que patience, scrutant le mur qu’elle distinguait faiblement dans le noir sans but. Chantonner était sa seule occupation dans cet enfer silencieux alors elle faisait l’effort d’entrainer sa voix et trouver divrs moyens de s’occuper en attendant que sa punition soit terminée. Puis finalement un grognement l’arrêta net :
- Ptin tu ne peux pas la fermer ! Tu m’empêches de dormir !
- Crystal ?

Aucun doute sur l’identité de cette voix froide comme la glace et si désagréable à l’oreille. Alors comme ça elle avait aussi été envoyée en salle d’isolement elle aussi. Cela fit esquisser un sourire à Kiara, elle n’était pas seule dans cette galère même si la seule personne avec qui elle pourrait discuter se trouvait être l’une de ses ennemis.

- T’es là depuis longtemps ? lui demanda-t-elle pour animer la conversation.
- Non, j’étais à l’infirmerie et lorsque je me suis réveillée j’étais enfermé dans cette satanée salle !

Kiara sentait que la chef du clan du l’eau bouillonnait elle aussi de colère de se retrouver dans cette situation déplaisante. Un sanglotement résonna dans le couloir. Kiara distingua une voix fluette d’une enfant qui pleurait en réclamant sa maman. Elle lui aurait bien dit de se calmer et que tout allait bien se passer, mais la gamine se trouvait trop loin de l’endroit où on l’avait enfermé pour entendre les mots rassurant qu’elle lui aurait adressé alors Kiara la laissa pleurer tout son soûl. Crystal grogna encore plus et hurla de toutes ses forces à ses colocataires de se la fermer. Crystal avait toujours eu un problème avec les enfants, elle les supportait difficilement excepté ceux de son clan où elle faisait une exception. Les pleurs, les hurlements la tristesse, elle détestait ça et ça devait être une véritable torture pour elle de se retrouver enfermer dans une salle d’isolement avec pour seule compagnie les agonies des nouveaux arrivants et Kiara sa pire ennemie. Et quand Crystal se sentait mal, elle faisait du mal autour d’elle.

- Tu as raté quelque chose pendant ton isolement déclama-t-elle innocemment.

Kiara tendit l’oreille et lui demanda depuis combien de temps était-elle enfermé exactement et ce qu’elle avait pu manquer de si important.

- Hum, ça doit faire seulement quelques heures je pense, mais bon ça n’a pas empêché ton cher partenaire de courir passer la dernière épreuve du King. Il va surement mourir comme tous les autres…
- Zephyr va recevoir un lacrymal ? s’étonna Kiara assez surprise de la tournure de la conversation.

Si Zephyr allait vraiment recevoir un lacrymal ça signifiait qu’il ne reviendrait plus dans le clan du vent. Elle ne le reverrait plus comme elle ne voyait plus Ash. Il l’avait abandonné sans même passer lui dire au revoir. Un sentiment étrange lui tordant les boyaux monta en elle. Elle se sentait nauséeuse, angoissée et avait un mauvais très mauvais pressentiment.

Un hurlement terrible lui confirma tout cela. Un hurlement qui lui transperça tout le corps comme si elle avait reçu une flèche en plein cœur. La personne semblait souffrir le martyre. Les cris étaient de plus en plus puissant et la détresse qui émanait d’eux était de plus en plus palpable. Kiara perçu un ricanement entre les supplications.

- Quand on parle du loup….

Une porte à côté de sa salle fut ouverte et on jeta un corps se tordant de douleur à l’intérieur. Les pas s’éloignèrent alors que la douleur du nouveau colocataire hantait de plus bel les murs des salles d’isolements. Kiara sentit un tremblement dans tous ses membres. Il semblait être en train de se faire dépecer vivant tellement sa douleur semblait intense. Elle avait même l’impression d’en ressentir une partie. Sans même s’en rendre compte, les larmes étaient montées à ses yeux et c’est seulement en sentant le liquide perler au coin de ses iris qu’elle se rendit compte de l’état dans lequel l’inconnu la mettait. Elle tremblait de part et d’autre. Qu’est ce que le King avait injecté à cette personne pour qu’elle hurle aussi fort et transmette autant de douleur autour d’elle ? Les pleurs des enfants arrivant au sein des murs rejoignirent la litanie du cobaye blessé rendant la symphonie encore plus macabre qu’elle ne l’était déjà.  

Elle ferma les yeux et sentit comme des images morbides traverser ses yeux et une main lui serrer le cœur comme une éponge pour évacuer le sang que celui-ci recevait. Elle ressentait une partie de la douleur de l’inconnu et en entendant Crystal réprimer des sanglots, rageuse, elle ne devait pas être la seule à se sentir comme aux bords des portes des enfers. Kiara serra les dents tellement qu’elle se sentit mordre ses joues et du sang parcourir sa bouche.  Un mal de tête horrible montait dans sa tête et elle avait envie de vomir ses tripes. Elle ne pourrait pas tenir longtemps vu la tournure que prenait ce partage de douleur collectif. De plus étant la plus près de la cellule de l’inconnu, elle ressentait plus fortement les effets que les autres et lorsqu’elle se sentit défaillir une première fois et qu’elle se mit à apercevoir des formes vaporeuses, elle su qu’elle devait faire quelque chose avant que ce carnage ne la tue.  Prenant une grande inspiration, rejetant ses cheveux mouillé par sa sueur en arrière, elle rampa jusqu’au mur qui la séparait de l’inconnu et commença à parler avec le peu de force qu’elle arrivait à garder :

- Hé ! héla-t-elle faiblement puis plus fortement la seconde fois. Tu dois te calmer ou tu vas tous nous tuer. Je sais que je te demande quelque chose de très dur, que tu souffres le martyre, que tu ne peux pas t’empêcher de crier, mais tu dois faire un effort !

Sa demande sembla ne même pas atteindre son voisin de cellule qui continuait de se tenir les côtes, rouler au sol, voir se muscles se tendre et sa magie exploser de plus bel. Elle recommença, tentant d’ajouter sa propre magie pour appuyer ses mots et former un barrage entre elle et la magie néfaste de son voisin, mais cela ne servit à rien. Sa magie n’était pas assez puissante pour échapper aux murs d’absorption de la salle d’isolement contrairement à la force du jeune homme souffrant.

Kiara plaqua ses mains sur ses tempes et se sentit une nouvelle fois défaillir. « Hoy, résiste un peu fillette ! » résonna une voix inconnue dans sa tête, « Fais un effort bon sang, pas question de perdre face à Até ». Ses jambes ne la supportant plus, elle se retrouva au sol en position fœtal. Les larmes continuaient à couler sur ses joues comme un flot inarrêtable. Elle ne pouvait rien faire et juste subir. Elle serra encore plus les dents pour éviter de faire comme Crystal et retenir ses grognements de douleurs. « Relève-toi » ordonna impatiemment la voix dans sa tête. Elle devenait folle, son sang circulait de moins en moins bien à son cerveau. Elle mourrait à petit feu, ses muscles étaient raides et elle sentait de moins en moins le bout de ses doigts, la fraicheur de la pièce ou la sueur qui perlait son front. Elle se sentit partit une troisième fois, mais la voix la ramena une nouvelle fois dans ce cauchemar de sensation. « Satané gamine, obliger de puiser dans ma réserve pour maintenir ton corps conscient ». Elle sentit comme de la tension dans son œil qui le faisait tressauter nerveusement. Elle ressentait une douleur tellement forte que même son corps essayait d’y réchapper alors que devait réellement sentir son voisin lui qui subissait une souffrance encore plus puissante ?

Ses yeux habituellement si bleu étaient triste, sans vie et tellement pâle qu’on avait l’impression que la flamme qui les habitués normalement venait de s’éteindre comme un feu qu’on étouffait. Elle entendit des bruits de pas dans le couloir précipité puis s’arrêter devant sa porte. Des scientifiques sous les ordres du king qui paraissait affoler :

- Si on ne sort pas les cobayes des salles d’isolements, ils vont tous mourir sous la magie du test. Ils ne peuvent pas construire de barrière magique comme nous à cause du dispositif d’absorption des magies des murs des salles. Que faisons-nous King-sama ?
- Hum ? Quoi ? Les cobayes ? Bah je m’en fou, laissez-les crever déclara-t-il sans même se soucier de ce qu’il pouvait perdre dans cette histoire.

Les deux sbires de la zone isolement échangèrent un regard désolé et l’un d’eux insista tout de même à prévenir le king :

- Deux de vos chouchous sont en ce moment-même dans les salles d’isolements, vous risquez de les perdre si on les laisse-là, monsieur.
- Hein ? Je m’en fou, s’ils crèvent c’est qu’il ne méritait pas de revenir dans nos rang.
- Sadique ricana la voix de l’homme qu’elle avait rencontré plus tôt et qui avait tué son frère.

Elle perçu les bruits de pas s’éloigner et entendit le feulement de rage de Crystal. Elle aussi avait entendu ce petit échange verbal et elle rageait encore plus qu’elle ne l’était déjà. Peut-être que c’était sa colère qui lui permettait de tenir face à la douleur lancinante qui écartelait ses côtes ? « Tu devrais faire pareil stupide gamine » recommença la voix avec un ton qui laissait envisager qu’elle était énervée.

En plus de la douleur et du manque de force, elle commença à percevoir des hallucinations. Une petite luciole en forme circulaire voletait autour de son visage l’éclairant faiblement de sa lumière dorée. Elle aurait voulu l’enfermer dans ses mains et la porter à son coeur comme un porte bonheur, mais impossible de faire bouger l’un de ses membres. Elle se mourrait. Elle était dans un demi-état, à moitié comateuse enchainant les pensées qui ne représentait pas grand chose si on cherchait le sens de celle-ci. Elle pensa à tout ce qu’elle quittait et qui elle allait rejoindre : Shinji, Yuki, Tora, Hideki, Mitz, Lily. Elle voyait tous leurs visages autour d’elle esquisser des sourires penauds alors que Lily assisse à ses côtés lui caressait doucement les cheveux en les repoussant de son front humidifié.

- Je suis en train de vous rejoindre chuchota-t-elle presque tellement les mots avaient du mal à sortir de sa bouche pâteuse de sang.

Lily secoua lentement la tête de droite à gauche. Non. Pas question. Elle lui fit un sourire penaud et posa sa main sur les yeux de Kiara. Celle-ci sentait presque la chaleur de l’illusion qui la berçait vers le monde des morts. « Rah fait chier, humaine de merde » grogna plus fortement la voix. « Mais fait quelque chose ne te laisse pas mourir comme ça ! Tu dois survivre ! Tu dois venir à moi ! ».

Une chaleur dans son ventre se matérialisa et elle la sentit remonter tout le long de son corps forçant l’écoulement du sang. Les tremblements ralentirent et elle recommença à sentir le bout de ses doigts qu’elle secoua. La douleur qu’elle avait ressentie était peu à peu mise à l’écart alors la magie en elle faisait barrage. Elle ne comprenait pas, sa magie aurait dû être absorbé par la barrière magique qui était toujours active alors comment pouvait-elle l’activer et la forcer à rester autour d’elle comme un bouclier. « Tu as intérêt à revenir à moi petite humaine car c’est moi et personne d’autre qui te tuerais » grogna la voix dans sa tête avant de se taire définitivement. Elle ne comprenait pas ce qui se passait, mais elle en profita pour reprendre appui sur ses genoux et faire face au mur la séparant de son voisin qui agonisait un peu moins qu’avant. Elle plaqua ses mains sur le murs prit une grande inspiration et hurla comme elle ne l’avait jamais fait :

- Contrôle-toi ! Tu vas tous nous tuer si tu continues ! Entend ma voix ! Dis quelque chose !

Elle sentit sa magie fondre vers la source de tous les maux et le frapper comme une vague de tsunami. Elle chancela légèrement et frappa le mur de ses poing pour attirer l’attention de son voisin. Il avait baisser le son et avait arrêter soudainement de crier, mais elle entendait encore son souffle lourd, ses râles de douleur qu’il tendait d’étouffer et sa magie diabolique attaquer les êtres vivants autour d’elle :

- Kia…ra… prononça-t-il dans un ultime effort.
- Zephyr ? Zephyr c’est toi ? demanda-t-elle alors qu’elle avait reconnu sa voix affaiblie. Zephyr, je suis à côté de toi, tu dois te contrôler sinon on va tous y passer. Je n’entends même plus Crystal !
- J’y….arrive….pas
- Si tu peux y arriver ! Dis moi comment je peux t’aider ! Je dois pouvoir faire quelque chose !
- Alors buttes-les tous réclama-t-il en divaguant à moitié.
- Heu, je peux pas les tuer, je suis emprisonnée lui rappela-t-elle comme si c’était pas évident pour tout le monde.

Elle tendit l’oreille et plissa les yeux en entendant Zephyr divaguer comme s’il était dans un demi-rêve.

- Enculé de traitre de Zaurak…P1 en E4… je vais te vaincre déesse de malheur…

Zephyr semblait vraiment à bout et malgré le fait qu’il soit à demi-endormi, il semblait avoir compris le message de Kiara car dans un effort qui semblait lui paraître surhumain, il contenait sa magie dans sa propre salle même si l’effort rendait sa divagation et sa propension à la folie bien plus évidente. Kiara refusant de le laisser sombre continua de lui parler pendant des heures et des heures. Elle lui parla de tout et de rien.

Finalement, plus aucun son ne sortit de la bouche de Zephyr. Elle n’entendait même plus sa voix ni ne percevait sa magie bien trop puissante pour être emprisonné par les murs de la salle d‘isolement. Kiara fut soudainement très inquiète.

- Zephyr ? Zephyr tu es toujours là n’est-ce pas ?

Seul le silence mortuaire qui la paralysait continuellement lui répondit. Elle se sentit soudainement très angoissée et répéta :

- Zephyr ? Zephyr dis quelque chose tu me fais peur !

Elle sentit les larmes remonter dans ses yeux et continua d’appeler le nom de Zephyr en pleurnichant.

- Arrête de pleurer pour un rien, je suis encore en vie stupide sentimentale ! lui répondit-il finalement d’une voix si faible que Kiara ne savait même pas comment elle avait pu faire pour l’entendre. Comme si le grand Zephyr pouvait mourir débile reprit-il.
- Idiot arrête de me faire faire l’ascenseur émotionnel le réprima-t-elle gentiment tellement elle était soulagée.

Elle ne s’était jamais rendue compte que Zephyr comptais à ce point pour elle. Il était devenu un repère, un pilier dans sa vie et elle se sentait perdu sans l’avoir à proximité. Le comprendre lui fit une sensation bizarre.

- Qu’est ce le king t’as fait pour t’avoir presque tué ? demanda-t-elle
- Plus tard, suis fatigué répondit-il

Elle acquiesça silencieusement et se permit à son tour un léger sommeil.

o0o

Lorsqu’elle se réveilla, se fut lorsque la porte de la salle d’isolement fut ouverte et que la lumière vive du couloir lui frappa les iris. En face d’elle, après un moment d’adaptation, elle se mit à reconnaître les contours de la forme d’Owen. Celui-ci souffla de lassitude :

- Toujours en vie ? Bon sang t’es immortelle ou quoi !

Elle ne lui répondit pas et baissa la tête. Manquer de respect encore l’aurait obligé à rester encore longtemps coincé dans ces murs et ça faisait longtemps qu’elle était coincée et avait supporté l’agonie croissante de Zephyr avant qu’il arrête de souffrir le martyre cette nuit même. Elle se leva et sortit en attendant à côté d’Owen qu’il referme la porte de ses cauchemars.

- Je suis restée enfermée combien de jours ?
- Une semaine environ.
- Et Crystal ?

Owen esquissa un sourire mauvais et répliqua :

- Regarde par toi-même.

Il poussa la porte située en face de lui du bout des doigts et une odeur de mort et de décomposition frappa le nez de Kiara violement. Une envie de vomir la submergea soudain et elle se fit violence pour ne pas déglutir devant Owen. En face d’elle Crystal était morte, surement au début de l’arrivée de Zephyr dans le couloir, sa tête était en sang, elle avait dû se cogner à mort contre le mur et se suicider pour échapper à la douleur. Kiara recula et jeta un regard le long du couloir. Toutes les portes excepté celle de Zephyr étaient ouvertes et les scientifiques sortaient des cadavres d’enfants et les emmenaient vers l’incinérateur du laboratoire. Kiara eut un nouvel élan au cœur.

- Tous mort commenta Owen. Ton capitaine les a tous exterminé en un temps record. Seul La fille de l’eau a tenu le plus longtemps, sans parler de ton compte l’immortelle.  

Sa décontraction et son manque d’empathie glaça le sang de Kiara. Owen était un monstre sans cœur et le King qui avait laissé cela se dérouler était pire que les démons sur Fiore. Il lui fit signe de la suivre et elle s’éloigna du massacre laissant seul Zephyr et ses crimes.

Au détour d’un couloir, elle croisa le King mâchonnant une sucette de bonne humeur. Il remarqua Owen et Kiara et s’arrêta à leur hauteur alors qu’Owen baissait la tête en signe de respect. Kiara ne fit pas de même et le regard morne par tout ce qu’elle venait de vivre prêta peu d’attention autour d’elle. Voilà pourquoi elle faillit percuter le King. Celui-ci la rattrapa par les épaules avant la collision, sortant la fille de ses pensées. Elle releva la tête vers le King et cligna comme sortant d’un rêve.

- Ca par exemple, Kia-chan, tu ne regardes plus où tu vas ? lança-t-il amusé.
Un sourire joyeux et niais tranperça son visage avant de s’immobiliser en un une moue étonnée. Il tira Kiara vers lui et s’agenouilla à sa hauteur. Son regard scientifique venait de se mettre en action et il la regarda fixement bloquant son visage entre ses doigts. Il serra les dents et fit une moue boudeuse.

- Qu’est ce qui est arrivé à tes yeux ? lâcha-t-il mécontent.

Kiara porta ses mains vers eux, mais le King la coupa dans son élan et la repoussa comme si elle avait la peste soudainement. Il grommela et assigna Owen de le suivre immédiatement, Kiara sachant pertinemment retourner à la salle du vent qui se trouvait le couloir d’après. La jeune fille ne comprit pas le revirement de comportement du King et cligna des yeux, incomprise par la situation qui venait de se dérouler. C’est lorsqu’elle aperçu son regard dans le reflet de la vitre des membres du feu qu’elle compris.

Ses yeux étaient redevenus noirs de jais.  

o0o

La journée, elle retrouvait les membres du vent pour l’entrainement habituel. Les pauvres membres du vent étaient perdus sans Zephyr pour les guider et ils ressemblaient à des petits poussins à qui on venait de leur prendre leur mère. En l’absence de leur chef, le clan resta encore plus souder qu’il ne l’avait jamais été. Les membres voyaient Kiara comme la remplaçante provisoire de zéphyr et cela la surpris plus d’une fois. On la suivait, lui demandait de l’aide et on avait arrêté de la traiter comme la dernière pestiférée de la bande. Peut-être étais-ce dû à sa relation avec Zephyr qui avait fait croire aux membre du clan du vent qu’elle était plus importante que tout ce qu’ils avaient imaginé jusqu’à maintenant. Le fait étant qu’a présent, elle se sentait comme un devoir de protéger les petits nouveaux du vent et tendant de changer lentement la vision des membres du vent. Ils devaient apprendre à accepter les nouveaux et non les tester continuellement pour juger s’ils avaient le droit et l’honneur de rejoindre leur rang ou non. Vince était  sorti de l’infirmerie depuis longtemps et s’était rangé aux côtés de Kiara sans même qu’elle lui en est demandé quoi que ce soit. Les membres du vent se montraient même moins violents et arrogants face aux membres du feu ce qui en intrigua plus d’un. Même les piques de Zaurak envers Vince ne suffisait à le faire sortir de ses gongs. Tout le monde faisait comme Kiara et souriait en tentant d’éviter les tensions. Les rangs s’étaient resserrés entre eux et c’était une façon de se protéger sans leur boussole qu’avait été Zephyr pendant toutes ses années. Plusieurs fois, des membres décidèrent de demander à Kiara si elle avait eu des nouvelles de Zephyr et elle leur répondit qu’il allait bien, qu’il allait bientôt revenir qu’il fallait juste attendre. Cela sembla redonner un sourire soulagé aux gamins du clan qui idolâtrait vraiment Zephyr. Kiara avait toujours vu Zephyr par son côté maléfique et à présent en voyant le manque qu’il avait créé au sein même du clan, elle se disait qu’elle l’avait peut-être jugé un peu trop vite.  Voilà pourquoi, le soir au lieu de partir travailler sa magie comme elle avait appris à le faire quotidiennement, elle se fraya un chemin discret vers le couloir des salles d’isolement. Elle vérifia que personne ne faisait de ronde en ce moment et trottina devant la porte en acier où était enfermé Zephyr.

Elle se racla la gorge et chuchota sans hausser trop la voix :

- Zephyr, tu dors ?
- Non lui répondit-il après un court silence. Qu’est ce que tu fais-là ? Je croyais qu’il t’avait relâché ?
- C’est le cas, mais je me suis dit que t’aurai besoin de compagnie maintenant que tu n’as plus personne à qui parler.
- T’es vraiment stupide et suicidaire. S’il te choppe ce n’est pas la salle d’isolement où ils vont t’enfermer, c’est direct dans l’incinérateur.
- Mais non, raconte pas n’importe quoi, j’aurai senti leur aura avant qu’il arrive ici. Tu m’as entrainé à ça !
- Si je me rappelle bien tu n’as jamais été doué pour ça donc permet moi de douter un peu.
- T’es vraiment mauvaise langue répliqua-telle en esquissant un sourire en coin.

Les joutes verbales avec Zephyr lui avaient cruellement manquées.

- Le clan attend impatiemment ton retour lui déclama-t-elle.
- Ca ne m’étonne pas, je suis leur dieu.

Elle savait qu’il était en train de sourire en pensant à ses petits protégés et cela la fit sourire aussi avant de se faner al phrase suivante :

- Je ne pense pas que le king me laissera réintégrer le clan.
- Quoi mais pourquoi il ferait ça ? Tu penses qu’il va te tuer alors que tu as survécu ?
- Je ne sais pas, tout ce que je sais, c’est qu’une fois le lacrymal obtenue, aucun cobaye n’a pu retourner parmi les siens.
- Mais toi, tu reviendras nous voir, non ?
- Je ne sais pas si je pourrais ; Ecoute Kiara, je suppose que c’est déjà le cas, mais je vais te le demander alors écoute bien.

Il fit une courte pause.

- Peux-tu t’occuper du clan du vent à ma place. Ils ont besoin d‘un leader et tu es celle qu’il leur faut. Protège-les à ma place d’accord. Ils ont besoin de quelqu’un de fort pour les guider et les empêcher de perdre les pédales. Tu te dois d’être leur lumière, leur montrer qu’on peut survivre et s’en sortir même si je ne suis pas là !
- Je ne pense pas être la bonne personne, Vince aurait été mieux approprié pour les guider, je risque plutôt de les embarquer dans mes conneries !
- Pas question, Vince l’a senti aussi, c’est toi qui dois t’en occuper. Kiara fait-le pour moi, ok ?
- Ok t’as gagné, je ferais mon possible, je les protègerai de la purge et je viendrais te faire un contre-rendu tous les soirs !

Elle sentit le sourire moqueur de Zephyr à travers la porte avant même d’entendre le tond e sa voix :

- T’es bien innocente si tu penses que tu pourras t’opposer au King. C’est pour ça que c’est toi qui dois le guider. Tu gardes toujours espoir.

Elle se prépara à lui répondre lorsqu’il al coupa dans son élan :

- Quelqu’un arrive, va-t’en !

Prise de cours, elle concentra sa magie pour percevoir l’aura qui approchait et compris que Zephyr avait raison. Etonnement depuis sa transformation, il arrivait à sentir les personnes arriver dans ses environs sans même utiliser sa magie. A croire qu’il avait hérité d’un nouvel odorat. Elle se leva et s’éloigna rapidement de la salle d’isolement avec un mauvais pressentiment. Elle connaissait cette aura mais impossible de mettre un nom dessus. Zephyr avait raison, elle était vraiment nulle à cet exercice. C’est en chassant ses pensées qu’elle partit se coucher.

***

Le lendemain, elle fut réveillée brusquement par Vince qui entra dans son dortoir comme une tornade. Il passa son regard en diagonal alarmé et croisa les pupilles à moitié réveillés de Kiara qui l’interrogea du regard :

- Vince, qu’est ce que tu fous dans le dortoir des filles ? Tu sais que t’as pas le droit.
- Kiara c’est urgent !

Il semblait au bord de la fin du monde et il secoua presque Kiara dans ses bras tellement il était alarmé et effrayé en même temps. Kiara tenta de le calme et en lui demandant ce qui se passait, mais les mots semblait comme bloqué dans sa bouche. Puis prenant une grande inspiration, il lâcha la bombe.

- Zephyr s’est fait tabasser hier soir ! Il est dans le coma.

o0o

Son monde venait de s’écrouler comme un château de carte. Elle était sorti en courant de son dortoir malgré le fait qu’elle soit encore en pyjama et avait couru sans s’arrêter ou même attendre Vince jusqu’à l’infirmerie. Elle fit coulisser avec force la porte et entra sans même s’annoncer. Elle parcourut la salle du regard et tomba sur le corps tuméfié de Zephyr. Un masque avait été posé sur sa bouche lui donnant de l’air et il semblait dormir. Kiara sans même s’en rendre compte sentit les tremblements la submergeait et voir Zephyr ainsi la rendit soudainement très triste. Elle marcha lentement vers lui comme si elle avait soudainement très peur de le réveiller.

- Oh Zephyr souffla-t-elle

Elle se laissa tomber sur une chaise à côté du lit et ne quitta pas le visage du blessé une seule fois. Vince finit par arriver à son tour et hésita à rentrer à son tour dans la salle comme si ce moment appartenait uniquement à Kiara et Zephyr.  Mais voyant Kiara au bord des larmes, elle se sentit le devoir d’aller réconforter son nouveau capitaine même si une douleur semblable lui matraquer le cœur. Zephyr avait été comme un frère pour lui. Ils étaient arrivés en même temps au laboratoire et c’est Zephyr qui l’avait aidé à développer une magie. Il se rappelait très bien la joie qu’il avait ressenti en se rendant compte qu’il possédait la même magie que son frère de cœur. Très vite, Zephyr s’était ensuite imposé parmi les membres du vent et tous les uns après les autres avaient établis une nouvelle hiérarchie. Zephyr tout en haut puis Vince son fidèle bras droit et ensuite les autres. Puis Kiara était arrivé et avait tout bouleversé. Elle avait attiré l’attention de Zephyr et cela n’était pas passé inaperçu aux yeux de Vince. Il avait bien remarqué le changement de comportement de son meilleur pote et même si Zephyr tentait de le cacher, il était devenu évident que Zephyr s’était pris d’affection pour cette fille. Vince n’avait jamais compris ce que Zephyr trouvait à Kiara de si particulier, elle était une fille braillarde qui amenait que des emmerdes. Maintenant il savait ce que Zephyr avait vu qu’il n’avait pas vu chez elle. Elle était loyale, attentionnée et elle prenait soin des personnes. Elle était une battante et il comprenait à présent que Zephyr lui ait demandé de l’épauler lorsqu’elle devrait prendre sa suite.

Il posa une main sur son épaule. Elle paraissait tellement fragile qu’il avait même peur de la casser avec ce simple geste. Il allait devoir la protéger, la garder à l’œil. Elle allait s’attirer de nouveaux ennuis en voulant savoir qui avait tabasser pratiquement à mort Zephyr.

- J’aurai dû rester encore un peu avec lui au lieu de retourner au dortoir comme il me l’avait demandé lâcha-t-elle faiblement.

Elle repoussa les mèches rebelles du front de Zephyr et son regard se fit plus triste qu’il ne l’était déjà. Vince passa sa main dans son dos en signe de réconfort :

- Tu n’aurais rien pu faire. Si l’adversaire a pu mettre Zephyr dans un tel état, tu serais couchée toi aussi dans le lit voisin.
- Non, j’aurai pu l’aider !

Il lui prit les épaules et la força à le regarder dans les yeux.

- Non Kiara, t’aurai été inutile. Zephyr aurait cherché plus à te protéger qu’a protégé sa propre vie. Il a toujours été prêt à sacrifier sa vie pour toi !
- Qu’est ce que tu racontes ?
- Il m’a raconté pour la journée des chouchous, pourquoi crois-tu qu’il s’est associé à toi pendant la bataille ? Parce que sinon tu t’aurais fait manger toute crue par les autres et il ne supportait pas de te voir blesser. C’était toujours lui qui venait le plus souvent à ton chevet quand tu étais dans cette salle. Il a toujours veillé sur toi même quand tu t’entrainais le soir avec Zaurak.

Elle ouvrit grands les yeux mais Vince continua à déballer ses paroles comme s’il se libérait d’un poids énorme :

- Oui, il le savait dès le premier jour que tu t’entrainais avec lui ! –Elle remarqua qu’il avait pris soin de ne pas l’appeler le traitre comme il en avait l’habitude et le laissa continuer- Il était aussi venu le soir de la purge de Zaurak parce qu’il savait que tu serais seule à attendre. Même s’il savait que tu refusais son aide, il te le donnait autrement !

Il attrapa le médaillon autour du coup de Kiara et le détacha en tirant. Il lui plaqua devant le visage :

- Tu vois ce pendentif, je sais que c’est lui qui te l’a donné. Il aimait beaucoup ce pendentif parce qu’il appartenait à sa mère qui l’avait acheté dans une brocante, c’était son seul souvenir de sa maternelle. Tu vois, il prenait soin de toi au même titre que nous autres et il serait extrêmement blessé si tu te rendais coupable de son état alors que tu n’aurais rien pu faire.

Il prit la main de Kiara et laissa tomber le pendentif à l’intérieur avant de repartir vers le couloir. Il était épuisé, il se sentait nauséeux et le fait d’avoir vu Zephyr dans cet état et d’avoir dévoilé ses secrets le rendait mal à l’aise. C’est sans se retourner qu’il marmonna un « Désolé mec je lui ai tout dit » et disparu la seconde suivante.

Kiara se retrouva seule dans l’infirmerie et elle demeura plusieurs secondes interdite. Puis elle laissa coulisser son regard vers Zephyr. Zephyr qui l’avait toujours protégé et s’était adapté à son mauvais caractère pour la dompter et réussir à communiquer avec elle. Elle se sentit encore plus mal et ferma les yeux. Elle ravala ses larmes, rattacha son pendentif et serra les poings. Elle allait à son tour protéger Zephyr. Si celui qui lui avait fait ça comptait revenir, elle allait le dépecer sur le champ. Mais une question demeurait sans réponse. Qui était le monstre qui avait réussi à rendre Zephyr comateux ? Elle allait devoir mener l’enquête pour tenter de le mettre hors d’état de nuir avant qu’il ne re-blesse Zephyr et termine le travail. Elle fit une bise légère sur le front de Zephyr et sortit de la chambre d’infirmerie. Elle allait s’occuper de cette affaire toute seule ! Elle allait venger Zephyr.

***

Jour 1 de convalescence

Cher Zephyr,

Je ne sais pas si c’est une bonne idée de commencer ce journal en ton honneur de cette manière. Je sais déjà que tu viens de te moquer de moi en lisant ces deux premières lignes et sache que c’est pas sympa. Moi qui fais l’effort d’écrire un journal au jour le jour pour que tu saches tout ce que tu as manqué !

Enfin bref, La journée a été passablement mouvementée dans le clan du vent. Comme tu me l’a demandé je tente de prendre soin d’eux, mais lorsqu’ils ont appris la nouvelle que tu étais dans le comas, ils ont tous déprimés toute la journée et on fait une sorte de journée funéraire en ton honneur en gardant le silence du matin jusqu’au soir. A les voir agir, on dirai que tu es mort, mais tu es toujours vivant n’est-ce pas ? Tu vas lire mes lignes même si c’est dans des années. Tu vas encore me traiter d’optimiste, mais je sais que tu vas te réveiller contrairement à ce que dis l’infirmière. Tu es un battant !

Je m’excuse par avance, mais je me dois de le faire. J’espère que tu me pardonneras mais j’ai décidé de traquer le responsable de ton état. Je sais que Vince essaie de m’en arrêter et je pense que tu lui avais déjà fait parvenir des directives avant de partir recevoir un lacrymal, mais ça ne change rien. Je suis maligne et j’arrive à lui échapper contrairement à toi. Je suis déjà allée sur la scène de l’attaque, mais il semblerait que le king ou le coupable ait nettoyé la scène de fond en comble. Je n’ai même pas trouvé de détail insignifiant  ou de message que tu aurais pu laisser pour m’aiguiller. Mais je ne perds pas espoir, le coupable revient toujours sur les lieux du crime ! J’alterne les tours de garde à ton chevet avec Vince et les autres nuits je guette le coupable dans tout le laboratoire. Pour l’instant je ne l’ai aps trouvé et je ne comprends toujours pas pourquoi il t’a attaqué, toi ! Quels étaient ses motivations ? En plus avec le nombre de tes ennemis j’ai le choix pour accuser quelqu’un à tord.

Je vais devoir te laisser, je ressens l’aura de Vince et je ne veux pas qu’il trouve ce carnet. S’il sait ce que je prépare je suis condamné pour rester enfermé dans mon dortoir jusqu’à la fin de ma vie.

En espérant que tu te réveilles bientôt.


***

Jour 7 de convalescence,

Zeph,

Ca fait maintenant une semaine que tu es dans le coma et je n’ai pas avancé d’un poil dans mon enquête comme tu as pu t’en rendre compte en lisant le résumé de ma quête dans les jours précédents. Je commence à désespérer de trouver ne serais-ce qu’un seul indice. Tu ne peux pas m’envoyer un signe ? Quelque chose qui pourrais m’aider ? Je sais que tu es contre le fait que me mette délibérément en danger, mais je n’ai pas le choix si je souhaite te protéger toi et les futurs membres du vent qui recevront un lacrymal.

A part ça, le king ne m’invite plus à ses réunions de chouchous. Je pense que c’est parce que mes yeux sont redevnus noir du jour au lendemain. Suite à cela, le king m’a de nouveau appelé numéro 777 et ne m’a plus prêté attention. Je suis redevenu un objet de décor et je sais que ça te fait plaisir parce que je suis sûre que tu n’appréciais pas des masses le fait que le King me tourne autour. C’est pour ça que tu as fait en sorte d’accélérer le processus et que tu as tout fait pour recevoir un lacrymal rapidement ? Pour détourner le king qui avait toute son attention sur moi ? Avais-tu peur qu’il se mette à faire des opérations sur mon corps la nuit ? Je sais qu’il en a fait sur toi, tu portes des cicatrices que je n’avais jamais vu. Vince m’a confirmé ma théorie, mais je ne suis jamais sur de ce que j’avance. Tu restes une énigme pour moi. A chaque fois que j’ai l’impression de te comprendre, tu changes de comportement comme un rubi’cube de couleur.

A part ça les membres du vent sont toujours dans leur état de deuil et je n’arrive pas à les faire travailler de nouveau. J’ai peur que le King leur fasse quelque chose pour les forcer à se remettre au boulot. Vince tente de m’aider à les motiver, mais nos voix ne semblent pas les atteindre. Je touche le fond. Je commence a en avoir marre…

Si tu étais à ma place qu’est-ce que tu aurais fait ?


***

Jour 9

J’ai une nouvelle théorie ! Je pense que tu t’es fait attaquer par celui qui s’attaque à tous ceux qui reçoivent un lacrymal. Je tiens cette idée d’Ash. Je suis allée la trouver, et j’ai eu beaucoup de mal. Elle se trouve à l’autre bout du laboratoire à des endroits que je n’avais encore jamais visité. Tu aurais du la voir, elle mangeait du feu ! Elle semblait tellement forte et tellement différente de la dernière fois que je l’ai vu que j’ai faillit ne pas la reconnaître ! Ash, m’a dit qu’elle avait appris en écoutant discrètement des scientifiques qu’il y avait surement un espion dans ce laboratoire car à chaque fois qu’un enfant recevait un lacrymal, il mourrait. Avant de découvrir ce qui t’était arrivé, on avait toujours affirmé que le cobaye était mort à cause de la transformation, mais à présent en voyant tes blessures, il est clair et net que quelqu’un tente de perturber les expériences du King ! Tu aurais dû le voir. Le king fulmine de rage. Il exige qu’on trouve où se trouve cet espion, mais il est malin et ne laisse pas de trace. Le King a même accusé Owen, mais il s’est révélé qu’il était innocent. Il est gardé en garde à vue en attendant. Enfin, tu comprends donc pourquoi je suis si enthousiaste. C’est la piste, le signe que j’attendais !
Maintenant je dois trouver un moyen de découvrir qui est cette espion et l’attirer dans mes filets. J’ai un plan mais tu ne vas pas l’apprécier. Je risque ma vie, mais si je ne le tente pas, je le regretterai toute ma vie. De toute façon, tu me traites tout le temps de fille stupide alors il est temps de te montrer que j’ai dépassé tes plus fous espoirs !

Je vais aller voir le King et lui demander de recevoir un lacrymal. A partir de demain, je commence mon enfer pour te sortir du tien ! Je vais être l’appât et neutraliser de mes propres mains celui qui a osé te faire ça. Avec la puissance du lacrymal, j’ai une chance de vaincre et je n’hésiterais pas un seul moment à mettre en pièce l’enfoiré qui a mis ta vie en pause !


***

Priam marchait d’un pas énergique vers l’infirmerie où il devait rejoindre ses subalternes pour parler du cas Sparrow. Ca faisait plus d’une semaine que l’enfant était encore dans le comas et aucun signe ne laissait présageait une guérison de sa part. A croire que le numéro 699 s’était enfermé volontairement dans un sommeil le temps que son corps s’habitue à sa nouvelle transformation ou qu’il se protégeait de la menace cachée du laboratoire. Priam avait noté plusieurs informations qui l’avait intrigué beaucoup au moment où on lui avait annoncé que l’un de ses sujets qui avait miraculeusement survécu à l’implantation du lacrymal était tombé dans un coma inexplicable. Le sujet 699 n’avait pas été plongé dans la léthargie à cause de la transformation. Sur ce point il en était sûr à 99%. Des traces de luttes l’avaient interpellé et maintenant il savait quelque chose à l’intérieur même du laboratoire avait réussit ce coup de maître d’immobiliser son nouveau joujou. Mais il y avait un autre point qui l’avait intrigué. Le numéro 699 ne présentait pas exactement les mêmes améliorations que son prédécesseur, Ash. Certes sont corps avait évolué mais pas comme celui d’un dragon slayer. Oh non, il semblait légèrement différent et cela le king aurait aimé l'étudier plus. Malheureusement, Zephyr était immobilisé pendant une période encore incertaine.

Priam était donc de mauvaise humeur et cela l’agaçait profondément d’avoir fait face à un nouvel échec alors qu’il avait placé beaucoup d’espoir dans son second sujet qui résistait un temps soit peu à la transformation.

Il tourna à l’angle d’un couloir et s’immobilisa avant de se cacher derrière la poubelle la plus proche. Zut ! Satané gamine qui s’était mis à le stalker ! Depuis que le numéro 699 avait été interné à l’infirmerie, le sujet 777 passait son temps à tourner autour de lui pour obtenir des informations confidentielles sur son leader. Et que dire, à part que cette fille était extrêmement butée ! Elle ne lui laissait pas une minute de repos et s’était même mis à traquer ses résidus de magie pour tenter de lui tenir la conversation pendant des heures pour obtenir une bonne nouvelle qui n’existait pas.

Le King releva légèrement la tête et chercha un moyen de la contourner sans qu’elle le repère mais elle s’était mise à un point stratégique. Impossible de passer par un autre chemin pour rejoindre l’infirmerie et arriver à sa réunion médicale. Pas le choix ! Seule option, faire demi tour aussi vite que possible et si possible le plus discrètement ! C’est donc à quatre pattes qu’il rampa vers l’endroit d’où il venait en espérant de toutes ces forces que le sujet 777 ne le repère pas !

- King-sama ! s’exclama-t-elle en avançant vers lui.

Priam souffla et leva les yeux au ciel. Merrrde. Il se releva prestement, épousseta sa blouse blanche, replaça correctement ses lunettes sur son nez et se tourna vers…c’était quoi son nom déjà ? Bah peut importe, il se tourna vers le numéro 777.

- Je suis pressé, j’ai pas de temps à t’accorder, retourne t’entrainez avec les autres !

Il adopta la technique de la fuite et la dégagea de son passage en la poussant sans ménagement contre le mur et marchant à toute allure. Sa technique aurait pu s’avérer efficace si son portefeuille ne s’était pas éclaté par terre à cause de l’élastique mal remis. Les feuilles volèrent comme des avions de papiers en formant une mare à elles toutes seules tellement elles étaient nombreuses. Priam se sentit maudit et s’afféra rapidement de les remettre en tas pour pouvoir se casser avant qu’elle puisse le rattraper.

- Je dois vous parler, King sama ! réclama-t-elle en se plaçant juste à côté de lui.

La sirène d’alarme du King retentit à l’intérieur de son crâne. Viiiiiite Danger imminent ! Dans un élan de vélocité, il plaqua ses feuilles importantes contre son torse et se mit à courir comme un dératé qui serait poursuivie par un ours enragé.

- Laiiisssse-moi tranquille !!!!! lui hurla-t-il en courant à grandes enjambées.

Il n’eut même pas besoin de jeter un coup d’œil derrière lui pour savoir qu’elle s’était mise à courir pour le rattraper.

- Mais, c’est important ! insista-t-elle
- M’en fou ! lui répliqua-t-il comme un gamin

Il aperçut la porte de l’infirmerie et se précipité à l’intérieur. Il la fit coulisser et la ferma immédiatement derrière lui avant de la bloquer avec un balai. Ses subalternes ouvrirent grands les yeux en le voyant arriver en trompe et s’inquiétèrent légèrement de son nouvel élan paranoïaque. Le King si nonchalant était une véritable pile électrique qui semblait poursuivie par la mort. Mais s’il savait que le numéro 777 avait même été capable de le pister jusqu’à ses toilettes personnelles, il flipperait eux aussi. Il l’entendit frapper des grands coups impuissants sur la porte bloquée :

- King-sama ! King-sama !!!

Un sourire victorieux apparut sur le visage du king alors qu’il brandissait un poing fier devant lui en narguant le sujet 777 derrière sa porte close :

- Haha ! Tu croyais m’attraper, mais c’est raté !!
- Vous avez oublié une feuille avec un dessin de corps humain fusionné à celle d’un dragon lui annonça-t-elle calmement.

Le king cessa aussitôt sa danse de la joie et s’empressa de retirer le balai qui bloquait la porte. Il devait absolument récupérer cette feuille sur el champ. Un papier d’une telle importance entre les mans d’une simple mortelle n’aurait été qu’apocalyptique. Il fit coulisser sans délicatesse la porte et fit face au sujet 777. La mine de Priam venait de perdre toute sa joie et avait été remplacé par la capitulation.

- Rend-moi cette feuille sur le champ si tu ne veux pas que je te fasse participer à la prochaine expérience que je prépare. Et pour précision, elle sera sanglante.
- Pas question lui répondit-elle en collant le bout de feuille contre elle et en le défiant du regard.

Cette fille avait vraiment pris un mauvais caractère au fil des années se lamenta le King. Pourquoi il fallait que ça soit elle qui le poursuive et pas l’un de ses petits compatriotes qui continuait de le craindre et le prendre pour le grand manitou. Non, il fallait que ce soit le sujet 777 qui venait de prendre du galon dans son clan et par même de la confiance qui venait l’asticoter. Il allait devoir la recadrer dans peu de temps avant qu’elle ne devienne vraiment un élément dangereux. Depuis la salle d’isolement où elle avait vraiment frôlé la mort encore une fois, elle se tenait à carreaux malgré le fait qu’elle passait son temps à vouloir obtenir des informations sur son partenaire du vent. D’une façon, ce petit tour dans cette salle qu’elle détestait temps l’avait empêché de se remettre à mettre du grabuge au sein du laboratoire Delta, mais si elle continuait à être aussi collante, il allait devoir passer à l’étape 2 du recadrage de cette salle gosse. L’incinérateur où les brulures jusqu’à la quasi-mort. Mais d’abord, il devait récupérer sa feuille sur le prototype des pilules magiques réparatrices pour pouvoir les concocter et les tester sur le petit nouveau de Black Viper. Le petit protégé de Caius. Il ne se souvenait pas de son nom. Peu importe de toute façon.

- Qu’est ce que tu veux ? capitula le King en montrant bien qu’il était contrarié. Tu veux des informations sur Zephyr ? Savoir s’il s’est réveillé ? la réponse est non. Comment il était lorsqu’on l’a emmené à l’infirmerie ? Dans un sale état. Si on a trouvé un moyen de le réveiller ? Non. Est-ce qu’il risque de perdre la mémoire ? Oui. Si on s’est comment ça s’est passé ? On a des idées. Bon maintenant donne moi cette feuille avant que tu ne la froisse !
- Je veux passer l’ultime test !

Il se mit à réfléchir, intrigué avant de la regarder sans comprendre :

- L’ultime test ?
- Celui où on reçoit un lacrymal lui répondit-elle avec force et détermination.
- Ah, tu parles de ce test ! Tu veux devenir une dragon slayeuse de 4G ?
- Oui, je ferais tout ce que vous voulez pour cela !
- Bien parce que tu n’es pas prête pour ça, retourne t’entrainer !
- Je suis prête répondit-elle sans se démonter.

Ses pupilles brillaient de détermination et le king se mit à hésiter. Devait-il la sacrifier alors qu’’elle n’était pas prête ? Elle n’avait même pas le niveau des chouchous malgré sa dernière prestation à la rencontre précédente. Sans l’aide de Zephyr, elle aurait finit à l’incinérateur avec les autres cadavres en état de décompositions et tuer par le King et ses humeurs. Il hésita tout de même. Cette gamine avait toujours eu un truc bizarre. A une époque, elle avait mutée ou du moins quelque chose qui y ressemblait car ses yeux noirs avait viré au bleu intense sans aucune explication et aujourd’hui ils étaient de nouveau teinté d’encre. Cela avait toujours intrigué le King qui n’avait jamais trouvé l’origine de ce changement. Avait-elle du potentiel ? A chaque fois qu’il la voyait il se posait cette question. A chaque fois qu’elle survivait malgré sa faiblesse évidente, il se demandait s’il ne l’avait pas mal jugée, mais à chaque fois elle trouvait un moyen de le décevoir et de le conforter dans sa première opinion. Il la voyait grandir, mais pas comme il l’espérait. Elle grandissait trop lentement et ne montrait un réel intérêt que face à la mort. Elle ne résisterait pas à l’implantation d’un lacrymal, elle n’était pas encore assez mûre.

Mais, si par miracle, elle réussissait à résister un tout petit peu à la transformation, assez longtemps pour appâter l’espion qui avait rendu Zephyr dans cet état alors peut-être que c’était une bonne idée de l’avoir sous la manche et de la transformer. Une illumination frappa l’esprit du King. L’espion n’est-il pas responsable de la mort de ces anciens sujets ? Seul Ash n’avait pas été attaqué dans ce cas-là et il avait dû s’en prendre à Zephyr, mais avait fait l’erreur de le laisser en vie et maintenant que le gamin était protégé 24h/24 par le King, il était devenu inaccessible. Seul Zephyr connaissait l’identité de l’espion et il devenait primordial qu’il se réveille rapidement et de préférence sans perte de mémoire. Il laissa coulisser son regard vers la gamine en face de lui. Sinon, il y avait elle. Il se mot à mordiller l’ongle de son pouce dans un tic nerveux montrant qu’il était en pleine réflexion du pour et du contre. La transformer ou ne pas la transformer ?

- Tu penses que tu résisteras à la douleur de la transformation ? Tu en as ressentie une infime partie en salle d’isolement et pourtant tu souhaites la ressentir pleinement maintenant ? Tu vois, j’ai toujours pensé que ce petit aperçu t’aurait à jamais vacciné pendant un temps de la transformation.
- Je résisterais. Je l’ai déjà fait, je le referais.
- Tu es prête à mourir ?
- Je ne mourrais pas de votre main ou de celle d’un vulgaire cristal vieux de plusieurs milliers d’année. On s’est fait une promesse avec Zephyr, je ne peux mourir que de sa main !

Le King fut absorbé par sa détermination et resta bloqué par la lueur bestiale qui brillait dans les yeux de la gamine. Son sourire de scientifique refit surface et balaya toutes ses anciennes pensées. Bon sang, il était un scientifique, c’était son job de faire des probabilités et des prédictions, des calculs sur le futur et cette fillette était tellement imprévisible qu’elle passait son temps à brouiller tous ses calculs. Son sourire carnassier dévora son visage qu’il tenta de cacher derrière sa main mais cela ne berna personne. Ni le ton de sa voix lorsqu’il déclara :

- Bien, bien, si tu es si sûre de toi, je ne peux refuser ta requête. Je te laisses réfléchir une dernière fois si ta décision est prise, rendez-vous demain soir 19h devant la salle M777, elle porte le même matricule que toi, peut-être que ça te portera chance, elle se situe justement à côté de la salle de la dernière chance. J’attends avec impatience de voir ton choix.

Elle lui tendit sa feuille, acquiesça et le regarda repartir dans l’infirmerie. Il était en retard pour sa réunion, mais il s’en fichait. Il avait trouvé ce qu’il allait faire de son week-end et surtout son pion suicidaire pour attraper une bonne fois pour tout ce satané traître qui se baladait librement dans son laboratoire.

o0o

 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Crystal Dust


Feuille de personnage
Rang:
Age: 17 ans
Magie: DS des Gaz (4G) - Mahō gasu

Messages : 31
Date d'inscription : 19/03/2015
avatar
Kiara Mistral
MessageSujet: Re: Kiara Mistral - Crystal Dust {83%}   Sam 13 Fév - 23:14



« Chapitre 3 »

Pour devenir un dragon, je dois cracher des flammes



Elle avait vécu cette dernière journée comme n’importe laquelle. Personne ne la soupçonnait de recevoir le lacrymal le soir-même. Après tout, qui aurait un jour imaginé que Kiara celle qui ne s’était jamais démarqué autrement que par ses coups de colère et ses survies face à la mort, allait recevoir un lacrymal juste après Zephyr. Surtout dans cette période de crise ou tout le monde se méfiait de tout le monde car les membres du vent avaient mis cette attaque de leur leader comme une provocation directe envers leurs personnes. Seul Vince la tenait du coin de l’œil. Il prenait son rôle de surveillant que lui avait confié Zephyr très à cœur. Il lui avait finalement dit que c’était zéphyr qui lui avait demandé de la garder à l’œil parce qu’elle était du genre à s’attirer des problèmes et qu’il s’inquiétait de ne plus se savoir là pour lui sauver la peau à présent. Du coup, elle avait bien fait gaffe d’agir comme d’habitude. Enfin, jusqu’à ce qu’il débarque au milieu de la salle, fou de rage. Il se planta en face d’elle alors qu’elle était en train de faire des étirements et lança le cahier qu’il venait de trouver à ses pieds.

Kiara ne fut pas étonné que finalement après une semaine à se relayer au chevet de Zephyr il ait découvert qu’elle écrivait un journal pour son leader afin de le tenir au courant de ce qu’il avait raté pendant sa léthargie. Elle savait donc aisément aussi qu’il avait dû le lire et qu’il savait ce qu’elle préparait. Et vu qu’il n’était pas content, il ne devait pas approuver son plan. Kiara resta très calme et continua ses étirements comme si de rien n’était alors que Vince commençait à s’égosiller en face d’elle :

- Je peux savoir ce qui t’a pris ! Mais t’es timbrée ma parole ! T’avais dit que t’allais rester en dehors de cette histoire ! Te tenir tranquille bordel !!!
- On pourrait peut-être avoir cette discussion en privée, tu ne crois pas ? fit-elle calmement en désignant du menton les autres membres du vent qui venaient d’arrêter de s’entrainer pour jeter des regards interrogateurs sur les deux sous-chefs actuels qui se disputaient comme on ne l’avait pas vu depuis des semaines.
Vince reprit contenance en voyant qu’on l’observer et attrapa Kiara par le bras pour la tirer dans un coin de la salle où on ne les entendrait pas s’ils ne criaient pas comme des poissonniers. Il brandit la page du journal de la page datant d’hier où Kiara relatait que le King lui avait donné un rendez-vous.

- Tu ne peux pas recevoir un lacrymal ! T’es pas prête ! Tu as dit à Zephyr que t’allais protéger les membres du vent et les guider ! Tu comptes déjà briser ta promesse pour aller te suicider ?!
- Bien sur que non. Tu es très bien capable de les protéger sans moi et de toute façon je ne mourrais pas, je m’absente juste provisoirement.
- Kiara c’est non.
- Depuis quand tu te permets de décider à ma place ! Je te rappelle que j’ai le droit de faire ce que je veux ici et de me barrer quand je veux. Je n’ai pas à respecter les règles que vous avez imposées au clan. Je suis une free-lance.
- Je m’en rappelle bien figure-toi.

Il grommela des insultes qui ne passa pas inaperçue aux oreilles de Kiara mais qui s’abstenu de les relever. Il trépigna sur place cherchant des arguments qui saurait la raisonner, mais n’en trouva aucun qu’elle accepterait d’entendre, il se résolu :

- Tu fais ça pour découvrir qui a attaqué Zephyr, pas vrai ?
- Oui. On n’a pas le choix si on veut sortir cet ennemi de son trou, il nous faut un appât. Je serais cet appât et toi tu couvriras mes arrières.

Il se mordit la lèvres pas très convaincu du plan de Kiara mais finalement se décida :

- De toute façon, j’ai ordre de te protéger de toi-même et des conséquences de tes conneries. Compte sur moi !

Kiara esquissa un sourire, le remerciant d’un regard.

- Tu pars quand ? lui demanda-t-il.
- Ce soir. Ce soir, je deviens un dragon.

o0o

Elle marcha jusqu’à la salle que lui avait indiqué le King, celle portant le même matricule qu’elle 777. Le numéro de la chance aux machines à sous et le numéro de la mort à tout bout de champ au laboratoire Delta. Elle pouvait faire encore demi-tour, mais elle se refusa. Elle devait aller jusqu’au bout. Elle ne savait pas comment cela allait se passer et le fait ne pas savoir l’angoissait plus que la douleur future qui s’annonçait.

Elle tourna à l’angle du couloir et croisa le regard du king qui feuilletait son dossier comme elle pu le reconnaître à sa photo qu’il avait pris à son arrivée. Elle s’arrêta à sa hauteur et le king releva le regard de sa lecture avant d’esquisser un sourire conquis.

- Tu es venu. J’en suis ravi.
- Je vous l’ai dit, je suis prête, je veux me transformer.

Le king se dégagea de l’entrée de la porte et l’ouvrit :

- Après toi déclama-t-il. Fais comme chez toi.

Alors, Kiara entra. Aussitôt, elle sentit comme une impression de déjà vue à quelques exceptions prêtes. Elle reconnaissait la disposition de la pièce. La table d’opération qui avait été dégagé de son cadavre de la dernière fois. La nappe salle qu’elle avait utilisé pour se cacher encore remplie de sa petite tache de sang. La nappe avait été lancée dans un coin. L’armoire était toujours remplie de cristaux lumineux et de canines de créatures. Elle reconnaissait le néon qui tressautaient et qui rendait cette pièce si angoissante la première fois qu’elle y était venue. Elle s’était caché ici avec Zephyr et avait changé de couleur d’yeux pour la première fois dans cette pièce. C’était ici que se terraient la voix et le monstre hypnotique qui l’avait mangé. Elle s’approcha comme hypnotisé prêt de l’armoire qui brillaient de lumière à cause des bocaux de cristaux. Elle les observa comme si elle les découvrait sous un nouvel angle comme si elle était appelée à les regarder. Le King se pencha au dessus de son épaule :

- Tu as une préférence peut-être ? Habituellement, j’en choisis un au pif, en fonction de la couleur, mais bon pour toi vu que t’es volontaire je veux bien te laisser l’honneur de choisir.

Kiara les regarda tous les uns après les autres d’un regard transversal et elle sentit son attention s’arrêter sur un en particulier. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle voulait celui-là.

- Lui montra-t-elle du doigt.

Le King ouvrit l’armoire et s’empara d’un bocal rempli d’un cristal gris rosée. Il fit la moue :

- T’es sûre que tu veux lui ? Il ne m’a pas l’air d’être un bon spécimen. Il n’a pas marché avec l’ancien cobaye à qui j’ai voulu l’insérer.
- Oui, je veux lui ! insista Kiara sans savoir pourquoi elle le voulait absolument.

Alors le King céda et passa le bocal à l’un de ses seconds en lui disant de le « préparer ». Puis il se tourna vers Kiara :

- Retire tes vêtements et installe-toi sur la table, on va commencer.
Elle s’exécuta sans bruit et s’installa au même endroit qu’il y a quelques années. Elle sentit qu’on venait de lui planter une seringue dans le bras et elle grogna un aïe. Le subalterne du King ne s’excusa pas et elle eut juste le temps d’apercevoir le King dans sa combinaison du scientifique fou avant de sombrer dans un sommeil anesthésiant :

- Et puisses-tu survivre. Kiara Mistral Sparks murmura la voix du King tellement loin d’elle qu’elle l’oublia la seconde d’après.

***


Son esprit était embrumé et lorsqu’elle réussit enfin à émerger partiellement la douleur de la transformation lui vrilla tous les muscles de son corps. Elle hurla de tout son soul ne sachant pas comment soulager cette douleur qui l’écrasait de l’intérieur. Ses yeux pleuraient pour elle. Elle sanglotait sans même s’en rendre compte. Et plus elle bougeait et plus la douleur se faisait intense.

- Pff, tellement pitoyable… ricana une voix mauvaise autour d’elle.

Elle tenta de repérer à qui appartenait ce grognement qu’elle avait déjà entendu, mais sa vue était brouillée par ses larmes et la douleur ne lui permettait pas de rester maître d’elle-même. Zephyr avait-il ressenti cette même douleur pendant toutes ces heures où il criait dans la salle d’isolement ? Elle comprenait maintenant qu’elle n’est pu l’atteindre à travers le mur. Cette douleur l’empêchait de penser à autre chose que le simple fait qu’elle souffrait le martyre. En à peine quelques secondes, elle était redevenu une petit fille craintive qui ne savait pas quoi faire à part exprimer sa douleur en pleurant et en hurlant.

- Tes prédécesseurs avaient au moins la gentillesse de crier un peu moins fort ! Tu es en train de me briser les tympans continua le grognement qui semblait plus se moquer qu’autre chose.

Il la scrutait, de toute sa grandeur, en se léchant les babines. Cet insecte qui bougeait sur le sol comme un moustique à qui on avait couper les ailes.

Kiara fut pris de violent tremblement alors qu’elle sentait du sang au niveau de son nombril s’écouler sur le sol. Son sang. Elle se sentit encore plus faible et finit par se taire n’ayant plus la force de crier. Elle voyait flou et soufflait un nuage de fumée à chaque fois qu’elle respirait.

- Tu es en train de mourir souligna-t-il comme si ce n’était pas une évidence.

Kiara entendait à peine ce qu’il disait. C’était comme une voix lointaine qui lui soufflait un mot sur deux. Pourquoi est-ce qu’elle avait accepté de finir comme ça déjà ? Elle ne s’en rappelait même plus. Tous ses souvenirs, ses motivations et ses convictions étaient balayés par la douleur qui l’affaiblissait à la vitesse de la lumière. Sa mémoire était blanche. Qui était-elle ? Qui était cette fille en train de mourir sur les dalles blanches ? Pourquoi elle était là ? Comment elle avait fini dans cet état ?

Elle ne voyait plus rien. Ne sentait plus rien. N’entendait plus rien. Elle était finit. Tout simplement. Elle n’était que le vide. Une particule dans ce monde. Une parmi tant d’autre.

Elle reçu comme un électrochoc sur la poitrine qui la fit ouvrir grand les yeux comme réanimé soudainement. Qu’est-ce qui venait de se passer ? Elle cligna des yeux, tenta de reprendre un minimum conscience. Elle ne pouvait pas mourir comme ça. Elle avait promis de résister à la douleur, résister à l’opération ! Promis à qui ? Quelle opération ?

Trop de questions revenaient tourbillonner dans son esprit sans réponse à leurs apporter. Kiara les barra. Elle ne devait pas se polluer d’interrogation ! Elle devait simplement se faire confiance. Elle était forte, on lui avait dit ! Elle fit le vide dans son esprit, ce qui fut extrêmement simple. Elle devait procéder par étape. Son corps avait connu des douleurs similaires par le passé. Elle ne savait pas lesquels, mais son corps s’en souvenait pour elle. Elle ne devait pas se concentrer sur la douleur, mais comment la contrôler.

Elle arracha un bout de son tee-shirt et l’enroula fortement autour de son ventre du mieux qu’elle put. Elle déchira un bout du bas de son pantalon et l’utilisa pour s’essuyer la sueur de son front et le sang de ses mains. Sa vue toujours floue était légèrement revenue suite à l’électrochoc. Elle en profita rapidement pour jeter un œil à son corps qui la meurtrissait à chaque mouvement. Est ce qu’on pouvait encore appeler cette chose un corps ? Des écailles avaient commencé à apparaître sous sa peau au niveau de ses bras et des petites cornes avaient poussé au niveau de sa tête. Pourquoi s’est-elle imaginé un moment qu’elle était humaine ? Elle n’avait rien d‘humaine.

Elle regarda autour d’elle mais il n’y avait rien que le vide. Une salle blanche sans sol, sans plafond, sans murs. Rien, elle était au milieu du vide. Comment étais-ce possible ? Son esprit rationnel lui disait qu’il y avait quelque chose de louche, mais l’absence de données ne lui permettait pas de comprendre pourquoi. Elle sentit un coup de vent faire voler ses vêtements, ses cheveux et faire bouillir son sang de l’intérieur. Elle toussa violement et cracha du sang. Elle se sentit soudain manquant d’air, elle plaqua ses mains autour de sa gorge et chercha la moindre particule d’air, mais rien à faire elle n’en trouva pas. Sa peau se mit à bleuir subitement alors qu’elle paniqua de plus bel. Et soudainement comme sa soudaine disparition, l’air fut de retour. Elle l’inhala sans vraiment chercher à comprendre ce qui venait de se passer.  Mais, lorsque la terre trembla et qu’une forme grise ailée se posta d’en face d’elle la fixant froidement de ses pupilles violettes, elle ressentit une panique sans précédente. Tout son instinct lui disait de fuir, mais elle ne pouvait bouger. Elle ne sentait plus ses jambes ni la douleur. Il n’y avait qu’elle et ses yeux qui la mangeait du regard. L’animal en face d’elle, écarta ses babines et se lécha ses dents acérées. Il semble l’avoir reconnu parce qu’il sourire machiavéliquement et enroule sa longue queue dragonique autour de lui. Il se sait menaçant et ça l’amuse. Kiara le voit. Non. Elle le ressent.
« Je vois qu’on était destiné à se retrouver une nouvelle fois petite humaine, tu es toujours autant à croquer ♥︎ »

Elle plisse les yeux. Ils se connaissent ? Comment ? Où ? Quand ? Elle ne s’en rappelle pas. Comme tous ses autres souvenirs, cette partie de sa vie s’est mystérieusement envolée. Le dragon en face d’elle semble percevoir son trouble, mais cela ne fait qu’accentuer son sourire mauvais.

« J’avais oublié que chaque nouveau venu dans mon monde ne se rappelle même plus qui il était. Tellement dommage. J’aimai beaucoup à quoi tu ressemblais avant de devenir ce vulgaire vers de terre, tu était attrayante comme mage ».

Il s’approcha d’elle dangereusement et souffla sur elle une brume grise qui enveloppa de tout son long Kiara.

« Avec ça, tu ne devrais plus ressentir la douleur de la transformation pendant que nous jouons ».

En effet, la douleur qui lui déchirait le corps en petit morceaux fut évaporé instantanément. Comment ?

- Azote déclama-t-elle sans même savoir pourquoi cette réponse lui semblait évidente. Il a des propriétés anesthésiantes.
- Intéressant, tu te rappelles de ça. Comme quoi tu n’es pas un cas désespéré.

Ce qualificatif lui sembla étrangement familier et sans même s’en rendre compte, elle faisait plisser les yeux méchamment à l’entente de ces deux mots. Elle ne les aimait pas.

- Tu as dit que tu voulais jouer. A quoi ? répliqua-t-elle sans la moindre hésitation.

Le dragon sembla encore plus satisfait de voir qu’elle avait repris du poil de la bête :

- Joue au jeu du Roi dragon avec moi commanda-t-il
- Qu’est ce que j’y gagne ?
- Tes souvenirs ca te tente ?
- Tu as la capacité de me les rendre ? Ca veut dire que c’est toi qui me les a pris ! Pourquoi ?
- Parce que j’aime tester la nature primaire des humains déclama-t-il. Sans tes expériences passées tes réactions sont plus simples et je préfères rétorqua-t-il.
- Qui t’a permis de me les voler ! Tu n’as aucun droit sur moi ! hurla-t-elle de rage

Cela sembla lui faire perdre sa bonne humeur et il recommença à devenir menaçant face à son hôte.

- Je suis le roi dragon du gaz, une simple mortelle comme toi ne devrait même pas avoir la possibilité de voir ma grandeur !
- Pourtant je suis là répliqua-t-elle comme un défi.
- Stupide humaine, tu es en train de signer ton arrêt de mort à vouloir me faire sortir de mes gongs ! je ne suis pas patient, tu devrais t’en souvenir pourtant ! lança-t-il sarcastiquement.

Kiara le regarda froidement. Il recommençait à se moquer d’elle. Pourquoi ce dragon se croyait-il tellement puissant et pourquoi il voulait se confronter face à elle ? Posséder-t-elle une arme caché qu’elle ne se rappelait plus comment activer ?

- Dans tous les cas, si je te bas, je récupérerais mes souvenirs alors pourquoi je m’embêterait à jouer avec toi ?
- Parce que tu espères pouvoir me battre ?

Il partit d’un rire incontrôlable qui résonna dans la pièce comme un tremblement de terre. Kiara ne bougea pas d’un pouce et croisa ses bras sur son torse, déterminée.  Le dragon finalement repris entre deux gloussements :

- C’est vrai que tes souvenirs te seront accessibles si tu arrives à me battre, mais tu n’y arriveras jamais. Tu es amusante gamine, même si tu es aussi arrogante et égocentrique que tous les humains qui sont venus colorer le sol de cette pièce par leur sang. Bien, tu as gagné, je change la mise. Si tu gagnes le jeu du roi dragon, je t’accorde une partie de ma puissance pour tes futurs combats.
- Tu veux dire devenir un dragon slayer ?
- Oh, encore une chose dont tu te rappelles, intéressant. Ton corps a vraiment privilégié des informations inutiles pour t’aider à survivre à cette épreuve.

Une force poussa Kiara à accepter le deal. Elle ne savait toujours pas pourquoi, mais le mot dragon slayer résonnait en elle comme un but final qu’elle devait atteindre.

- Quels sont les règles de ton jeu, dragon !

Le dragon grogna de plaisir en voyant le futur challenger en face de lui. Il avait tellement hâte de la tuer comme tous ces prédécesseurs. Il détestait vraiment les humains et rien que de la savoir en face de lui, sa gorge flamboyante le démangeait depuis le début de la conversation. Il voulait la tuer ! Patience, l’ami. Elle allait être cuit à point.

- Les règles sont simples à comprendre, même pour une faible d’esprit comme toi. Il suffit de tuer l’adversaire dix fois d’une manière différente à chaque fois. Tu vois, plus simples n’existe pas.
- Attend. Qu’est-ce que tu gagnes toi de ton côté ?
- Rien qui ne puisse t’intéresser ricana le dragon mystérieusement. Tu ne veux plus jouer en sachant cela ?

Kiara se mit à penser. Si elle voulait gagner, elle devait battre ce dragon dix fois. Comment elle allait faire ? Elle n’avait pas d’arme et rien qui puisse lui permettre de faire face à un tel colosse. Ca serait suicidaire d’accepter de jouer à jeu perdu d’avance. Pourtant, son corps l’encourageait à accepter le challenge. Elle ne savait pas pourquoi, mais il était primordial qu’elle gagne cet affrontement. Elle devait faire quelque chose après. Quoi ? Elle ne s’en rappelait pas. Elle releva la tête, croisa le regard violacé du dragon impatient de la croquer :

- Y a t il des règles cachés dont tu ne m’as pas encore parlé ?
- Non, pas le moindre répondit le dragon en faisant l’innocent.

Cela ne dupa pas un seul instant Kiara. Il y avait une autre règle, mais il ne lui dirait rien à propos de celle-ci. Elle allait devoir le découvrir autrement. Elle arma ses poings au niveau de son visage. Souffla une mèche qui lui barrait les yeux et murmura :

- Dans ce cas-là que le jeu commence, Dragon !
- Avec joie, sous merde.

***

Elle se mit en position de combat instinctivement. Ses poings armés au niveau de son visage, prêt à frapper l’ennemi. Elle souffla une mèche de ses cheveux qui lui barrait la vue et plia les jambes pour bondir à tout moment. Le dragon quant à lui ne fit aucun mouvement et se contenta de sourire innocemment en battant l’air de sa queue. Il attendait patiemment comme s’il se savait déjà gagnant de la première manche. Kiara ne l’impressionnait nullement.

S’il ne comptait pas attaquer alors ça serait elle qui ferait le premier pas ! Elle s’élança, aérienne vers sa cible. Sans même se rappeler de quoi que soit, elle activa sa magie comme si c’était instinctif chez elle. Elle arma son poing entouré de sa magie venteuse et tenta de frapper le dragon qui la balaya presque ennuyé par un coup de queue. Elle roula sur le sol sur plusieurs mètres avant de se remettre sur ses pieds, prête à repartir à l’assaut. Ironiquement, le sort d’anesthésie que lui avait donné le dragon fonctionnait à merveille. Elle ne ressentait plus du tout la douleur. De ce fait, ce n’était pas le sang coulant de sa tempe et l’énorme hématome qui venait décorer son visage qui l’inquiéta. Elle ne craignait rien, ne ressentait rien. Elle pris l’impulsion sur le sol et repartit à l’attaque.

Mais soudain, elle piqua vers le sol, plaquant ses mains autour de sa gorge. La sensation de manquer d’air était de retour et plus violente que la première fois. Elle chercha de l’oxygène sans en trouver, elle s’étouffait sur place. Elle paniqua, tâtonna le sol, cherchant l’air salvateur.

Le dragon jubila sur place en la regardant bleuir sur place.

- Quel idiot ce king pour s’imaginer que cette petite chose allait réussir à me dompter, moi ! Moi, le grand roi dragon des gazs !

Son rire jubilatoire résonna triomphalement dans la salle alors qu’il se délectait de l’agonie de sa challenger.

- Dès que tu es entré dans mon monde, tu t’es condamné petite ! L’air que tu respire n’était rien d‘autre qu’une grosse dose de dioxyde de carbone et pour vous petits humains, c’est plus toxique que n’importe quoi.

Aucun son ne sortait de la bouche de Kiara alors que le dioxyde de carbone s’infiltrait dans son diaphragme et ses poumons. Le dragon la regarda tomber à terre comme un oiseau assommé. Son battement de queue se fit plus intense alors qu’il sentait la première mort de son adversaire arrivé à grands pas :

- Que vas-tu faire maintenant gamine ? Si tu restes dans cet état tu vas juste mourir. Et ça sera une mort lente et agonisante ♩

Kiara le foudroya du regard du mieux qu’elle pu et tenta de regrouper le peu d’oxygène de la pièce pour le force à rentrer dans ses poumons à la place de l’horrible dioxyde de carbone. Ses forces l’abandonna de nouveua progressivement et comme un film qu’on venait de rembobiner, sa vision se troubla, sa sueur recommença à coller ses mèches de cheveux à son front tandis qu’elle tombait dans l’inconscience.

Elle sombra.

***

Kir : 1 / Kiara : 0.

Lorsqu’elle rouvrit les yeux, la sensation d’oppression l’a quitta instantanément. Elle prit de grandes bouffés d’airs et toussa fortement.

- Pff pitoyable…

Elle releva le regard vers le dragon et les plissa légèrement. Elle regarda sa peau et remarqua que celle-ci avait bleutés, signe d’étouffement et surtout qu’elle était aussi froide qu’un cadavre.

- Dire qu’il aura fallu attendre ta première mort pour que tu fasses de la photosynthèse et résiste à ma chambre toxique. Heureusement que je t’ai tué de cette manière en premier.

Le dragon semblait bougon et agacé. Serais-ce à cause de cette histoire de photosynthèse ? Elle se gratta le bras car les écailles incrustées sous sa peau la démangeaient. Saleté transformation. D’ailleurs pourquoi elle ressemblait de moins en moins à un humaine ? Ce fut comme une illumination lorsqu’elle tiqua. Elle prenait peu à peu l’apparence d’un dragon. L’esprit de celui-ci prenait peu à peu le contrôle de son corps. Ce jeu orchestré par son hôte était-il un moyen pour lui de prendre possession de son corps pour se libérer du joug du lacrymal ? Elle n’en savait rien, n’arrivait à comprendre la motivation du dragon. Elle repoussa de nouveau toute ses questions et se reconcentrât sur son adversaire. Celui-ci ne semblait pas plus motiver à bouger de sa place que précédent. Avait-il un autre tour dans son sac ?

Elle plaça sa magie dans ses yeux et chercha les résidus de magie dans l’environnement.  Il n’y avait rien excepté le dioxyde de carbone qui continuait de tourbillonner autour d’elle. LE dragon avait fut juste il semblerait. Le dioxyde de carbone était dorénavant englouti par son corps sans problème alors que l’oxygène était rejeté à sa place. Elle agissait comme une plante au soleil ou comme le dragon qui se situait en face d’elle.

Il bougea légèrement et cela suffit à la remettre en garde. Elle était bien plus prudente que la première fois. Elle avait perdu la première manche parce qu’elle avait foncé tête baissée. Elle ne ferait pas la même erreur. Elle tourna lentement autour du dragon, l’examinant dans les moindres détails. Il devait avoir un point faible qu’elle devait pouvoir exploiter.

Le dragon la laissa faire, l’a gardant du coin du regard. Il continuait de se croire maître de la situation. Il l’a sous-estimait et ne s’attendait à rien de sa part qui puisse le surprendre ou le mettre dans une position délicate. Un sourire à peine visible accentua la position de défense de Kiara prête à esquiver n’importe qu’elle attaque de sa part.

La queue de l’animal la frappa dans son angle mort et la projeta dans le ciel. Elle en profita pour utiliser la force centrifugeuse de l’attaque à son avantage en faisant danser le vent autour d’elle. Peu à peu une véritable tornade se matérialisa balayant de sa force la poussière environnante autour d’elle. Kiara en son centre, la jeta vers sa cible qui arqua un sourcil. Il bailla et déploya ses ailes autrefois repliées dans son dos. De deux puissants battements vers la tornade, il la dématérialise aussi rapidement que s’il soufflait sur la flamme d’une bougie.

Kiara en resta choqué devant la puissance que le roi dragon dégageait. Il n’avait même pas bougé de sa position initiale alors qu’elle avait puisé une grande partie de sa magie pour lancer cette attaque qui avait été annulé en quelques secondes. Elle se laissa tomber au sol souplement et esquiva d’un salto arrière le coup de queue que lui lançait en traitre le dragon. Celui-ci ébaucha un rictus passager :

- Enfin décidé à te battre sérieusement moustique ?!
- Je suis sérieuse, c’est toi qui ne daignes pas bouger de ta place saleté de démon !

Il fit l’innocent en balayant ses paroles d’un geste de queue comme si ce qu’elle disait n’avait que peu d’importance.

- Je me lèverai quand je jugerais cela nécessaire. Tu n’es pas digne de me voir réellement en action, je ne te ferais pas ce privilège, arrogante humaine.

Il la regarda de cet air supérieur qu’il possédait si bien et se lécha les babines :

- Tu ne veux pas te rapprocher ? Tu m’as l’air succulente. Je pense que pour la prochaine manche, je vais te manger tout cru. Ton sang s’écoulant dans ma gorge asséché me paraît être une excellente manière de mourir.

Il l’a contemplait comme un chat en train de chasser sa proie. Kiara fut prise d’un frison. Il avait cet air intimidant qu’il semblait maîtriser à la perfection pour la faire douter et la terroriser. Même si elle n’avait plus ses souvenirs, elle ressenti comme un déjà-vu et un flash s’empressa de confirmer cette impression. Le souvenir de sa première rencontre avec l’animal résonna avec intensité  tandis que prise d’un élan de peur, elle recula d’un pas.

Voyant qu’il pouvait l’effrayer plus qu’elle ne l’admette elle-même, le dragon continua sur sa lancée. Il prit une bouffé d’air et se mit à rugir comme le roi dragon qu’il était. Le maître des autres animaux, l’alpha parmi les siens. Un rugissement d’avertissement qui pétrifiait de peur tout ceux qui avaient osé tenter de le dompter. La gamine ne fit pas exception. Elle s’immobilisa, les yeux paralysés par la peur qu’il dégageait.

Kiara voulu s’enfuir à toute jambes, s’éloigner du piège qu’il représentait, mais ses jambes refusaient de faire le moindre mouvement. Son souffle était court. Ce dragon était effrayant et elle avait déjà ressenti une sensation déjà similaire par le passé. Aussi étonnant que cela soit, son cerveau avait décidé de ne pas la priver de ce souvenir qu’elle aurait bien enfermé dans les limbes de son esprit si elle avait pu. L’attaquant d’Hogara lui avait fait face. Elle n’avait rien pu faire. Elle avait été terrorisée. Elle avait tenté de fuir. Sauvé sa peau, mais elle n’avait pas pu. Le seul moyen qu’elle connaissait de se sortir d’un tel piège était de se forcer à revenir à la réalité par une forte douleur. Seulement, lorsqu’elle tenta de se casser l’un des doigts pour revenir à elle, elle ne ressenti absolument rien. « Saleté d’anesthésiant à la con » grogna-t-elle désemparée.

- Tellement faible et tellement facile souffla d’ennui le dragon en armant le bout de sa queue en forme de pique acérée vers sa victime.

Il la fit battre encore un peu l’air avant de la laisser fondre vers sa victime :

- Essaie de revenir du royaume des morts rapidement, gamine. Le jeu ne fait que commencer ♥︎ ~

La queue transperça de toute part Kiara la laissant s’effondrer au sol, un trou béant dans le ventre.

- Et de deux se félicita le dragon en secouant sa queue pour la nettoyer du sang de sa victime.

Il posa sa tête sur ses pattes comme un chat prêt à bondir sur sa proie et attendit que son petit jouet se réveille une nouvelle fois pour une nouvelle partie du jeu du dragon.

***


Kir : 2 / Kiara : 0.

Lorsqu’elle revint une nouvelle fois à elle, la peau de son ventre formant le trou béant laissé par l’attaque du dragon avait été refermée par des écailles aussi solides que l’acier. Elle les tata délicatement avant de constater que la blessure avait bel et bien été refermé de force par cette nouvelle transformation draconienne.

Le dragon sembla ravi de la voir revenir à elle car il s’empressa de lui adresser à la parole.

- Enfin, je commençais à me dire que la transformation t’avait réellement tué avant moi.

Elle l’ignora. Le provoquer ne servait à rien finalement. Elle garda ses distances. Le combat rapproché n’était pas en sa faveur si elle devait sans cesse éviter la queue draconienne de l’animal.

Elle nota également que le dragon ne pourrait probablement plus l’intimider puisqu’il avait déjà utilisé ce tour dans la manche précédente. Si elle se rappelait bien des règles, il ne pourrait plus la paralyser pour la transpercer. Rester à découvrir ce qu’il pouvait encore cacher dans son sac. Cet animal était plus perfide que les pires meurtriers de Fiore.

Elle décida de maintenir une distance respectable entre eux en armant ses poings au visage. Elle devait à tout prix privilégier la fuite et esquiver les attaques si elle voulait correctement renvoyer la pareil à la bête. Elle avait toujours été trop impulsive en combat et c’est à cause de ce défaut qu’elle se faisait toujours maîtriser en quelques secondes par Zaurak ou Zephyr qui étaient bien plus calculateur qu’elle lorsqu’ils affrontaient quelqu’un. Elle sentit comme une chaleur familière en pensant à ces deux prénoms sans comprendre pourquoi et mis cela sur le compte d’un ancien souvenir qui lui était encore bien flou. Depuis le début du jeu du dragon, aucune réminiscence de son passé n’était revenue à elle. Elle continuait d’errer dans le brouillard et de tâtonner dans le noir. Si elle s’était rappelée de son passé, aurait-elle mieux géré la situation ? Elle n’en savait rien et en conclut que se poser trop de questions la conduirait à se concentrer sur autre chose que le combat. Au vu de la puissance de l’adversaire, elle ne pouvait pas se le permettre.

- Toujours pas décidé à tenter de remporter une manche railla le dragon dans sa direction en gardant son petit sourire perfide.

Kiara maintient sa garde en tournant lentement autour de lui à une distance qui l’empêchait de se faire empaler par la queue draconienne de l’ennemi. Il préparait encore quelque chose. Elle devait se méfier encore plus.

A la fin de ces deux manches, elle avait appris quelques informations. Le dragon en face d’elle avait la possibilité d’annuler ses attaques de vents en battant des ailes. Il maîtrisait les gaz comme élément et de ce fait ne pouvait être asphyxié. Il la sous estimait clairement en refusant de bouger de sa place initiale préférant la tuer à une distance jugé raisonnable. A tous les coups, il prévoyait de la tuer de nouveau à distance pour cette manche. La question était comment ? Kiara connaissait peu de chose sur les gaz et leur propriété. Elle partait avec un nouveau handicap.

Le dragon sembla en avoir marre d’attendre qu’elle tente quelque chose de nouveau car, il perdit son sourire un court instant en grondant :

- Si tu ne viens pas à moi, j’irai à toi, petite humaine !

Il se mit à prendre une grande inspiration qui fit perdre l’équilibre de Kiara, mais elle se força à ne pas se laisser aspirer par le vent violent provoquer par l’animal en déclenchant un vent contraire uniquement devant son corps. Puis l’air fut bloqué et le dragon cracha un jet de feu dévastateur dans sa direction. Kiara s’empressa d’esquiver le plus rapidement possible en roulant sur le côté. Le feu venait de laisser une trace béante sur le sol blanc sur plusieurs mètres témoignant une nouvelle fois de la force et la dangerosité de la créature légendaire.

Kiara se releva d’urgence avant qu’il ne se mette à lancer une seconde salve de flammes. Mais le dragon ne fit rien, la regardant s’effrayé toute seule :

- Je suis un dragon, avais-tu oublier que nous crachons des flammes petite humaine ? Tellement stupide, au moins tes prédécesseurs avaient eu la décence de s’en rappeler avant de mourir.

Il sembla se rappeler un souvenir très agréable et se lécha les babines un court instant.

- Sauras-tu tenir plus longtemps qu’eux au cours de cette manche ?

Kiara plissa les yeux, et se remit en position d’attaque. Elle devait à tout prix esquiver si elle voulait pouvoir porter un coup. Elle n’était pas dupe. Si le dragon s’était mis à parler juste après son attaque c’était surement qu’il devait attendre un court moment avant de pouvoir la relancer à 100%. Rester à savoir quel était le temps d’attente. Depuis le début, elle comptait les secondes depuis la fin de l’attaque et à présent, elle achevait la première minute.

Le dragon reprit une inspiration puissante, gonflant son poitrail d’air. Il bloqua sa respiration, regardant la direction de Kiara et lâcha son attaque non pas en un souffle dévastateur, mais par plusieurs petites flammes bleue qui volèrent vers elle comme des balles de pistolets. Les flammes étaient plus rapides que le souffle, mais Kiara savait comme les esquiver. Elle s’envola en concentrant sa magie de l’air dans ses pieds et entreprit de voltiger dans les airs en créant des courants pour l’aider à esquiver les flammes bleues. L’une d’elle frôla ses cheveux et une autre sa cheville, mais cela ne la fit pas tomber. Elle esquiva les dernières et se jeta vers le dragon en enveloppant son poing et ses pieds de magie venteuse.

Elle allait le frapper, lui renvoyer la monnaie de sa pièce. Le dragon la regarda avancer vers lui et ne bougea pas d’un millimètre. Pourquoi ne bougeait-il pas ? Et quelle était cette sensation de chaleur dans son dos. Kiara jeta un regard derrière elle et écarquilla les yeux de surprise. Les boules de feu volaient vers elle comme attiré.  Elle ne pouvait pas attaquer, elle devait changer rapidement de direction. Elle stoppa sa descente vers le dragon et frappa l’air de ses bras pour changer de direction vers la droite. Les boules de feu firent de même. Comment ? Elles étaient téléguidées ? Comment faisait-il ce tour de passe-passe ? Elle se laissa retomber au sol et esquiva au dernier moment l’une des boules de feu qui était la plus roche d’elle. Celle-ci explosa le sol avant de disparaître. Elle n’avait pas le choix, elle devait toute les anéantir avant de pouvoir attaquer. Ce dragon avait vraiment des attaques très chiantes à contrer. Elle forma un bouclier pour contrer la seconde et bondit en arrière en battant des bras pour avoir plus d’impulsion et éviter la troisième. Il en restait encore deux à éliminer.

Elle savait ce qu’elle allait faire. Elle leva son bras, sa paume droite vers le plafond, ferma les yeux un court instant en récita :

- Takagari, la chasse du faucon.

Son faucon apparut en poussant un cri aigu. Kiara ne perdit pas un seul instant et ordonna son second ordre :

- Kyuushuu.

Le faucon s’empressa de battre des ailes et fonça vers la boule de feu la plus proche et la percuta de plein fouet. L’air concentré dans son corps explosa la boule de feu qui se décomposa sous le choc. Pas d’oxygène, pas de feu ! Elle releva son bras et invoqué une nouvelle fois son faucon en lui ordonnant de détruire la dernière boule de feu construite par le dragon. Une fois cela, fait, elle se laissa tomber au sol, haletant devant l’effort qu’elle venait de faire. Elle avait pratiquement usé de toute sa magie pour réussir cette technique. Elle releva le regard et lança un regard de défi au dragon. Avoir contrer son plan était une victoire pour elle. Son premier pas pour gagner cette manche.

Le dragon ne sembla nullement impressionné :

- Il semblerait que tu es résisté plus longtemps pour cette manche que tes prédécesseurs. Cependant, cela ne veut pas dire que tu vas gagner.

Les yeux de la créature autrefois violets virèrent lentement vers le gris lorsqu’il la regarda. Kiara puisa dans ses dernières forces pour faire apparaître un bouclier devant elle. Si jamais cette technique était une attaque, elle la contrerait ! Cela ne semblait pas être le cas malheureusement car le dragon reprit calmement :

- Il semblerait que tes réserves de magie soient quasi-sec humaine.

Son petit sourire moqueur se réinstalla sur son visage alors que ses yeux redevenaient normaux :
- Tu es cuit, tu ne pourras pas te protéger d’une nouvelle attaque surtout si j’utilise le krypton pour téléguider mon feu. Tu es cuite.

Le Krypton ? Un autre gaz noble. Tout s’expliquait, ce gaz était idéal pour fabriquer des aérosols alors le feu devait être dirigé de cette façon. Ce gaz permettait également de faire des scintigraphies. Cela devait être par ce moyen qu’il avait perçu que ses réserves de magie étaient quasi à sec. Elle ne pouvait pas bluffer.

Elle se mordit le coin des lèvres, rageuse. Satané dragon !  Pourquoi avait-il toujours un coup d’avance sur elle ?!

- Aussi, maintenant que j’y pense, tu aurais dû mieux compter le nombre de boules de feu de mon attaque précédente. J’en avais rajouté une pendant que tu te protégeais des autres.

Kiara écarquilla les yeux et se retourna vivement. Trop tard, la boule de feu venait de la frapper violement dans le dos. Ses vêtements s’embrassèrent à une vitesse incroyable. Elle hurla, sa peau fondait en même temps que ses vêtements. Elle brulait et la douleur étant tellement puissante qu’elle sombra pour la troisième fois.

***

Kir 6 / Kiara 0.

Le dragon ne la ménagea pas non plus pour les trois manches qui suivirent. Sans même qu’elle comprenne ce qui s’était passait, elle s’était fait désarticulé puis était morte par congélation à cause d’un gaz refroidissant et finalement, elle venait de perdre de nouveau tout son sang aspiré par la créature comme un vampire.

Lorsqu’elle émergea une nouvelle, fois, sa peau entière avait été recouverte par des écailles de dragon. Des écailles qui protégeaient tant de possibles perforations que de la chaleur que pouvaient produire la flamme d’un dragon.

Elle frappa le sol de son poing, énervée contre elle-même ! Bordel de merde !! P’tin de dragon à la con !

- Hum, on dirais que ta magie est partiellement revenue vu le temps que tu as mis pour te réveiller déclara platement le dragon en utilisant sa technique de scintigraphie.

En effet, Kiara sentait que de nouveau, elle allait pouvoir combattre. Seulement sa magie n’était revenue qu’à la moitié de sa réserve normale. Cela signifiait qu’elle ne pouvait invoqué qu’une nouvelle fois son faucon. Elle allait devoir se battre sans si elle ne voulait pas tomber dans un nouveau pièce que lui tendrait le dragon. Il était primordial que sa réserve de magie ne tombe pas à zéro. Lors de la partie précédente, la créature mythique l’avait manipulé dans ce sens pour être sûr de conclure la manche lors de son ultime attaque. Cette fois-ci, elle ne se laisserait pas faire. Elle allait mener la danse.

Elle devait comprendre comment prendre l’ascendant sur cette créature. Elle rejeta ses cheveux par dessus son épaule -Ils avaient pris un colorie rosé à cause de la transformation partielle en dragon- et se redressa sur ses jambes.

- Tu pourrais peut-être faire un effort pour toucher l’une de mes écailles ?! railla le dragon qu’elle n’avait pas touché une seule fois depuis le début du jeu.

Kiara resta de marbre. Elle avait finit par comprendre que la créature cherchait perpétuellement à l’enrager pour l’empêcher de réfléchir à un plan digne de se nom. Elle comptait beaucoup trop sur ses reflexes développé au sein du laboratoire Delta et sur sa capacité magique. Elle devait innover si elle voulait le prendre par surprise. Elle avait remarqué qu’à aucun moment, il n’avait semblé surpris de ces techniques aériennes comme s’il les connaissait déjà. Il était possible qu’il sache déjà tout d’elle comme s’il l’avait déjà connu par le passé, mais elle ne voyait pas comment c’était possible. Peut-être pouvait-il lire dans les pensées ? Elle rejeta rapidement cette hypothèse. S’il avait pu lire dans ses pensées, il lui aurait dit dès le début du jeu. Il semblait trop arrogant pour cacher un tel don. De plus, toute sa magie draconienne tournait autour des gaz et elle ne voyait pas comment un gaz pouvait permettre de lire un esprit.

Le dragon sembla trop excité par son réveil et l’attaqua directement. Il avait finalement bougé de sa place et utilisait ses griffes pour la transpercer. Elle anticipait de mieux en mieux ses attaques et se contenta de reculer de quelques pas de l’endroit où il souhaitait la trancher. Il continua son manège pendant que Kiara continuait sa danse d’esquive plus calme qu’elle ne l’avait jamais été. Le dragon voyant qu’il n’arrivait pas à la mettre en difficulté rajouta sa queue pointue dans l’équation. Mais il ne parvint toujours pas à la trancher ou la transpercer comme il l’avait prévu.

Il mit un terme à son attaque et plissa les yeux :

- Tu es devenue plus rapide et plus agile grogna-t-il.

Kiara resta de marbre. Elle se contentait d’utiliser les courants aériens produits par les griffes du dragons et sa queue pour esquiver plus facilement. Elle avait compris qu’elle pouvait économiser sa magie et se protéger de la même manière en surfant sur les courants d’airs inverse construit par son adversaire sans même s’en rendre compte. Il ne pourrait plus la toucher. Plus maintenant.
Elle fit couler sa magie autour d’elle. Si elle avait bien apprise sa leçon, le combat à mains nus n’ayant rien donné, le dragon allait user de sa magie. Elle arrivait à la partie du combat où elle avait du mal à prendre l’ascendant.
Mais pour cette fois-ci elle voulait tenter quelque chose. Elle ne savait pas si ça allait marcher, mais croisait les doigts.

Elle lança sa magie autour d’elle en courants légers, parallèles les uns des autres sans déclencher un seul sort particulier. Le dragon sembla perplexe quelques secondes, mais aucun piège ne se ferma sur lui. Elle se contentait d’étaler sa magie dans la pièce sans la rendre dangereuse. Qu’avait-elle prévu ? Ou qu’attendait-elle pour terminer son sort ?

Elle resta de marbre. Kir n’arrivait plus à lire sur son visage ce qu’elle avait préparé et cela l’agaça légèrement. Peut-importe, il n’avait pas peur d’une petite humaine. De toute façon, elle restait si fragile que la briser devenait trop facile. Alors autant voir si elle allait le divertir un peu plus que les trois derniers tours.

Il prit une inspiration, gonfla ses poumons et laissa l’hélium sortir à travers sa bouche comme une fumée vaporeuse. L’air se réchauffa rapidement. Il voulait la fatiguer plus rapidement pour qu’elle arrête de lui échapper.

Kiara sentit l’hélium l’entourer comme une chaleur douçâtre laissant un filet de transpiration perler au coin de ce qu’il restait de sa peau. Elle résistait mieux à la chaleur depuis qu’elle s’était fait bruler, mais le dragon semblait continuer à faire monter la température sachant pertinemment qu’une partie de ses écailles la protégeait. Elle ne bougea pas d’un pouce malgré l’hélium qui commençait à lui lécher sa peau humaine comme de l’acide. L’azote posé au début du combat lui permettait de ne pas trop souffrir même si elle sentait sa peau fondre de nouveau. Elle semblait comme robotisée. Elle ne bougea pas, ne cria pas et resta de marbre, attendant encore quelques secondes.

Puis finalement, elle esquissa un sourire malicieux. Kir décida de la laisser tenter ce qu’elle voulait faire. Après tout, il ne pouvait être que surpris par la nouvelle technique qu’elle tentait de créer pour lui.

Kiara bougea et aussitôt la chaleur alliée à l’accumulation de courants d’airs collés les uns aux autres parallèlement se mit à construire des clones parfaitement identiques à l’originale. Kir fit un pas en arrière alors qu’une petite armée de Kiara s’approchait de lui, calmement. Quelle était cette magie ? Elle ne devait pas connaître une telle chose. Il ne se rappelait pas qu’elle soit capable de ça lorsqu’il s’était infiltré dans son corps et son esprit.

Kiara ne le laissa pas réfléchir plus et s’élança dans sa direction. Tous ses petits clones la suivirent copiant parfaitement ses mouvements. Kir recula et voulu se défendre en tranchant de sa queue l’une des plus proches. Il la traversa comme un fantôme et compris qu’il devait battre en retraite rapidement tant qu’il n’identifierait pas l’originale. Il recula rapidement, mais c’était sans compter l’une des Kiara qui l’attendait par derrière armé d’un courant d’air tranchant. Il n’eut pas le temps de comprendre ce qui lui arrivait qu’il en perdit la tête. Celle-ci roula sur le sol dans un bruit mat alors que les mirages de Kiara s’effaçaient lorsque la température de l’hélium s’abaissa.

Elle atterrit agilement sur le sol et se retourna en levant son poing vers le ciel. Dans ta gueule, dragon de mes deux.

Le silence s’empara de la pièce où ils s’affrontaient. Elle savait qu’elle avait un moment de répit avant que le dragon ne se réveille à son tour pour une nouvelle manche.

A SUIVRE





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Crystal Dust


Feuille de personnage
Rang:
Age: 17 ans
Magie: DS des Gaz (4G) - Mahō gasu

Messages : 31
Date d'inscription : 19/03/2015
avatar
Kiara Mistral
MessageSujet: Re: Kiara Mistral - Crystal Dust {83%}   Sam 11 Fév - 16:41



« Chapitre 3 »

Pour devenir un dragon, je dois cracher des flammes



Une fois qu’elle se réveille dans la salle d’isolement, la douleur la cloue au sol. Elle est également très fatiguée à cause du contre coup de l’opération. Après quelques jours où sont corps s’est finalement habitué à la plupart des changements, elle reçoit la visite de Zaurak la nuit. Zaurak fait l’innocent et décide d’ouvrir  la porte de sa cellule. Lorsque Kiara lui demande comment il a fait, il élude en disant qu’il a appris beaucoup de chose à force de se balader. Il joue son rôle et lui demande comment elle va. Il lui dit qu’il a appris ce qu’elle avait fait et il lui dit qu’elle est complètement tarée. Il discute un peu l’un avec l’autre et Kiara lui dit qu’elle a fait ce choix pour trouver le coupable qui a mis dans cet état Zephyr. Il dit qu’il n’était pas au courant qu’il y avait un traitre dans se laboratoire, mais que les ennemis de Zephyr sont nombreux. Il lui demande alors ce qu’elle compte faire maintenant qu’elle est devenue une DS. Elle lui répond qu’elle va attendre jusqu’à ce qu’elle découvre le coupable. Il ne dit rien, l’étudie du regard et finit par soupirer. Puis Paris apparaît au côté de Zaurak et brise le silence « Elle n’est pas morte. » « Non. Elle est sacrément résistante, mais ça ne m’étonne pas beaucoup lui répond Zaurak sans émotion ». Il a perdu son expression habituelle et a repris son véritable masque. Indifférent si ce n’est ses pupilles ambrées qui brillent comme s’il allait la manger. Elle recule, échange un regard entre Paris et Zaurak sans comprendre. Paris ne joue pas non plus son rôle de garde et elle a du mal à assimiler ce qui se passe. Elle recule lentement vers le fond de sa cellule, mais Zaurak décide de ramper vers elle et lui attrape le menton entre ses doigts pour rapprocher son visage de lui. Il cligne des yeux et son regard se fait plus tendre. Il colle son front à celui de Kiara qui est complètement paralysée par ce qui se passe, il inspire son odeur et souffle de lassitude. Sa voix se fait plus calme et douce : « J’aurai aimé que le king te laisse tranquille encore un peu ». Il la prend dans ses bras avec douceur et la colle contre son torse. « Je suis désolée Kiara. J’aurai aimé t’emmener avec moi ». Kiara tente de le repousser, mais la poigne de Zaurak est trop forte et l’empêche de répliquer. Elle commence à paniquer et tente de faire appel à sa magie, mais elle est encore trop faible et Zaurak le sait. Il utilise sa magie de glace pour refroidir son corps et la plonger dans un état semi-comateux -comme si elle était droguée- pour mieux la manipuler et la tuer en douceur.

Mais un bruit résonne au loin. Paris apparaît dans le coin de la salle d’isolement et dit qu’ils vont avoir de la visite. Zaurak relâche la pression autour du corps de Kiara qui patauge dans la semoule, et il la regarde une dernière fois avant de demander sans émotion à Paris : « Combien ? », « Trois auras ». « T’arrives à identifier à qui elles appartiennent ? », « Non, ils sont trop loin ». Zaurak se relève alors que Kiara complètement HS tente de parler, mais elle tombe toute seule par terre et aucun de ses muscles ne semblent répondre à ses ordres.

Il ne se retourne pas vers elle, il sait ce qu’il lui a fait. Il l’a rendue inoffensive. « On bouge » dit-il en s’adressant à Paris. Il attrape Kiara par le bras et la porte sur son épaule comme un vulgaire sac à patate, elle a un mauvais pressentiment. Zaurak raffermie sa prise et ils partent slalomer dans les couloirs en compagnie de Paris.

Au loin, elle entend un hurlement. C’est Vince qui hurle son prénom et il a l’air de s’en foutre de réveiller tout le monde dans les environs. Elle perçoit grâce à ses nouveaux talents de DS qu’il a peur, très peur, mais pas pour lui, pour elle. Il y a une autre personne avec lui, mais elle ne connaît pas cette aura. Une aura dans une aura. Elle entend leur bruit de pas et sent leur odeur. Ils ne sont pas loin.  Zaurak continue de la trainer sans raison et il fait une grimace en comprenant que leur poursuivant son bien trop rapide. Paris semble être arrivé à la même conclusion que lui : « Ce sont des membres du vent ». « Aucun doute, il doit y avoir Vince parmi eux ». Kiara a du mal à réfléchir, mais les deux kidnappeurs semblent s’être mis d’accord pour cesser de fuir. Ils savent qu’ils vont devoir les affronter vu qu’ils ne peuvent pas gagner la course. Ils décident d’utiliser l’arène comme zone de combat et attendent leur poursuivant. Zaurak en profite pour faire descendre doucement Kiara de son épaule et décide de la faire tenir debout en la tenant par la taille et la laissant s’appuyer contre lui. Kiara par un ultime effort demande d’une toute petite voix : « qu’est ce qui se passe ? » Zaurak lui pose un doigt sur la bouche en faisant un chut calme. « Ne t’inquiète pas ça sera bientôt finit. Repose-toi, on va s’occuper des poursuivants, ils ne te feront pas de mal ». Elle refuse de sombrer et reste dans son état de demi-conscience, mais ses muscles sont tout détendus, elle a confiance en Zaurak parce qu’elle el connaît depuis longtemps, mais Paris dans l’équation la laisse tout de même perplexe. Seulement réfléchir lui coute trop d’énergie. Zaurak fait signe à Paris de se cacher dans un coin pendant qu’il accueille les visiteurs.

Les deux poursuivants entrent à leur tour dans l’arène. En effet, Vince est bien l’un des deux, le second est Saxon et la troisième est Suzuka. Vince se place tout de suite sur ses gardes et scrute d’un air méchant Zaurak qui porte toujours Kiara. Voyant l’état de Kiara, il fronce les sourcils et ordonne d’une voix tranchante : « Laisse Kiara tranquille ». Zaurak prend un air innocent : « Pourquoi ? Tu as peur que je lui fasse du mal ? ». « Oui. Kiara est une fille du vent, elle est sous notre protection ». « De quoi dois-tu la protéger ? ». Vince fait un pas en avant et fait monter sa magie. « Du traitre qui a mis Zephyr dans le comas. ». Zaurak penche la tête sur le côté comme s’il ne comprenait pas. « Tu penses que je suis responsable de l’état de ton leader ? ». Vince prend un air encore plus menaçant et crache : « Je ne le pense pas, je le sais ». Alors Zaurak éclate de rire : « Je sais la manière dont tu penses Vince, tu utilises cette excuse pour avoir une raison de tenter de me tuer sans que les miens ne puisse interférer et se venger ». Il fait une pause, et reprend presque immédiatement : « Je sais que tu me détestes autant que Zephyr, mais sans véritable preuve, tu ne peux m’accuser d’un tel crime. Pourquoi n’attends-tu pas que ton leader émerge du coma pour lui poser la question ? ». Vince reste de marbre et annonce sans arrogance : « Quelqu’un t’as vu le torturer en compagnie d’une autre personne ». Cela fait perdre le sourire à Zaurak une courte seconde et il reprend une attitude sans émotion afin qu’on ne puisse lire dans ses pensées. Il regarde curieusement Vince comme s’il essayait de déterminer s’il ment avant de poser sa question : « Comment peux-tu savoir que cette personne ne t’a pas menti pour s’attirer tes bonnes grâces et monter dans votre hiérarchie ? » Alors Suzuka explose et crie : « Je ne mens pas, je suis sure que c’était toi ! ». Alors lentement Zaurak se tourne vers elle et la regarde fixement comme s’il l’apercevait pour la première fois. Cela suffit à faire reculer Suzuka d’un ou deux pas. Elle tente de ne pas trembler mais Zaurak l’effraie parce qu’il a revêtu sa véritable attitude. Vince semble prendre ce silence comme l’acceptation de Zaurak. Il sait que celui-ci est piégé. « Comment as-tu pu échapper au radar de mon coéquipier ? » lui demande-t-il sans réelle curiosité mais pour comprendre son erreur. C’est Saxon qui prend une inspiration et répond rapidement : « Vince-sama suivait les ordres de Zéphyr-sama le temps que celui-ci se remette de ses blessures. L’une des règles était de surveiller étroitement Kiara sans que celle-ci ne s’en rende compte parce qu’elle est du genre à s’attirer les ennuis ». « Pourquoi s’inquiétait-il toujours autant de Kiara ? Elle était devenue une free-lance dans votre clan alors son cas ne devait plus vous intéresser autant, non ? ». Saxon le regarde fixement et reprend les paroles de Zephyr avec un sérieux inattendu : « Parce que Kiara est l’une des nôtres et qu’on protège les membres du clan du mieux qu’on peut ». Zaurak lève les sourcils au ciel en grognant : « Stupide solidarité », avant de laisser Saxon continuer son exposé. « Kiara discutait tous les soirs avec Zephyr près des salles d’isolements. Le jour où tu es arrivé, elle s’est enfuit trop vite alors, avec Suzuka, on s’est cachés dans une salle non loin de la cellule de Zephyr. Bizarrement, elles avaient toutes été laissées ouvertes parce que les sbires venaient de finir de les nettoyer. ». Zaurak ne le laisse pas continuer en finissant pour lui en comprenant l’astuce. « Les murs de la salle ont aspiré votre magie et donc votre aura vous rendant indétectable magiquement ». « Exactement » acquiesce Saxon « Etant caché, ils n’ont qu’entraperçu une ombre qui t’accompagnait, mais toi, ils t’ont identifié en quelques secondes » termine Vince qui bouillonne de rage. Zaurak lève les sourcils impressionné « Vous prônez la grande solidarité du vent, mais vous n’avez même pas aidé votre leader lorsqu’il avait le plus besoin de vous ». « On n’aurait pas été de taille contre toi et tu le sais très bien grogne Saxon sur la défensif en faisant monté sa magie. Zaurak éclate de rire : « Sage parole, mais crois-tu pouvoir faire le poids contre moi maintenant ?! », « On est trois, tu es seul » lui fait remarquer Vince comme s’il ne comprenait pas son infériorité numérique. Mais la voix de Paris résonne doucement à son oreille : « Qui a dit qu’il était seul ? ». Saxon fait un bond en arrière et tente de le griffer au visage avec des lames de vent Paris esquive facilement avant de se poster à côté de Zaurak. « Tu aurais pu rester caché, ils ne t’avaient même pas remarqué » déclare avec platitude Zaurak. Paris reste neutre en répliquant : « A quoi bon ? De toute façon, on compte les tuer alors que je révèle ma position ou non ne changera pas la phase du monde ». Cela fait sourire Zaurak. « Pile ou face » pose comme question Paris à Zaurak. « Face réplique celui-ci. Alors Paris lance une pièce qui tombe sur le sol dans un bruit mat. « C’est Pile » réplique Paris.  Zaurak souffle de lassitude en grognant un nouveau et merde et il décide d’utiliser sa magie de glace pour créer un trône de glace pour lui et Kiara toujours inconsciente. Cela fait ouvrir grands les yeux Vince qui ne comprend pas comment Zaurak a fait ça. « Comment peux-tu maîtriser la magie de la glace alors qu’elle est l’opposé de ton élément ? C’est impossible ! » balbutie-t-il choqué. Zaurak fait l’innocent et répond : « Tu devrais plutôt te préoccuper de trouver un moyen de sauver ta peau au lieu de t’interroger sur mes capacités » Alors Paris apparait dans son angle mort et le frappe avec un poing de glace au visage. Vince roule en boule sur le sol alors que Saxon et Suzuka tente d’attaquer Paris. Suzuka utilise sa technique des dix rossignols et leur ordonne d’attaquer Paris. Paris pour se protéger décide de les geler et prête peu attention à Suzuka qui se place en arrière et agit en soutient de Vince et Saxon. De son côté Saxon bondit sur Paris et tente de le toucher avec des poignards de vent qu’il vient de créer. Paris ne cesse d’esquiver les attaques au corps à corps de Saxon, mais a de plus en plus de mal à éviter les oiseaux de Suzuka. Il repousse Saxon avec une prise de self défense et lui tord un poignet dans le dos et lui déboite l’épaule au passage avant de finir par lui déboiter le genoux. Puis alors que Saxon tombe au sol, il glisse vers Suzuka et lui attrape le bras lui casse le bras d’un coup sec. Elle hurle de douleur et en pleure. A ce moment-là Vince arrive à propulser son poing dans la gueule de Paris qu’il repousse du corps de Suzuka secoué de tremblement à cause de sa douleur et sa tristesse.  Il profite du moment d’inattention de Paris pour lui envoyer les oiseaux de Suzuka geler (boules de glaces du coup) mais Paris se protège avec une vague de glace. Il en profite pour créer un clone de glace et prend Vince en tenaille. Il commence par geler le sol pour l’empêcher de s’envoler. En effet, tout le monde sait que la première chose à faire contre un mage du vent est de l’empêcher de s’envoler. Ainsi cloué au sol, les jambes encastrées dans la glace, Vince tente de se débattre, mais ne réussit qu’à s’écorcher les jambes et les mains. Du coup, Paris dit qu’il sera le premier à y passer. Il créé des lances au dessus de la tête de Vince et les lances à toute vitesse sur sa cible. Alors que Suzuka hurle parce qu’elle pense que Vince va y passer, un violent vent frappe l’attaque de paris et les font voler à travers la pièce. C’est le hurlement du dieu céleste de Zephyr qui vient d’arriver dans l’arène. « C’est quoi ce bordel ?! ». Zephyr se trouve à l’entrée,  la moitié de ses bandages sont tombés sur le chemin, il a le regard dur lorsqu’il aperçoit en premier Saxon cloué au sol et l’état de son genou et de son bras puis Suzuka qui sanglote toujours et Vince griffés de toute part à cause de l’attaque. Puis son regard coulisse vers Paris, étonné de le voir puis sur Zaurak, avec son sourire en coin, assis sur son trône de glace, Kiara sous son bras. Il met une minute à la reconnaître parce que ses cheveux ont changé ce qui laisse le temps à Zaurak de s’ouvrir le poignet et la forcer à boire son sang pour la technique des pantins.  

Et là, Zephyr voit rouge. Ses muscles se tendent et sa magie se libèrent augmentant la pression de la pièce et envoyant des auras de meurtres. « Laisse-là partir, Zaurak ». « Non, je trouve qu’elle est très bien là raille Zaurak en raffermissant sa prise autour de la taille de Kiara toujours kaput. Alors Zephyr par un déplacement instantanée lui décoche une droite dans le menton et il y a mis tellement de volonté et de force qu’il brise au passage le trône de glace. Zaurak roule par terre sous le choc. Sa lèvre s’est fendue et son nez est cassé et le sang coule à flot. « Depuis le temps que je rêvais de faire ça » déclame Zephyr pour lui-même. « Sale enfoiré » lui répond Zaurak en mettant sa main devant son nez ensanglanté et coupant le flot de sang avec sa magie de sang. Il remarque que Zephyr est bien plus rapide qu’avant et que la plupart de ses blessures se sont déjà quasiment refermés alors que la médecine du King ne devrait pas être aussi performante. Zaurak se relève, crache le sang qu’il avait dans la bouche en fixant méchamment zéphyr. « Tu es devenu bien plus rapide » constate-t-il. Zephyr lui répond par un sourire arrogant et suffisant. « Il a dû comprendre comment user de son nouveau don » suggère Paris néanmoins étonné par la capacité d’apprentissage de Zephyr. « Je ne perdrais pas une seconde fois » tranche Zephyr. Vince se rapproche de Zephyr, il a des contusions sur tout le visage, il veut encore aider. Zephyr l’entraperçoit grâce à sa vision périphérique et il lui ordonne directement : « Occupe-toi de Paris ». « Roger, mais Fais gaffe, la magie de Zaurak est bizarre, il maîtrise la glace et le feu, c’est pas normal ». « Je sais, il ne m’aura plus. Je resterais sur mes gardes, je pense que ce serpent possède d’autres tours dans son sac. Mais maintenant, je vais pouvoir me battre à armes égales contre lui ». « Et Kiara ? » « Elle est droguée ? » « On dirait, je sais pas trop ce qu’il lui a fait, mais elle n’a pas réagit une seule fois depuis qu’on est arrivé » « Laisse-là où elle est. Elle va se débrouiller toute seule » tranche Zephyr, ce qui étonne Vince un peu. Mais lorsqu’il comprend que Zephyr ne l’abandonne pas mais qu’il est vraiment persuadé qu’elle va se débrouiller toute seule, il est assez impressionné de la confiance qu’il pose en elle. « Vous comptez parler encore longtemps où on passe à la suite ? Raille Zaurak qui décide d’utiliser sa magie de glace pour se protéger des attaques trop rapides de Zephyr. Alors tout le monde reprend le combat, Suzuka quant à elle, a arrêté de pleurer et se traine vers Saxon qui tente de se remboiter l’épaule. Il serre les dents, il a du mal et la douleur est en train de l’emmener peu à peu vers l’inconscience. Il prend de grandes inspirations et finalement réussit à la remboiter. La douleur est telle qu’il ne sent même pas son bras malgré le fait qu’il est de nouveau à peu près opérationnel. Suzuka est à côté de lui et lui caresse le front pour l’apaiser. Son autre bras pend à côté d’elle, mais elle serre les dents pour ne pas continuer à pleurer. Tout le monde est si courageux qu’elle veut faire de même. « Il faut réveiller Kiara » grogne Saxon en tentant de se redresser dans une position plus confortable. Mais, ça ne fait que renforcer la douleur à son épaule et à son genou alors il reste immobile, ferme les yeux et compte ses respirations pour penser à autre chose. « Je vais le faire » affirme Suzuka voyant que Saxon n’est pas du tout en état de bouger et qu’il va juste encore plus s’abimer en voulant aider. Saxon capitule, laisse son corps retomber au sol : « Fais attention à Paris et Zaurak ». Suzuka après avoir jeté un coup d’œil au combat voit que Vince a de plus en plus de mal à tenir contre Paris. Il pisse le sang de partout. Il faut absolument réveiller Kiara où ils perdront l’affrontement. Zephyr et Zaurak se batte comme des lions et Zephyr par sa vitesse de pointe commence à prendre le dessus. Il envoie un nouveau coup de poing dans le visage de Zaurak et entaille légèrement son visage qui se fragilise sous l’impact à cause de la protection de glace. Zaurak est contraint d’annuler son sort de glace pour ne pas finir congeler et à cause des contre cout de cette magie et le fait qu’il doit faire circuler son sang, il ne peut plus bouger. Il crache une salve de sang de sa bouche et regarde méchamment Zephyr avant de lâcher en grognant : « Berserker ». Voyant qu’il prend l’avantage, Zephyr affiche un air suffisant, mais le perd très vite lorsque Zaurak lâche un mot bizarroïde.
Il se prépare à l’achever avant que celui-ci est finit de lancer son sort lorsque Kiara apparaît sur son chemin et lui bloque le passage. Il pile tout d’un coup pour ne pas lui rentrer dedans et il est tellement surpris de la voir apparaître qu’il se prend un coup de pied dans el ventre qui l’envoie valdinguer à l’autre bout de la pièce. Elle réattérit agilement devant Zaurak comme en transe, le visage fermé. Zephyr se relève et braille : « Putin, Kiara tu fous quoi?! ». Elle ne lui répond pas et lorsque Zephyr tente de nouveau d’atteindre Zaurak, elle se met de nouveau sur sa trajectoire. Il bloque son coup mais ne lui renvoie pas la même, préférant se défendre de peur de la blesser plus que ce qui devrait faire. Elle a l’air épuisé et pourtant elle combat comme une lionne. Alors qu’il croise son regard bleuté, il se déconcentre pendant une seconde et se prend un nouveau coup d’une lame de vent qui lui écorche violement l’œil gauche. Perdant l’usage de son œil qui pisse le sang, Zéphyr se retrouve acculé par Kiara qui le plaque au sol en lui enserrant le cou. Elle sert de plus en plus fort et Zephyr sent l’air habituellement emplir ses poumons qui s’échappent peu à peu. Ayant toujours une main de libre, il tente de renverser la situation, mais Kiara utilise son aura de maître de vent pour renforcer la pesanteur sur le sol. Suzuka pousse un petit cri de peur alors que Saxon s’est évanouit sous la douleur. De son côté, Paris vient de démonter Vince qu’il porte à bout de bras. Celui-ci est salement amoché et il à l’air de s’être fait briser tout les muscles les uns après les autres. Zephyr l’entraperçoit avec sa vision périphérique et il sert encore plus les dents. Ils sont dans la grave merde. Il doit se ressaisir, mais le fait de voir Kiara en face de lui lui sape toute sa force. Il ne veut pas la blesser. Il peut tuer tout le monde, mais pas elle. Et puis des mots lui reviennent à l’esprit. Une vieille conversation qu’il a eu avec elle : « Si on se retrouve dans la même purge, tu me tueras ? », « Oui, s’il le faut, je te tuerais », « Bien dans ce cas-là, moi aussi ».  Il est temps, il doit la libérer. Il ferme les yeux et lorsqu’il les ouvre, il est déterminé à la tuer. D’une pensée silencieuse, il demande de l’aide à Angelica qui est impressionné par sa détermination étant donné qu’elle connaît ses vrais sentiments. Malgré la pression qu’exerce Kiara, il arrive à relever sa main engourdie et attrape le poignet de Kiara et sert fort pour la forcer à lâcher. Il ne l’appelle pas, il sait qu’elle n’entend pas alors il lui envoie tout ce qui pense par son regard. Il a plus de force qu’elle et elle relâche légèrement la pression. Il profite de ce moment de faiblesse, pour échanger leur position et il la plaque au sol à son tour. « Ca suffit » lui intime-t-il, mais elle se débat férocement et même s’il lui brise un poignet pour la refaire émerger, cela ne sert à rien. Elle fait apparaître un aigle sans l’incantation nécessaire qui fonce vers Zephyr. Celui-ci ne se laisse pas intimider et ne cherche pas à relâcher Kiara pour contrer l’aigle. Il se contente de la regarder, moqueur : « Ca ne marchera pas sur moi » et il utilise sa nouvelle capacité d’absorption « Ittadakimasu » pour aspirer l’aigle. Le vent absorber se révèle être en fait un gaz azoté qui est très mauvais pour les humains et Zephyr lâche prestement Kiara en s’étouffant avec le poison qu’il vient d’avaler. Il roule au sol, se tient les cotes et commence à voir trouble. Ses faisceaux sanguins de ses yeux ont explosé et sa peau à blanchit. Zaurak explose de rire : « Tu ne devrais pas surestimer le mode Berserker. Ce mode permet à mon pantin d’être aussi stratégique que moi et de faire un véritable carnage sans même ressentir la souffrance ». « Comment tu as fait pour la rendre comme ça » grogne faiblement Zephyr qui se sent partir sans même pouvoir faire quoi que se soit. « La technique du pantin écarlate. Elle a absorbé de mon sang la rendant sous mon contrôle et étant trop faible pour me tenir tête, elle est devenu un soldat robotisé ». Zaurak fait un signe à kiara d’arrêter d’attaquer et il se rapproche d’un pas félin à Zephyr. Il s’accroupit à sa hauteur : « Elle a aspiré mon sang, tu comprend ce que sa signifie, Zephyr ? » Et là ça fait déclique dans sa tête. « Tu comptes la faire exploser avec ta technique de la piqure du hérisson quant tu perdras contrôle ». Cela fait ricaner Zaurak : « Tout juste, tu es le seul à avoir survécu à cette attaque, mais je suppose que c’est grâce à ta technique de régénération de god slayer ». Il fait une pause et jette un regard à Kiara : « Elle n’a pas la même capacité que toi, ce qui signifie qu’elle mourra surement sur le coup, tu vois dans tous les cas tu as perdu. Je trouve ça tellement amusant que sa soit ton premier amour qui te tue, c’est d’un romantique ».

****

Devant elle, il y a l’ombre d’une femme armée jusqu’au dent et à côté d’elle, un homme qu’elle ne connaît. « Je vous avez dit qu’ils étaient là » déclare la femme en armant son automatique prête à tirer sur tout ce qui bouge. « On se barre » ordonne-t-elle d’une voix autoritaire en visant Zephyr qui a été le plus rapide à se relever et à se remettre de l’impact qui a explosé juste à côté de lui. Malgré cela, sa tempe saigne abondamment et il a plusieurs hématomes. Zaurak n’est pas non plus dans sa meilleure forme, mais lorsqu’il aperçoit Vik et Shayne, il sait qu’il est temps de prendre la poudre d’escampette. Alors, il prend son temps pour se lever, épousseter ses vêtements. De toute façon, il sait pertinemment qu’au moindre mouvement suspect de Zephyr, Vince ou Kiara , Vik sera là pour les descendre. D’ailleurs lorsque Zephyr a tenté de faire un pas en avant, Vik l’a aussitôt visé et a retiré la sécurité de son arme en grognant un « Tu bouges, tu meurs ». « On doit pas tarder, le conseil a envahit les locaux et ils seront là d’une minutes à l’autre » déclare quelqu’un avec eux. Alors Zephyr comprend, c’est une équipe d’extraction mais il ne veut pas que Zaurak lui échappe. Kiara voit sa lutte intérieure et pressent qu’il va tenter de faire un pas. Qu’il ne veut pas lâcher l’affaire, qu’il se croit plus rapide qu’une balle. Alors que l’équipe d’extraction recule lentement, Zephyr se prépare à attaquer, mais Vik ne l’a pas quitté des yeux et pressent que celui-ci est un petit merdeux. De plus Zaurak leur dit qu’il faut faudrait mieux l’immobiliser parce qu’il est un rapide et qu’il ne les laissera pas aller bien loin. Alors Vik préfère tirer la première. La balle paralysante ? atteint le genoux de Zephyr qui tombe au sol sous le coup, mais vik arme déjà son pistolet pour un second coup, mais Kiara décide de se placer juste devant Zephyr et se prend une balle elle aussi. N’ayant pas la capacité de guérison de Zephyr, elel prend un sacré choc et zephyr sous le choc préfère s’occuper de Kiara que de poursuivre Zaurak. « Mais t’es complètement cinglé ! » « Je t’avais dit que je te sauverai ». Quelques minutes après, Tora sous sa forme de tigre entre dans la salle suivi par Hideki, Shinji et Yuki. Voyant l’état des enfants, Yuki se précipite à leur chevet mais Zephyr sur ses gardes lui envoie un coup de vent pour l’empêcher de les approcher et signaler qu’il compte les protéger. Il a utilisé toute la magie qu’il avait récupérée lors de son combat alors il commence à être patraque surtout que la balle que Vik a utilisé n’était pas normale. « On est du conseil lui explique calmement Yuki pour tenter de l’apaiser comme s’il était prêt à faire sauter une bombe. « Les gars qui viennent de partir, ils n’étaient pas du conseil alors vous pouvez mentir aussi ». Yuki s’apprête à parlementer avec Zephyr qui veut protéger ses camarades, mais Shinji le coupe et tranche : « le bâtiment va s’affronter d’une seconde à l’autre, alors soit tu nous laisses vous aider, soit vous crever tous ici ». Zephyr hésite quelques secondes, mais une nouvelle secousse le pousse à changer de point de vue. Il baisse sa magie et préfère l’utiliser pour sortir la balle de son corps pendant que Yuki s’empresse d’aider Suzuka à marcher qu’Hideki aide Saxon à s’installer sur le dos de Tora et que Shinji s’emparer de Kiara sans la reconnaître. Hideki propose à Zephyr de monter sur le dos de Tora lui aussi, mais Zephyr refuse catégoriquement déclarant un »je peux marcher un peu sec ». Il se méfit encore des mistrals et veut être libre de ses mouvements si jamais ça tourne mal. Alors Hideki n’insiste pas et la petite troupe se faufile à travers les couloirs et sortent dehors. Après, ils décident de les amener à l’infirmerie.

****

Lorsque Kiara est transféré à l’hôpital, les mistrals restent à son chevet et font un bordel pas possible dans l’hôpital en attendant que Kiara se remette de la transformation et de la bataille. Ils font notamment des batailles de polochons et Tora essaie d’étriper Hideki qui fait des conneries.

De son côté, Zephyr qui est déjà guéris, erre dans les couloirs de l’hôpital alors que l’infirmière passe son temps à lui demander de rester couché et se reposer, que ce n’est pas possible qu’il ait guéris si vite. Il passe son temps à l’ignorer et décide de rentre visite à Suzuha en premier. Suzuha n’est pas dans sa chambre lorsqu’il va la voir. Lorsqu’il demande à sa colocataire où est-ce qu’elle a disparu, l’autre ne sait pas. Alors zéphyr curieux et parce qu’elle sa petite protégée décide de la pister. Il se retrouve sur le toit et découvre qu’elle n’est pas seul. Elle ne paraît pas effrayée mais sereine alors zephyr estime que la personne en face d’elle ne doit pas être un méchant à éliminer. Il sort de sa cachette et demande à Suzuha pourquoi elle n’est pas dans sa chambre en train de se reposer. S’ensuit uen discussion où il comprend qu’elle ne va pas retourner dan sa chambre et qu’elle s’en va. Il comprend sa démarche et décide de la laisser partir avec son grand frère. Que c’est la seule manière pour elle de tourner la page et de grandir. Il est légèrement triste mais sait que c’est pour son bien. Il retourne à l’intérieur de l’hôpital et tombe sur l’infirmière mécontente qui tente de le clouer au lit. Il décide de la fuir et se réfugie dans la chambre de Saxon qui semble bien plus en forme que ce qu’il pensait. Saxon est toujours de bonne humeur et il est en bonne voie de guérison. Il papote un peu et Saxon lui dit que Vince est sortir du comas artificiel et qu’on peut à nouveau aller lui faire un petit coucou.

Zephyr décide donc d’aller voir son bras droit vu que celui-ci est celui qui était le plus amoché selon les médecins. En effet, Vince lui apprend qu’il est paralysé et qu’il ne peut plus utiliser le bas de son corps à cause de l’attaque de Paris qui lui a sectionné le bas de la colonne. Que les médecins ne peuvent rien faire. Cela bouleverse Zephyr qui se sent encore plus coupable que son frère d’arme soit ainsi parce qu’il a protégé Kiara comme il lui avait demandé. Vince essaie de lui faire comprendre que ce n’est pas de sa faute et qu’il ne lui en veut pas. Qu’il est même content de ce qu’il a fait, qu’il avait toujours voulu protéger les personnes comme il le faisait et qu’il avait enfin le sentiment de l’avoir fait. Il dit également qu’il est heureux de ne plus être au laboratoire.

Zephyr dit qu’il trouvera un moyen de le soigner et Vince lui dit que ce n’est pas possible. Que même s’il est devenu un god slayer, il n’est pas un dieu et qu’il y a des choses qui sont hors de sa portée. Zephyr le sait très bien mais il a l’impression ne ne plus rien contrôler et sa culpabilité est en train de l’étrangler intérieurement. Vince tente de le calmer et le faire déstresser mais ça ne sert à rien, Zephyr est enfermé dans ses sombres pensées.
Vince lui conseille d’aller voir Kiara vu qu’il sait que Zephyr la évité depuis tout le séjour à l’hôpital.


Finalement, les mistrals hyperactifs se calment en voyant que Kiara possède un autre visiteur qui est Zephyr qui vient quérir de ses nouvelles, mais Kiara est partie se promener dans les couloirs pour chercher à boire ou à manger. Zephyr voyant qu’elle n’est pas là tente de partir, mais il est retenu par les mistrals qui lui disent qu’il peut rester ici. Vu que les mistrals ont recueillit les différentes dépositions des cobayes, ils savent qui est Zephyr et le rôle qu’il a joué pour Kiara.

Shinji finit par remercier Zephyr d’avoir protéger Kiara pendant qu’ils ne pouvaient pas le faire. Zephyr leur répond une phrase comme quoi, elle faisait partie du clan et on protège les membres du clan du mieux qu’on peut. Hideki et Tora lui dise que Kiara leur parle tout de temps de lui et cela fait esquisser un sourire amusé à Zephyr. Il lui dise qu’elle l’apprécie beaucoup et du coup, il lui demande ce qu’il compte faire par la suite parce que s’il veut, il peut rejoindre la bande.

Zephyr refuse et leur dit qu’il ne peut pas rester. Yuki lui demande s’il ne peut pas rester ou s’il ne veut pas rester. Kiara arrive à ce moment-là mais sentant la tension dans la pièce, elle reste sur le seuil de la porte et écoute discrètement ce qui se passe.

Zephyr leur dit alors qu’il a déjà d’autre projet et qu’il a besoin de traquer une personne en particulier. Tora lui explique que même s’il reste avec eux, ils pourront traquer son ennemi, mais Zephyr dit que c’est une affaire personnelle et qu’il a besoin de la régler seul. Les mistrals comprennent et n’insistent pas. Hideki lui demande alors s’il a prévenu Kiara qu’il partait et Zephyr lui dit qu’il ne l’a pas encore prévenu et qu’il ne sait pas s’il va le faire à vrai dire. Il se sent encore coupable de ne pas avoir pu protéger Kiara de Zaurak et de la transformation.

Shinji lui dit que s’il compte partir sans lui dire Kiara va très mal le prendre. Zephyr bloque ses sentiments et dit qu’elle s’en remettra puis il fuit.  

A la fin, il quitte l’hôpital, mais Kiara le suit devant la porte de celui-ci et lui demande de s’arrêter. Elle trottine vers lui et lui demande pourquoi il part sans dire au revoir. Elle lui dit que fuir de cette manière s’est comme s’il ne voulait plus la voir et elle ne comprend pas ce qu’elle a fait. Alors Zephyr explose, il s’arrête, elle lui rentre dedans. Il pivote, lui attrape les bras, laisse tomber son sac et ses pupilles la foudroient du regard. Alors il lui cri dessus, qu’il est en colère, qu’elle est complètement stupide, que la transformation aurait pu la tuer, que zaurak aurait pu la tuer. Qu’il la rend complètement fou, qu’il a l’impression qu’elle ne pourra jamais faire pire que la dernière fois et elle trouve quelque chose d’encore mieux. Il lui dit que lorsqu’il s’est éveillé et qu’il a lu le carnet qu’elle avait écrit, il avait eu peur pour elle, il voulait l’arrêter, mais c’était trop tard. Lorsqu’il était arrivé dans l’arène et qu’il avait vu Zaurak en train de buter Saxon, l’état de Suzuka et celui de Vince, il avait eu peur de regarder ce qu’elle était devenue. Il lui dit que s’il reste prêt d’elle, il ne pourra pas faire ce qu’il avait prévu et réaliser ses objectifs alors il va partir loin d’elle. Kiara lui dit qu’elle ne comprend pas, qu’elle ne veut pas qu’il parte, pas comme ça, elle se sent coupable de rendre Zephyr dans tous ses états et ne sait pas quoi faire. Zephyr lui dit qu’il ne changera pas d’avis et qu’il préfère partir loin d’elle sur une dispute, que s’est plus facile de couper le cordon de cette manière qu’autrement. Alors, il tourne les talons et fait un pas mais Kiara le rappelle et lorsqu’il tourne son regard vers elle, il ne rencontre que son poing en pleine figure. Il titube en arrière, sa lèvre s’est fendue. Il reste incompris pendant une seconde alors que Kiara le regarde méchamment. Elle n’est pas non plus contente mais perd vite sa rage et baisse les yeux coupable. Elle sait que Zephyr a raison, qu’elle est un vrai sac à merde. « Je te l’avais dit que tu ne t’y attendrait pas lorsque je te le donnerait ». Alors Zephyr comprend de quoi elle parle, de ce pari stupide qu’ils avaient lancé lorsqu’ils étaient petits. Alors, il craque, perd son masque, il sent plein de sentiment se bousculer à l’intérieur de lui et tente de reprendre le contrôle. Autour d’eux, tous les membres du clan du vent, ont ouvert les fenêtres de leur chambre et regardent la scène. Zephyr se met à sourire en repensant à un souvenir lointain et sans la regarder articule avec une voix calme : « Tu t’es rappelée de ce pari stupide. Je suppose que je vais devoir te donner ta récompense pour avoir gagné… » Alors avant qu’elle comprenne ce qui se passe, il l’embrasse tendrement comme il en avait envie depuis si longtemps et avant qu’elle comprenne ce qui se passe, il disparaît grâce à sa super vitesse. Kiara reste interdite, ses pensées semblent l’avoir abandonné lorsqu’elle comprend enfin ce qui vient de se passer. Il a déjà disparu.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Kiara Mistral - Crystal Dust {83%}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Kiara Mistral - Crystal Dust {83%}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» De retour au mistral BAGARRE GENERALE Entre vieux!
» 40k Dust Contest, courses de motos au 41e Millénaire...
» Le renouveau de la World War avec Dust Tactics (et AT-43)
» Veux tu de moi ? [Crystal Noir & Pépite d'Or]
» Mistral défis #1 : La cavale du mistral !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail Maboroshi no Yume :: Avant le RP :: Présentations-